:: TARGATT :: CREATION DE VOTRE PERSONNAGE :: Inscriptions adultes - non élèves Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le bâtisseur

avatar
Herald Black
Apprenti Façonneur
Age du personnage : 22
Race : Humain
Pouvoirs : Pouvoir des ombres des Yamilos | Schématique magique
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Nov - 19:42

Herald BLACK dit « Ryze »

« Le vrai savant bâtit les cités tout en ayant le potentiel de les détruire.»

Identité

  • Espèce : Humain (ancêtre yamilo)

  • Âge : 22 ans

  • Orientation sexuelle : Inconnue

  • Originaire de Targatt ? Non
    • Si oui, êtes-vous affiliés à une des familles régnantes ? Laquelle ? : Non

    • Si non, quand y êtes-vous arrivés ? : Quelques jours après le duel judiciaire qui opposa Astoria à Drake.

  • Hymne des bâtisseurs
  • Métier : Aspirant bâtisseur, concepteur

  • Alignement : Neutre strict

  • Voulez-vous un rôle important dans la trame en cours ? Si oui, côté défenseurs ou "méchants" ? : Peut-être plus tard si ça vient au cours des RP 
Pouvoirs

  • Énergie magique canalisée : Neutre et négative

  • Pouvoir personnel 1 : Pouvoir des ombres des yamilos => étant donné qu’il n’est pas un yamilo à part entière, son pouvoir de race en est très amoindri. Il ne peut pas marquer une cible avec ce pouvoir à moins que si celle-ci ne sorte pas d’un certain périmètre compris dans les 500 mètres maximum (quand son pouvoir sera maximisé, ce qui n’est pas le cas actuellement). Pour les autres aptitudes, il peut théoriquement les reproduire mais ne pourra pas faire d’explosions d’ombre aussi puissantes que celles d’un yamilo « pur ». De même, il évite d’utiliser ce pouvoir autant que possible, ce qui explique qu’il ne le maitrise pas du tout pour le moment.

  • Pouvoir personnel 2 : Schématique magique => il s’agit d’un pouvoir qui lui permet d’analyser la magie (pouvoirs comme objets magiques) comme si il s’agissait d’un mécanisme, d’une science dont il comprendrait tous les schémas. Cette compréhension lui permettra dans un premier temps de reproduire les objets magiques qu’il aura déjà touché (mineur en premier lieu puis de plus en plus puissant). A terme, il serait capable de créer ses propres objets magiques personnalisés à partir de schémas qu’il aurait constitués lui-même et de l’expérience qu’il aura acquise. Il pourrait théoriquement reproduire les pouvoirs des uns et des autres au travers d’objets, ou les bloquer. Evidemment, ce n’est pas parce qu’on comprend tous les fonctionnements d’un pouvoir qu’on est à même d’y résister... cette compréhension ne lui octroie aucune immunité d’aucune sorte. Juste un savoir à utiliser, ce qui explique pourquoi il est bardé d’objets magiques et pourquoi il est si doué en tant que bâtisseur. Avant qu’il ne maitrise tous ces paliers, Herald a besoin d’un temps d’adaptation pour comprendre la magie à l’œuvre. Ce temps varie selon la complexité du pouvoir et de celui qui manie cette magie, ou selon la complexité ou puissance de l’objet (plus un objet est complexe et puissant et plus il lui faudra de temps d’étude pour percer à jour ses mystères). Il en va de même pour les pouvoirs qu’il voit. Grâce à sa compréhension, il est à même d’optimiser théoriquement chaque mouvement, chaque degré de puissance et chaque technique utilisée par les autres mages, ou par lui-même. Ce pouvoir lui permet aussi de pouvoir théoriquement utiliser tous les objets magiques, que la magie soit profane ou divine.

  • Type de magie préférée : Métamorphose, base des magies blanches et noires

  • Type de magie inconnue : Invocation et magie d’évocation (élémentaire)


Caratéristiques

Vous disposez de 70 points à répartir comme vous le souhaitez. Si vous êtes un directeur ou un personnage spécial pour la trame, vous pouvez avoir jusqu'à 80 points à répartir. Les caractéristiques ne sont là que pour aider au jeu à voir quels sont vos points forts et faibles.
  • Force : 10

  • Constitution : 10

  • Dextérité : 11

  • Intelligence : 17.

  • Sagesse : 10.

  • Charisme : 12.




Histoire

« La volonté est l’éminence de toutes les réussites. »

350 mots minimum.

Herald Black est né dans une famille aimante. Son père était le menuisier d’une petite ville et sa mère s’occupait d’assister un maître d’école. La « famille » s’étendait aussi à une sœur et un frère avec lesquels il ne s’entendait pas trop mal bien qu’il ne se soit jamais senti proche d’eux, et à une tante qu’il ne voyait jamais car on la disait « néfaste » et « folle »

Il avait toujours apprécié l’école et détesté les récréations. D’abord car en groupe, ses camarades étaient décidément des idiots finis qui s’inventaient de belles histoires au lieu de tout faire pour les réaliser. Et il fallait admettre aussi que son asociabilité latente n’avait pas aidé Herald à se faire des amis. Bien au contraire, ses camarades prenaient son désintérêt pour un savant mélange de couardise et d’arrogance et se plaisaient à lui inventer des surnoms plus insultants les uns que les autres. Ce à quoi il essayait de ne pas faire attention. Après tout ce n’était que des mots et lui, de son côté, se focalisait, malgré son jeune âge, sur un but on ne peut plus précis : devenir assez érudit pour pouvoir quitter cette ville et intégrer une des académies les plus prestigieuses. Ses parents n’avaient pas les moyens mais certaines acceptaient en de rares cas les non-nobles si ils donnaient satisfaction et prouvaient leurs capacités mentales, ce qu’il s’évertuait à faire depuis tout petit.
Pourtant, un incident était survenu une fois, trahissant quelque chose chez lui.

Deux de ses camarades s’en prenaient encore à lui. Si ils s’étaient contentés jusque-là de rester sur des menaces orales, en cette fin d’après-midi d’automne, ils avaient visiblement eu envie de faire davantage. Le premier saisit Herald pendant que le deuxième s’était mit à le frapper. C’était la première fois qu’il expérimentait la douleur. Et il devait admettre que ce n’était pas totalement déplaisant. A moins que ce soit l’adrénaline qui lui joue des tours.
Incapable de se défendre, il encaissa les coups. La figure en sang, ses camarades le relâchèrent finalement en prenant soin de le faire tomber. Alors qu’ils lui faisant comprendre à quel point il était pitoyable, Herald se mit à rire en se redressant. C’était la première fois presque que quiconque le voyait sourire, alors rire, ça resterait sans doute gravé dans les annales. Il ne savait pas exactement pourquoi il riait. Il ne se sentait juste pas si mal que ça et il était tout simplement hors de question de les laisser partir comme ça. Oh bien sur il aurait pu, mais sur le moment le garçon était pris d’une irrémédiable envie de leur faire mal.

Ce qu’il fit. Il ne s’était jamais battu de sa vie et n’était pas très compétent dans la chose, toutefois il encaissait mieux les coups que la plupart et il rendait coup pour coup. A ceci près qu’ils finirent au sol et y restèrent, alors que lui se relevait. Alors qu’il ramassait un bâton pour leur faire l’honneur de mourir sous ses coups, des passants intervinrent et ramenèrent les trois garçons chez eux.

Si les noms d’oiseaux et insultes continuèrent à pleuvoir, au moins les autres ne s’en prirent plus à lui physiquement. Il fallait croire que quelque chose leur avait fait peur.

Fidèle à l’échappatoire qu’il s’était prévu, devenir érudit, il se plongea dans les études malgré l’envie de violence qui s’emparait parfois de lui, et qu’il refoulait.
Pour une raison qu’il ignorait, il ne s’était jamais senti attirer vers les autres êtres humains qu’il trouvait dénués d’intérêt, même avant ces incidents avec ses camarades, à l’exception de sa tante. Les autres avaient beau dire ce qu’ils voulaient à son sujet, Herald de son côté avait l’impression qu’elle était plus intéressante que la somme de tous ceux qui vivaient à Kerelevad. Contre l’avis de sa famille, il avait un temps essayer d’aller chez elle mais cette dernière l’avait toujours repoussé en invoquant des raisons pour le moins stupides, qui tranchaient avec le reste de sa personne en fait. N’était-ce pas un des signes flagrant du mensonge ? Mais pourquoi mentirait-elle ? Si elle ne voulait pas qu’il vienne elle  aurait tout aussi bien pu le lui dire directement. Mais autre chose était à l’œuvre et Herald en avait conscience bien qu’il ne puisse pas l’expliquer. Toutefois, à force d’être repoussé par elle, même lui avait plus ou moins abandonné l’idée de trouver ce qu’elle cachait. Il se rappelait toutefois bien la raison pour laquelle il la trouvait plus intéressante : il l’avait vu disparaitre un jour. En rentrant, accompagné par son frère, ils avaient vu devant eux leur tante, dissimulée en partie dans un manteau sombre, elle marchait en donnant l’impression de faire attention à ne pas être suivie.

Sur les invectivassions incessantes d’Herald, ils l’avaient suivi de loin. Et alors qu’elle s’était engouffrée dans une impasse, Herald avait tenté de la rattraper. En tournant dans la ruelle, il n’avait vu qu’une masse sombre de ténèbres disparaitre, laissant sur place le corps d’un homme, mort. Les blessures étaient récentes, le corps après tout était encore chaud.
Le frère d’Herald saisi fermement le bras de son cadet et l’arracha à sa contemplation.

« Ne touche pas un mort ! » Lui avait-il presque crié.

Pourquoi ? Il était mort non ? avait pensé Herald sans le dire. En relevant la tête vers son aîné, le jeune garçon avait constaté que la vue d’un corps sans vie et du phénomène de disparition de leur tante l’avait plongé dans le chaos le plus complet. Etrangement, ce n’était pas le cas d’Herald qui analysa ce qu’il avait vu sur le chemin du retour.

Leur tante s’était évaporée. Elle avait disparue. Non. C’était une énergie sombre qu’elle avait utilisée. Herald ne pouvait pas expliquer comment il en était arrivé à cette conclusion mais il était persuadé que si elle lui montrait, il pourrait tout saisir !
Lorsqu’en rentrant ils firent part de ce qu’ils avaient vu, leur mère leur intima d’oublier « ces idioties ». Pourtant, le corps du mort était réel, Herald l’avait touché, dès lors pourquoi désignait-elle la « disparition » de leur tante comme une vision et pas comme un fait avéré ?  

C’était depuis qu’il n’avait plus eu le droit de tenter de la voir du tout. Quelques années avaient passé de cette manière et puisque personne ne voulait le renseigner Herald avait gardé en suspend ses questions jusqu’au jour où une opportunité se présenterait.

Et finalement ce jour arriva.

A Kerelevad tout le monde ne parlait plus que de la caravane imposante qui venait de s’arrêter. Elle y resterait trois mois pour commercer avant de reprendre sa route vers une des grandes villes de la région. La caravane était composée d’une cinquantaine de personnes parmi lesquels des « Bones » et trois nains.
C’était quoi un Bones au juste ? Les adultes lui apprirent qu’il s’agissait d’une puissante famille de marchands. On les disait magiciens avec de vrais pouvoirs. Si de par le monde on disait que la magie était réelle, au village personne n’en avait jamais été témoin. Officiellement en tout cas, et beaucoup niait carrément son existence.

Les fêtes de succédaient pour accueillir comme il se « devait » des personnes aussi éminentes et évidemment, le mot passé aux habitants avait été celui de tout faire pour satisfaire leurs hôtes. Si le commerce allait bon train, il en allait de même des vols et les violences à l’issue de ces fêtes avaient triplées.

Finalement, deux semaines après son installation, des morts étranges survinrent. Quelques habitants du village avait été tués en quelques nuits, de même que plusieurs membres de la caravane. Aucun indice n’était trouvé si ce n’était quelques témoignages d’une ombre qui attaquait. Le macabre de cette histoire se répandit comme une trainée de poudre. Pour Herald, c’était le moment qu’il attendait et dès lors, il se mit à enquêter de son côté afin de retrouver l’ombre. Il avait tant de questions !

Les morts continuaient tant et si bien que des patrouilles furent organisées mêlant des volontaires du village et des membres de la caravane. C’est alors qu’Herald se faisait enguirlander par l’une d’entre elle puisqu’il se trouvait dehors après la nuit tombée, que l’ombre attaqua. Un pic d’ombre transperça le premier, les trois autres tentèrent d’empaler la masse d’ombre, en vain. En quelques instants de plus, les trois derniers tombèrent morts. La forme sombre sembla se tourner vers Herald qui ne se rendit compte du danger qu’il encourait qu’à ce moment-là. Il recula de quelques pas, se retrouvant collé à un mur. Il n’y avait pas besoin d’être super intelligent pour savoir que si la forme voulait le tuer, elle le ferait et peu importait qu’il tente de prendre la fuite. Un pic se matérialisa de nouveau. Le cœur d’Herald battait la chamade. Pourtant, alors qu’il observait la « chose », tout semblait s’éclairer d’un jour nouveau, d’une compréhension toute nouvelle de ce qu’il se passait. Quel gâchis qu’il meurt aujourd’hui…

« Si tu tues le gamin tu cesseras d’être un justicier, yamilo. »

La voix qui avait interrompu tout le monde venait du nain qui accompagnait la patrouille maintenant décédée. L’observateur silencieux qu’il avait été avait le regard fixé tantôt sur la masse d’ombres et tantôt sur les mains de l’enfant qui s’étaient changées en ombre sans même qu’il ne s’en aperçoive, sans doute à cause de la peur et de son envie de disparaitre au travers du mur.

Herald ne savait pas vraiment ce que cette phrase voulait dire. Mais il se rappela que pendant l’attaque, le nain n’avait pas levé le petit doigt, bien au contraire, il avait soigneusement reposé sa hache son épaule et s’était éloigné de quelques pas pour observer la scène. Le garçon n’avait alors pas fait attention mais le nain était a priori le bras droit des Bones. Pourquoi n’avait-il pas pris la défense des autres et venait-il à sa rescousse ? Et surtout, ce n’était pas quelques mots qui allaient arrêter un assassin pareil ?!

Pourtant, l’ombre sembla se fondre dans d’autres et disparut. Cette manière lui était familière… Et le souvenir remonta finalement. C’était la même chose que sa tante à l’époque de leur « vision »… Le rapprochement n’était pas difficile à faire. Un nœud lui noua l’estomac. Se pouvait-il qu’il s’agisse vraiment d’elle ? Pourquoi tuer tous ces gens ?!

« Rentre chez toi gamin et oublie tout ça. » Lui commanda gentiment le nain.

Sans répliquer, Herald commença à s’en aller avant de s’interrompre.

« Pourquoi m’avoir aidé moi et pas les autres ? C’est quoi ce truc, yamilo ? »

Le nain haussa ses sourcils broussailleux une seconde avant de pointer les cadavres du doigt, les uns après les autres.

« Voleur, voleur, voleur et violeur. »

Devant l’air perdu d’Herald, il expliqua qu’il avait remonté de son côté l’historique de la quinzaine de morts que l’ombre avait causé. Tous avaient été accusés soit de viols, soit de violences commises en marge des fêtes ou de vols à de multiples reprises.

« La nature humaine est ainsi faite. Quant à savoir pourquoi je ne suis pas intervenu pour les autres, c’est simple, je partage son aversion pour ce genre de personnes. »

Le nain finit par raccompagner lui-même Herald chez lui et avertir les parents de ce qu’avait vu le gamin tout en leur conseiller de lui « tout » expliquer. Au grand dam des parents qui remercièrent l’étranger avant de passer un savon à Herald comme il n’en avait jamais subi. Mais devant son obstination à obtenir des réponses, sa mère consentit à lui révéler qu’elle était à demi yamilo et lui expliqua brièvement en quoi cela consistait : des êtres infiniment mauvais, capables de manipuler les ombres. Elle lui expliqua avoir rejeté cette part d’elle pour rester humaine, contrairement à sa sœur qui avait décidé de l’embrasser.

C’est la première fois qu’ils étaient honnêtes envers lui et pourtant c’est la colère qui prit le pas sur la raison. Pourquoi lui avoir caché ça autant d’années ?
Renvoyé dans la chambre qu’il partageait avec son frère, il s’assit à l’ombre de la fenêtre pour ruminer tout ce qu’il s’était passé. Sa mère et sa tante n’étaient donc pas entièrement humaines ? Sa tante était une meurtrière d’après sa mère. Non. Le nain avait lui-même parlé de justicier. Sa mère lui soutenait qu’il était humain. Strictement humain. Il savait bien que ce n’était pas le cas et passa les deux semaines suivantes à tenter de se le prouver. Pour cela, il se rendit plusieurs fois à l’échoppe du nain qui l’avait sauvé sous prétexte d’étudier les objets magiques qu’il vendait tout en essayant de récupérer davantage d’informations sur les yamilos et leurs capacités. Pour autant, le nain remarqua sans mal la facilité avec laquelle son décryptage de la magie entourant les objets était efficace et il se mit finalement à le tester sur des objets un peu plus complexes puis sur des pouvoirs que lui-même possédaient. A chaque fois, le jeune homme était parvenu à déterminer ce dont il s’agissait et comment utiliser l’objet. Il était clair qu’il était soit très intelligent, ce qui expliquerait également son incapacité à s’intégrer, soit il avait lui aussi quelque pouvoir magique qui décuplait son capacité d’analyse.

Le nain finit par s’intéresser de plus près à Herald et lui montra la manière dont il canalisait l’énergie magique. En un temps record, le jeune homme fut capable de faire de même. Il ressentait pleinement l’énergie négative couler dans ses veines, bien qu’il ne sache pas quoi en faire et que maintenir cet état lui demandait beaucoup d’efforts et déclenchait chez lui une irrémédiable envie de violence quand l’énergie négative atteignait un certain seuil. Il finit par être capable de pousser plus loin son analyse magique et il profita de cet enseignement pour espionner sa tante qu’il prit deux fois sur le fait alors qu’elle était en pleine utilisation de ses pouvoirs.

C’était étrange, quand il l’avait espionnée étant petit, jamais elle n’avait utilisé ses pouvoirs. Maintenant ça semblait presque plus fort qu’elle.

Finalement, la caravane repartie au terme des deux mois et demi suivants. Le nain lui offrit une amulette en guise d’adieux. Dans les jours qui suivirent ce départ, sa tante fut démasquée et arrêtée par les autorités de la petite ville. En soi il ne s’en préoccupait que peu. Elle l’avait toujours rejeté après tout. Et si elle avait été assez bête pour se faire prendre c’était son problème. En revanche, que les insectes qu’elle avait sauvé, en quelque sorte, osent se rebeller contre elle et l’accuser de tous les maux était inconcevable. Le feu bouillonnant de la rage le brulait de l’intérieur devant une telle injustice. Entravée et gravement blessée, sa tante ressemblait davantage à une prise de guerre qu’à une citoyenne que tout le monde avait côtoyé durant des années. Considérablement affaiblie, elle fut trainer jusqu’au bûcher et tandis que les flammes gagnaient en vigueur, c’est sa haine pour l’engeance qui la condamnait qui grandissait. Le regard rivé sur sa tante qui hurlait de douleur, une cri bien plus proche lui fit tourné la tête vers la femme dont il émanait. Toutes les personnes autour de lui le regardaient. On y lisait clairement de la peur. Baissant les yeux sur le reste de son corps, il se rendit compte qu’il s’était mit à canaliser la magie négative comme le lui avait appris le nain mais plus encore, son corps semblait fluctuant et aussi insaisissable que les ténèbres. Un homme découvrit une épée, bientôt imité par d’autres.

Herald battit en retraite et quitta les lieux. Alors qu’il rentrait chez lui, il se fit rattraper par les mêmes hommes qui l’attaquèrent. Un coup de poignard l’atteignit à l’épaule. De peur comme de réflexe, il recula jusqu’à un coin sombre. Un nouveau coup fut envoyé vers lui, il se jeta vers l’avant pour passer au-dessous. Profitant de sa mobilité et petite taille, il se redressa et reparti en courant. Toujours suivi, un des hommes lui coupa la route. Herald trébucha. Alors qu’il s’attendait à sentir le sol sous son corps, il rouvrit les yeux pour se rendre compte qu’il était dans un lieu tout autre. La chaleur était plus conséquente. Une voix s’éleva derrière lui.

« Je savais que tu reviendrais à moi mais pas aussi vite. »

Herald se releva et dévisagea le nain avant de poser la main sur l’amulette qu’il portait autour du cou. Le nain lui adressa un signe de tête pour lui assurer qu’il comprenait bien. C’était bien l’objet qu’il avait étudié qui l’avait amené là. La magie à l’œuvre était duale, un sort de lecture des sentiments et une téléportation vers le lanceur de sort. Il n’avait toutefois pas compris, alors qu’il étudiait l’objet, que le sort de lecture de sentiments était le déclencheur ni que c’était la peur, ou peut-être la douleur, qui permettait d’activer le second sort.

« Tu te méprends sur une chose pourtant. Ce n’est pas la peur qui est le déclencheur car tu es le garçon le plus stoïque que je connaisse, même face à des problèmes d’ordre vital. La lecture n’était là que pour répondre à ton analyse de la situation. Ce n’est pas l’éventuelle peur qui a déclenché la téléportation mais ton analyse froide et ta conclusion ‘je vais mourir’. Mais avant de continuer sur des sujets de la sorte, explique moi ce qu’il s’est passé.»

Herald ne se fit pas prier et lui confia ce qu’il s’était passé. S’ensuivit une longue discussion avec le nain et finalement avec ses deux congénères qui accompagnaient la caravane puis avec le chef d’expédition. Tous convinrent que la situation du jeune homme nécessitait qu’il ne retourne pas chez ses parents. Ils devaient déjà être accusés de complicité. Si ils avaient vu un des enfants témoigner de ce type de … potentiel, il y avait de fortes chances qu’ils demandent des comptes aux parents, voire qu’ils les bannissent. A moins qu’ils ne les gardent simplement à l’œil. Toutefois, le retour d’Herald ne ferait que compliquer leur situation alors que personne d’autre n’avait montré de signes d’activité magiques en tant d’années. Pour leur sécurité, mieux valait qu’il reste éloigné de sa ville natale. Pour l’instant. Toutefois, les nains expliquèrent qu’ils respecteraient sa décision et le renverrait là-bas si il le souhaitait. Sinon, ils l’invitèrent à les suivre durant leur périple. Au terme de celui-ci, lorsque les membres de la caravane se sépareraient, Herald choisirait quoi faire. Quelques mois auraient passé. Herald accepta. Quelle raison avait-il de refuser ? C’était le choix le plus logique à faire après tout, pour tout le monde. Il avait toujours voulu s’en aller et même si les conditions n’étaient pas optimales, il aurait ainsi tout le loisir de découvrir ce que signifiait avoir des « pouvoirs ».

Il intégra la caravane en échange de son aide pour différentes tâches, parmi les plus ingrates. Toutefois, à ses heures perdues, le nain lui apprenait les rudiments de la magie en passant par les différents langages de la magie : runique, draconique, elfique. A côté de cela, c’était toute une philosophie qu’il enseignait à son élève. Qui possédait la puissance et les connaissances nécessaires pour détruire devrait plutôt mettre ses efforts dans la construction. Il lui expliqua en quoi son affiliation avec les yamilos allait être compliquée à gérer. L’appel du sang viendrait forcément à un moment ou à un autre et pour l’empêcher de devenir un monstre bête et méchant, seules la culture, l’intelligence et surtout la rigueur lui permettraient de se réguler et d’éviter qu’il commette un jour un carnage. C’était même déjà un miracle du point de vue du nain que ça n’ait pas déjà été le cas.

Finalement les mois avaient filé rapidement et Herald ne s’était même pas rendu compte qu’un an avait passé. Le temps de faire un choix était venu. Il fut cependant aisé de prendre la décision. Le jeune homme demanda humblement au nain l’autorisation de l’accompagner chez lui en tant qu’apprenti thumper, un apprenti bâtisseur en somme, un apprenti créateur d’artéfacts.

Le nain ne se décida pas tout de suite. Malgré l’attachement qu’il éprouvait pour le gamin, il restait un hybride et puis il s’agissait d’un art gardé précieusement par les siens. Les autres verraient d’un mauvais œil qu’il n’explique leurs secrets à un novice potentiellement dangereux. Aussi mieux vaudrait qu’ils ignorent son hybridation, et pour cela, les moyens étaient nombreux et à leur portée.

Il accepta donc finalement à la condition exclusive qu’il respecte à la lettre chacune de ses consignes lorsqu’ils y seraient et… Qu’il change de nom. Une demande qu’Herald considéra étrangement. Le nain prit le temps de lui expliquer. Herald acquiesça.
Le nain lui confia le nom auquel il avait pensé : Ryze. Parce que dans une autre langue humaine, la signification lui convenait parfaitement. D’abord de par sa capacité d’apprentissage, mais également de par sa volonté d’aller jusqu’au bout, de ne pas reculer et également de se relever malgré les déceptions qu’il avait pu avoir. Evidemment ce dernier point était contrebalancer par son incapacité chronique à éprouver des sentiments et venait surtout de l’espoir un peu fou du nain à faire de son apprenti un « nain » à part entière, dans l’esprit du moins. C’est-à-dire un être bon et bienveillant envers les autres, capable. Ryze lui convenait également visuellement car lorsqu’il utilisait la magie, neutre particulièrement, c’était ses yeux et l’ensemble de son corps qui laissait apparaitre une aura bleutée. Sans qu’elle soit surpuissante, elle en imposait par sa simple manifestation, faisant bouger ses vêtements, cheveux aussi surement que le ferait une bourrasque si bien que même ceux qui étaient incapables de voir la magie voyaient au moins ces derniers éléments. De quoi en effrayer plus d’un.

Ryze se fit connaitre au royaume nain de l’ouest comme un apprenti bâtisseur avec un fort potentiel, si bien qu’il intégra leur académie privée, apprenant la magie de métamorphose avec laquelle il avait une forte affinité. Le jeune homme optimisait à merveilles les applications et altérations même mineures qu’il faisait.
Il tenta également d’apprendre les bases de la magie blanche, par curiosité simplement. Il n’était pas très doué en magie blanche mais son maître Thumper tenait à ce qu’il apprenne ce qu’il fallait pour préserver la vie et l’aider. On tenta donc de lui inculquer des bases dans ce domaine et spécialement dans la magie de régénération, de soins. Un exercice qu’il ne maitrisait qu’à peine. Concernant la magie noire, il aurait adoré s’y adonner et découvrir la matière mais les nains refusaient qu’elle soit enseignée, aussi dut-il se procurer des grimoires qu’il cacha soigneusement à l’insu de son mentor.

Il y passa cinq ans. Mais à mesure qu’il grandissait, il attirait la méfiance des autres. Son côté asocial s’était encore renforcé, tout comme son absence de compassion. Il semblait se déconnecter chaque mois un peu plus de l’espèce humaine, ou à défaut, des nains si bien que même son maître commença à se sentir mal à l’aise avec lui. Pourtant, jamais Ryze n’aurait fait quoi que ce soit contre ceux qui l’avaient accueillis et permis d’atteindre un tel niveau de connaissances.

Pourtant le malaise s’accentua et on lui demanda de partir. Le maître nain, sans doute dans un élan de culpabilité, lui confia qu’il devrait se rendre à Targatt pour progresser davantage et se tester. Il lui expliqua à cette occasion ce qu’étaient les cités-mages et que c’était principalement à elles qu’ils revendaient les artéfacts qu’ils créaient par l’intermédiaire des grandes familles marchandes.

Connaissant déjà quelques Bones, le maître Thumper accepta de lui faire une lettre de recommandation pour qu’il intègre les ateliers de Targatt en échange qu’il ait accès à l’académie et à quelques cours, malgré son âge plus avancé que la normale. Après tout, il avait déjà commencé à se faire connaitre avec son travail. Certes il s’agissait d’objets simples mais plein de finesse et parfaitement fonctionnels.

Sans attendre de réponse, Ryze se mit en route. En chemin, il manqua de se faire dépouiller plusieurs fois et ne dut son salut qu’à l’enseignement de son maître, c’est-à-dire en se forçant à être conciliant. Autrement dit, il avait vendu ses services au lieu de se laisser voler. Finalement, il atteignit Targatt avec davantage d’équipement qu’il n’en avait en partant, un signe de gratitude de la part des malfrats qui lui avaient cherché des noises. Pour autant, aucune compassion n’était visible car il n’en ressentit aucune. Juste un bref et infime soulagement de ne pas avoir à se battre. On l’avait tant mis en garde contre la soif de sang qu’il craignait presque, rationnellement parlant, que le moindre débordement de violence de la déclenche.

Mais ce ne fut pas le cas et il franchit finalement les murs de Targatt.



Physique

« Un être presque normal dans un corps tout à fait banal. »


Herald est donc un humain, humanoïde du moins, plutôt jeune et n’ayant jamais ni vraiment combattu ni eu d’entrainement physique régulier, il n’a pas une musculature très développée. Sans être maigrichon, il n’a donc pas non plus une carrure imposante et n’est pas très grand, à peine 1m75, si bien qu’on le prend facilement pour un élève de l’académie en permission.

C’est d’ailleurs aussi la faute de son visage encore assez juvénile. Bien qu’il ait 22 ans on lui en donne à peine 17 ou 18. Le seul indice vient de son regard souvent très calculateur et plus mature que la normale pour l’âge qu’on lui donne. D’ailleurs, ses yeux sont verts avec quelques traces jaunes. Un trait de famille apparemment. Quant à ses cheveux ils sont bruns.

Si pour le moment il porte l’armure gentiment donnée par son maître, il espère trouver rapidement des vêtements plus pratiques et agréables. Toutefois il a fait la promesse au nain de la porter tant qu’il ne serait pas plus aguerri au combat, il s’évertue donc à tenir cette promesse bien que ça le gonfle profondément. Quant aux lunettes qu’il arbore le plus souvent, c’est un objet lui aussi inventé par son maître lui permettant de « voir » la magie. Les sorts actifs du moins. Ca l’aide à la détecter évidemment et surtout à l’étudier sans se fatiguer trop vite. Sans elles, ses performances d’analyses seraient considérablement amoindries car demanderaient bien plus d’efforts. Là encore, il a conscience que ce n’est qu’une aide dont il devra se séparer un jour ou l’autre. Il en est de même pour les armes qu’il porte. Si il est effectivement à l’aise avec les poignards, ce n’est pas le cas avec son épée et son bouclier qu’il ne trouve pas en adéquation avec lui… Il compte donc étudier les différentes formes existantes afin de trouver ce qui pourrait lui convenir.



Caractère

« Déconstruire sa propre nature pour la maitriser.»

200 mots minimum.

Herald n’est pas très sociable. Non pas qu’il déteste ses congénères mais il ne voit que rarement l’intérêt d’aller vers eux. Peu loquace, il a tendance à ne pas faire grand cas de ce qu’ils peuvent penser de lui ni de leurs sentiments. Lesquels sont perçus par ce dernier comme plus encombrants qu’autre chose. Herald sait pertinemment que les autres êtres en ressentent communément et on lui a bien fait comprendre que c’était sa nature qui finalement était anormale là-dessus et non l’inverse. Toutefois, il est plutôt satisfait de savoir que son jugement est moins altéré que les leurs par ces choses aussi futiles. Après tout, lui aussi ressent tout de même des sentiments, des impressions et autres sensations. Mais pour Herald il ne s’agit là que de détails si peu c’est intense, exception faite d’un certain sadisme refoulé.

Ne recherchant pas les ennuis, il les trouve parfois malgré lui, d’une part à cause de son côté cassant que l’on prend facilement pour de l’arrogance, et d’autre part car il ne voit pas non plus d’intérêt à mentir bien qu’il ne s’en prive pas si besoin est. Ne jugeant pas les autres comme de vraies menaces –notamment car la plupart des personnes sont dépourvues de pouvoirs- il lui est déjà arrivé de prendre un malin plaisir à les ridiculiser mais en faisant en sorte de ne pas trop attirer l’attention sur lui. Il déteste être le centre d’attention.

Pour en revenir à sa nature, il évite et même redoute de la laisser exploser et de s’exposer. Il déteste cette part de lui, non pas à cause de ses aptitudes ni même à sa propension dès lors à avoir envie de tuer les gens, mais davantage à cause d’un simple autrement plus simple : la sensation d’être dépendant de cette nature et de ne pas la contrôler totalement. Il déteste se dire qu’autre chose que sa volonté entre en ligne de compte.

D’ailleurs, les nains pensaient que sa volonté était faible, ce en quoi ils se fourvoient totalement. Après tout, il a persévéré dans une enquête pendant des années, signe de sa persévérance. Quand à a volonté à l’état pur, elle est au contraire très développée. Malheureusement, il ne l’emploie jamais, faute d’avoir un but à atteindre. Jusque-là il s’est plutôt laissé vivre si on peut dire. Toutefois, quand il veut quelque chose, si il définit ce que c’est évidemment, il fait tout pour l’obtenir. Il n’a pas encore choisi, raison pour laquelle il peut paraitre aux inconnus une personne des plus laxistes voire je-m’en-foutiste.

A côté de cela, il ne souffre pas spécialement de l’absence de sa famille ni d’avoir été rejeté par les nains. Bien qu’il ne soit pas aussi sensibles qu’eux, ils comptent, intellectuellement parlant, que certains comportement, ou absence de réactions considérées comme normales, puissent mettre certains peuples ou personnes, mal à l’aise. Evidemment dans son esprit c’est une raison des plus stupides. Mais Herald a conscience qu’ils ne peuvent pas lutter contre leurs sentiments, contrairement à lui qui a parfaitement cerné dans quels cas ses instincts de tueur sadique pouvaient se révéler et fait tout ce qu’il faut pour les étouffer, les réduire à néant. C’est en cela que sa volonté s’exprime totalement bien que tout le monde l’ignore. Selon sa conception, céder à des instincts quels qu’ils soient est une chose détestable.  Cause de tout cela il est déjà arrivé qu’on le prenne pour un incarnat, une méprise qu’Herald n’a pas chercher à rectifier. Après tout peu importe sa nature puisqu’il lutte contre pour devenir « autre chose ».

Pour le reste, il est une coquille « vide », sans expérience réelle et ne demandant qu’à apprendre, qu’à se remplir au fur et à mesure. Niveau sexualité c’est exactement la même chose, il est assez insensible au charme le plus prononcé ou à la beauté la plus pure. Si il peut apprécier par moment une telle vision, il n’a pour l’instant jamais ressenti d’attrait sexuel à proprement dit. C’est une chose qui ne l’intéresse d’ailleurs pas. Pour le moment en tout cas.

Quant à la magie, il compte bien en acquérir toutes les connaissances et en recréer tous les rouages pour, à son tour, bâtir et construire ce qu’il souhaitera. Il éprouve une certaine forme de respect pour les manipulateurs d’une telle énergie, bien que la plupart ne sache pas comment utiliser pleinement leur potentiel –d’après lui du moins- ce qui constitue un véritable gâchis.



À propos de vous

« Me, myself & I »
  • Votre prénom : double compte :p

  • Votre âge :Himitsu

  • Votre expérience en jeu de rôle : xxx

  • Votre fréquence de connexion : Dépendra de mes options de RP


© Diane
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Finnegan Walsh
Vagabond - Mage 4e ordre
Age du personnage : 33 ans
Race : Humain
Pouvoirs : Illusion d'ailleurs - Purification de l'eau
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Nov - 12:16
Diantre, un sapient magistère !

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Herald Black
Apprenti Façonneur
Age du personnage : 22
Race : Humain
Pouvoirs : Pouvoir des ombres des Yamilos | Schématique magique
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Nov - 12:49
Merci noble porteur de l'épée :hi
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Prophétesse Zahel
Missionnaire d'Ether - Mage 4e ordre
Age du personnage : 21
Race : Humaine
Pouvoirs : Modélisation Divine et Chirurgie Divine
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Nov - 14:52
Mon détecteur à hérésie s'allume e_e
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Herald Black
Apprenti Façonneur
Age du personnage : 22
Race : Humain
Pouvoirs : Pouvoir des ombres des Yamilos | Schématique magique
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Nov - 15:57
*Cherche un hérétique dans le coin mais en vain*

Bonjour.

*Regarde étrangement la demoiselle*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Herald Black
Apprenti Façonneur
Age du personnage : 22
Race : Humain
Pouvoirs : Pouvoir des ombres des Yamilos | Schématique magique
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Nov - 9:17
Merci pour l'activation !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alrost
Ex-capitaine du Protectorat - Archimage
Age du personnage : 636
Race : Hybride
Pouvoirs : Téléportation, télékinésie, feu noir et forme démon
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Nov - 10:57
Aloa!
Bienvenue à toi jeune homme! Puisse tu trouver ta voie dans cette mystérieuse cité à l'agonie

mais qui peut donc être ce DC
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Herald Black
Apprenti Façonneur
Age du personnage : 22
Race : Humain
Pouvoirs : Pouvoir des ombres des Yamilos | Schématique magique
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Nov - 11:58
Haha :p qui sait !

merci en tout cas
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Seigneur de Targatt, Chef des Leckard - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Déc - 8:53
Bienvenue jeune maitre façonneur.

Je saurai employer vos services.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: TARGATT :: CREATION DE VOTRE PERSONNAGE :: Inscriptions adultes - non élèves-
Sauter vers: