:: EN DEHORS DE LA CITE :: LE LAC Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au fils de l'eau... [WILHELMINE - CAIN]

avatar
Wilhelmine Schlacht
Ex-capitaine de la Garde Royale - Mage 2e ordre
Age du personnage : 30 ans
Race : HUMAIN
Pouvoirs : Leichtigkeit (Aisance) - Régénération
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Juil - 16:54
Depuis cinq mois, les succès des troupes républicaines s’enchaînaient dans la campagne entourant la cité même de Targatt. De toute la Vallée d’Helmancourt, seule la forêt restait encore partiellement hors de contrôle pour des raisons évidentes de manque de moyens. La faiblesse des forces royales jusqu’à maintenant nous avait largement laissé le temps prendre fermement position autour de la ville et comme le prévoyait les plans initiaux qui accompagnaient Sichern, contrôler l’approvisionnement de Targatt. Tous les points d’entrées de la Vallée d’Helmancourt étaient sous notre contrôle et désormais, la République alimentait le marché noir.  

Certes l’évidente réalité des quelques marchandises transférée via téléportation par la monarchie mise en évidence par Astoria Lane lors du schisme se réalisa. Mais ce n’était pas avec une de ces téléportations toutes les semaines que Drake Leckard parvenait à tenir sa cité. Non, la République alimentait la cité en grain, en farine, en pain, en produit magique par les tunnels souterrains et le marché noir et le peuple le plus démuni le savait bien.

Enfin, cette situation offrait à la République un contrôle total des campagnes et la surveillance accrue autour de Targatt en plus de l’important maillage de sémaphore lui assurait une bonne maîtrise du terrain. Seul ce no man’s land entre les premières lignes Républicaines et les murailles Royalistes était une zone de non droit où tout pouvait se passer.

Le Lac lui en était à l’extérieur, loin derrière les lignes Républicaines. Les troupes y allaient peu. Préférant l’eau vive du fleuve et moins occupées par quelques créatures magiques pouvant rallier Drake Leckard et ses sbires. La population ayant rejoint la République et les émigrés ayant accepté de la soutenir n’avaient pas cherché plus loin et copiaient simplement les habitudes des soldats. Le Lac s’en trouvait donc paisible, avec ses créatures et son eau translucide. Cela faisait mon affaire. L’organisation de la République, la direction des troupes et l’immense charge de travail liée à la réorganisation d’une vie sociale dans différents points de la vallée cachés aux yeux de l’ennemi par des sorts de dissimulation pouvait être grisant et exténuant à la fois. Tant d’activité nécessitait parfois du repos. Mais depuis cinq mois, je n’avais jamais vraiment récupéré entièrement. Notamment de la purge. Le travail, la campagne d’occupation de la Vallée d’Helmancourt, les opérations de ravitaillement du Cercle via les tunnels, tout ceci m’avait conduit à dormir peu et rester en permanence sur le qui-vive.

Le seul moment que j’avais pour moi était ce petit instant au Lac, seule et avec seulement quelques gardes qui restaient bien à l’écarts et n’ayant pour ordre de venir que s’ils recevaient une information capitale où s’ils jugeaient leur intervention nécessaire. Venant de façon aléatoire au Lac, je pouvais justement me dire qu’il serait difficile pour un assassin d’y déceler une véritable habitude chez moi. L’endroit était donc à peu près sûr.

Au début, je m’y rendais simplement pour méditer au calme. Loin du tumulte de l’interfluve devenu durant ces cinq mois une petite ville et un centre administratif grouillant d’administrateurs et de militaires de la République. Je me posais simplement dans l’herbe ou dans une barque que je laissai dériver une fois au milieu de l’étendue d’eau. Ce silence, ces couleurs et des petits êtres étaient reposant. Puis, surement par relâchement, je me suis mis à profiter de l’eau directement. Laissant mon équipement, mes vêtements et mes armes sur la berge pour me laisser aller dans l’eau doucement afin de ne pas effrayer outre mesure ses occupants. C’était le seul petit plaisir humain que je m’accordais en ces temps de guerre, la République étant plus importante que ma personne.

Mais cette fois-ci, alors que j’étais simplement adossée à un rocher, les yeux fermés et l’eau juste au niveau de la poitrine, un bruit attira mon attention. Un bruit dans l’eau. J’ouvris les yeux et depuis l’arrière de mon rocher, je me penchais pour voir de quoi, ou de qui il s’agissait. Malgré la position du Lac, l’ennemi n’était jamais loin.

"Ca ne serait tout de même pas.... CAIN LECKARD?!"

Quel imbécile je me disais en retrouvant refuge derrière mon rocher. Il savait maintenant que j'étais là. Il connaissait ma voix donc savait que c'était bien moi qui était là et en plus de ce mouvement stupide, je me retrouvais avec mes vêtements, mon armure légère et mes armes à presque cinquante mètres de moi...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Leckard
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Juil - 22:04
Cain venait de passer les quatre derniers mois avec Drake. Son grand père l'avait malheureusement retrouvé et l'avait embarqué avec lui, à peu près un mois après son investiture. Si ces premières semaines avaient été les plus difficiles, ses trois "professeurs" s'étaient concentrés sur différents pans pour le forcer au final à stabiliser son esprit comme ses pouvoirs et trouver ses marques avec ce nouveau corps. Ses journées avaient été rythmées par les séances de magie spirituelle avec Drake qui se faisait un plaisir de briser un à un les murs érigés par Zahel pour protéger Cain afin qu'il fasse siens les souvenirs et connaissances du démon. Ca avait été... long et compliqué. Aussi étrange que cela paraisse, le pire ce n'était pas lui mais son fils. Ladön avait de loin été le pire. A moins que ça ne soit que parce que Drake avait d'autres chats à fouetter... Toujours est-il qu'après ses séances forcées de pénétration d'esprit, il passait plusieurs heures avec Ladön, son oncle donc, qui le formait au maniement des armes et différents types de combat.

Cain en connaissait vaguement quelques uns mais son arme de prédilection avait toujours été l'épée... et la dague. Malheureusement, il n'avait pas l'habitude de ce corps qui lui paraissait gigantesque et lourd. Pour autant, à force de combats en condition réelles, -seule méthode d'enseignement connue par ce sadique-, Cain avait fini par s'y faire et considérer ce corps presque comme le sien. presque car il lui arrivait encore de temps en temps de manquer un mouvement par habitude de l'ancien. Une réminiscence qui lui avait couté cher : des cicatrices en plus, cela malgré les bons soins d'Alecto, le frère cadet de Drake.

Oui, comme toujours, c'était une totale affaire de famille. Puis les après midi, il les passait toutes, sans exception ou presque avec Tryana qui s'était occupée quant à elle de lui faire retrouver le contrôle de ses pouvoirs et surtout de les développer. Bien que brutale, elle demeurait un bon professeur...

Les deux premiers mois avaient été si intenses que Cain n'avait pas eu une seconde à lui et quand c'était le cas, il était le plus souvent trop fatigué pour même penser à fuir et encore moins tenter. Oh bien sur, il avait tenté plusieurs fois malgré tout, en vain. Chaque fois qu'il se faisait prendre les châtiments étaient pires. La dernière fois ça lui avait valu une semaine dans le coma. Apparemment Ladön s'était fait gravement engueulé par son père.

Deux mois donc après son arrivée, la plupart de ses soucis étaient résolus ou presque et il avait recommencé à évolué assez vite pour contenter sa famille et éviter des châtiments "complémentaires". Malheureusement, ça avait aussi conditionner son passage par le rituel de "Révélation". En plus d'avoir légèrement accru sa pyrokinésie, il en était en vie, donc vainqueur. Toutefois, son épreuve avait été éprouvante. Pas physiquement. Mentalement. Ca avait été souvent le cas a priori au cours de l'histoire des Leckard. Pour autant, ce n'était que la quatrième fois au cours des 10 dernières générations qu'un membre de la famille en tuait un autre, surtout quant il avait le choix. Car oui, Cain avait eu le choix : pardonner ou non.

De son point de vue, sa Révélation était un échec qui avait laissé un trou béant à la place de son cœur. Pour les Leckard, ça ne faisait que prouver qu'il avait toutes les qualités requises pour bel et bien intégrer la lignée, officiellement.
La Révélation avait tout de même eut l'effet étonnant de le réconcilier partiellement avec sa famille. Bien qu'il haïsse toujours Drake, il commençait à le comprendre. Comme quoi, tuer un parent pouvait tout de même créer des liens.

Après ça, Drake avait attendu quelques semaines pour lui laisser le droit de sortir de l'enceinte du palais mais pour s'acquitter d'une seule et unique chose : aider les nains dans leur quête. Il en était sortit vivant. Ce qui en soi était un miracle.
Maintenant qu'il était un membre officiel de la famille, Drake avait accepté de le remettre à l'académie pour finir ses études tout en lui proposant quelques missions de temps à autres. Pour le moment, il les avaient toutes remplies avec succès.

Aujourd'hui, c'était différent. Drake était enfermé toute la journée avec les Bones, les Helmael et quelques autres des pontes qui tenaient au final la cité avec lui. Tout le monde était aux aguets et prêt... Ce qui voulait dire qu'il pouvait enfin faire ce que lui voulait.
Tout ce qu'il voulait c'était s'éloigner. Garreth ne l'avait pas accompagné, il voulait finir de rédiger il ne savait trop quoi pour un de ses professeurs. Cain avait donc franchi les murs d'enceinte sans se faire arrêter par les gardes.

Une fois sorti, il se rendit compte qu'il n'avait aucune idée d'où aller. De dépit, il se dirigea vers le lac en oubliant que les forces rebelles étaient postées non loin. Il n'était pas suicidaire, c'était juste que sur le coup il s'en moquait royalement. Et puis ils n'avaient pas l'air dans le coin direct donc pas de soucis.

Cain y était resté quelques minutes sans rien faire avant de commencer à s'ennuyer. Hé bien quoi ? Pour une fois qu'il était au calme et surtout seul, il fallait qu'il ne trouve pas le moment satisfaisant ? Refusant de laisser sa chance aussi facilement en retournant prématurément entre les murs de la cité, il enleva la majeure partie de ses vêtements et plongea dans le lac. Se faisant une bulle d'air qui récupérait l'oxygène de l'eau, il s'enfonça dans les profondeurs du lac, croisant quelques créatures dont il ignorait tout, y compris qu'elles habitaient là. Il arpenta le lac de longues minutes avant de ressortir de l'eau.

Il prit appui sur la berge pour s'extirper de l'eau, présentant sans le vouloir son dos aux yeux de Wilhelmine. Des cicatrices récentes parsemaient son dos et ses épaules, et partageaient la place avec des cicatrices plus anciennes issues de son enfance.

Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Alors qu'il faisait quelques pas pour retourner vers ses vêtements, il entendit clairement son nom être prononcé. Tournant vivement la tête, il discerna fugacement une silhouette se cacher derrière un rocher. La voix lui était familière.

Cain s'embrasa une seconde, pour se donner l'impulsion suffisante et franchir les mètres qui le séparaient de la personne dans l'eau. Il atterrit debout sur le rocher, toisant la personne alors que de la vapeur d'eau semblait émaner de lui alors qu'il séchait rapidement. Il mit une seconde à remonter jusqu'au bon souvenir et mettre un nom sur ce visage.

Ses yeux se mirent à étinceler brièvement alors qu'un demi sourire germait sur ses lèvres. Ca avait beau ne pas être ses souvenirs à lui, après tout, le démon lui avait aussi laissé quelques sentiments et la réminiscence liée au souvenir lui donnait envie de s'amuser.
Conscient toutefois que ce n'était pas la même situation, son sourire s'éteignit. Après tout il n'avait rien d'un démon et il était face à l'ennemi le plus retors de Drake, son grand père. Autrement dit, la situation pouvait vite dégénérer. Pour éviter que ça ne tourne en sa défaveur, il préféra prendre les devants.

"Dame Schlacht. Je vois que nous avons eu la même idée."

Bon, pas sur que ça prenne, mais sur le coup il n'avait rien trouvé de mieux... Il se préparait toute de même, au moindre signe, à s'en aller très vite. Ou à combattre.
---
(merci à Jeliel pour l'image XD)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelmine Schlacht
Ex-capitaine de la Garde Royale - Mage 2e ordre
Age du personnage : 30 ans
Race : HUMAIN
Pouvoirs : Leichtigkeit (Aisance) - Régénération
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Juil - 19:34
La situation ne pouvait pas être pire pour moi. Je me retrouvais, il fallait être sincère, complètement nue, adossée à un rocher et plus loin le petit-fils de mon principal ennemi. Drake Leckard me méprisait, ça n'avait rien de nouveau. Mais je restais une épine dans son pied et si je tombais entre ses mains, même si je pouvais faire de mon mieux pour lui cacher assez longtemps les noms et les plans de la République, il allait tout faire pour m'utiliser. Pire, il allait passer sur moi l'évidente amertume qu'il avait du goûter à la suite de sa prise de pouvoir. L'idée de finir dans une geôle à la merci de Drake Leckard et de sa bande ne me plaisait guère. Pourtant, la simple présence de Cain Leckard ici me rapprochait de cette éventualité. La seul chose qui semblait être à mon avantage, c'était qu'il était lui aussi désarmé ce qui ne nous laissait qu'avec nos pouvoir et notre force brute.

Dans le premier cas, je risquais d'encore une fois sortir de là avec de nouvelle cicatrice et de toute évidence, Cain en aurait quelques nouvelles à rajouter à sa collection. Enfin, je n'avais pas beaucoup de temps pour tenter quelque chose. Soit fuir, soit tenter le diable en m'en prenant à lui. La seule assurance que j'avais était qu'il n'était plus possédé ce qui nous remettait sur un pseudo pied d'égalité. L'idée du démon me fit machinalement toucher la cicatrice qui était le dernier vestige de la corruption. Une légère crevasse au pied de mon cou.

Cependant je n'avais pas plus de temps pour me remémoré l'ignoble sensation de la purge que j'avais subi alors. Car Cain était désormais juste au dessus de moi, trônant fièrement sur le rocher qui me servait de couvert. La vapeur d'eaux qui inondait soudainement les alentours du rochers laissait bien comprendre l'origine de son apparition subite juste au dessus de moi et qui plus est dans son état de nature. Maintenant la situation, en plus d'être périlleuse, devenait gênante et la teinte rosé de mon visage ne faisait que le rendre évident à tous. En tout cas c'est ce que je ressentais en m'écartant soudainement du rocher pour faire face à Cain. Prendre le soin de retirer au regard de l'importun mon corps dévêtu serait une perte de temps et surtout d'assurance. Mes appuis seraient instables et je ne pourrais pas parer correctement. Alors que je fixais Cain, mon visage rougis un peu plus. Déjà alors qu'il était possédé par le démon je n'avais pas hésité à dire qu'il était un bel homme et en dépit de sa nature, je pouvais le penser. Maintenant qu'il était à nu devant moi, je ne pouvais que surabonder à ce que j'avais dis à l'époque. Cependant il était hors de question que je baisse ma garde au motif que je puisse trouver agréable le tableau qu'il me donnait à voir.

"Je vois ça Leckard... et j'aurai largement préféré que vous ayez l'idée d'aller user des bains du Palais d'Opale que venir ici polluer l'eau pure du Lac... Mais je suppose que la compagnie du Palais vous déplaît suffisamment pour venir vous aventurer en territoire républicain..."

En y réfléchissant, s'il avait voulu porter atteinte à ma vie, il l'aurait déjà tenter. Mais non, il s'était contenter de se présenter. Peut-être y aurait-il un moyen d'éviter l'altercation après tout.

"Puisqu'aucun de nous deux n'a encore tué l'autre je vais vous proposer ceci, nous allons gentiment nous séparer et retourner de notre côté sans tenter quoi que ce soit et cette rencontre n'aura jamais eu lieu d'accord?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Leckard
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 29 Juil - 19:22
Cain n'avait jamais été pudique, sauf pour ce qui était de ses cicatrices. Il faut dire qu'il était difficile de le devenir alors qu'on était considéré comme un défouloir la plupart du temps. On évitait en général de rajouter au fardeau avec de la pudeur. C'était sa vision des choses. Pour autant, ça ne faisait que peu de temps qu'il acceptait qu'on voit ses cicatrices sans ressentir le besoin de les cacher.

Trônant au-dessus de Wilhelmine dont il découvrait l'identité en même temps que le corps, il ne se privât pas pour le détailler davantage alors qu'elle rosissait, visiblement gênée qu'il puisse la voir ainsi. Du peu qu'il se rappelait, au travers des souvenirs du démon en tout cas, elle voulait qu'on la considère surtout comme un guerrier plus que comme une femme. C'était du moins la conclusion que le jeune homme avait tirée de leur joute verbale... et magique. Ne se rappelant que trop bien de la sensation de ses lèvres sur le cou de Wilhelmine, son regard dériva vers ce dernier une seconde, jusqu'à ce qu'elle ne se mette en garde. Comptait-elle vraiment l'attaquer confuse comme elle semblait l'être ? Il n'avait toutefois pas compris que c'était lui qui la mettait aussi dans cet état. Il s'était cantonné à croire qu'elle était gênée qu'il la voit dans son état le plus pur.

Ses poings s'embrasèrent en réponse à sa posture. Si elle voulait vraiment se battre, il y était prêt. Ce n'était pas son intention première... Même si il le devrait sans doute. Si Drake découvrait qu'il avait été si proche de dame Schlacht et qu'il n'avait rien tenté, il le lui ferait payer au centuple. Et il le découvrirait bien tôt ou tard. Toutefois Cain n'était pas venu pour cela.

Wilhelmine reprit la parole en le nommant par son nom. Le regard doré de Cain se voila une seconde. Leckard. Oui, il l'était bel et bien devenu en fin de compte. Il préféra rebondir sur la suite de ses propos.

"Polluer l'eau... "

Il sourit de plus belle, une lueur malsaine passant dans son regard l'espace d'une seconde, son aura s'accentuant légèrement sous le coup de l'envie claire de réagir.

"Si on se saignait mutuellement peut-être. Mais pour l'instant je ne considère pas ma présence nuisible à ce point."

Pour l'instant. Il se permit toutefois un rire bref lorsqu'elle évoqua la mauvaise compagnie du palais. Si il avait eu de bonnes surprises avec quelques membres de sa famille tels qu'Alectoa et Tryana dans une certaine mesure, même si elle n'hésiterait pas à le tuer si on lui en donnait l'ordre, les autres en effet étaient... conformes à l'idée que l'on se fait d'eux.

"C'est sur que votre compagnie est déjà des plus appréciées et tranche avec celles du palais."

Fit-il en laissant son regard se perdre sur les courbes de la femme. Il n'avait pas répondu quand au territoire républicain. Il ne resterait pas longtemps à eux mais mieux valait qu'elle l'ignore. Cain avait beau ne pas être totalement acquis à la cause de son grand père, il n'était pas suicidaire pour autant au point de fournir des informations à une... ennemie.

Wilhelmine lui proposa finalement que chacun regagne son côté de la berge et qu'ils se séparent en prétendant que rien n'avait eut lieu. Cain désactiva son feu en sautant de son rocher pour atterrir dans l'eau à deux mètres d'elle.
Il continua à s'approcher d'elle.

"Techniquement, il s'agit de notre première rencontre. Peut-être pouvons-nous mieux faire que la dernière fois ?"

Oui, c'était bizarre comme phrase mais elle comprendrait. Bon, elle comprendrait sans doute un peu trop de choses par cette simple phrase. Déjà ça validait le fait qu'il n'était plus possédé, donc nettement moins puissant. Secondo, il avait conservé les souvenirs du démon. En fait il les avait surtout "retrouvé", merci à Drake pour ces horreurs.
Et puis ne venait-il pas de lui donner du crédit quand elle avait prétendu qu'il n'aimait pas la compagnie qu'il avait au palais ? Il suffisait de jeter un coup d’œil sur ses blessures les plus récentes pour comprendre la raison principale.

Si il retournait prendre ses affaires, il faudrait qu'il reparte et donc qu'il retourne au palais... Il n'en avait pas du tout envie. Il ne perdait pas de vue qu'il s'agissait d'une ennemie mais il préférait encore tenter sa chance ici avec elle dont l'attaque était presque réduite à zéro qu'en retournant auprès de sa famille.

Il fit un nouveau pas vers elle de sorte à être presque à portée de bras. Ses yeux ocres plongèrent dans ceux de la guerrière.

"Vous ne me tuerez pas aujourd'hui."

Il avait dit cela avec dans l'idée de la rassurer sur le fait qu'il ne comptait pas non plus attaquer, enfin pas tout de suite. mais en fait ça sonnait davantage comme une menace qu’autre chose, la promesse qu'il se défendrait en cas de besoin. Mouais... heureusement que Drake n'était pas là. Il tentait de lui faire comprendre l'importance de bien mesurer chaque mot avant de parler et voilà qu'en parlant sans réfléchir il arrivait, encore, à un résultat presque opposé à ce qu'il voulait à la base.
Ca aurait été plus simple de dire qu'il ne l'attaquerait pas. Mais ça n'aurait pas été forcément vrai...

"Vous fuyez quoi de votre côté ?"

Finit-il pas demander.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelmine Schlacht
Ex-capitaine de la Garde Royale - Mage 2e ordre
Age du personnage : 30 ans
Race : HUMAIN
Pouvoirs : Leichtigkeit (Aisance) - Régénération
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 30 Juil - 23:25
Avait-il perdu la raison? Au moins cela expliquerait sa présence en territoire ennemi et son manque de dynamisme quant au fait de me tuer. Il était là, sur son rocher, nu -diable que cette constatation était gênante au possible, ne pouvait-il donc pas au moins couvrir ses attributs masculins comme je m'efforçais de la faire en gardant mon jardin secret sous l'eau!- et de toute évidence bien content d'y être et à ma réplique, prêt à en découdre.

Soit! Il n'avait pas appris de la dernière fois que ça n'allait pas être deux flammèches qui me mettrait hors combat. L'imbécile! Si prendre une épée dans l'épaule ne m'avait rien fait alors quelques brûlures! D'autant que je n'aurai pas à souffrir de la perte d'un vêtement cette fois-ci, ma mère s'étant bien gardée de ne pas me sermonner suite à la perte partielle de mes vêtements traditionnels. Et au vu de la réaction de Cain Leckard à mes propos, il était clair qu'il avait l'intention d'en découdre. Soit! Puisqu'il n'était plus un démon j'avais mes chances et sa tête pourrait faire un excellent trophée de guerre. Même si lui tout entier et vivant serait mieux...

Quelle idée avais-je dans la tête moi?! Qu'est ce que j'allais faire de lui vivant de toutes les manières... Rah! Mais ne pouvait-il vraiment pas se couvrir au lieu de descendre de son rocher complètement nu et en plus de ça pour s'approcher et assurer que MA compagnie était meilleure que celle qu'il avait auprès de Drake Leckard! Evidemment qu'elle était meilleur qu'avec cette relique et ses sbires mais ce n'était pas une raison pour se montrer soudainement aussi courtois avec un ennemi bon sang! Et qu'il se couvre par tous les dieux vivant dans ce plan ou dans les autres! Diable c'est la première fois que je regrettais d'être quelque part et ce à cause du corps d'un homme. J'en avais vu quelques uns sans trop de gênes mais évidemment, là, maintenant, face à un potentiel ennemi, il fallait que je sois de nouveau perdue dans mes pensées! A croire que j'étais condamnée avec ce personnage à être quasiment tétanisée à chaque fois que je croisais sa route... Même si la dernière fois il était posséder par un démon et avait failli me corrompre...

C'est le son de l'eau plus que les paroles de Cain Leckard qui me firent sortir de mes pensées. Et la constatation de sa proximité en plus du fait que son regard fixait le mien n'allaient pas me rassurer. Au contraire, je n'allais pas le laisser à un mètre de moi sans réagir et je le fis promptement, reculant pour rester à deux bons mètres de lui et m'enfonçant par la même occasion dans l'eau. L'idée la plus surprenante qui soit alors que je savais qu'il pouvait amener à ébulition l'eau du Lac. Donc maintenant il était, grâce à ma bêtise et son fichu corps - je n'en peux plus de ce corps nu en fait, ça devient une souffrance de devoir se dire que, d'une part c'est un ennemi et d'autre part, qu'il veut peut-être me tuer - entre moi et la berge la plus proche. Or dans l'eau mes pouvoirs étaient diminués.

Bien... malgré le manque évident de pratique dans l'art de parler pour rassurer, j'allais devoir répondre à la faveur de Cain Leckard si je ne voulais pas finir en pot-au-feu. J'allais devoir partager un moment avec le petit fils de mon ennemi. Soit... peut-être y aurait-il une bonne issue.

"Soit... je veux bien envisager que ce soit notre première rencontre Leckard... mais au moindre mouvement suspect, je vous brise la nuc"

Le message était clair et en signe que j'acceptais ce cessez le feu, je m'avançais doucement vers lui. très doucement et finis même par m'arrêter à sa délicate annonce que je ne le tuerai pas aujourd'hui. Il le faisait exprès? Il offrait une accalmie pour remettre de l'huile sur le feu. D'accord il n'était pas connu pour ses capacités oratoires. Mais là, ça relevait presque du dédoublement de personnalité et sa question soudaine alors que je passais à côté de lui pour rejoindre mon rocher ne fit qu'accentuer ma supposition. Il venait tout de même de presque me menacer pour juste après me poser une question d'une courtoise...

"Ce que je fuis? Vous le sauriez si vous écoutiez le peuple que vôtre aïeul oppresse... je fuis mon gouvernement et le jeu politique de l'Assemblée Républicaine. Les hommes et les femmes libres sont bavards et la démocratie prend du temps... alors imaginez quand vous devez gérer cela avec une guerre civile...

Je soupirais à ce mot. Une guerre civile... dans l'hémicycle, les membres du Directoire s'étaient mis d'accord à ne pas la définir ainsi et parlaient de Grande Guerre Patriotique. Mais il fallait rester réaliste. Nous nous entre-tuons entre citoyens de Targatt et nous nourrissions de notre sang la terre que nous chérissons. Nous étions en train de mener une guerre civile.

... et puis j'essaye de tromper la solitude du pouvoir avec un peu de calme. Et vous? Vous ne supportiez plus la tête et de toute évidence les coups, vous me passerez l'expression, du fossile qu'est votre aïeul? Ou bien vous cachez votre jeu... Cain? Et avant toute chose mettez donc votre fichu cyclope dans l'eau! Je l'ai assez vu pour les années à venir bon sang! Nous ne sommes pas amants que je sache pour que vous me laissiez en souffrir davantage la vue...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Leckard
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 3 Aoû - 23:31
Après une découverte agréable, au moins pour la vue, Cain et Wilhelmine semblaient avoir réussi à se mettre d'accord, au moins partiellement. Ils ne s'attaqueraient pas. Elle menaçait tout de même de lui briser la nuque au moindre geste suspect. Peut-être devrait-il faire bouillir l'eau pour... Non. A cette distance, il serait sans doute mort avant que l'eau ne l'ait tuée. Il y avait d'autres moyens plus efficaces. Il les gardait en mémoire bien qu'il n'ait pas spécialement envie de se battre. Il était las de le faire. Enfin... De s'entrainer à le faire puisque concrètement il n'avait pas connu de véritables batailles ou combats à mort. Et à dire vrai il était à la fois peu pressé d'arriver à un tel moment tout en ayant très envie de voir le déroulement et de savoir si le sentiment que l'on percevait était aussi grisant qu'on le disait.

Mais c'était une toute autre question, à laquelle il essaierait de ne pas donner de réponse aujourd'hui. Il lui adressa un léger sourire, les yeux brillants de défis, malgré lui. Il avait saisi la menace. Cain finit par acquiescer. Alors qu'elle avançait en signe de... trêve. Cain, maladroitement, manqua de peu de relancer les hostilités. Bon, il faudrait vraiment qu'il travaille un peu plus la valeur des mots.

Wilhelmine s'était arrêté suite à ses quelques mots. Pendant une seconde, le jeune Leckard crut qu'elle allait l'attaquer et s'en aller mais ce ne fut pas le cas. Tant mieux ?
Pour tenter de rattraper le coup, il tenta d'en savoir plus sur la raison de sa présence ici désarmée et visiblement à très bonne distance de sa garde. Cain avait même jeté un coup d’œil dans leur direction pour évaluer si ils avaient bougé ou pas. Jugeant qu'il n'y avait aucune menace, il revint à sa compagne de baignade qui daignait lui répondre.

Ses premières paroles n'étaient pas des plus aimables. Une pique de plus. Cain fronça les sourcils. Effectivement, il n'écoutait pas les gens. Il s'en moquait profondément. Ils n'étaient pas de son côté, pourquoi seraient-ils du leur ? Le fait qu'on accuse son grand père d'oppresser le peuple était presque mignon. Elle n'avait en fait aucune idée de la manière dont il l'utilisait. C'était sans doute mieux d'ailleurs.

"Vous vous attendiez à quoi en lui abandonnant le trône ?" Lança-t-il d'un ton ouvertement moqueur. "A ce qu'il leur offre des fleurs à chaque coin de rue et rendre riche tous les nécessiteux ?"

Bon bah en fait il était agacé.

"Si vous vous intéressiez réellement au peuple vous auriez évité de le laisser en vie."

Vu le rictus haineux qu'il adressait, il était clair qu'il en voulait "aux adultes" de ne pas avoir agi assez efficacement lorsqu'ils en avaient l'occasion. D'un autre point de vue, on pouvait presque croire qu'il prenait la défense de son grand père. D'une certaine manière c'était un peu ce qu'il faisait. Il voyait les choses un peu différemment depuis sa Révélation, même si ce n'était pas encore au point d'adhérer à ses... plans.

Elle avait fini pat parler de ses responsabilités et du temps que ça prenait de mettre d'accord des gens bavards. Démocratie... Guerre civile. dans le regard de Cain, ces mots n'avaient aucun échos. Ca le laissait complètement froid. Qu'ils s'entretuent tous. Peu importait dans le fond. Les faibles disparaitraient d'une manière ou d'une autre. Cain se contenta de se passer une main dans les cheveux pour dégager machinalement une mèche qui lui barrait les yeux.

"La plupart des gens ne savent pas ce qu'ils veulent et quand ils se décident enfin, ils ne font rien pour l'obtenir. Ils ont besoin d'un chef fort, d'un guide digne de ce nom, pas d'une confidente."

Son regard évoquait clairement ce qu'il pensait de la situation de Wilhelmine. Elle s'était elle-même mise dans cette situation. Elle n'avait pas à s'en plaindre. Elle avait voulu créer une... république. Tant pis pour elle. Quand à la guerre civile, ça permettrait d'épurer la ville, quel que soit le camp qui l'emporte au final.

Ses propos toutefois, auraient pu sortir directement de la bouche de Drake, ça n'aurait pas été différent. Ou peu. Pour le coup et même si il répugnait à l'avouer, il était d'accord sur quelques unes des considérations défendues par sa famille et particulièrement par Drake. Pour le reste, il préférait ne pas se fixer. Il ne savait plus trop ce qu'il était censé penser, croire et faire. Depuis sa révélation, certaines de ses croyances pourtant profondément ancrées jusque là, avaient été... dissoutes, lui laissant un vide et surtout beaucoup de flou.
Il avait également fini par se désintéresser du sort des autres. Sauf de Garreth. Pour le moment, il conservait une place à part.

Elle poursuivit en expliquant qu'elle se sentait seule. Du point de vue de Cain, tout le monde l'était. Il y avait des idiots qui pensaient pouvoir compter sur d'autres personnes. La guerrière enchaina sur ce que lui pouvait fuir. Elle supposa qu'il s'agissait de la tête de son grand père et des coups. A cette évocation, Cain porta sa main vers un hématome relativement large tout autant que récent qui lui barrait en partie ses côtes sur son flanc gauche.

Wilhelmine supposait tout de même qu'il pouvait cacher son jeu. Il n'eut toutefois pas le temps de répondre qu'elle l'enguirlanda pour qu'il cache ses attributs virils. Cain la dévisagea un instant avec un sourire amusé.

"Et c'est ce que vous voudriez ? Que nous soyons amants ?"

Il avança d'un pas en prenant soin de plonger ses yeux dorés dans ceux de son ennemie sans la lâcher d'un pouce.
Plus bas, il conclut.

"Ca peut sans doute s'arranger."

Finalement, de peur de se prendre un mauvais coup, il recula de quelques pas pour reprendre sa distance avant de se plonger dans l'eau. Drake l'avait décrite comme incroyablement rapide et habile. Cain n'avait pas envie de tester ça trop tôt.
Revenant à ce qu'elle lui avait demandé juste avant qu'il ne fasse son petit jeu, le jeune Leckard redevint plus sérieux et l'étincelle dans son regard s'éteignant.

"On s'habitue aux coups comme à toutes leurs idées tordues. C'est un souvenir que je me suis forgé récemment que je cherchais à fuir, autant que leur présence."

Par "leur présence", il parlait de celles de sa famille. En grande majorité ils étaient plus "normaux" que prévu. Normaux pour des Leckard, donc potentiellement aussi violents et cruels que le patriarche mais il n'y en avait que deux en fait que Cain craignait vraiment. Après tout, ils étaient à l'origine de toutes ses blessures. Malgré cela, c'était surtout pour tenter d'oublier "l'épreuve" de sa Révélation qu'il avait eut l'envie de s'exiler un peu. Oh, il en était sortit avec de nombreuses réponses à ses questions. Mais une partie de lui aurait préféré ne pas avoir les réponses vu ce que ça lui avait fait commettre. Après tout, le matricide n'était as très bien vu. D'ailleurs, Cain n'en avait pas encore parlé à Garreth malgré leurs quelques entrevues et il espérait sincèrement qu'il ne fouillerait jamais assez son esprit pour le découvrir.

Il en avait presque oublié à qui il parlait.

"Si je cache mon jeu ? Vous savez bien que vous allez vous méfier de ma réponse peu importe ce que je pourrai dire. C'est là tout l'intérêt de ce jeu. Est ce que je mens ? Si oui à quel point ? A quelles fins ? Si non... Pourquoi ? Puisque c'est presque tout aussi bête non ?"

Cain lui adressa un sourire. Il fallait croire qu'il allait finir par prendre gout à ce genre de jeu à force. En tout cas ce début de partie avec Wilhelmine était amusant et prometteur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelmine Schlacht
Ex-capitaine de la Garde Royale - Mage 2e ordre
Age du personnage : 30 ans
Race : HUMAIN
Pouvoirs : Leichtigkeit (Aisance) - Régénération
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Aoû - 17:51
"Non au contraire. C'est que nous ne voulions surtout pas qu'il fasse. Mais, vous savez, vous vous trompez Cain... comme la plupart de ceux qui se sont énervés de notre attitude. Je crois que votre grand-père a encore beaucoup à vous apprendre en ce qui s'agit de comprendre les gens, anticiper leurs mouvements et surtout, mener une guerre. Si tant est que vous vouliez ne plus simplement être son outils mais être libre et pouvoir tirer certaines ficelles. A moins évidemment que vous aimiez vivre avec un collier. Libre à vous alors..."

Je ne pu que sourire à son affirmation prétendant que si la République de préoccupait vraiment du peuple de Targatt, elle l'aurait supprimé. Ou bien, en y réfléchissant bien, peut-être que le jeune homme parlait de la Régence et de ces institutions. Le pauvre, je pensais, il pense vraiment que les hoses peuvent se faire à la façon des Leckard quelque soit le régime politique? Nous aurions pu nous armer de notre courage et vaincre les Leckard un à un et les soustraire à la vie publique sans que personne ne puisse rien faire. Pas de jugement, pas de mandat d'arrêt, pas de récompenses. Simplement quelques bourses donnés à quelques personnes assez bonnes dans leurs discipline et alors toute une lignée, sans aucune exception, serait devenue une légende. L'action la plus spectaculaire et la plus terrible de la Régence. Mais aussi la plus controversé et qui aurait conduit à sa chute immédiate. Le peuple est un enfant. Il ne sait pas ce qui est bon pour lui. Alors les despotes le gouverne comme un père de famille, les Régences le gouverne comme il voudrait et les Républiques le laisse gouverner. Dans les deux premiers, le peuple contrarié sera une marée humaine emportant tout sur son passage. Dans le dernier, il aurait du mal à se soulever contre son propre régime. Tuer les Leckard aurait tout simplement détruit la Régence et les laisser en vie l'aurait fait aussi. En refusant d'agir, même à moitié, la Régence n'avait pas ralentis son extinction, la seule chose qu'elle pouvait faire.

Ce fut toutefois l'accusation pointant une soi-disant faiblesse de la République qui me sortit de mes pensées alors que mes yeux regardaient Cain. Un chef fort pour mener un peuple de faibles en résumé. Voilà qui était bien typique d'un Leckard comme réflexion.

"Vous savez, Cain, je crois que vous allez un peu vite dans vos analyses. Est-ce que je me suis plains d'être une confidente? D'être une arbitre? Non. J'ai simplement dis que je m'écartais du tumulte de la politique républicaine. Il est parfois bon d'être seul pour réfléchir, pour anticiper, pour préparer et agir. Je vais vous parlez en ennemie, ne vous fiez jamais, je dis bien jamais à ce que l'on vous dis. Lisez entre les lignes et prenez le temps de réfléchir. Une parole en cache bien souvent de nombreuses autres. Ceci est vrai quand on dirige seul comme Drake, ça l'est encore plus quand on dirige à plusieurs... car il faut savoir paraître fort quand on est faible et faible quand on est fort. A être trop franc vos planterait les clous de votre cercueil vous même. Je ne dois pas être la première à vous le dire je pense..."

Je n'avais aucun intérêt à lui révéler quoi que ce soit de plus. Avais-je des plans pour pallier à l'immobilisme de la République? Depuis mon élection au rang de Chancelier. Est-ce que j'étais la personne la plus puissante de la République? Évidemment, j'avais entre mes mains l'administration et l'Armée tandis que les Etats-Généraux n'avaient qu'une maigre police et quelques administrateurs. Pourtant, tous les membres des États Généraux me pensaient fatiguée, usée par la guerre et la politique. Ces moments d'absence leur faisaient croire qu'ils avaient la main. Ceci ferait ressortir leurs intentions, les anti-républicains, les défaitistes et toutes les mouvances contraire à la République. Diriger en chef fort son armée oui. Diriger en chef fort une assemblée, c'était se la mettre à dos et se voir évincer. Tant que les membres des Etats Généraux pensaient être forts, ils me maintiendraient au pouvoir et se laisseraient aller. Cela ne pouvait que servir mes intérêts.

Cain ne répondit pas tout de suite à ma question portant sur les raisons de sa présence ici, au Lac. Non, il préféra rebondir sur mon ordre d'avoir un temps soi peu de pudeur et presque au sens propre puisqu'en plus de plonger son regard brûlant dans la verdure de mes yeux, il s'approcha de moi. Voilà qui devenait intéressant. je n'avais pas l'envie d'aller bien plus loin avec un ennemi, même si, s'il ne l'avait pas était, j'aurai peut-être pu accepter. Mais voulait bien voir jusqu'où le jeune homme pouvait aller. Sa soudaine impétueusement était presque surfaite. Artificielle je dirais même. Beaucoup trop en décalage avec la froideur qu'il déployait jusqu'alors. Presque en même temps qu'il s'approchait et voulait accorder mes dires à notre situation, je me mettais face à lui et soutenais son regard tout en écartant légèrement les jambes. Et ce que je pensais arriva. Il n'avait pas la trempe de passer outre la situation conflictuelle qui existait et se rétracta presque aussi vite qu'il s'était avancé, retrouvant sa position d'origine en plus de s'enfoncer dans l'eau. Pour ma part, je recroisais les jambes sous l'eau avec un léger sourire amusé.

"A croire que vous êtes plus enclin à le montrer qu'à l'utiliser Cain. Je crains que si vous ne vouliez vraiment arranger cette situation, vous devriez porter vos bijoux avec bien plus d'audace que vous ne venez de le faire."

Et retour à l'envoyeur. Il voulait jouer, je pouvais aussi le faire. Car voilà ce que c'était, un jeu rien de plus. Le retour de son sérieux confirmait bien ma position. Il jouait et pensant que ma gêne pouvait l'amuser il s'était aventurer à vouloir jouer avec moi. Même si être le témoin de sa nudité m'avait gênée, je restais son ennemi. Un ennemi, ça se juge, ça se teste et ça se vainc. Pour l'heure, il fallait juger, jouer avec lui et la suite de ses paroles allaient en ce sens.

De la sincérité en apparence ou sincère pour ensuite tenter de tout balayer en semant le doute. Je n'étais pas aveugle. La façon dont il avait touché son hématome plus tôt dans la conversation et son souhait finement placé de voir son aïeul mort laissait bien comprendre que ses dires quant à sa famille avaient une part de vrais. Cependant la prefondeur des marques et leur cicatrisation laissaient aussi comprendre qu'il ne venait pas non plus tout le temps. Le large hématome, récent et les quelques coupures pouvaient suggérer quelque chose qui venaient de se passer.

"Ca pourrait en effet être bête. Je pourrais alors simplement vous provoquer en disant que vous vous surestimer en tout point. Que vous essayez simplement de me faire croire que vous êtes un diamant brute riche d'une importante sagesse et d'une grande capacité à manier les mots et les gestes. Alors je pourrais vous croire. Vous avez le meilleur des professeurs en la matière. Toutefois, je pourrais aussi croire que vous couvrez ce diamant de boue pour me duper. Enfin, je pourrais aussi croire que sous cette boue que vous m'opposez comme la vérité, et bien il n'y a pas de diamant. Ce qui ferez de vous un sot capable de croire qu'il pourra un jour rivaliser avec Drake Leckard ou bien avec une personne venue des plus profondes méandres du monde civilisé pour faire désormais parti de ses plus hautes sphères. Les trois options sont en face de vous. Pourtant vous ne savez pas laquelle est la mienne Cain."

Cette fois-ci c'est moi qui quittait mon rocher pour me rapprocher de Cain, visiblement détendue et m'approchant simplement pour discuter tout en attendant sa réponse. A chacune de mes hypothèses, je me rapprochais pour finir ne serait-ce qu'à un mètre de lui. La provocation était aussi un bon moyen de connaître son camarade de jeu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Leckard
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Aoû - 21:10
Cain se renfrogna légèrement en entendant qu'il avait encore beaucoup à apprendre de son grand père. C'était toutefois véridique et il en avait malheureusement conscience. Toutefois il n'avait pas la moindre envie qu'on le lui rappelle. Elle ajouta une pique, sans doute juste pour le faire réagir, à propos du fait qu'il ne soit qu'un outil, et voir si il avait l'âme ou au moins l'ambition d'un dirigeant. "A moins qu'il aime vivre avec un collier". Vraiment ?
Le jeune homme se permit un sourire tout en songeant qu'elle ne croyait pas si bien dire puisque lors de ses premières années avec les Leckard, Cain avait effectivement porté de vraies chaines et un vrai collier.

"Chacun ses chaines Dame Schlacht, et à chacun son propre déterminisme. Je n'ai ni vocation à garder les miennes, ni à gouverner et encore moins de prendre part à votre mascarade. Ne vous-êtes-vous pas vous-même enchainée à votre... cause ? Il est indéniable que vous savez tirer les ficelles, mais de mon point de vue et quoi que vous pensiez, vous ne rester vous aussi, qu'un vulgaire outil." lança-t-il en omettant de mentionner qu'il parlait ainsi de l'idée farfelue d'une République, mais également que pour lui, tout politicien n'était qu'un outil. Il tirait les ficelles dans un sens mais les personnes ou groupes au bout de ces fils pouvaient lui être aussi fatal que n'importe quel "maître".

En vérité il avait répondu la première chose qui lui était venue et doutait d'avoir été assez convaincant car dans le fond il n'en avait strictement aucune idée. Il avait tant vécu dans l'angoisse du lendemain et de ce que le jour d'après pourrait lui réserver qu'il ne s'était que très peu projeté dans l'avenir. Même proche. Il n'avait d'ailleurs réussi à le faire qu'une fois lorsque Garreth avait émit l'idée qu'ils aillent voir la famille adoptive du lycan, ou la mère de Cain. Cette dernière option était morte avec elle.

Il ne voyait pas rester esclave de Drake toute sa vie, ni du reste de sa famille. Toutefois, il ne se voyait pas prendre sa suite après l'avoir tué. Au-delà de la mort de cet...homme, il ne voyait plus grand chose et ignorait même de quoi il pouvait avoir envie. Pas de politique en tout cas, il détestait cela la plupart du temps.

Wilhelmine avait toutefois raison sur le fait que son intelligence n'avait rien de... politique et demeurait nettement plus terre à terre et étroitement liée à son besoin.

Alors que la conversation se poursuivait Cain avança le fait qu'une cité telle que Targatt, avec un peuple aussi capricieux, des individus mentalement faibles et une aussi grande puissance, notamment magique, soulevaient la nécessité qu'ils soient guidés par une personne forte qui ait une véritable vision des choses précise et sur le long terme. Il semblait presque avoir vexé la guerrière. Mais soit, peut-être avait-il un peu trop extrapolé les raisons qui l'avaient poussées à venir ici. Anticiper ? Se préparer ? Oui, sans doute était-ce nécessaire. Il le supposait en tout cas si le tumulte continuel était tel qu'elle le décrivait.

Il n'eut pourtant pas le temps de rebondir dessus qu'elle tint à lui parler "en ennemie". Il se tendit légèrement, ne sachant pas trop à quoi s'attendre. En fin de compte, elle lui faisait le même type de discours que Drake, ou Tryana, ou Ladön. Cain détourna la tête une seconde.

"On m'a aussi dit que pour y parvenir il fallait saisir l'essence de la vie : les faux-semblants, la séduction, le charme, le mensonge. On m'a dit que je n'avais pas assez côtoyer le monde et ceux qui le peuplent pour être à même de m'en saisir."

Ce qui en fait était plutôt vrai. Il n'avait côtoyer d'autres personnes de son âge que depuis qu'il était à l'académie et il n'y était resté qu'une année avant que les évènements... ne deviennent ce qu'ils étaient aujourd’hui et s’enchainent de sorte qu'il soit de nouveau coincé avec sa famille.

"Je suppose que ça fait parti des choses que j'aurai du taire. Mais le jeu auquel vous vous adonnez tous me semble épuisant..."

Il faut dire qu'on s'arrangeait au palais pour qu'il n'ait pas l'énergie de quoi que ce soit, même si pour le coup Cain avait un mal fou à appliquer ce genre de pratiques, au plus grand dam de son grand père. En soi, il n'était pas contre le mensonge, ni la subversion ou n'importe quelle autre méthode. Il lui arrivait de mentir évidemment, et quand ça lui venait naturellement, il le faisait plutôt bien. Le souci venait du fait que ça ne lui venait pas systématiquement. Le plus souvent, il n'en voyait pas l'utilité. Car peu lui importait que la vérité soit mal prise ou mal vécue. D'ailleurs, Drake lui-même était des plus francs... dans son genre. Mais peut-être sa puissance lui permettait-elle de l'être. A moins qu'il ne le soit qu'avec sa famille.

Cain songea qu'il devait passer pour le plus débile des types, ou le plus naïf ce qui pour lui ne faisait aucune différence. Ca pourrait toujours l'arranger pour une éventuellement confrontation future qu'elle le prenne pour plus franc qu'il ne l'était. En tout cas, il s'étonnait de parvenir à parler aussi librement à une inconnue et doublée d'une ennemie.

Alors qu'elle lui demandait à la fois la raison de sa présence et de camoufler sa virilité, Cain tenta de jouer. Et perdit la partie en reculant et en se remettant dans l'eau, battant en retraite à la fois devant l'incertitude de la situation que pris de cours par sa gestuelle provocatrice. Finalement c'est elle qui l'avait possédé. Ce qu'elle ne manqua pas de souligner de quelques propos acerbes tout en recroisant les jambes.

"J'en déduis que vous êtes la plus expérimentée de nous deux. Je respecte mes ainés comme vous le savez."

Il plissa les yeux alors qu'un sourire malicieux germait sur ses lèvres. Oui, il voulait tuer Drake, c'était du respect pur et dur. En plus de sous-entendre qu'elle avait du avoir plusieurs conquêtes, il sous-entendait également que son âge la prédestinait à être l'instigatrice.

"Et puisque je suis encore dans ma phase ascendante, je vous laisserai volontiers me servir de guide ou de professeur. A votre guise."

Cain oubliait encore qu'il paraissait un peu plus âgé qu'il ne l'était vraiment. Soucieux de balayer l'ensemble de ses confessions ou à défaut, au moins de semer le doute chez son adversaire du moment, il tenta une manœuvre somme toute relativement... maladroite.
En reprenant le même système que lui précédemment, mais nettement mieux maitrisé, elle émit plusieurs hypothèses à son encontre, toutes possibles. Wilhelmine se rapprochait en même temps. Bien que le jeune homme note son déplacement, il se contenta de rester immobile, immergé dans l'eau et se permit même de s'appuyer sur ses bras derrière lui dans une position lassive et très détendue.

Pour revenir aux propos tenus, la seule différence c'est que Cain se moquait éperdument ce qu'on pouvait penser de lui. Enfin... Sauf Garreth. Devant cette démonstration, toutefois acquiesça, l’œil brillant d'intérêt. Peut-être qu'elle ferait bel et bien une meilleure... prof que Drake. A tous les niveaux.

"Et je suppose que ce serait une erreur que je me moque de savoir ce qui est vrai ou pas ?"


C'était bel et bien le cas. Quand à son rapprochement, Cain n'avait pas de quoi avoir peur. Elle n'avait rien d'une malade et aurait déjà cherché à le tuer si elle l'avait voulu. De plus sa mort ne ferait qu'accroitre la détermination de Drake, ce qu'en général on évitait de provoquer puisque même sous le coup d'une émotion forte il restait parfaitement mesuré, réfléchi et maître de lui-même. Enfin... sauf si il était d'humeur à se permettre un petit plaisir, là il devenait sadique.

Non, Cain avait nettement plus de valeur vivant mais il y avait peu de chances qu'elle tente une manœuvre pour le ramener en tant que prisonnier. A moins de l'assommer en un coup, elle s'exposait à de trop fortes représailles ou risques si elle ratait son coup. Bien entendu, Cain pouvait se tromper, après tout il manquait encore d'expérience bien qu'il bénéficie partiellement de celle du démon... qu'il tentait de ne pas saisir. Mais il y avait davantage de chances qu'ils continuent simplement à discuter qu'à ce qu'un combat n'éclate. Quelle que ce soit sa nature.

Sans la lâcher des yeux, il reprit.

"De mon côté, je pourrai sans mal vous dire que ce que le démon pensait de vous."

Pour illustrer ses propos, son regard descendit en suivant ses courbes. Pendant un instant, l'expression de son regard était semblable à celle du Prince démon. A croire que très au fond il avait ce qu'il fallait pour le devenir, à sa manière. Il revint finalement au visage de la guerrière sans bouger pour autant.

"Pour ma part, je préfère laisser l'initiative et agir en conséquence."

Un appel au jeu comme une mise en garde. Mais pour le coup c'était un mensonge. Si jusqu'à récemment ça avait été vrai, ça ne l'était plus. Il avait bien attaqué Ladön en le prenant en embuscade. Ca avait échoué mais c'était passé près. Il l'avait chèrement payé.
Et après tout, sa mère non plus ne l'avait pas attaqué. Son sort avait pourtant été scellé par la seule volonté de Cain.

Après l'avoir considérée une seconde de plus, il avait fait souffler une douce brise. Douce mais fraiche. Le feu était l'élément auquel il était naturellement lié, mais l'air en tant qu'il allait de pair avec et lui permettait de le renforcer, demeurait son autre élément fétiche bien qu'il manque de pratique et de puissance dans son utilisation.

"Vous allez prendre froid à rester ainsi hors de l'eau."

Vous feriez mieux de venir près de moi. Après tout, elle devait avoir compris que son organisme était toujours à une température assez élevée, sans mauvais jeux de mots.

"Pourquoi avez-vous quitté votre région d'origine ?"

Question incongrue mais il commençait à être curieux. Et peut-être qu'il comprendrait mieux sur quel pied danser avec elle. Et puis si ça pouvait la détourner de questions personnelles à lui poser à lui ce serait très bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelmine Schlacht
Ex-capitaine de la Garde Royale - Mage 2e ordre
Age du personnage : 30 ans
Race : HUMAIN
Pouvoirs : Leichtigkeit (Aisance) - Régénération
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 16 Aoû - 5:14
« Si vous le dîtes Cain… si vous le dîtes… Je dirais simplement qu’il vaut mieux porter les chaînes que l’on a choisi plutôt que celle que les autres nous impose. Regardez cette pauvre Astoria, elle s’est retrouvée Régente de Targatt sans expérience et sans aucune idée de comment régner. Elle est restée inactive et voilà où nous en sommes. Enfin, nous tournons en rond. A la différence de vous, je me porte très bien avec mes nouvelles chaînes… »

La pointe à l’égard d’Astoria n’était sans objectif. Le jeune Leckard, dans sa trop grande franchise, pouvait laisser passer quelques informations intéressantes sur la jeune femme qui n’avait pas maintenu un seul contact avec la République. Pas une seule missive ou un seul messager. Si bien que la République ne savait pas où se trouvaient les Paladins et n’en avait pas entendu parlé depuis les cinq derniers mois.

L’affaire restait donc en suspend et si le Directoire y accordait peu d’importance au vu des plans mis en place, la menace de l’ancien monde pour le nouvel ordre social que la cause à laquelle je m’étais enchaînée voulait établir occupait une partie de mon esprit. Le jeune Prince, au vu de sa position, pouvait connaître certaines choses et alors révéler certains points. Il pouvait aussi en déduire que je ne savais rien comme je pouvais simplement mettre en évidence ce qui ne saurait être ignoré de tous : Astoria n’aimait pas son poste et son règne était marqué par son manque d’affection pour le rôle qu’elle s’était vue attribuée. Enfin, ceci était du passé et dans ce lac il n’y avait pas de Régente. Juste un Chancelier et un Prince.

Ceci serait le titre parfait pour une balade ou un roman. Même si pour tout avouer, il n’aurait certainement pas beaucoup de succès. Combien de chants de bardes et autres conteurs relatent les frasques amoureuses et charnels de deux ennemis qui malgré les différences trouvent un terrain d’entente sur les affaires du cœur et de la chair. Trop et pour l’heure, je n’avais pas envie de la chair du Prince et encore moins de son cœur ! J’avais juste envie de jouer avec lui, de connaître l’arme principale de mon ennemi. Car si aujourd’hui nous avions signé une trêve, demain, je ne me risquerai guère à ne pas lui transpercer le cœur et lui retirer la vie pour assurer la victoire de la République comme son maître ferait qu’il ne manquerait pas de me brûler vive pour s’assurer un règne sans ennemis.

Un règne auquel, de toute évidence, le jeune Leckard ne souhaitait guère prendre part en tant que pièce maîtresse. Un jeu épuisant ? Evidemment que c’est un jeu épuisant imbécile ! J’y joue depuis que je suis entrée dans l’Acacémie de Targatt il y a un peu moins de vingt ans et c’est un jeu de tous les instants. La moindre action, la moindre conversation, le moindre échange doit être calculé.  Tout doit être réfléchit afin d’obtenir ce que l’on souhaite. Mais si on ne souhaite rien, si rien ne vous anime alors soit vous êtes mort, soit vous ne pensez qu’à votre lendemain, au jour suivant celui d’aujourd’hui sans but réel à part quoi ? Survivre ? Les paysans et les mendiants le font et ils le font très bien. Ceux qui veulent obtenir quelque chose, qui veulent s’en sortir, qui veulent conquérir leur grandeur, leur fortune, leur gloire, leur liberté, ou simplement la reconnaissance d’un monde qui n’a eu de cesse de les persécuter à cause de leur origine et de leur croyance, eux se battent et son prêt à user leur vie et leur os en participant à ce jeu épuisant ! Je ne pouvais que me forcer à paraître calme et inflexible face au jeune Leckard alors qu’en moi une soudaine colère face à tant de passivité surgissait des tréfond de mon cœur. Il était évident qu’il se plaignait de sa condition et de ce qu’il avait vécu et quoi, que faisait-il ? Rien, rien du tout si ce n’est jeter là, à mes pieds, une sorte de complainte où il affirmait ne pas vouloir jouer au seul jeu qui lui offrirait ce qu’il voulait ! Il devait vraiment en avoir vu de toutes les couleurs pour ne pas véritablement forger les armes qui lui offriraient sa liberté.

« Nos actes nous définissent Cain. Si ce jeu vous fatigue alors vous ne serez pas grand-chose de plus que ce que vous êtes déjà. C’est-à-dire rien. Au vous avez désormais un très joli titre de prince c’est bien vrai. Mais un prince conspire, trahi, assassine, corrompt, perverti, purge, s’allie et plante des couteaux dans le dos. C’est encore plus vrai quand Drake Leckard est roi. Même si vous n’avez guère l’envie de quoi que ce soit, si vous voulez changer quelque chose dans votre existence, vous allez devoir vous mettre à jouer à notre jeu et là, peut-être que vous obtiendrez des résultats plus concluants que ce que vous avez jusqu’alors eu. Comme par exemple ne pas attaquer de front. Ce n’est jamais une bonne idée d’attaquer soi-même et de front un adversaire qui nous connaît… et un accident et si vite arrivé… »

La référence aux cicatrices et aux hématomes de Cain était plus qu’évidente. Ils n’étaient pas apparu par hasard sur son corps et au vu de leur nombre, il n’avait pas dû avoir très souvent le dessus.

Cependant, alors que je me targuais de ne pas vouloir de cette chaire meurtrie, je me sentais bien obligée de commenter le manque d’ardeur qui suivit son tout aussi manquant esprit politique et ce alors qu’il cherchait surement à m’impressionner de sa belle musculature et avec l’attirail qui était le sien. Même si je n’avais guère apprécié qu’il me laisse contempler ses parures, notamment parce que je n’étais guère dans l’idée de vouloir le faire et par conséquent prête à savourer la vision que le jeune Leckard m’offrait, il aurait été honteux de ma part que je ne réponde pas de façon appropriée à sa dernière provocation physique et au vu de son manque de panache, prendre le dessus dans la discussion.

Le grondement en moi après la découverte de la mollesse du jeune homme se calmait un peu en découvrant un peu de répartie chez lui. A défaut de pouvoir sauter sur les occasions, il savait au moins répondre avec audace. Ce n’était pas pour me déplaire et la conversation, qui était alors une simple joute sur le jeu politique entre un profane et un savant,  devenait bien plus intéressante. Mieux, le jeu qui s’était amorcé devenait bien plus intéressant et utile. Puisque je pouvais lui servir de guide, tout en mettant de côté les propos sur mon âge qui, à défaut de me flatter, restaient vrais, je pouvais tout aussi bien l’utiliser. Il fallait simplement animer chez lui la flamme qui amorcerait son soulèvement contre Drake Leckard. Ô il pouvait ne pas servir le République. Mais il pourrait au moins nous débarrasser du souverain lui-même.  Je n’avais donc pas l’intention de laisser la laisse changer de mains et, comme simple signe que je prenais acte de son invitation, je lui fis un sourire. LE genre de sourire convenu que l’on fait à un partenaire de jeu. Le genre de sourire qui sème davantage la confusion et place le vrai dans le faux et le faux dans le vrai.

La partie commençait pour de bon.

Alors que je m’amusais à reprendre son grossier raisonnement, je me rapprochais de lui jusqu’à être à côté de lui et là seulement poursuivre la conversation.

« Ce serait prendre le risque que je vous connaisse et par conséquent que je puisse vous anticiper. Un ennemi que l’on connaît est un ennemi déjà vaincu. C’est certainement pour ça que vous avez ce magnifique hématome juste là… »

Je disais cela innocemment en pointant du doigt l’hématome du jeune Leckard. Il n’avait pas très beau à voir et celui qui l’avait frappé devait vraiment avoir une bonne raison. Pour ma part, j’avais une bonne raison de me tendre légèrement à l’instant où Cain fit mention du démon et, même si je continue à croire qu’il s’agissait de mon imagination, en prendre un court instant le regard. Selon les mages médecins de l’Armée Républicaine, j’aurai peut-être pu tenir un ou deux ans à la corruption et les derniers mois avant de sombrer, j’aurai été incapable de faire quoi que ce soit d’autre que résister au mal. Entre cette nouvelle et surtout la désagréable sensation de la corruption se tordant dans mon thorax en revoyant ce regard, je n’avais guère envie de savoir quoi que ce soit de ce démon. Même ce qu’il pouvait penser de moi. Mon réflexe avait certainement trahi ma crainte de cette créature et donnait un avantage à Cain. Je ne pouvais guère rester trop longtemps sans tirer la laisse de mon côté et de nouveau, le jeune Leckard m’offrait une voie d’action.

Elle était très évidente : me rapprocher. A défaut de lui offrir une réponse quant à mon absence de curiosité pour l’idée que le démon puisse se faire de moi, je préférais agir en ce sens. D’autant qu’il le voulait aussi. Son avertissement quant à son manque d’initiative, qui devait sans aucun doute cacher une potentielle contrattaque, n’était autre qu’un souhait de sa part que le simple mètre nous séparant se réduise. Il devait avoir une idée derrière la tête et alors que je bougeais en ce sens, je préparais aussi la mienne. Ainsi je me rapprochais un peu plus de lui. Sans pour autant en être collé jusqu’à ce qu’une brise me glace le sang. Elles n’étaient pas rares à cette époque de l’année mais la soudaineté de celle-ci était désagréable si bien que je ne me fis pas attendre quand il m’offrit la possibilité d’user de sa chaleur corporelle.

Je n’allais pas non plus lui demander la permission de me coller à son buste et me glisser entre ses jambes. Hors de question ! Puisque monsieur n’était guère pudique, il saurait supporter le contact d’une femme gelée contre sa peau et ce même si cela pouvait être le contact d’une cuisse contre sa joaillerie ! Je me trouvais ainsi le flanc gauche contre le torse du jeune Leckard, mes jambes passant au dessus de sa jambe gauche et, surement par peur que ses lèvres ne s’approchent une fois de plus de mon cou, mon visage donnant sur la face droite du sien, à seulement quelques centimètres l’un de l’autre. Alors que j’allais lui dire quelque chose dans l’oreille, je me faisais la remarque qu’il était beaucoup trop chaud pour avoir une température corporelle normale. Naturellement, je lui adressais un regard suspicieux en soupçonnant la combustion instantané. Mais sa question, sans pour autant me faire baisser ma garde, me surprit.

Pourquoi pouvait-il s’intéresser à mes origines ? D’autant qu’avec son entourage, il devait bien les connaître. Presque tout le monde dans la cité savait que je venais des provinces Germaniques donnant sur la mer qui sépare les Germains des Hommes du Nord. Tout le monde savait que les seigneurs locaux étaient tous très différents dans leur façon de gérer la question magique et si certains utilisaient les mages comme des armes de guerre, d’autres les laissaient vivre en paix et les pires les chassaient comme des animaux et les massacraient comme un massacre un troupeau vérolé….

« Ma famille a préféré partir plutôt que subir un lynchage de la part des non-mages. C’est aussi simple que ça… La marche de Hoschseebourg n’est plus une terre de libertés comme elle le fut malheureusement… Vous vous attendiez à une grande histoire pleine de rebondissements n’est-ce pas ? Vous devez être déçus. Je suis comme tous ces réfugiés que nous accueillions chaque jour et qui fuient les persécutions. Ni plus, ni moins… et pendant des années je l’ai subi et cette discrimination à fait de moi ce que je suis aujourd’hui… »

Je ne pus m’empêcher de laisser tomber ma tête sur l’épaule du jeune Leckard. Je n’aimais pas parler de ce sujet-là. Je savais d’où je venais et ce que j’étais devenue et cela me suffisait. Mais repenser à mon enfance allemande, à là où je suis née, aux horreurs que j’ai vu, à l’horreur et à la malice des gens et à toutes les discriminations que j’avais subi ne me plaisaient guère et je m'efforçais la plupart du temps de cacher mon ressentit pour paraître forte aux yeux de mes ennemis. Mon passé était peut-être mon pire ennemi…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Leckard
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Aoû - 11:51
Le jeune homme fronça légèrement les sourcils tendit que la guerrière répondait à son assertion en précisant qu'il valait mieux encore avoir choisi ses chaines. Elle enchaina toutefois en évoquant le cas d'Astoria. Il n'était toutefois pas dupe au point de croire que ça le ne concernait pas aussi. Ou peut-être ignorait-elle qu'il avait combattu ses chaines toute sa vie durant. Quoi que nettement moins fort depuis la fin de sa possession et encore moins depuis sa Révélation. Il commençait à voir les choses... différemment.

Wilhelmine conclut qu'à sa différence elle appréciait ses chaines. Cain soutint son regard mais ne répondit rien. Que voulait-elle qu'il fasse au juste ? Qu'il abatte Drake seul ? Ce n'était pas son plan. Non le sien nécessitait le concours de Garreth au moins et d'attendre encore quelques mois au minimum. Le temps pour son ami d'avoir assez de connaissances, pratiques et résistances pour perturber son grand père le temps qu'il lui mette le coup fatal. Il leur faudrait du temps également pour pouvoir prévoir de se retrouver tous les deux en présence de Drake sans que ça ait l'air suspect. Il était trop intelligent pour ne pas y prendre garde. Et il y avait de fortes chances que ça échoue pour la simple raison que Cain avait des barrières mentales relativement faibles. Si Drake fouillait son esprit une nouvelle fois avec un semblant d'attention et qu'il découvrait le pot-aux-roses, c'était la restructuration mentale assurée.

Toutefois et maintenant qu'il y songeait, il trouvait cela trop facile et trop simple. Drake avait énormément d'ennemis plus puissants que Cain et Garreth, pourquoi seraient-ils ceux qui devraient risquer leur vie ou pire, leur intégrité mentale ? Et si ça revenait à transférer le pouvoir aux républicains, Cain n'était plus tout à fait sur de vouloir agir aussi... promptement. Il se demanda brièvement si Garreth avait pensé à "l'après Drake" sur le moyen ou long terme. Sans doute que oui. Il était plus sage et réfléchi que Cain ne le serait jamais.

Quant à Astoria, dans le fond Wilhelmine n'avait pas tout à fait tort. Elle devait être en train de ramasser les morceaux. De son corps comme de son esprit vu l'état dans lequel elle était ressortie de son affrontement avec le patriarche des Leckard.

"Astoria n'a jamais été une vraie menace et c'est encore plus vrai depuis sa défaite." Lança-t-il froidement à la volée sans lâcher du regard Wilhelmine afin de jauger ses réactions.

Cain ne se rappelait que trop bien la mine réjouie de Drake à son retour. Il n'avait pas gagné que le duel. D'après lui, il lui avait fait perdre son identité également. Le jeune homme n'était pas certain d'avoir compris sur le coup mais une chose était sure, si l'activité des paladins avait continué, Astoria, les récents rapports des espions ne la mentionnaient pas.

Ce qui restait des paladins s'étaient ralliés au grand maitre de leur ordre, le seul encore en vie, le patriarche des De Rayem. Ce dernier toutefois était des plus précautionneux et se gardait bien de laisser de quelconques failles qui auraient permis au gouvernement de s’immiscer dans leurs affaires. Cain avait cru qu'il se rallierait à la cause républicaine mais Drake lui avait fait remarquer que ça ne concordait pas avec les dogmes défendus par les paladins qui croyaient profondément en la justice, bien avant de défendre l'égalité qui n'était ni réelle, ni souhaitable. Quoi qu'il en soit, ils étaient tous revenus en ville et étaient protégés du sceau de leur guilde qui avait pris soin de se dissocier des actions d'Astoria après sa défaite.

Cain se demanda si son interlocutrice était au courant... Mais il était venu là pour se détendre et qu'on cesse de lui rebattre les oreilles avec la politique ou avec sa place supposée. Il évita donc de relancer le sujet.

Alors que la conversation se poursuivait, Wilhelmine lui donnait des conseils stratégiques. Tout n'était que faux-semblants, mensonges, et double-jeux et seconde lecture en somme. Cain avait beau se convaincre que le jeu auquel tant de monde prenait part n'était pas des plus amusants, il devait avouer être parfois tenté d'y prendre part. Toutefois, il n'avait pas assez de forces et d'énergie pour à la fois survivre et contenter sa famille et y jouer. Mais par son obéissance relative, et continuelle depuis sa Révélation, Drake commençait à montrer des signes de confiance. Bien sur, c'était et ça restait très relatif, on parlait de Drake après tout. Mais ça lui serait forcément utile à un moment où à un autre.

Il se fit tout de même passer un savon par la guerrière qui lui reprochait clairement son manque d'agressivité et d'ambition comme de méthode. Ne pas attaquer de front. Oui, il avait fini par apprendre sa leçon. N'était-ce pas pour cette raison qu'il obéissait ces derniers temps ? Ou était-ce parce qu'il commençait à voir les choses à la manière familiale. Même en tentant une introspection rapide Cain devait admettre qu'il n'en savait rien. Il n'avait en fait que peu de recul sur lui-même et on ne lui laissait pas le temps de se poser assez longtemps pour le faire.
Encore des excuses ? Oui sans doute.

A la mention de l'accident si vite arrivé, une flamme embrasa son regard alors qu'un sourire de défis étira ses lèvres.

"Si j'abats un ennemi de front alors qu'il me connait, ce sera le signe, soit de son incommensurable bêtise soit que je lui suis véritablement supérieur en terme de technique comme de puissance. Une échelle de référence qui me permet de tester en condition mes... améliorations. Rassurez-vous, ce n'est pas un exercice auquel je m'adonnerai avec n'importe qui."

Oui, il avait sciemment choisi de ne pas trop se faciliter la tâche. Il voulait forcer son évolution à se faire plus rapidement et, comme toute sa famille "proche", il avait lui aussi remarqué que les combats en condition réelle donnaient des résultats plus grands et plus réguliers en le forçant à se réinventer, à s'éprouver.
Les marques qu'il portait en étaient la preuve. Les blessures les plus graves étaient récentes, un châtiment à la mesure de ses progrès comme de la peur qu'il finirait par inspirer à Ladön et qu'il avait commencé à distiller depuis sa Révélation et le matricide dont il s'était rendu coupable.

Toujours est-il qu'il n'aurait jamais fait une telle chose avec Wilhelmine par exemple. Il se permettait cela avec sa famille car avait connaissance du souhait de Drake qu'il reste et demeure en vie quoi qu'il arrive. Il en profitait donc ouvertement. Mais ça non plus, il ne le révèlerait pas.

La guerrière trouverait sans doute son "test" stupide et un peu trop extrême mais n'était-ce pas la marque de fabrique des Leckard ? Et malgré tous ses efforts pour le nier, il était obligé d'admettre qu'il était bel et bien un membre de cette famille et cela sur de nombreux points. Certes le côté politique n'était pas le plus développé mais il aurait un rôle tout autre. Effectivement, pour le moment, se contenter d'être leur arme lui convenait parfaitement. Cain avait ainsi tout le loisir d'apprendre leurs méthodes, leur manières, leurs faiblesses. Il n'était pas aussi stupide que Wilhelmine semblait le croire mais se garda pas de le lui faire remarquer. Car lorsqu'il aurait atteint le niveau de maitrise qu’il visait, il attaquerait, non plus pour se tester mais pour vaincre. Et  ce moment là, il ne laisserait rien au hasard. Il fallait bien après tout qu'il ait retiré quelques enseignements de Drake. Ca en faisait parti.

Pour l'heure, passer pour un faible lui convenait. Après tout, il était logique qu'il applique les conseils d'une guerrière telle que Wilhelmine. Il s'exécutait donc.

Le jeu prenait progressivement une autre tournure à mesure qu'ils se provoquaient physiquement, ou plutôt charnellement. Cain avait beau avoir battu en retraite assez vite, il laissait maintenant le soin à Wilhelmine de prendre les rênes si elle le souhaitait, se plaçant lui-même dans une position d'attente polie en vue d'un quelconque enseignement. Ca la conforterait dans une position apparente de domination tendit que lui continuerait à montrer un semblant de faiblesse.
Elle lui adressa un sourire en réponse, signe qu'elle acceptait de poursuivre la partie bien qu'elle souligne le fait que ce serait prendre un risque qu'elle le connaisse.

Cain haussa les épaules alors qu'elle s'approchait. Levant la tête vers elle, il reprit du même air de défis qu'il avait arboré quelques instants plus tôt.

"Je prends le risque volontiers. Vous me le ferez payer plus tard."

A la mention de son hématome, Cain baissa les yeux vers ce dernier. Il était moche et très visible c'était un fait.

"Oui... Mon oncle n'a que peu apprécié l'initiative, d'autant plus qu'elle a failli aboutir."

Les yeux ocre du jeune homme se firent rieurs en se remémorant la tête que Ladön avait faite en se rendant compte qu'il était passé à un cheveux de la mort.
Quoi qu'il en soit, il se moquait bien de dévoiler qu'il affrontait régulièrement et sérieusement sa propre famille. Redressant la tête vers elle, Cain reprit.

"Je subirai bien pire pour avoir conversé avec vous aujourd'hui."

C'était dit sur le ton de la conversation comme on aurait parlé du temps. Cain y était habitué, il avait accepté la douleur comme une part intrinsèque de sa vie depuis longtemps et avait par ailleurs développé une assez forte tolérance à cette dernière qu'il saurait exploiter en temps voulu.

A l'évocation de ce que pensait d'elle le démon, Wilhelmine se tendit légèrement ce que ne manqua pas de noter le jeune Prince. Le fait qu'elle ne daigne pas connaitre les pensées qu'avait eu le démon en fut la preuve.
Elle préféra une autre voie proposée par Cain : un rapprochement.

Pour autant, elle s'approchait peu et afin de l'enjoindre à le rejoindre, Cain usa discrètement de sa magie élémentaire pour faire souffler une bise assez fraiche. Sans se faire prier davantage, elle le rejoignit dans l'eau et vint se coller à lui. Si il avait imaginer l'hypothèse il ne se serait pas risquer à croire qu'elle aurait agi de la sorte. Pourtant, il sentait clairement sa poitrine reposer sur son côté gauche et la cuisse qui était remontée jusqu'à son entre-jambe avaient tous deux suffit à faire monter en lui un désir insoupçonné et malheureusement qui commençait à être visible.

Loin de se laisser décontenancer, il tourna légèrement la tête vers elle, effleurant presque ses lèvres des siennes tout en passant son bras gauche autour de ses épaules pour l'entourer de sa chaleur.

Tendit qu'elle lui adressait un regard soupçonneux, et il est vrai qu'il aurait facilement pu la faire cuir dans son jus compte tenu de leur position, il en vint à une question toute autre et qui prit de court la guerrière.
Si Cain était un animal très bien dressé en terme de compétences magiques ou de combat de manière générale et avait des connaissances relatives sur ces sujets, l'histoire, la géographie et la politique des autres peuplades lui étaient quasiment inconnues.

Cain contint son étonnement. Il était double. Déjà il paraissait évident que son passé lui demeurait douloureux. Mais ce qui l'étonnait le plus fut que des non-mages soient capables de persécuter des sorciers. Ces derniers ne se défendaient-ils pas ? Pourquoi ne les avaient-ils pas écrasés ? La situation avait dégénéré au point de faire fuir les magiciens. Dans l'esprit de Cain c'était une aberration.

"Je ne m'attendais à rien. Je ne sais pas grand chose de votre peuple mais je m'étonne que vous n'ayez pas pris les armes pour forcer le pouvoir à changer de mains."

Fit-il tout en la serrant un peu plus dans ses bras. Ce n'était pas un gage d'amitié ni même d'une quelconque compassion bien que le geste spontané qui avait suivi y ressemble affreusement. Non, c'était simplement pour la maintenir à sa place car elle n'apprécierait sans doute pas ce à quoi il venait de penser. Il ne le lui confierait toutefois pas l'idée dans l'immédiat. Elle avait soudainement l'air si fragile qu'il dut faire un effort conscient pour ne pas saisir l'opportunité de l'attaquer. Il semblait si facile de la briser, d'en profiter.

Grisé par leur posture, il remonta doucement le menton de Wilhelmine de sa main droite vers lui et sans demander d'autorisation, déposa un franc baiser sur ses lèvres. Sa main droite quitta alors le visage de son interlocutrice et suivit les courbes de sa poitrine, de sa hanche et de sa cuisse dans une caresse sensuelle qui ne fit qu'exacerber son envie. Il enfonça doucement ses doigts dans la cuisse de la guerrière, faisant écho à son désir.

L'image de Garreth passa fugacement dans son esprit. Il songea que ce n'était pas du tout la même sensation que lorsqu'il était avec lui.
Non clairement, ici ce n'était pas de l'amour mais qui s'en préoccupait ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelmine Schlacht
Ex-capitaine de la Garde Royale - Mage 2e ordre
Age du personnage : 30 ans
Race : HUMAIN
Pouvoirs : Leichtigkeit (Aisance) - Régénération
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 14 Sep - 18:47
Je souriais simplement à ce que me disait Cain. Un sourire qui pouvait avoir de très nombreux sens. Pour ma part, il n’y en avait presqu’aucun. Les informations en provenance de Targatt se suffisaient à elle-même et la mauvaise posture d’Astoria révélée par le jeune Leckard ne faisait que faciliter les choses. Maintenant il suffisait juste de l’achever à défaut de pouvoir la ramener à la raison.

Le manque de dévotion pour la chose politique de Cain allait aussi dans mon sens. S’il devait, à terme, hériter de la cité, son manque d’expérience et de finesse ne pouvait aller que dans le sens des familles qui voudraient mettre un terme au règne des Leckard. D’autant que leur tendance naturelle à vouloir être plus puissant favorise un règne dégénéré. Après tout, à vouloir sans cesse être plus puissant que leurs frères et sœurs, ils passent autant de temps à comploter qu’à s’entretuer. C’est un avantage pour ceux qui les surveillent d’une certaine façon. Et l’assurance de Cain à vouloir s’opposer de front à ceux qui pouvaient lui être supérieur le confirmait.

« Ô vous êtes libres de vous lancer dans des attaques frontales. Mais vous n’aurez alors la victoire que dans deux cas : soit vous aurez eu de la chance, soit vous surpasserez votre adversaire. Alors quelqu’un voyant votre puissance, ou écrasé par celle-ci, cherchera à vous écraser. A partir de ce moment-là, votre vie va être longue et compliquée puisque vous vous serez créé des ennemis tout seul… »

Mon léger sourire en coin en disait long sur mon ressentit quant aux stratégies du jeune Leckard. Il était simplement mignon à vouloir paraître fort de façon conventionnelle alors que toute sa famille baignait dans le mensonge et la tromperie. De toute évidence, il n’était pas encore au fait de cette tradition familiale. Famille que le jeune homme ne prenait toutefois pas à la légère et il savait déjà bien ce qu’il risquait à rester ici, avec moi. Au moins, il n’était pas totalement inconscient.

Toutefois, il ne semblait guère conscient des effets du corps d’une femme sur celui d’un homme alors que je profitais de sa chaleur. Car, comme pour renforcer mon amusement en me collant outrancièrement à lui, je sentais bien qu’il n’était pas insensible à ma nouvelle proximité. Nullement insensible et pour autant, loin d’être surpris. Cette absence de réaction du jeune Leckard, si l’on mettait de côté l’agréable enlacement d’un de ses bras autours de moi, accentuait mes suspicions. Toutefois, l’absence d’hésitations de sa part me laissait présager bien plus de loisir que je ne l’avais imaginé en me rendant au Lac aujourd’hui et la proximité fugace de ses lèvres faillit me laisser aller à une première pulsion. Quel gâchis ce serait de ne pas profiter du corps du jeune Leckard alors que je pouvais le tenir entre mes mains.

Mais la pulsion fut rappelée à l’ordre par les souvenirs du passé. Diable qu’ils pouvaient être agaçants dans certaines situations.

« Les mages ne sont pas nombreux en dehors de la Vallée d’Helmancourt comparé au nombre de non-mage. En plus de cela, ils ne sont pas concentré. Alors un mage peut répliquer, mais à terme il sera vaincu. Ainsi de suite et même si un grand mouvement contre les non-mages s’amorçait…  Les cité-mage où les mages sont concentrés sont les meilleures alternatives pour les mages du continent. Qu’est ce que… ?

En sentant le jeune Leckard me serrer contre lui, ma tête quitta son épaule et mes yeux émeraude le fixèrent avec sévérité. Ce geste n’avait rien d’amical ou d’intime et tombait bien trop facilement au moment où mon esprit s’était embrumé de tous mes souvenirs d’enfance. Ce même esprit fut cependant vidé en un instant. Plus rien si ce n’est une légère flamme d’excitation qui grossissait à mesure que je comprenais ce qui se passait. A mesure que je comprenais que cette chaleur contre mon menton était due à la main de Cain. A mesure que je comprenais que cette chaleur intense contre mes lèvres était due à celles de celui qui me tenait dans ses bras. Comprenant cela, mon cœur accéléra légèrement. C’était assez soudain et l’initiative du jeune Leckard me prenait de court. Peut-être n’était-il pas si inexpérimenté qu’il le laissait entendre après tout… Ainsi je pouvais tenter de me laisser aller entre ses bras et lui laisser avoir l’initiative un peu plus longtemps ? Après tout, ce n’était pas comme si je préférais être bien guidée dans l’intimité. Ce n’était pourtant pas une bonne idée. Maintenant que l’affaire avait presque atteint son paroxysme, il fallait voir s’il était prêt à jouer à notre petit jeu jusqu’au bout.

Ma position devenait désagréable car si un de mes flancs pouvaient jouir de la chaleur du torse du jeune Leckard, ma poitrine, raffermie par le froid de l’eau, se lassait d’attendre de pouvoir gouter à cette chaleur masculine. Mon corps tout entier se mettait face à celui du jeune Leckard sans que mes lèvres de rompent le lien qu’il avait établi. Mes mains froides fermement placées autours de son cou prévenaient une telle éventualité. Quant aux autres lèvres, alors que mes jambes prenaient place de part et d’autre de Cain, elles devraient attendre davantage. Loin de moi l’idée de donner satisfaction immédiatement au jeune Leckard. Un jeu était un jeu il allait devoir se battre d’une autre façon pour obtenir ce sa rigidité laissait entendre.

Maintenant bien placée, mes seins bien au chaud contre le torse de Cain et mes mains réchauffées caressant le corps de Cain, mes lèvres se laissèrent tomber dans son cou avant de se porter à ses oreilles et à l’instant où j’ouvris la bouche pour lui parler, mes ongles se plantèrent dans sa chaire.

« J’espère Cain que vous mettez autant d’ardeur dans l’intimité que dans vos combats car le notre vient de commencer. »

A la fin de ma phrase je ne pus que mordiller l’oreille de mon partenaire tout en laissant remonter mes mains, dont les ongles avaient relâchés leur prise charnelle, dans son dos.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Leckard
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Sep - 12:12
Le sourire de Wilhelmine faillit mettre mal à l'aise le jeune homme qui se contenta de demeurer neutre. La conversation se poursuivit et dériva sur sa manière de foncer dans le tas, que réprouvait son interlocutrice. Après lui avoir expliqué dans un premier temps à quel point elle trouvait cela stupide, Cain avait rétorqué que c'était voulu. Mais les derniers arguments de la guerrière ne le laissèrent pas insensible. Si il voulait vraiment vivre "en paix" comme il le clamait, peut-être devrait-il changer de méthode ? Une petite voix intérieure lui rappela qu'il n'était pas totalement honnête ni envers lui-même ni envers les autres lorsqu'il les laissait croire qu'il se désintéressait de tout hormis de son petit havre de "paix". Il avait beau être quelque peu désabusé, et ne plus exactement savoir quoi penser, ni de sa famille ni à son propre sujet, il savait en revanche qu'il ne comptait pas cesser de se battre. Plus encore, à mesure qu'il prenait conscience des règles du jeu, il s'évertuait à cacher certains de ses progrès tant sur le plan stratégique, bien qu'ils ne soient pas encore si conséquents que cela, que sur le plan magique. Si bien que même ses "maitres d'apprentissage" ignoraient certaines des techniques qu'il avait mis au point. Une autre différence avec celui qu'il était l'année précédente, il avait retiré de sa liste de personnes à abattre certains membres de sa famille tels qu'Alecto et Tryana. Ceux là ne lui avaient jamais rien fait et il pensait pouvoir les rallier à lui si il s'y prenait bien... et si Drake n'était plus là. Quand à la Ladon il était d'une priorité presque aussi haute que son père.

Et bien que les sentiments de Cain à l'encontre de Drake se soient considérablement amoindris, c'était presque en toute neutralité qu'il avait jugé qu'il devait mourir malgré tout. Et quitte à ce que quelqu'un ne le tue, autant que ce soit lui. Il avait déjà du sang sur les mains. Contrairement à Garreth, qui pour le coup était aussi motivé que lui. Mais Cain refusait, pour le moment qu'il ne s'avilisse en ayant du sang sur les mains.

Quoi qu'il en soit, il était conscient d'avoir réellement commencé à s'intégrer à sa famille et savait qu'il lui faudrait agir concrètement avant que ses sentiments à leur égard ne changent encore. Car en vivant avec eux et en écoutant leurs propos, il devait admettre qu'il les trouvait intéressant et plutôt logique. Ils assumaient chacun de leurs actes et ne se voulaient pas la face quand à leur vraie nature ou intention. C'était déjà beaucoup plus que la majorité des autres familles. A côté de cela, ils dissimulaient aussi un maximum de choses. Même au sein de la famille, ses membres cherchaient tous à garder une longueur d'avance sur les autres au cas où l'un d'eux cherchent à évincer un autre. Cain ne faisait pas exception et avait commencé à se prendre au jeu malgré lui. A moins qu'il y ait toujours joué à son insu.

Quoi qu'il en soit, les propos de Wilhelmine étalait une vérité déjà éprouvée : il se créait des ennemis plus vite qu'il ne les décimait.

"Donc vous préconisez le dissimulation et la traitrise comme moyens de vaincre ?"

Il haussa les sourcils, mi-interrogateur mi-amusé. Si il n'avait pas été un Leckard on aurait facilement pu croire qu'il se préoccupait de l'honneur. Mais n'était-ce pas ce qu'il souhaitait que l'on imagine à son sujet ? Qu'il n'était pas comme "les autres Leckard" ? Il avait toujours tout fait pour s'en dissocier. Ce qui n'avait fait que lui compliquer la vie.

Alors qu'un désir montait en lui, il entrevit une faille dans l'armure de la leader républicaine : son passé. Il s'y engouffra, non pas pour l'attaquer -bien qu'il y ait sérieusement songé- mais pour semer le trouble tout en assouvissant une envie. Quitte à appliquer certains des préceptes de sa famille, autant que ce soit agréablement.
Il avait donc resserré son étreinte, saisit le menton de Wilhelmine pour l'embrasser. Elle s'était tendue immédiatement mais Cain avait prolongé le baiser de sorte à caresser les courbes de sa partenaire. Finalement, elle n'avait pas rompu le contact. Au contraire, elle avait fait en sorte de se placer complètement sur lui, collant sa poitrine à son torse tendit que ses mains froides manquèrent de peu de le faire frissonner.

Les lèvres de sa partenaire de jeu retombèrent dans son cou. Il ferma les yeux de contentement une seconde avant de les rouvrir, autant parce qu'elle parlait qu'à cause de ses ongles plantés dans sa chair. Un éclat de désir embrasa son regard et un sourire étira ses lèvres. C'était mignon. Cain avait tellement suivi qu'une griffure de la sorte ne lui faisait pas grand chose à part accroitre son désir et de créer un besoin à assouvir.

"Pour vous, je donnerai toujours mon maximum."

Lança-t-il d'un ton taquin alors que ses mains se faisaient baladeuses. Évidemment ça n'avait rien d'une promesse et encore moins d'une déclaration. Ca ne faisait que parti du jeu qu'ils avaient entamé. Il passa de la position semi allongée à assise pour mieux profiter de son contact et ses mains finirent sur son postérieur. La bouche de Cain parcourut sa gorge et descendit jusqu'à sa poitrine qu'il couvrit de baiser avant à jouer avec sa langue. Il affermit sa prise sur les hanches de sa partenaire pour faire en sorte qu'elle sente davantage sa virilité.

Il remonta une main jusque dans son dos pour la maintenir fermement contre lui et sans crier gare, les fit rouler de sorte qu'il se retrouve au-dessus d'elle. Cain passa ses jambes entre les siennes de même qu'une de ses mains qui se mit à explorer plus librement l'intimité de son "mentor" tendit que sa bouche s'occupait de titiller chaque centimètre carré du torse de sa compagne du moment.

Après quelques instants à jouer avec elle, s'amusant à faire croitre son désir de même que le sien, il n'y tint plus et se laissa aller, remplaçant sa main par sa virilité pour entamer la véritable danse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Wilhelmine Schlacht
Ex-capitaine de la Garde Royale - Mage 2e ordre
Age du personnage : 30 ans
Race : HUMAIN
Pouvoirs : Leichtigkeit (Aisance) - Régénération
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Sep - 16:51
"Oh, je ne préconise rien. J'insiste jeune Prince."

Il fallait bien finir par lui faire comprendre qu'au vu de ce qui allait arriver dans les prochaines semaines, il valait mieux qu'il arrête de vouloir faire tomber ses ennemis en les frappant de face. La complexité du champs politique de Targatt, la largeur du spectre de ceux pouvant être ses alliés et ses ennemis et les ambitions de tous allaient de toutes les façons le forcer à changer de stratégie. Si j'en avais l'envie, je pourrai presque lui expliquer sur le pourquoi de mon insistance qui n'avait rien d'un simple conseil. Toutefois, il devait apprendre de la manière forte. Il devait lui aussi comprendre qu'il n'était rien de plus qu'un vulgaire outils pour les ambitions de toutes les têtes pensantes de cette cité. Même pour des personnes qui ne faisait pas partie de sa propre famille.

Toutefois, cette pensée fut mise de côté au vu du début de nos péripéties charnelles. Car entre la soudaine proximité que m'imposait le jeune Leckard et mon besoin naturel de garder la main sur cette discussion d'une autre nature, nous avions débuter une nouvelle partie de la conversation.

Conversation à laquelle le Cain voulut bien y mettre du sien. Heureusement! Quel horreur de devoir donner et trouver du plaisir avec un interlocuteur prompte à faire l'étoile de mer, même si ces animaux sont particulièrement intéressant. Le problème était que lorsqu'ils étaient inexpérimentés, il était facile de s'amuser avec eux tout en répartissant la satisfaction liée à la conversation. De les mener en bateau, leur faire miroiter la délivrance d'une victoire orale, les titiller sur les sujets sensibles. Mais quand ils étaient tout simplement inactifs, seulement motivés par le besoin d'entendre la voix de leur interlocuteur qui s'évertue de toutes ses forces à les faire réagir, alors la conversation était plus une torture qu'autre chose. Je n'ai guère l'envie de me lancer des fleurs, mais même moi lors de mes premières joutes verbales je n'hésitais pas à battre le fer pour tenir en halène mon interlocuteur. Et diable qu'il faut être bon orateur pour garder longtemps attentifs un Bavarois! Mais ces derniers ont énormément de répondant au moins!

Toutefois, cela n'avait guère d'importance. Car la simple promesse fut suivie d'un assez agréable son. D'abord, Cain se mit dans une position plus favorable à la discussion et me tenant davantage attentive en me rappelant avec fermeté ses points forts et caressant avec douceur les sujets excitant mon intérêt. Je ne manquais pas de profiter de la chaleur de son discours en gardant contre lui deux de mes arguments principaux et le développement de ma féminité. Après tout, si mes secrets devaient côtoyer le plus intrusif des arguments de mon interlocuteur, il serait tellement dommage de ne pas laisser la conversation profiter de toute ma rhétorique. Rhétorique rudement mise à l'épreuve car la langue de Cain savait bien manier les mots et faisait vaciller les deux points de vus qui me servaient jusqu'à maintenant de cheval de bataille. Il me fallait donc bien m'accrocher et au vu de la solidité du discours de Cain, il ne me restait plus qu'à être incisive et m'agripper à lui alors que ses paroles étaient renforcées par son raisonnement m'empêchant de garder libre la fin de mon argumentation.

Cette première partie de conversation était bien agréable. Très agréable si bien qu'elle faillit me soutirer une marque de faiblesse. Toutefois, il fallut qu'il perturbe la douceur de cette conversation en y glissant des arguments plus musclés. Car si nous étions, du fait de ses premières dispositions, à égalité dans la conversation, Cain mit en évidence sa première supériorité de sa plaidoirie en asseyant sa supériorité sur moi. Je n'avais guère répondu donné de répondant pendant toute sa prise de parole et l'avait laissé montrer ses arguments. Ils étaient bien maîtrisés et surtout, surtout il y avait un très bon potentiel de raisonnement. Diable que s'il était mis à profit, il pourrait maîtriser une bonne partie de la frange féminine de Targatt. Après tout, si un tel discours attisait mon intérêt, il ne laisserait pas indifférente certaine héritière de grandes famille.

Je n'avais néanmoins pas le temps de réfléchir à ça. Car non seulement il avait assis l'avantage qu'il avait déployé, mais il en usait. D'abord en finissant d'affaiblir le cœur de mon argumentation et ensuite en employant à bon escient le plus fort de ses arguments pour provoquer mes secrets. Cette prise de position était plus que bonne. Après tout, j'étais dans mes retranchements maintenant et il ne me restait plus beaucoup d'options. Même si profiter d'un tel discours était agréable pour mes oreilles, il fallait montrer que je n'étais pas une étoile de mer. Il était temps de montrer ce que les arguments d'une allemande valaient.

Alors qu'il débutait à déclamer avec verve ses propos, je clouais la source de sa diatribe aux bijoux luisantes de mon visage et tenait le cou de Cain d'une main ferme pour le garder près de mon visage. J'avais largement envie de continuer à goûter les arguments de mon interlocuteur à la source après tout. En même temps, il fallait bien que je laisse courir ma deuxième main le long des armes à découvert de mon adversaire pour devenir incisive au revers de son argument principal. Puisque Cain avait eu l'initiative de la formule du la discussion, il me suffisait s'imposer le rythme. Et je ne manquais pas de le faire, le forçant via mes deux mains à ralentir ou à accélérer. Je l'incitait en caressant ses arguments de choix et le ralentissait en manquant pas d’égratigner son corps. Puis, me lassant certainement de cette domination de mon partenaire dans la discussion, je passais de nouveau à la charge.

D'abord, il fallait couper court aux propos de mon interlocuteur. Si je buvais ses paroles en allant à leurs source jusqu'à maintenant, il fallait couper cet approvisionnement si bien que nos lèvres se séparèrent et les miennes vinrent entretenir le canal de communication emprunté par ses belles paroles. Un entretien spontanément rompu par mes mains qui le saisirent. Profitant de la certaine surprises, ce fut à mon tour de prendre le dessus en renversant l'argumentation de Cain. De là, je pris de la hauteur et non seulement j'allais dressé cet argument intrusif qu'il pensait utiliser de la bonne manière, mais aussi lui montrer comment en faire bon usage pour mater l'argumentation d'un adversaire. Même si l'adversaire en question n'était autre que moi même. Après tout, malgré la métaphore, j'étais maintenant au dessus de lui pour prendre du plaisir, pas par simple loisir.

Mes mains trouvèrent rapidement refuge contre la chaleur de son torse et je ne pouvais m'empêcher, luttant contre le froid qui saisissait mon dos par une argumentation de plus en plus intense, d'y planter quelques petites pépites de ma création. C'était naturel de trouver appuie sur les propos de son partenaire pour mieux rebondir et il fallait y être bien accroché pour mieux les démonter. Il fallait aussi s'assurer une bonne stabilité. Car venir à bout d'un propos aussi bien monté que celui de Cain risquait de me fatiguer et il pourrait saisir une occasion pour me renverser. Dès lors, mes jambes servait aussi d'appuie pour éviter qu'il ne reprenne le dessus. La problème serait qu'il pourrait renverser mon argumentation plutôt que la retourner. Pour pallier à cette éventualité, je le privais de ses mains pour qu'il touche les arguments qu'il pensait avoir mis en péril plus tôt. Comme cela, je gardais un contrôle sur ses prochains mouvements.

Même si j'espérais intérieurement qu'il cherche à reprendre l'avantage.

"Dans... une... conversation Cain... il faut être bien plus auda... cieux...!"

Lui lançais-je en espérant bien qu'il réagirait avec plus d'ardeur encore que jusqu'à maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Leckard
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Oct - 21:43
Son nouveau "mentor" clos leur conversation précédente d'un ton sans appel. Pour toute réponse, il haussa les sourcils d'un air à demi provocateur et je m'en foutiste, bien qu'il ait tout à fait conscience que ça ne ferait qu'agacer davantage son interlocutrice. Bien qu'il ne fasse pas le moindre commentaire de plus, il songeait qu'effectivement il était peut-être temps de changer de méthode tout en feignant de n'en rien faire. Il avait acquis cette réputation de foncer dans le tas. Ca lui servirait sûrement un jour où l'autre pour surprendre un ennemi ou un autre. Mais pour l'heure c'était à un autre jeu qu'il souhaitait s'adonner.

Et justement, elle avait l'air plutôt réceptive à l'idée malgré un début des plus maladroits. Heureusement, il reprit assez vite contenance et au vus des arguments qu'elle avançait, se décida à prendre les choses en mains. Cain retourna la situation à son avantage et devint des plus intrusifs, son argumentation rythmant la conversation selon son bon vouloir, tantôt montrant un semblant d'adoucissement suivi d'un regain de verve.

Si il appréciait la situation de manière, il prenait soin de profiter de chaque à coup, de chaque mouvement des atouts et arguments de l'ennemie dans laquelle il se fondait. Elle s'accrochait à lui d'une manière qu'il affectionnait tout particulièrement. Mais c'est finalement une main plus ferme qui s'agrippa au cou du jeune homme alors que la seconde main de son interlocutrice glissait vers son arme dégainée.
Se décidant à lui laisser la parole, il suivit le rythme qu'elle imposait par ses mains ou ses lèvres. Alors qu'il s'abandonnait presque à l'étreinte, elle le fit basculer et reprit le dessus avec une dextérité qui ne pouvait qu'attirer l'admiration. La sienne en tout cas lui semblait acquise, pour le moment.

Il sentit les jambes de sa partenaire l'enserrer davantage tendit qu'elle s'assurait un contrôle quasi total sur ses mouvements. Bien qu'il présente le coup venir, Cain esquissa un mouvement pour l'empêcher de verrouiller le pouvoir mais fut interrompu dans sa tentative par les attributs de Wilhelmine qu'elle avait pris de soin de lui présenter de nouveau. Délicieusement pris de court, il enregistra mentalement la méthode employée et pris soin de s'occuper de ses arguments tendit que l'ardeur qu'elle mettait dans la bataille ne faisait rie d'autre que le tendre davantage si c'était possible.

Il fut bientôt pris comme d'une douce fièvre et la tension devint vite insoutenable. Entre deux saccades, elle lui délivra l'ultime leçon : l'audace. Il n'en fallut pas plus pour lui confirmer qu'il n'était pas fait pour rester une victime consentante indéfiniment. Se redressant juste ce qu'il fallait pour atteindre son cou, Cain pris soin d'embrasser puis d’attraper sa chair entre ses dents à l'exact endroit où le démon avait il y a peu, apposé sa marque. Il comptait simplement profiter du possible désarroi momentané de sa compagne pour reprendre l'avantage et l'empêcher de trop contrôler ses mouvements.
Dégageant ses mains, il les plaça sous le postérieur de sa partenaire qu'il redressa juste assez pour regagner un peu de mobilité. Il s'aida de sa magie pour se relever totalement, n'offrant à son interlocutrice que la possibilité de s'agripper à lui pour ne pas tomber à la renverse ou pour ne pas tressaillir de froid.

Il se déplaça de quelques pas à peine et plaqua le dos de sa compagne contre un rocher, juste assez violemment pour être sur qu'un semblant de douleur la saisisse mais pas assez fort pour que ça lui ôte toute envie de poursuivre leur entretien.
Rattrapant ses lèvres des siennes pour l'empêcher de se plaindre ou de lui faire la moindre remontrance, l'héritier la maintint de la sorte, pressée contre lui, ses jambes enlaçant sa taille et se remit rapidement à l'ouvrage pour la convaincre du bien fondé de son argumentation qui ne tarderait sans doute pas à atteindre le point de non-retour, compte tenu à la fois du manque d'expérience comme de la fièvre persistante qui menaçait de le faire céder à tout instant.

Attaquant avec plus d'ardeurs encore, quoi que variant le rythme juste assez pour l'empêcher de s'accoutumer à l'un d'entre eux, il piqua avec l'entrain d'un tyran sur ses gens et accéléra jusqu'à la délivrance.

Le souffle court et haletant presque, il resta un instant dans la position qu'il avait adopté avant de daigner la reposer au sol avec délicatesse une fois un peu plus "calme". Sans pour autant la délaisser, il saisit son menton entre ses doigts et effleura ses lèvres des siennes tout en plongeant son regard doré dans ses yeux.

"Je crois que j'aurai besoin d'autres leçons sur le sujet." Lança-t-il en plaisantant à demi.

Il ignorait si ça lui avait plu autant qu'à lui mais il savait qu'il ne dirait probablement pas non à une autre rencontre fortuite si elle se finissait aussi d'une manière aussi agréable.

Quoi qu'il en soit, il avait apprécier prendre les choses en mains même si être guidée par l'expérience avait du évidemment du bon, il préférait vraisemblablement faire ce que bon lui chantait. Restait à savoir si il allait commencer à réaliser cette vision aussi dans d'autres domaines.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: EN DEHORS DE LA CITE :: LE LAC-
Sauter vers: