:: TOUR DES ARCANES - ACADEMIE :: LE PARC Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

entre rumeur et réalité [PV Garreth/Amélia]

avatar
Garreth Doreagan
Apprenti 2e sphère Méridius
Age du personnage : 20 ans
Race : Lycan
Pouvoirs : détection de la magie
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 9 Nov - 12:38
"Maladie psychologique assez rare, le dédoublement de la personnalité demeure difficilement explicable, c'est une maladie à même d'altérer l'harmonie existentielle de l'individu, une maladie psychologique touchant peu de personnes dans le monde, mais qui existe réellement et souvent cultivée depuis l'enfance. La double personnalité est provoqué par l'inconscient qui cache souvent un autre problème. La personne se présente tour à tour avec sa personnalité « normale », ou avec un comportement incohérent, incontrôlé et parfois violent qui ne ressemble pas du tout à qui il est."

Était-ce ce que nous avions ?

Cela faisait un moment que je me posais des questions sur ma nature. Qu'étais-je. Plus le temps passait, plus cette part de moi-même se...développait. Le loup était autant une part de moi-même que quelque chose de différent de moi.

Enfant, il n'existait pas. Ou alors il était là, mais il était caché, presque fusionné avec moi en une seule âme. Mais plus le temps passais, plus mes instincts animaux se réveillaient. Je ressentais des choses à la façon d'un loup et non d'un homme. Un peu avant mon départ à Targatt, c'était la première fois que j'avais l'impression que je n'étais pas seul dans ma tête...Que la partie lycane de moi soit une partie plus indépendante que ce que j'aurais cru.

J'essayais de trouver une réponse avec le savoir. Même si la bibliothèque de l'académie était porté sur toute les connaissances magiques, évidemment, il y avait quelque livres de psychologie par ci et par là. Sûrement une addition aux ouvrages sur la magie spirituelle, vu qu'il s'agit d'une affaire d'esprit. C'était peu, mais c'était tout ce que j'avais, et j'avais passé quelque heures assis à lire un maximum de chose là dessus, assis à une table.

La plupart des définitions d'un dédoublement de la personnalité parlait d'un soi « normal » et d'une addition indésiré. Quelque chose qui n'avait rien à faire là, un problème dans l'esprit qui pourrait être retirée, un peu comme le fait qu'une écharde soit plantée dans la peau ne signifie pas qu'elle fait partie du corps. Mais ce n'était pas ça...

J'avais réfléchis à une théorie moi-même, et pour l'instant je n'ai pas eu de théories plus crédible. Ce loup, c'était moi. J'étais homme, j'étais loup, tel était la nature d'un lycan. Simplement, j'ai vécu en homme, et la partie homme de moi-même dominait ma vie. Si j'avais été élevé dans la nature, ça aurait été peut-être l'inverse. Peut-être que j'aurais vécu en loup sauvage, entendant un homme en moi parler dans ma tête. Cette pensée me faisait autant rire qu'elle me perturbait.

Je me disais aussi que c'était peut-être lié à mon pouvoir personnel, la sensibilité magique. Je peux voir la force et le type de magie chez un individu, et souvent leur aura qui y sont associés. Des pouvoirs raciaux comme ceux de transformation d'un lycan était une magie proche du vivant, d'une autre nature. Ma théorie était que mon pouvoir personnel était activé vingt-quatre heures sur vingt-quatre dans mon propre corps. Peut-être que ce pouvoir racial en a éveillé une forme de conscience, avec le temps. Étant en connexion constante avec mon don, j'ai appris à éveiller et faire vivre ma partie animale de moi-même.

C'était...une théorie tirée par les cheveux. Et peut-être que j'avais tord. Mais plus le temps passait, plus je me disais que c'était le cas.

Pourquoi réfléchir là dessus ? Regarder ces...formes ne nous aide pas à survivre.
Ça s'appelle des lettres. Et la vie ne peut pas se résumer à seulement manger et dormir. Dis-toi que s'instruire est une forme de façon de nous aider à survivre. Nous apprenons, pour ne pas faire d'erreurs dans le futur.


Le loup grogna légèrement, à moitié convaincu. Pour lui, la vie était simple. Tout était axé sur optimiser la vie. S'assurer de ne manquer de rien, et ne jamais flemmarder que pour reprendre des forces. Mais je savais que la partie humaine déteignait sur lui. Il avait une morale, et un sens de la justice. Il est offusqué à la vision d'un faible agressé par des forts. Quand à moi, j'ai hérité de ses sens, plus aiguisés que la moyenne, ainsi qu'une certaine hypersensibilité, et une capacité d'adaptation assez rapide. J'étais réfléchis, académique, philosophique. Il était brut, primaire, naturel et sincère. On se complétait finalement assez bien...

D'ailleurs, mon oreille frétilla un léger moment, entendant des petits bruits agaçants, similaire à une souris, le vol d'une mouche, ou bien une plume grattant le papier. Nonon, ce n'était aucun de ses bruits là, c'était le bruit de personnes qui chuchotaient. Encore des messes basses, hein ? Je me tournais un instant, voyant deux étudiant parler en me regardant. Alors qu'ils voyaient que je les avais repérés, ils arrêtèrent soudainement, et avec un air embarrassé, partirent vers d'autre rayons dans la bibliothèque.

Je soupirais. Décidément, les rumeurs à mon propos n'allaient pas me lâcher de si tôt. C'était profondément agaçant. Pour une fois, le loup et moi étions d'accord sur ça. Socialement, je n'appréciais pas avoir une mauvaise popularité. Quand à l'animal, cela ne faisait qu'attirer l'attention sur nous. Fermant le livre, je décidais de le garder avec moi, contre mon bras, et prit ma canne pour me lever et m'en aller.

Sortant de la bibliothèque, je marchais tranquillement. J'avais encore un peu de temps devant moi, et je décidais d'errer un petit peu dans le parc, avec l'envie de me détendre un petit peu, penser à autre chose. Plus aucun endroit semblait calme, cependant. Entre les épreuves et entraînement de Drake, la menace que semblait être Cernunos, et le mauvais œil de la plupart des élèves. Si seulement je n'étais pas dans un dortoir...au moins j'aurais eu un endroit pour me reposer et m'y réfugier.

on nous regarde encore

Oui, comme d'habitude quoi. à ce niveau là, ce n'était pas surprenant. Je me contentais de me retourner, voir qui était le nouveau curieux. Cette fois-ci, j'avais deux mots à dire. On me regardait, mais jamais on me faisait face après tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Légitimus
Apprenti 3e sphère - Talmar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Nov - 22:30
Il y avait parfois, dans la vie d'un espion, des missions plus facile que d'autres. Evidemment, voler des informations étaient plus difficiles que simplement surveiller quelqu'un, gagner les faveurs d'un individu, sa confiance pour ensuite le trahir était bien plus difficile que l'éliminer tout simplement et le menacer avant pour obtenir des informations, Amélia le savait parfaitement.

Toutefois, elle rangeait les petites missions que certains de ses "clients" au sein de l'Académie lui commandait parmi ces missions aisées. Cette classification de fait ne fut néanmoins pas mie en oeuvre quand, dans sa boîte aux lettres mortes, elle trouva une nouvelle requête. La personne qui l'employait, et qui avait déjà placé un acompte dans la susdite boîte -trahissant son souhait de connaître les informations qu'elle demandait- ne réclamait pas moins qu'Amélia obtienne des informations pour vérifier la réalité de certaines rumeur tournant autour d'un élève de l'Académie : Garreth Doreagan.

Naturellement, avant d'accepter l'offre de son potentiel employeur, Amélia fit une rapide enquête. Elle avait entendu parler de cet élève des Méridius et de ses soi-disantes activités en compagnie de quelques personnes hautement placées dans la société de Targatt. Ces rumeurs autour du jeune homme paraissaient si incroyable qu'elles finirent par convaincre Amélia de répondre favorablement à l'offre de son employeur, non sans avoir demander un meilleur prix au vu de la dangerosité de la mission.

Ainsi la jeune Amélia, connue dans l'Académie pour sa timidité et sa tendance à se garder loin des autres comme si elle était une personne fragile -ce qui surprenait beaucoup de personne au vu qu fait qu'elle soit à Talmar- allait devoir se rapprocher du jeune Doreagan. La tâche n'était pas simple, car beaucoup de personne le regardait. Non pas pour obtenir quelque chose mais simplement pour alimenter un peu plus le manège infernal des rumeurs tournant autour du jeune homme. Il ne fallait donc pas apparaître comme un de ces rappasses voulant simplement repaître leurs yeux et leur curiosité avec l'image de cet obscure individu. La timidité simulée d'Amélia aidait un peu. Elle passait non loin de lui sans jamais vouloir croiser son regard, mais avec l'ouïe particulièrement attentive. Elle avait étudié ses habitudes en demandant aux gens de sa maison et ainsi parvenait à le suivre de loin comme une jeune fille un peu intimidé et pourtant attirée le ferait, surement par fantaisie plutôt que par réalisme.

Chaque jour était une petite trouvaille. Mais l'affaire avançait lentement et son employeur, même s'il avait bien compris qu'elle n'était pas aisée, demandait plus de résultat. Il fallait donc passer à la vitesse supérieur. Ce qu'Amélia fit en tentant un rapprochement.

Une après-midi, la jeune-fille-lapin se décida à franchir le pas. Elle allait essayer de ne plus être dans l'ombre de ces filles et ces garçons charognard et se présenter à lui pour lui parler, comme deux personnes civilisées le ferait. Il devait tellement être habitué à voir des gens autours de lui parlant à voix basse que la voir lui parler directement le surprendrait. Pourtant, Amélia n'y allait pas avec légèreté. Si certaines rumeurs s'avéraient vraies, il pourrait se montrer méfiant. Elle devait donc continuer sur la carte de la timidité et la curiosité en même temps. Cela pourrait aider ? Et puis, naturellement, comment ne pas jouer de son corps si peu fréquent dans les cités pour piquer la curiosité de sa cible. Il semblait friand de savoir, elle pourrait donc lui en offrir.

Aussi, elle voulut l'aborder à la bibliothèque. L'endroit était tout à fait à propos. Mais, non seulement deux pimbêches lui barrèrent la route en direction de sa cible, mais en plus, elles le firent fuir. Si elle ne jouait pas la carte de la timidité, elle aurait fusillé du regard les deux jeunes filles. Elle préféra s'abstenir et jouer de sa timidité en s'isolant subitement alors que le jeune Garreth Doreagan passait à côté d'elle. Sa mission ne l'empêchait pas d'émettre un avis sur sa cible et elle devait avouer qu'il était aggrable à regarder. Comme beaucoup des jeunes de cette cité d'ailleurs. A croire qu'elle était gangrenée par un eugénisme important. Enfin, qu'importe...

Amélia suivit un peu de loin le jeune homme en restant sur ses gardes, tenant fermement un vieille encyclopédie contre son torse. Elle ne savait pas où il allait et peut-être, par agacement, il pourrait soudainement devenir violant. Même si tous ses camardes affirmaient qu'il n'était pas volontaire pour la bagarre. Ce faisant, elle le suivit en prenant son aura naturelle pour ne pas être prise au dépourvue un jour si elle parvenait à créer une relation de confiance avec le jeune homme. Celui-ci, dans le parc, s'arrêta et se retourna soudainement vers Amélia. Ils étaient seuls dans le parc et Amélia, plus par naturel que par simulation, se tendit de surprise. Ses longue oreilles rousses se pointèrent vers le ciel avant de ce plaquer le long de sa tête à cause de l'embarras qu'elle simulait en raison de sa soudaine solitude face au jeune homme. Amélia détourna le regard et après quelques hésitations voulue faire demi-tour.

"Je...je suis désolée... je ne voulais pas te déranger. J... je vais y aller..."  

Amélia cacha une partie de son visage derrière le livre qu'elle portait et passa rapidement à côté du jeune homme pour tenter de s'enfuir via les profondeurs du parc. Même s'il ne la retenait pas, au moins sa curiosité aurait été piquée !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Garreth Doreagan
Apprenti 2e sphère Méridius
Age du personnage : 20 ans
Race : Lycan
Pouvoirs : détection de la magie
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Nov - 18:14
Face à moi, une jeune fille, d'un style que je n'avais jamais vu auparavant. Elle semblait être entre l'homme et l'animal, et pas de la façon de mon espèce. Une fusion des deux, en un seul corps. Une femme-animale ? C'était bien la première que je croisais. J'en avais entendu parler, mais rarement vu. Elle devait être bien moins présente à Targatt que les autres espèces, où j'ai surtout rencontré des hommes et des elfes. Quelque vampires, au passage, aussi. À très rares occasions, des lycans, sous forme humaine. Ça me rappelle que je devais un jour rencontrer d'autre membres de ma race, pour une fois...

-Je...je suis désolée... je ne voulais pas te déranger. J... je vais y aller...

Eh bien, c'était une timide, elle. Cette fille était de passage par hasard, et était tombé sur moi et fut intimidée, ou elle était comme les autres, à me regarder comme si des évènements incroyables allaient arriver ? Selon le loup, c'était la deuxième option. Lui-même avait l'impression qu'on était observée.

La fille passa rapidement à côté de moi, et le loup commença à grogner dans mon esprit.

-Attend...

Je lui demandais de s'arrêter, spontanément. Le loup avait déteint sur moi, avec sa volonté d'en savoir plus.

Je n'aime pas cette fille
Elle est inoffensive, non ? Tu es paranoïaque, l'académie ne nous fait pas du bien.


Le bleu de mes yeux s'intensifièrent un moment, signe que le loup était prêt à activer le don. Il voulait sonder la fille, et Amelia pouvait peut-être le sentir. Au mieux, elle pourrait croire à une brise un peu fraîche. Au pire, ressentir une présence à côté d'elle qui voulait entrer...

NON !

Je hurlais dans ma tête, d'une façon autoritaire. Immédiatement, mes yeux reprirent leur forme initiale, et le loup revint à moi. Je détestais quand il manipulait notre magie sans mon accord. C'était déséspérant que ce soit la version la plus sauvage de moi-même qui était un meilleur mage que moi. À un tel point où il était cappable de se matérialiser et prendre forme dans mes propres sorts pour pouvoir avoir le contrôle. Ça avait ses avantages, cependant.

-Qu'est-ce qu'on dit sur moi ?

Je lui posais la question, voulant un peu briser la glace. Pour une fois qu'une personne me parlait, même si c'était pour me dire « désolé je m'en vais », j'avais la bruse envie d'avoir des explications. C'était injuste de ma part...je ne devrais pas diriger ma colère de toute une école contre une seule personne...

Je m'adossais contre un arbre derrière moi, prenant un ton plein de raillerie.

-La dernière fois j'ai cru entendre que je suis un espion de diverses familles de Targatt et que je les manipulent tous pour avoir leur secret. C'est fou comme les gens ont une imagination fertile. Toi, tu as entendu quoi. Qu'est-ce qu'un petit boiteux de Meridius est capable de faire ?

Un petit sourire taquineur, je lui posais cette question, voulant voir à quel point les gens pouvaient être absurde. Même si je comprenais qu'on avait assisté à des évènements pour le moins...peu commun, notamment pour Drake et Jeliel...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Légitimus
Apprenti 3e sphère - Talmar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Nov - 20:11
Amélia voulut s'isoler dans quelques buissons du parc, histoire de fuir la présence de sa cible. Elle voulait surtout voir si elle était parvenue à susciter chez elle une quelconque curiosité. Son ordre pour qu'elle s'arrête allait bien dans ce sens ce qui satisfaisait Amélia. Il avait mordu à l'hameçon. Maintenant il s'agissait de le garder au bout de la ligne le plus longtemps possible.

La jeune-fille s'arrêta subitement et bien qu'elle se mit face au jeune Doreagan, elle refusait presque de croiser son regard et son visage donnait davantage vers le sol. Ses yeux s'hasardaient de temps à autre à croiser ceux du jeune homme. Mais derrière cette apparente timidité, il y avait surtout l'instinct de la jeune fille qui s'énervait. Il avait soudainement eu non loin d'elle une présence que les gens de son espèce rangeait parmi les prédateurs. Le genre de prédateurs qui finissait en tapis, un fourrure ou en tapisserie. Le genre de prédateur qui pouvait trouver un malin plaisir à s'acharner sur l'un des siens quand il était isolé. Ceci ne plaisait pas à Amélia qui laissa une main tomber le long de sa jupe, prête à saisir la lame placée en dessous.

Elle fut cependant surprise par la question direct de sa cible et sentant la présence derrière elle disparaître, replaça sa main sur l'encyclopédie. Ses oreilles, qui s'étaient furtivement dressées suite à la question du jeune homme, trahissaient son embarras et le fait qu'elle soit prise au dépourvue, du moins, en apparence.

"Sur toi ? J... je ne..."

Il ne laissa même pas le temps à Amélia de répondre, la prenant légèrement de haut et avec le ton moqueur, lui lança ce que certains petits malins de l'Académie avait lancé comme rumeur sur lui. Amélia avait entendu cette histoire et pour tout avouer, elle n'avait vraiment cherché de ce côté là. Pourquoi ? Parce qu'elle était de ceux qui espionnaient pour les grandes familles contre les grandes familles. Il ne fallait pas non plus qu'elle fasse tomber un des écrans entre elle et ses activités.

Alors qu'il la regardait avec un sourire taquin, comme s'il s'amusait avec elle, Amélia ne savait pas vraiment comment se tenir ou où se mettre. Elle n'était pas impressionnée, mais en apparence embarrassée. Après tout, dans l'Académie, elle n'était pas grand chose de plus qu'une fille de petite condition qui avait une bonne éducation uniquement parce que famille était "protégée" par les Xelcius. Face à quelqu'un quipouvait avoir des relations avec le Roi, il était normal qu'elle ne soit pas à l'aise.

"On dit... que tu connais bien le Roi... et certains professeurs. Un peu trop peut-être ?... que... que tu n'es pas complètement humain..."

Amélia regarda alors dans les yeux le jeune homme.

"Je pensais que tu étais comme moi. A vrai dire c'est pour ça que je t'ai suivi. Mais on m'a certainement jouée une nouvelle farce... Les autres Talmars ont la fâcheuse tendance de me faire croire que je ne suis pas la seule dans l'Académie à être comme ça. Mais qu'est ce que je raconte, tu t'en fiches..."

Amélia regardait ses pieds en tripotant le bout de l'une de ses oreilles avant de lever les yeux vers lui.

"C'est vrai que tu n'es pas humain ? Je ne veux pas t'énerver et je comprendrai que tu ne veuilles pas répondre. C'est juste que... que tout le monde le dit et comme toi, tout le monde me regarde aussi. Alors je n'ai pas la réputation d'avoir le visite de certaines personnes. Toutefois ma condition intrigue les autres et je sais ce que c'est de subir les messes basses et ce qui va avec..."

Amélia se remit à regarder ses pieds et ses oreilles s'étaient mises à l'horizontale comme pour dire qu'elle hésitait entre la curiosité et la timidité maintenant que le jeune homme lui avait adressé la parole et lui avait intimé l'ordre de lui répondre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Garreth Doreagan
Apprenti 2e sphère Méridius
Age du personnage : 20 ans
Race : Lycan
Pouvoirs : détection de la magie
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Nov - 21:44
-Sur toi ? J...je ne...

elle se sentait vraiment mal à l'aise. Soit elle était beaucoup trop timide pour parler, soit elle connaissait justement beaucoup de ses rumeurs et n'osait pas tout me dire. Ou les deux, elle était timide, et connaissait tout ce qui était dit derrière mon dos.

-On dit...que tu connais bien le Roi...et certains professeurs. Un peu trop peut-être ?...que...que tu n'es pas complètement humain...

ah, eh bien voilà ! Elle avait entendu quelque petites choses finalement. Les plus classiques, les plus soft, même. Le Roi, je ne pouvais pas le cacher, après tout quelque élèves l'avaient vu venir dans la tour et demander à tout le monde de partir pour me laisser seul avec moi. Et un peu trop ? En vérité, je n'avais pas vraiment de rapports particuliers avec les autres professeurs. J'avais eu des interactions peu agréables avec Cernunnos, et j'avais participé à une mission avec Ama, mais sinon rien de spécial. Astoria, autrefois, mais vu ce qui lui était arrivé, ça n'avait plus d'importance. Pareil pour Nimwe, l'elfe qui avait géré mes cours de magie spirituelle pendant un petit moment, et qui me manquait assez. C'étiat le professeur avec qui je m'étais sentis le mieux dans cette académie.

J'avais bien envie d'être sincère avec ma condition. Lui dire que j'étais l'élève de Drake ? Mais ça alimenterait encore plus les rumeurs. Mieux valait un entre deux.

-Un peu trop ? Seigneur, Je suis devenu le courtisan des professeurs maintenant ? Au moins la plupart des rumeurs me donnaient un côté mystérieux, mais ça commence à devenir humiliant.


Je l'avais interprété comme tel. Peut-être que la fille sous entendait que je connaissais la plupart de leur secret, ou tout simplement ceux qu'ils ne fallait pas, et que j'exagérais. De toute façon je pouvais m'attendre à tout de la part des autres élèves. Ils avaient une imagination fertile

-Je pensais que tu étais comme moi. A vrai dire c'est pour ça que je t'ai suivi. Mais on m'a certainement jouée une nouvelle farce...Les autres talmars ont la fâcheuse tendance de me faire croire que je ne suis pas la seule dans l'académie à être comme ça. Mais qu'est-ce que je raconte, tu t'en fiches...C'est vrai que tu n'es pas humain ? Je ne veux pas t'énerver et je comprendrai que tu ne veuilles pas répondre. C'est juste que... que tout le monde le dit et comme toi, tout le monde me regarde aussi. Alors que je n'ai pas la réputation d'avoir la visite de certaines personnes. Toutefois ma condition intrigue les autres et je sais ce que c'est de subir les messes basses et ce qui va avec...

-Pour si je suis humain ou non...Ce n'est même pas un secret. Je suis un lycan.

Je répondais naturellement. Mes yeux devinrent ôcre, se changeant en amande pendant un moment. J'avais un contrôle partiel de ma forme de loup, et je n'avais pas envie de prendre mon autre forme tout simplement pour lui montrer. Ça allait déchirer mes vêtements et ça prenait du temps et de l'énergie. Lui montrer simplement par mes yeux allaient suffire. Je n'avais pas un regard préateur cependant, ou avec de mauvaises intentions. Juste un regard neutre, sans mauvaises intentions. La race auquel j'appartenais ne devait même pas être une rumeur en tant que tel.

Je haussais le sourcil, curieux. Elle...S'identifiait à moi ? En voilà une bien bonne ! Ça me semblait complètement absurde, jusqu'à ce qu'elle me parle de savoir ce que ça faisait d'entendre les murmures des personnes nous regardant dans l'ombre. Peut-être...peut-être qu'elle le savait vraiment, ça ne semblait pas impossible, finalement. Elle avait une physionomie atypique et même moi je n'avais pas vu quelqu'un comme elle. J'étais étonné par contre d'entendre dire que c'était une Talmar. Intéressant...J'irais demander son avis à cain, il n'est pas très social, mais peut-être qu'il savait quelque chose sur cette fille.

Je soupirais. J'ai du être trop dur avec elle. Il était sûrement temps de me montrer plus gentil. Je prenais un sourire plus sincère en le regardant.

-Les seules choses à savoir sur moi, c'est que j'ai été l'élève favoris de Drake alors qu'il était encore professeur, et qu'en tant que régent il est venu me voir pour jauger si j'ai évolué. C'est tout ce qu'il y a là dessus. Et pour le reste, quelques anecdotes d'agressions par des démons, des tentatives de viol par des vampires esclavagistes, des combats de rue avec des arbres géants et des combats avec des dragons, mais c'est très secondaire.

Je disais tout ça d'une façon espiègle. Malgré les évènements dangereux, à la limite du traumatisme, qui m'étaient arrivé, je trouvais toujours mon réconfort dans la dérision. C'était de l'humour noir de ma part, mais j'aimais rire de ces situations dont on n'en rigolerais jamais.
C'est vrai, j'avais déjà vécu pas mal de choses. Mais si on me demandait des informations, je serais ravis de pouvoir parler de tout ça. Cependant, il était important que je ne mentionne Drake que de façon anecdotique. Il ne fallait pas comprendre ou même penser que j'étais toujours affilié à lui. Je ne voulais pas qu'on me voit comme son allié, ou tout simplement qu'on m'associe à quelqu'un d'aussi influent. Si ça se savait, je me sentirais en danger. Et on passerait de rumeurs à de vrais espions.

-Et toi ? On dit quoi sur toi ? C'est seulement lié à ton espèce ? Je n'ai jamais vu une personne de ton genre auparavant, c'est...

Je le regardais de haut en bas

-...fascinant. Enfin, pas dans le genre monstrueux, je suis juste curieux d'en apprendre plus. Le savoir rend libre, non ?

Mieux valait que j'évite de lui montrer un intérêt scientifique, ça risquait de la mettre mal à l'aise. Je voulais lui montrer que ma curiosité était juste une envie de savoir, de conaissance. Le savoir, c'est le pouvoir après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: TOUR DES ARCANES - ACADEMIE :: LE PARC-
Sauter vers: