:: TOUR DES ARCANES - ACADEMIE :: LA TOUR Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un cours, deux femmes-bêtes! [Amélia et Méra]

avatar
Amélia Légitimus
Apprenti 3e sphère - Talmar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Sep - 4:18
IL était tôt. Trop tôt pour Amélia qui, alors que ses camarades de maison s’activaient pour rejoindre leur salle de cours, cachait sa tête sous son oreiller afin de barrer la route aux rayons de soleils qui venaient l’importuner dans sa trop courte nuit. Trop courte ? Ô oui ! Car mademoiselle Légitimus, non contente d’écouter aux portes de quelques marchands au profit d’un de leur client, l’avait fait une bonne partie de la nuit. Pire, elle l’avait fait suffisamment longtemps pour qu’à plusieurs reprises, les cloches des églises de Targatt sonnent, marquant les heures qui passaient. En plus de cela, il fallut que le retour à l’Académie ne se fasse pas en toute simplicité. Non, ça aurait été trop facile pour Amélia sinon. Il fallut, alors qu’elle venait de donner à son client les informations qu’il avait demandé, réussir à déjouer la vigilance des Protecteurs, ceux des sorts de scrutations et en plus de ça, les éventuels gêneurs. Et pour couronner le tout faire cela avant que les grilles de l’Académie n’ouvrent pour éviter de devenir l’intérêt premier de certains professeurs qui s’inquiéteraient un peu trop de ses activités nocturnes.

Pour la plupart des gens, elle était la jeune Légitimus, une jeune fille timide, réservée et qui avait tendance à être seule. Une fille sans histoire et sans grand intérêt. Amélia ne faisait pas beaucoup d’effort pour être comme ça et tant mieux. Ce qui l’était encore plus, c’est que les gens l’acceptent et ne cherchent pas beaucoup plus loin. Ça aussi ça l’arrangeait.

Mais elle n’avait pas pour habitude de passer pour une lève tard ou une personne fatiguée. Elle était plutôt du genre à être très au carré sur les horaires si bien que la voir dans son lit, le visage caché par son oreiller et ses oreilles frissonnant au moindre bruit trop important surpris ses camarades de chambre. Ils n’allaient pas s’inquiéter pour elle non plus. Les filles qui étaient dans son dortoir ne faisaient que partager cette chambre avec elles. Elles n’étaient pas non plus ses amies. Elles donc certainement prévenir un professeur qu’Amélia ne semblait pas aller bien mais sans plus. Tant mieux se disait Amélia en entendant la dernière fille de sa chambre fermer la porte derrière elle. Elle aurait un peu de calme pour profiter des quelques minutes qui lui restait avant les cours. Elle pouvait bien sauter le petit déjeuner avant d’y aller d’ailleurs. Ca lui permettrait de sauver une petite heure de sommeil en plus.

Le tumulte du réveil de ses co-locataire étant passée et la fatigue faisant, Amélia ne mit pas beaucoup de temps pour retrouver les bras du dieu du sommeil. Et diable qu’ils étaient agréable. Surtout dans ce lit douillet et sous ces couvertures bien chaudes. Etre en dessous était si agréable qu’Amélia ne put s’empêcher d’y glisser sa tête pour mettre au chaud ses longues oreilles beaucoup trop éprouvée par le froid de la nuit dernière. L’hiver approchait et elle le sentait bien.

Cet agréable sommeil prit cependant fin dans un élan de panique d’Amélia. Elle pensait avoir dormis une heure. Mais elle avait l’étrange sensation que beaucoup plus de temps s’était écoulé. Le cadran solaire de sa chambre ne manqua pas de le confirmer. Elle avait officiellement presque trois heures de retard. Soit presque deux cours de manqués. Amélia se raidit dans son lit avant de bondir de celui-ci, attraper ses affaires et courir faire sa toilette. Elle n’avait jamais été aussi contente d’avoir ses pouvoirs pour éviter les surveillants et surtout ces fichus élèves se prenant pour des petits caporaux. Sa toilette faite et son uniforme sur le dos, Amélia se mit à emballer son sac avec ses courts en catastrophe avant de courir dans les couloirs le plus vite qu’elle le pouvait, pour une femme-lapin la célérité n’était pas vraiment un problème, et monter les marches de la Tour de l’Académie pour aller au cours qui était, normalement sur le point de commencer.

Et en plus de ça pas n’importe quel cours. Non ! Il avait fallut qu’Amélia soit fatiguée et en retard pour assister au cours du dernier professeur en date de cette académie et qui avait la tendance déjà reconnue de briser des os au moindre exercice pratique ! Elle avait échappée à ça en restant bien timidement dans son coin les quelques fois où elle avait dû suivre ce cours. Mais là, en arrivant en retard, Amélia craignait de ne pas vraiment pour y échapper.

La jeune femme-bête arriva en trombe devant la porte de la salle et après avoir toqué sans même reprendre son souffle, elle ouvrit la porte d’un coup. Là, elle se pencha en avant l’air complètement affolé.

"Je suis vraiment désolée d'arriver en retard! Vraiment, vraiment, vraiment désolée! Je n'ai pas vue l'heure passer et je me suis rendormie ! Je vous prie de bien vouloir m'excuser mademoiselle!!!"

A ce moment là, Amélia était dans un entre-deux. D'une part, elle était sincère dans l'excuse en elle-même. Elle avait beau être une voleuse, un assassin et un espion, ça ne l'empêchait pas d'avoir du savoir vivre. D'autre part, elle ne pouvait s'empêcher de se juger intérieurement en se disant qu'elle exagérait peut-être un peu trop et qu'elle devrait rester sur ses gardes avec un tel professeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mera
Esclave - Mage 5e ordre
Age du personnage : 1.5 Million d'années
Race : Homme-bête
Pouvoirs : Style de Combat Suprême et Invincibilité
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Sep - 19:03
Tssss, c’est chiant, j’ai un cour dans la matinée aujourd’hui… Pourtant je lui avais dit à ce débile que je ne voulais que des cours dans l’après midi. Tsss Faudrait que je pense à débarquer dans son bureau à ce sujet…

Bref, aujourd’hui j’avais un cours avec les étudiants de troisième sphère qui souhaitait apprendre le combat physique pour aider leurs magies. L’implacable violence et la dureté de mes cours avaient fait en sorte que seul les plus solides et les plus forts puissent encore les assurer, c’est ce que je voulais.

Certes mes cours étaient dangereux mais au final, ceux qui parviendrait à les assurer deviendrait à coup sur des mages parmi les plus puissants du pays voir du continent.  Les cours que je donnais aux élèves de premières et secondes sphères étaient moins important parce qu’à leur âge, donner de nouvelles aptitudes étaient extrêmement compliqués. C’est pour ça que je privilégiais les troisièmes et quatrièmes sphères, car une culture martiale pouvait encore être véritablement inculquée en eux.

Bien sur jamais je n’avouerais ça à qui que ce soit, surtout pas à mon maitre que je commençais à apprécier pourtant, question d’honneur en plus je préférais le faire chier.

Quoi qu’il soit depuis aujourd’hui il ne restait plus que 5 personnes dans ma classe, les autres ayant abandonné ou étant hors de combat. L’élite parmi l’élite, eux n’avait pas peur de prendre des coups, ils étaient déjà assez puissant et endurant.

Ces 5 personnes, 3 garçons, une fille humaine et une fille lycan étaient un groupe assez disparate. Autant la fille humaine, Aurya et deux des garçons, Azar et Claudius étaient de grandes gueules autant le dernier garçon Aure et la lycan Anya étaient des gens réservés mais pour autant pas plus faible que les trois autres. Ils avaient chacun leurs styles et je voyais quoi faire pour chacun d’eux. Mais j’avais l’impression d’oublier quelque chose…

Alors que le cours avait commencé depuis une dizaine de minute et qu’assise sur mon bureau, je discutais avec mes 5 étudiants survivants, une personne ouvra la porte.

"Je suis vraiment désolée d'arriver en retard! Vraiment, vraiment, vraiment désolée! Je n'ai pas vue l'heure passer et je me suis rendormie ! Je vous prie de bien vouloir m'excuser mademoiselle!!!"

Elle semblait clairement affolée, de mon coté je la regardais d’un regard oblique, ah oui cette femme bête…

C’est quoi ton nom déjà ?

La fille Aurya me répondit en riant.

C’est Amélia, je suppose qu’elle commence à sentir les conséquences de ses loisirs hahaha !

J’ignorais totalement la seconde partie de la phrase car je ne savais clairement pas de quoi elle parlait et cela ne m’intéressait pas.

Amélia… celle qui chaque cours étaient assise au fond de la classe restant discrète mais pourtant réussissant à survivre à mes examens… il y avait donc une sixième personne intéressante ici…

D’un mouvement si rapide que les yeux d’aucuns étudiants ne pouvaient me suivre, je me suis retrouvé devant elle, lui attrapant le menton de ma main droite pour relever son visage vers moi.

Amelia… celle qui pense rester discrète au fond de la classe tout en réussissant à ne pas être blessé. J’avoue avoir été surpris par vos compétences de dissimulation que vous avez utilisé plus d’une fois mais ceci ne suffira pas contre moi…

Je lui lâchais le menton mais lui attrapa la main pour la trainer avec moi dans la classe.

Malheureusement pour vous, ce ne sera plus possible… J’ai atteint le nombre d’étudiant que je recherchais lors de ma sélection, nous allons donc passer à la vitesse supérieure pour vous qui avez réussi à passer mon petit test.

Certes dans la classe souriaient alors que d’autre restaient stoïque. Puis j’ai lâché la main de la retardataire avant de me diriger vers le mur de l’autre coté de la pièce.

Comme je viens de le dire pour ceux qui étaient à l’heure, désormais cette classe est trop petite pour le véritable entrainement puisque l’échauffement est terminé.

Je donnais alors trois coups de poings contre le mur qui s’effondra montrant alors l’extérieur depuis le haut de la tour.

Alors que je regardais un instant le vide devant moi, j’ai alors regardé mes élèves montrant mon dentition de chat.

Nous allons donc aller au parc pour continuer l’entrainement… Mais d’abord passons à la première épreuve, descendre de la tour. Naturellement descendre par les escaliers ou par les moyens habituels n’est pas autorisé.

Un combattant doit faire face à de nombreux imprévus ou à de nombreuses situations difficiles, si vous n’arrivez même pas à faire ça. Abandonnez le faite de vouloir en devenir un.

Vous avez le droit d’utiliser tout ce qui est votre position tant qu’il ne s’agit de l’aide d’une autre personne. Les transformations, la magie est toute autre aptitude ou objets sont donc autorisés.


Puis juste après, j’ai sauté de la tour par le trou que j’avais fait dans le mur. Je n’avais même tenté de faire quoi que ce soit de compliqué. J’avais juste atterris tranquillement sur le sol après cette grosse chute.

De leur coté les 5 élèves non retardataires avaient opté pour la saut. Ce qui maitrisait des magies pouvant altérer la chute comme la télékinésie avait opté pour cette option. D’autre comme la Lycan avait décidé de descendre en s’accrochant aux murs de la tour et an descendant en courant dessus tout en contrôlant la descente avec soin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Légitimus
Apprenti 3e sphère - Talmar
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Sep - 21:45
Alors qu'elle était toujours respectueusement penchée en avant et attendant la réponse de mademoiselle Méra, Aurya finit par vendre la mèche. Amélia lui jeta un court regard noir qui dénotait avec son habituelle timidité. Elle n'appréciait guère que les autres se mêlent de ce qui ne les regarde pas. Toutefois, la jeune fille n'eut pas le temps de regarder davantage sa camarade de classe que mademoiselle Méra se tenait juste devant elle et, prenant entre ses doigts son menton, la força à se redresser et la regarder droit dans les yeux.

Elle ne put m'empêcher de retenir un sourire tordu en entendant parler mademoiselle Méra. Elle qui pensait avoir réussis à passer presque inaperçue dans son cours comme pendant presque tous les cours qu'elle suivait se rendait compte qu'in fine, elle avait retenue l'attention de son professeur. Voilà qui n'était pas du goût d'Amélia. Mais elle pouvait difficilement y faire quelque chose.

"Je... je ne cherchais pas à vous évit- Ahh!"

Saisie à la main, Amélia se fit embarquer au milieu de la salle de classe, pile devant les quelques élèves qui avaient survécus à mademoiselle Méra. Diable qu'elle n'aimait pas ça. D'accord, elle appréciait être le centre de l'attention au court des soirée mondaines. Mais cela faisait partis de ses "loisirs". Là, il s'agissait de se faire réprimander devant des camarades de classe ce qui était bien moins agréable que le regard d'un bel homme sur ses courbes.

Toutefois, alors qu'elle s'attendait à une énième tentative de mademoiselle Méra de s'en prendre à ses élèves, celle-ci passa presque outre sonretard et commença son court non sans affirmer qu'elle allait changer le rythme en l'accélérant. Elle avait envoyé à l'infirmerie presque les sept huitièmes de leur promotion et ce n'était pas le maximum? Amélia voulut faire quelques pas en arrière alors que mademoiselle Méra s'approchait du mur, par précaution avant de s'arrêter quand celle-ci fit s'effondrer le pan de mur qui donnait sur l'extérieur. Le vent d'altitude s'engouffra d'un seul coup dans la salle de classe faisant s'envoler les papiers et parchemins sur les bureaux. Cette fraîche brise revigora davantage Amélia qui garda son regard timide sur mademoiselle Méra tout en l'écoutant. Mais intérieurement elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'elle était complètement folle. Les faire sauter de la tour de l'Académie? N'avait-elle pas conscience du fait que cette fois, ce n'était pas que des os brisés qu'ils risquaient? Bon, si Aurya y passait, cela pourrait arranger Amélia. Néanmoins, cela ne changeait guère son idée sur l'exercice : c'était de la folie.

Une folie à laquelle tous les étudiants se livrèrent. Un après l'autre, ils sautèrent vers le parc. Amélia était de nouveau la dernière dans la salle et troquant son regard timide pour un regard ferme, elle se laissa tomber en avant. Hors de question qu'elle soit laissée derrière. Toutefois, elle n'avait pas vraiment de pouvoirs lui permettant de s'en sortir sans y rester. Elle avait cependant les moyens d'user ceux des autres sans vraiment leur demander. Ainsi le jeune fille se laissa tomber rapidement en effaçant sa présence avant d'attraper au dernier moment un des étudiants télékinésiste pour ralentir sa chute. Ce faisant, elle arrivait a une vitesse convenable au sol, non sans avoir, malencontreusement pendant sa chute, heurté Aurya.

Le choc de la réception fit faire à Amélia une grimace avant qu'elle ne retrouve allongée au sol pour laisser le spasme de douleur passer. Elle sentait bien qu'elle ne s'était rien cassée. Ceci ne l'empêchait guère de devoir accuser le coup et vite car vu le caractère de leur professeur, il était évident qu'elle chercherait à profiter de cette occasion pour "enseigner".

"Et maintenant mademoiselle Méra?..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mera
Esclave - Mage 5e ordre
Age du personnage : 1.5 Million d'années
Race : Homme-bête
Pouvoirs : Style de Combat Suprême et Invincibilité
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Sep - 21:44
Après avoir ignoré la remarque de cette élève qui me regardait avec un sourire qui trahissait sa comédie, je l’avais trainé dans la salle avant au final de détruire un mur et de me jeter de haut de la tour vers le parc suivit de tous mes élèves.

Naturellement, je regardais attentivement leurs chutes dans le cas où cela serait mortel, je n’étais pas sans cœur quand même ! Même si dans le cas où ils étaient simplement gravement blessés je les aurais laissé s’écraser sur le sol.

Observant leurs chutes, je vis qu’ils arrivaient assez bien à s’en sortir même si la lapine retardataire avait prit du retard. Cette épreuve avait été conçue pour elle parce que je savais que tous les élèves encore présent, elle était la seule à ne posséder aucun pouvoir pour permettre de survivre à cette chute, considérez cela comme sa punition pour être arrivé en retard…

Elle sauta et utilisa alors sa magie pour altérer sa présence afin d’agripper un autre élève afin de ralentir sa chute avant de heurter plus que volontairement Aurya, faisant alors chuter les deux sèchement au sol.

Aurya regardait furieusement la lapine tandis que cette dernière étendu un temps au sol, s’était relevé en cachant sa douleur.

"Et maintenant mademoiselle Méra?..."

Humpf, vous pouvez m’appelez simplement Mera, mademoiselle et madame c’est pour les vieilles peaux coincées du cul.

En passant à coté de la lapine pour atteindre le parc, je posais ma main sur la tête d’Amélia.

Toutefois je dois vous féliciter pour avoir réussi à survivre à votre punition, je savais que vous étiez la seule qui ne possédait aucune magie pour s’en sortir. Vous maitriser assez bien vos pouvoirs et vous avez même réussi à orienter votre chute malgré votre malus pour heurter votre amie. J’imagine que vous voulez vous orienter vers l’espionnage ou l’assassinat non ?

Ah oui… Si jamais vous êtes de nouveau de retard, vous allez regretter cette punition aussi…


Puis je partie en compagnie des élèves dans le parc avant de m’arrêter dans une clairière.

Donc… Aurya et Claudius veulent devenir des mages élémentaires, Azar, un magie spirituelle, Aure, un invocateur, Anya, une lycane couplé à l’élément magique de la foudre et Amélia une mage rapide spécialiser dans les activités nocturnes. C’est les styles que j’ai pu sentir chez chacun de vous.

Je pourrais vous dire faisons un entrainement spécial sur le combat rapproché mais ce serait clairement inutile. Vous devez pouvoir utiliser votre magie au corps à corps tout simplement ainsi que durant des imprévus pouvoir utiliser simplement des compétences martiales. Alors on va faire les choses simplement.

Je vais d’abord tester un par un par vos compétences puis nous ferons un jeu du loup… à ma manière…


J’ai donc testé les compétences de chacun en les épargnant toutefois pour le jeu du loup. La magie d’eau d’Aurya était intéressante mais cela manquait encore un peu de maitrise au niveau des formes, d’eau c’était un peu lent, alors je suis facilement passé au travers en esquivant l’eau même si j’aurais brisé chacun des murs d’eau si j’étais sérieuse.

Les autres avaient des pouvoirs intéressants aussi. Le télékinésiste voulait se focaliser sur le fait de paralyser la cible. Les autres mages élémentaires et l’invocateur tentaient eux l’attaque extrêmes ce qui était clairement inutile donc je l’ai ai maté pour qu’il apprenne de force quelques réflexes martiaux au corps à corps. Mais il n’était pas vraiment blessé parce que je voulais qu’ils tiennent jusqu’au jeu du loup ! On allait pouvoir s’amuser !

Ne restait maintenant qu’une élève à passer, Amélia.

Bien c’et à ton tour Amélia. Tu peux te battre sans te retenir de la manière que tu souhaites avec ou sans arme.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Légitimus
Apprenti 3e sphère - Talmar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Sep - 23:15
Allongez sur le sol, Amélia regardait mademoiselle Méra alors qu'elle semblait inspecter les autres élèves. Elle ne voulait pas qu'on l'appelle mademoiselle Méra? Ce n'était guère pas la première fois qu'elle faisait comme elle le souhaitait et n'accordait pas d'importance à l'étiquette. De la part d'une Talmar, cette réflexion n'avait guère de sens non plus puisque l'étiquette ne venait qu'avec la position. Du moins, entre nous. Nous avions au moins un petit peu de respect envers les professeurs. Parfois le simple minimum. Mais il subsistait même dans les plus désagréable des vestiges d'étiquette.

"Comme vous voudrez..."

La jeune lapine se remit finalement debout après avoir accusé le coup de la chute et naturellement, quand vient la suite du court, elle ne se fit pas attendre pour prendre du recul. Il ne fallait attendre d'elle qu'elle se mette soudainement en avant juste parce qu'un professeur la surveillait. Professeur qui en plus d'avoir mis un nom sur sa tête faisait des déductions dérangeantes. Même si Amélia savait sa magie faîte pour se mener des métiers de l'ombre, ce n'était pas une raison pour l'étaler... Toutefois, rester silencieuse poserait plus de problèmes qu'autre chose. La jeune fille savait bien qu'il valait mieux répondre un mensonge paraissant vrai que ne rien dire.

"Je ne sais pas encore... je suis un peu ce que mes parents m'ont dit de faire..."

Passer pour une fille à papa ne dérangeait pas Amélia. De toutes les façons, ce n'était pas comme si presque personne ne savait pour ses parents ou encore qu'ils étaient des gentlemen cambrioleurs. Les Légitimus avaient toujours fait attention à bien dissimuler leurs activités nocturnes pour ne pas paraître suspect. Amélia ne faisait pas exception.

Fort heureusement, mademoiselle Méra passa assez vite à la suite de son court et expliquer la suite des événements. D'abord un face à face avec mademoiselle Méra suivit d'un loup? Voilà qui promettant de la part d'une femme félin. A l'instant où ses camarades commencèrent à enchaîner les uns après les autres leur petit duel contre mademoiselle Méra, Amélia recula jusqu'à la lisière de la clairière. Là, elle troqua son aura pour celle d'un quelconque animal le temps de changer de position rapidement et, se trouvant au pied d'un arbre avec un nid d'oiseau, atténua son aura et la modela pour s'approcher le plus possible de celle des oiseaux. Là, elle monta le plus au possible dans l'arbre, cachée par les feuillages et suffisamment d'agilité pour ne pas perturber sa diversion.

Amélia attendit que mademoiselle Méra lui donne le feu vert avant d'attendre un peu. Puis, elle jeta une boulette de papier sur le nid. Plusieurs oiseaux prirent alors leurs envole et l'aura d'Amélia se volatilisa presque. Elle ne maîtrisait certainement pas assez son pouvoir pour disparaître complètement. Mais avec la dispersion et son incorporation suffisamment longtemps dans son environnement, Amélia espérait avoir trompé les sens de mademoiselle Méra juste assez longtemps pour être au corps à corps. La jeune femme-lapin bondit alors des de la cime de l'arbre et usant de sa vitesse pour se propulser au dessus de son professeur et s'en approcher par le haut. Elle devait passer outre la garde de son professeur et se glisser dans on dos pour pouvoir saisir son cou. C'était peut-être sa seule chance vue qu'elle n'avait pas d'arme avec elle. Le moindre coup de mademoiselle Méra et Amélia savait qu'elle y laisserait quelques côtes. Les os des hommes-lapins sont plutôt fragiles après tout.

Amélia chercha son à attraper par la tête mademoiselle Méra et utiliser la force de sa chute pour la faire basculer en arrière et la plaquer au sol. Là, seulement là, elle pourrait lui saisir le cou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mera
Esclave - Mage 5e ordre
Age du personnage : 1.5 Million d'années
Race : Homme-bête
Pouvoirs : Style de Combat Suprême et Invincibilité
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Sep - 23:01
Pour commencer, j’avais dis à la gamine lapin d’arrêter de m’appeler Mademoiselle, je trouvais ces titres redondants et chiant. Je ne savais pas quel était le trou du cul qui avait eu un jour cet idée de créer des titres pour les gens mais c’était clairement une idée de merde et de citadin.

"Comme vous voudrez..."


Bien, si elle faisait ce que je lui demande tous ce ferait bien. Au moins semblait-elle en accord avec les règles et semblait vouloir les respecter, tant mieux, ça m’épargnait de devoir l’éduquer sur ce point. J’avais donc ensuite emmené mes élèves survivants dans le parc pour la suite du cours, avant de préciser ce que je pensais de leurs magie et ceux pourquoi je pensais ce qu’il était fait. Lorsque mes précisions se tournèrent sur Amélia celle-ci répondit.

"Je ne sais pas encore... je suis un peu ce que mes parents m'ont dit de faire..."

Ouais, c’était vrai qu’en général, les élèves attentifs suivaient l’exemple de leurs parents. Faudrait donc qu’elle voit avec eux pour sa conversation vers un type de magie précis.

Après avoir expliqué le plan du cours, j’avais pris un par un les élèves pour un combat. Une fois que j’en avais terminé avec les cinq premiers vint le tour d’Amélia. Lorsque je tournais le regard vers l’endroit où elle se trouvait en lui donnant le feu vert, elle n’était plus là. C’est alors que des oiseaux s’envolèrent pour masquer sa propre aura.

Où était elle passé ?

C’était ce qu’une personne classique aurait dit. Un sourire carnassier se dévoila sur mon visage. Magnifique ! Elle avait du talent ! Même si elle faisait encore de petite erreur de débutant, le potentiel qu’elle pourrait avoir une fois qu’elle sera arrivée à maturation. Naturellement à cause de plusieurs autres facteurs que son aura, je savais qu’elle se trouvait derrière moi, dans mon angle mort, notamment vers le haut exactement, je lui expliquerais cela lorsque je l’aurais choppé. Je voulais d’abord lui faire une petite blague.

Alors qu’elle se trouvait au dessus de moi, je me suis subitement tourné vers elle. Elle était en l’air, elle ne pouvait pas esquiver. J’ouvris alors totalement ma main pour qu’elle forme une lame avec mes griffes et visa la tête de la lapine. La force utilisé ne laissait aucun doute sur le fait que si le coup la touchait au visage, elle ne survivrait pas. Je voulais en fait provoquer une expérience de mort imminente chez elle, peut être que pour le style qu’elle souhaitait cela pourrait l’aider qui sait… et puis c’était drôle, elle allait voir sa vie défiler devant ses yeux. Soudain et dernier moment, j’ai déplié mon poing et arrêter mon attaque pour laisser son visage s’écraser sur ma paume. C’était rien, elle aura simplement un petit peu mal au nez.

Alors qu’elle retombait à terre, je pris la parole.

Hum, ta stratégie était intéressante. Cacher ton aura pour te fondre dans l’environnement, puis provoquer un événement pour détourner mon attention et m’attaquer dans mon dos. Toutefois, j’ai pu noter quelques points qui sont la cause de ton échec à me surprendre.

Premièrement, tu te repose trop sur la magie, tu oublies alors les autres facteurs qui pourraient faire en sorte que tu sois repérés. Tout d’abord, le sens du vent, cacher ton aura est une chose mais ton odeur reste la même, il faut prendre en compte ce paramètre. Ensuite revoir ta façon de te déplacer dans les airs qui est encore irrégulière car je pouvais sentir les variations de la pression de l’air qui tu générais. Enfin, le point le plus important. Tu as rendus ton aura visiblement mais pas les sons émit par ton corps. Ta respiration et ton rythme cardiaque ne sont pas encore parfaitement contrôlés. C’est ce que tu dois faire si tu souhaites devenir totalement invisible. Tu as déjà eu le réflexe de tenter de réduire mon attention et de tenter de me prendre dans mon angle mort, c’est bien. Avec un peu de travail, tu pourrais y arriver la prochaine fois à me surprendre si tu complexifie encore plus ta stratégie.

En effet c’est mon deuxième point, ta stratégie est encore trop simple. Il était évident que tu allais tenter de me prendre par mon angle mort alors naturellement c’est le point que tes adversaires vont le plus surveiller. C’est pourquoi tu dois rajouter une feinte supplémentaire. Pour que ton adversaire se retourne vers son point mort que tu puisses fondre sur son dos.

D’ailleurs, tu devrais aussi prévoir des situations d’urgence. Tout à l’heure, tu étais dans les airs sans aucune possibilité de faire quoi que ce soit. J’aurais pu te tuer si je le souhaitais que tu n’aies rien pu faire. Il faut que tu prévoies une façon d’esquiver dans les airs ou que tu évites ce genre de position.


Alors je me mis légèrement à sourire.

Toutefois tu sembles vraiment vouloir devenir un mage de l’ombre alors cette clairière n’est peut être pas le meilleure terrain de jeu pour toi. Si tu le souhaites, je peux te donner une seconde chance dans le bois profond avec les armes de ton choix…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Légitimus
Apprenti 3e sphère - Talmar
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 28 Sep - 19:02
Amélia, alors qu'elle survolait mademoiselle Méra, ne pensait pas pouvoir réussir. C'était trop facile. Beaucoup trop facile et son professeur était bien trop malin pour la laisser réussir. Pire, c'était un félin. Le minimum nécessaire pour berner un humain normal devait être bien trop grossier pour elle. Cependant, Amélia ne souhaitait pas perdre toute sa magie pour une petite épruve comme celle-ci. L'histoire du "loup" l'intriguait davantage et au vu des penchants violents de mademoiselle Méra, il était évident que cette partie du court n'allait pas être de tout repos.

La nature violente du professeur d'Amélia refit surface aux dépends de la jeune lapine. Tandis qu'elle débutait son mouvement rotatif pour attraper la tête de son professeur et la faire basculer, les griffes acérées de mademoiselle Méra se présentèrent juste devant ses yeux. Le temps sembla d'un seul coup s'arrêter pour Amélia alors que les pointes des griffes n'étaient qu'à quelques millimètres de ses yeux. Ses yeux bougeant à une vitesse considérable regardant toutes les solutions à sa disposition. Elles étaient très limitées et la seule qui pouvait lui laisser la vie sauve lui prendre au moins un oeil en plus de marquer profondément son visage. Elle n'avait plus vraiment d'option et décida, au lieu d'attraper la tête de son professeur avec ses mains, de prendre appuie dessus pour changer l'axe de sa chute. Elle tourna la tête subitement pour ne se faire endommager qu'un seul œil comme elle le voulait. Cependant c'était d'une lenteur inconsidérée. Tant pis. Elle n'aurait plus qu'à justifier la perte d'un oeil par une raison ou une autre et surtout trouver les services d'un mage guérisseur compétent. Peut-être pourrait-il la remettre en état au lieu de la saccager comme le faisait les mages guérisseurs de l'Académie. Peut-être que le guérisseur Xelcius, s'il avait fait des progrès, pourrait aider aussi? Enfin qu'importait. Il valait mieux que ça passe vite. Ô on pourrait se demander pourquoi Amélia n'était pas du tout inquiète sur son sort? Après tout, elle risquait de mourrir au vu de sa position. La réponse était simple : mademoiselle Méra n'avait tué personne. Certes elle n'allait pas de toutes ses forces. Néanmoins elle n'avait jamais tué un de ses élèves. Amélia n'allait donc pas être la première sur la liste et elle s'en doutait très bien. Elle savait observer et comprendre les gens. Du moins, elle se trompait rarement si bien qu'en dehors de sa tentative, Amélia ne chercha pas vraiment à faire autre chose.

Alors que le temps semblait reprendre ses droits, la visage d'Amélia vint s'écraser contre la main de mademoiselle Méra. Consécutivement au vu du mouvement d'Amélia et de la position de la main de son professeur, la jeune fille bascula et bien qu'elle parvint à retomber sur ses pieds, elle dut mettre un genoux à terre pour éviter de s'écraser au sol. Un filet de sang se dessina depuis son nez et après avoir un très pourpre sur ses lèvres, terminasa course au bout de son menton. Ce n'était pas la première fois qu'Amélia se faisait remettre à sa place aussi férocement. Mais cela faisait en tout cas bien longtemps que personne ne l'avait fais si bien qu'au lieu d'en vouloir à mademoiselle Méra, Amélia appuya sur une narine le temps de chercher un mouchoir dans son uniforme et se retourna vers son professeur pour connaître son jugement.

Et il était sans appel : elle avait beau camoufler son échec dans de jolis mots, cet échec était cuisant. Des erreurs d'inattention, des erreurs stupides... et des erreurs qui n'avaient rien à voir avec les espèces vivants sur ce plan?! Mademoiselle Méra pensait-elle vraiment qu'un individu pourrait effacer son rythme cardiaque? Amélia était une femme lapin, pas une femme lézard jusqu'à preuve du contraire. Bientôt elle voudrait aussi qu'elle maîtrise sa température corporelle... Même si c'était faisable en ayant un pouvoir de plus. Toutefois, en l'état actuel des choses, elle ne pouvait guère répondre aux attentes de mademoiselle Méra quant à ses indicateurs vitaux. Pour le reste, elle pourrait sans doute y remédier.

"Sauf votre respect Méra, à moins que vous vouliez simplement me fatiguer pour jouer davantage avec moi pendant votre jeu du 'loup', je ne vois aucune raison d'accepter votre proposition. Toutefois, si c'est un exercice donné par un professeur et non une simple sollicitation, je m'y plierai. Avec pour seule arme mes mains."

Amélia avait beau s'être faite humiliée par son professeur, elle comptait bien appliquer les conseils de mademoiselle Méra si celle-ci la forçait à de nouveau user de ses capacités dans la forêt du parc. Même si Amélia voyait cela d'un très mauvais œil. Les autres n'avaient pas le même traitement. Ils seraient donc bien plus frais qu'elle pour la suite du cours et elle le payerait au prix fort... à moins qu'elle ne parvienne à s'isoler assez longtemps pour qu'ils se soient tous affaiblis. Ainsi, dans le cas d'un prolongement de cet exercice, Amélia se volatiliserait de nouveau dans la forêt et réduirait drastiquement la quantité de vêtements sur elle. La jupe, la chemise et la blouse de l'académie la génaient et maintenant qu'elles étaient bien imprégné de son odeur, les disséminé au vent de la position de mademoiselle Méra couvrirait sa position exact. Ceci pouvant laisser croire qu'elle allait appliquer à la lettre le conseil de son professeur faisant que celui-ci se tiendrait près pour une attaque venant sous le vent de sa position. Il s'agissait ensuite de se fondre dans la masse et se rapprocher tout doucement, épouser les mouvements de mademoiselle Méra et simplement la toucher en la prenant au dépourvu. Hors de question qu'Amélia ne gaspille de la force. La toucher par surprise serait déjà une assez grande victoire.

A l'inverse si mademoiselle Méra ne donnait pas suite à sa demande initiale, et bien Amélia se plierait à jeu du 'loup' sans broncher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mera
Esclave - Mage 5e ordre
Age du personnage : 1.5 Million d'années
Race : Homme-bête
Pouvoirs : Style de Combat Suprême et Invincibilité
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 29 Sep - 15:27
Après avoir expliqué à mon élève les différentes erreurs que j’avais relevée, je lui avais donné la possibilité d’avoir une deuxième chance dans un duel avec plus de possibilité pour elle.

"Sauf votre respect Méra, à moins que vous vouliez simplement me fatiguer pour jouer davantage avec moi pendant votre jeu du 'loup', je ne vois aucune raison d'accepter votre proposition. Toutefois, si c'est un exercice donné par un professeur et non une simple sollicitation, je m'y plierai. Avec pour seule arme mes mains."

Mmm, elle avait raison, j’avais déjà presque oublié que je voulais jouer au jeu du loup, qui était ma fois bien plus intéressant que celui-ci. Il est vrai qu’elle serait fatiguée si elle devait combattre une deuxième fois, ce serait gênant, en plus elle combattrait une fois des plus avec ses mains, bref c’était inutile.

Soupirant une fois, j’ai alors répondue.

Très bien, c’est ton choix, passons donc directement au jeu du loup.

Mes yeux avaient alors une étrangère lueur et je me mis à sourire dévoilant ma dentition carnassière.

J’ai invité pour ce jeu, un autre professeur qui utilisera simplement la magie de l’eau pour ce petit exercice. Ce professeurs est quelque part dans la forêt et est continuellement en mouvement. Il possède dans son dos, un sceptre d’environ 1 mètre. Votre objectif est de ramener ce sceptre ici, naturellement, il ne peut y avoir qu’un seul gagnant, alliance et trahison sont donc autorisées. Par ailleurs, une demi heure après vous, je vais partir à votre poursuite et essayer de vous attraper, bien sur je n’irais pas à fond, mais si je vous attrape et parvient à vous ramener ici, vous êtes éliminés.

Le jeu se terminera lorsqu’un élève sera parvenu à ramener le sceptre ici ou bien que j’aurais attrapée tous les élèves. Le gagnant aura comme récompense de donner un gage à tous les autres élèves, si toutefois il n’y a aucun gagnant, attendez vous au pire pour le prochain cours demain.

Si vous avez des questions, c’est le moment.


Une fois que ceci fut terminé, je regardais les élèves disparaître dans la forêt. Dans 30 minutes, je partirais, de son coté l’autre professeur avait bien sûr laissé des traces pour permettre aux élèves de le retrouver… et de tenter de lui arracher le sceptre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Amélia Légitimus
Apprenti 3e sphère - Talmar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Oct - 19:19
Amélia sentit que son professeur n'était guère satisfaite par sa réponse. Elle aurait certainement voulu s'amuser davantage avec elle. La jeune fille lapin s'en doutait un peu avec une femme félin. C'était en quelque sorte, dans leur nature. Néanmoins, Amélia ne souhaitait pas changer de choix et elle fut encouragée par la décision de mademoiselle Méra d'enfin expliquer son jeu du loup.

Il n'avait rien de surprenant. Il s'agissait simplement de trouver le porteur du sceptre et éviter de se faire prendre par mademoiselle Méra. En d'autre terme, nous étions de nouveau des proies pour cette femme félin. Son goût pour le jeu était de plus en plus évident. Ce n'était pas pour déplaire à Amélia. Quand elle n'en était pas la cible et elle avait la mauvaise impression que mademoiselle Méra n'allait pas en rester là avec elle. Il valait mieux qu'elle trouve se sceptre en premier et le ramène vite avant de subir une nouvelle fois le sadisme de mademoiselle Méra. Cette dernière donna le coup d'envoi et tandis que les autres élèves se précipitait dans la forêt, Amélia s'assit dans la clairière, se concentra en faisant le vide dans la tête et pour laisser son ouïe travailler.

L'idée était alors simple : localiser les sons des mouvements inhabituels de la forêt, définir une trajectoire approximative ; ensuite, les suivre dans l'ombre, user de leurs trouvaille pour avancer ; enfin au dernier moment, prendre l'avantage. En restant dans l'ombre, Amélia parviendrait à laisser les mouvements des autres étudiants attirer en premier mademoiselle Méra et pendant qu'ils seraient aux prises avec elle, Amélia n'aurait qu'à poursuivre. Autrement dit, ils se battraient et chercheraient pour elle et elle n'aurait qu'à récupérer les fruits de leur effort. Il ne fallait pas non plus s'attendre à autre chose de la part d'Amélia.

Après une petite quinzaine de minutes à écouter tous les sons du parc, en particulier le son des pas de mademoiselle Méra pour pouvoir les reconnaître au cas où, Amélia se mit en mouvement. Elle pensait avoir identifié des pas qui n'avait rien à voir avec ceux d'un étudiant. Mais elle préférait se concentrer sur les autres élèves au cas où, tout en gardant naturellement ce son dans un coin de son esprit.

Elle prit de la hauteur et passa d'arbre en arbre pour rejoindre la position de ce qui devait être, au son, celle des lycans. Ils étaient les plus rapides du groupe et pourraient déjà avoir accumuler assez d'informations. Elle les observa un long moment dans l'ombre, effaça sa présence avant de changer et aller perturber Aurya. Amélia n'avait pas finit de s'amuser avec elle et non loin d'elle, changea son aura pour la surprendre. Amélia n'y allait pas par quatre chemins. Elle avait presque complètement piégée sa camarade. D'abord en prenant l'aura d'un professeur quelconque de l'Académie pour faire croire à Aurya qu'elle n'était pas loin du professeur cible du jeu et ensuite, elle avait décidé de se séparer de son uniforme pour couvrir son odeur avec celle des feuillages contre lesquelles sa fourrure s'est frottée du fait de son passage dans la ramure des arbres. Quand elle sentit qu'Aurya était dans la meilleur des positions pour être surprises, Amélia sortit des fourrés et l'attrapa au cou avant de l'y traîner, plaçant une arme contre sa gorge.

"La prochaine fois que tu fais allusion à ce que je fais le soir, je n'hésiterai pas à laisser ta tête sans vie pendue au heurtoir de la maison de tes parents et je peux t'assurer qu'il faudra égorger de très nombreux porcs pour trouver le reste de ton corps. Alors maintenant tu vas simplement me dire ce que tu as trouvé et aller trouver mademoiselle Méra pour l'affronter et la retenir. Avons nous un accord?"

Amélia attendit sa réponse pour éventuellement la lâcher où bien l’assommer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: TOUR DES ARCANES - ACADEMIE :: LA TOUR-
Sauter vers: