:: TARGATT :: CREATION DE VOTRE PERSONNAGE :: Inscriptions adultes - non élèves Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'épée et son homme

avatar
Finnegan Walsh
De passage
Age du personnage : 33 ans
Race : Humain
Pouvoirs : Illusion d'ailleurs - Purification de l'eau
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Juil - 22:08

Finnegan Walsh


«Monde de merde...»

Identité

  • Espèce : Humain

  • Âge : 33 ans

  • Orientation sexuelle : Hétérosexuel

  • Originaire de Targatt ? Non
    • Si oui, êtes-vous affiliés à une des familles régnantes ? Laquelle ? : Bah, du coup, non...

    • Si non, quand y êtes-vous arrivés ? : Tout récemment

  • Métier : Vagabond

  • Alignement : Chaotique Neutre

  • Voulez-vous un rôle important dans la trame en cours ? Si oui, côté défenseurs ou "méchants" ? : Pourquoi pas ? Je préférerais être du côté lumineux de la barrière, le cas échéant
Pouvoirs

  • Énergie magique canalisée : Positive

  • L'illusion d'ailleurs : Il est difficile de décrire avec précision cette capacité. C'est comme si l'esprit se libérait du corps, laissé au contrôle de l'instinct et des sens. La concentration est alors décuplée, et lui permet une certaine prescience grâce à l'étude du langage corporel, aux infimes bruits l'entourant, et aux mouvements subtils qui ne pourraient pas être remarqués sans ce pouvoir.

  • Purification de l'eau : Autrefois, Finnegan apprenait l'art subtil de la magie purificatrice. S'il n'a que périodiquement pratiqué cet art, si bien qu'on disait de lui qu'il était plus un mage de 6ème ordre, il s'est très souvent servi d'un sort qu'il maîtrise à présent plutôt bien, et qui lui permet de purifier de l'eau de tout mal, de tout poison et de tout miasme. Il n'a jamais pratiqué que sur des petites quantités...

  • Type de magie préférée : Magie blanche et spirituelle

  • Type de magie inconnue : Magie noire et métamorphose


Caratéristiques

Vous disposez de 70 points à répartir comme vous le souhaitez. Si vous êtes un directeur ou un personnage spécial pour la trame, vous pouvez avoir jusqu'à 80 points à répartir. Les caractéristiques ne sont là que pour aider au jeu à voir quels sont vos points forts et faibles.
  • Force : 12

  • Consitution : 12

  • Dextérité : 18

  • Intelligence : 10

  • Sagesse : 10

  • Charisme : 8




Histoire


« The chosen one »

350 mots minimum.

Un vent glacial fit frissonner Walsh, le tirant quelque peu de sa torpeur éthérée. En levant le regard vers la porte de l’auberge, il vit un groupe de cinq hommes entrer en file indienne, grommelant tel des bêtes sortant d’un sous-bois. Tiré à ses rêvasseries, Finnegan observa le fond de sa bière avec circonspection : il n’était pas encore saoul et se demandait s’il devait en commander une nouvelle.

« Non... »

Finnegan grinça des dents.

« Tais-toi… »

« Non... »

« Je fais encore c’que j’veux avec mon foie ! »

Un léger sifflement retentit dans sa tête. Il se revit alors, ivre mort, bras-dessus bras-dessous avec deux de ses anciens comparses, Lars le Laid et Hadjad ibn Hekem. Amis d’hier, ennemis d’aujourd’hui. Sans doute morts, ou sur le point de mourir dans une nouvelle campagne à des lieues de chez eux. Finnegan laissa l’épée lui remémorer quelques souvenirs de ses plus belles cuites, avant de murmurer, agacé :

« C’est bon ? T’as fini ? »

« Je sens de l’animosité en ces lieux… Ne bois plus. »

Walsh soupira. Il avait le visage dans le creux de sa main, observant les petites miettes de pain qu’il avait roulé en boules et placé devant sa chope. A bien y songer, cela ressemblait à la dernière vision qu’il avait eue de son village natal, le lieu de ses premiers pas, ses premières passes d’armes, son premier baiser, son premier amour…
Et son premier incendie aussi.

Finn s’était toujours demandé pourquoi lui et ses amis avaient bouté le feu aux maisons. Les raisons de son agissement se perdaient dans les brumes de l’alcool, tout comme son honneur, noyé sous des litres de bière et de sang. Il grogna.

« Très bien, tu peux arrêter maintenant. Je boirai plus. »

Il sourit légèrement.

« Ce soir en tout cas. »

« Demeuré de mortel. »

Finnegan se redressa en courbant le dos, s’étirant. Son geste attira le regard de deux des nouveaux arrivants, qui le toisèrent en se chuchotant quelques murmures secrets. Il soupira.

« De l’animosité, t’as dit ? »

« Oui, Walsh. »

Finn se détendit, fixant les deux types de la même façon qu’eux le fixaient. Il sembla déclencher quelque réaction, et les murmures reprirent de plus belle. Par réflexe, il voulut siroter sa bière, mais n’y trouva que quelques gouttelettes fort décevantes. Depuis le feu ayant ravagé sa terre natale, la boisson avait toujours été plus amère à avaler. Cela ne l’avait pas empêché d’en consommer avidement lorsqu’il en trouvait l’occasion, depuis les terres sauvages du Nord jusqu’aux confins du Sud brillant de civilisation. Il avait voyagé depuis les rives nord d’Hésandre jusqu’aux steppes désertiques du sud, et toujours, le goût amer l’avait poursuivi. Ni la bonhomie de Lars, ni l’amitié d’Hadjad, n’avaient réussi à atténuer cette bile permanente qui lui montait à la gorge lorsqu’il étanchait sa soif.

Il vit trois des cinq compères se diriger vers lui avec la démarche assurée de ceux qui cherchent noise. Le premier était un grand et solide butor, au cou de taureau et à l’œil mauvais. Une cible prioritaire en somme. Les deux autres brillaient par leur manque de caractéristiques notables, et étaient aussi communs que la grisaille un jour de pluie. Ils affichaient tous les trois ce même sourire goguenard, cachant derrière leurs lippes toute la méchanceté d’une teigne. Ce fut Cou-de-Taureau qui se posta juste devant Finn, une table les séparant de moins d’un mètre. Il avait les bras croisés et son épée se trouvait dans le dos. Il démarra la conversation.

« Qu’est-ce que t’as à nous r’garder, minet ? »

Finnegan sourit, et posa une main sur sa hanche, l’autre sur la table.

« Je me demandais si c’était ton idée, l’épée dans le dos. »

Cou-de-Taureau fronça les sourcils.

« Hein ? »

« Bah oui. Je me demandais si t’étais assez con pour qu’on te conseille de le faire, ou si t’étais con tout court pour l’avoir mise là par toi-même. Parce qu’y a que les crétins qui font ce genre de connerie. »

Les yeux injectés de sang et la bouche écumante, le grand mastodonte beugla en atteignant la poignée de son espadon d’une main. Dès que ses doigts se raidirent au-dessus de la garde, Finnegan bondit en avant, sa main droite fulgurante se dirigeant vers l’aisselle de son adversaire. Cou-de-Taureau fut transpercé juste entre la quatrième et la cinquième côte, et retint un cri sous la surprise. Poumon et cœur se gorgeaient déjà de sang. Finnegan compta un mort en sursis, et lâcha sa dague, envoyant valdinguer la table en avant pour éviter les assauts des deux autres garnements.

Ces derniers reculèrent devant le piètre meuble, et lorsque celui-ci tomba, la silhouette de Walsh envoya un crochet dans la mâchoire du premier venu. Un bruit immonde s’en échappa, et l’homme tomba sans un bruit au sol. Le second fut moins lent, et tenta d’envoyer son pied dans les valseuses de son adversaire. Ce dernier s’écarta au dernier moment, et lui fracassa le nez d’un coup de poing bien placé. Le sang se déversa à gros bouillons de ses narines, et ses yeux se mirent à pleurer à chaudes larmes, brouillant sa vision. Avec un agonisant, un assommé et un aveuglé, Walsh considéra ce combat comme terminé. Il se massa les jointures avant de dire calmement.

« Ça, je l’ai appris d’un homme du Nord. »

Son regard se porta sur les deux derniers compagnons encore en état de combattre, et qui se trouvaient près d’une autre table. Ils avaient dégainé leurs épées et semblaient prêts à en découdre. Finnegan soupira.

« Comment tu veux que je fasse le bien avec des cons pareils ? »

« Je sens leur corruption… Tue-les. Tue-les tous les deux. »

Finnegan se demanda soudain ce que son père aurait dit en sachant que son existence était menée à la baguette par une épée douée de raison. Rien, sans doute. Car il était déjà mort. Portant la main sur le pommeau de cette même épée, il la sentit frémir dans son fourreau. Il fronça les sourcils, puis regarda sa main ensanglantée. Il jura, et s’essuya sur sa veste.

« Je dois rester pure ! »

« Pardon, Sarakiel. »

Il soupira, puis reporta son attention sur les deux épéistes. Ils n’avaient pas encore attaqué, cela voulait dire qu’ils hésitaient. Finnegan avait tout à coup l’impression de revoir ces jeunes paysans sans expérience qu’il avait massacrés tout au long de ses campagnes. Lorsque, par manque d’argent et de patience, il avait relégué son étude de la magie à plus tard pour devenir mercenaire. Les visages apeurés de ses voisins lui envahirent à nouveau l’esprit, comme les sourires déments de ses compagnons d’armes. Ils avaient brûlé la grange centrale par pure vengeance envers un ancien ennemi commun, et le feu s’était étendu à toutes les autres maisons. Dans le processus, Ethelred, le chef autoproclamé de leur pitoyable groupe, était devenu complètement fou, et avait ordonné le pillage des maisons. Durant cette nuit atypique, Walsh s’était soudain retourné contre ses vieilles connaissances. Et le sentiment de culpabilité ne l’avait jamais quitté…

Son épée vibrait. Il fut ramené au présent en observant ses deux adversaires se séparer pour essayer de le prendre en tenaille. Il secoua la tête.

« J’ai appris à me servir de mes poings avec un homme du Nord. Vous voulez vraiment voir ce que l’homme du Sud m’aura appris avec son épée ? »

Les épéistes se regardèrent, d’abord perplexes, avant de continuer leur petite manœuvre avec la prudence du novice. Walsh soupira. Au moins, il aurait essayé.

« N’essaye pas. Ceux-là ne peuvent être sauvés. »

Lorsque le premier attaqua, son heure était déjà venue. La lame jaillit de son fourreau comme si elle en avait elle-même bondi, et transperça le jeune garçon à la gorge. Sans même prendre le temps de rester dans l’écrin chaud et poisseux de sa jugulaire, l’épée virevolta hors de la blessure mortelle pour en infliger une nouvelle à son autre adversaire estomaqué. Une sale entaille, au niveau de la tête. L’homme tituba, et s’appuya sur la table, un flot de sang s’échappant de son crâne ouvert. Dans la salle, tout le monde était silencieux et plaqué contre les murs, incapables de bouger. Ils avaient les yeux rivés sur la lame, qui semblait luire d’une lumière bleutée. Nul sang ne tâchait son acier parfait, comme si celui-ci s’était évaporé à son contact.

Walsh baissa Sarakiel et jeta son regard bleu glacé sur le mourant devant lui. Son air apeuré et son large maquillage sanguinolent lui faisaient penser au jeune Michael, le fils du berger, au moment même de son assassinat. L’un de ses nombreux crimes, source de maux et de cauchemars. Les meurtres ne laissaient jamais tranquille les vivants. Ils les hantaient tout au long de leur vie, comme si au moment d’abattre la lame, une partie de l’âme de la victime volait en éclat et venait se greffer à la leur, comme un parasite. Une sangsue ponctionnant avec avidité. Et en abattant à nouveau son épée, transperçant le cœur de son adversaire, Finnegan ressentit le même frisson que lorsqu’il avait achevé Michael.

Tous étaient morts, à part Nez-Cassé et Mâchoire-Brisée. Ces deux-là ne semblaient pas assez corrompus aux yeux de Sarakiel pour valoir d’être tués. Les autres n’avaient pas eu cette ‘chance’. Finnegan observa la lame d’un regard critique. Il cracha avec amertume :

« Rappelle-moi quelle justice y a là-dedans ? »

« Aucune qui te concerne. Tu n’es pas le juge. Tu es le bourreau. »

Walsh grogna.

« Et j’ai sans doute fait bien plus de mal que tous ceux que j’ai tué en ton nom. Pourquoi ta garde ne se met-elle pas à vibrer quand je te brandis ? Pourquoi tolères-tu qu’un assassin te touche, si tu dois rester pure ? Je suis peut-être le dernier homme sur terre à qui l’on pense comme exemple de pureté ! »

L’épée grésilla, et son pommeau rougit légèrement.

« Car ce n’est pas le meurtrier qui me brandit, mortel. C’est le repentant. A présent, ne questionne plus mon choix. Et conduis-moi à Targatt. »

Finnegan se remémora le fameux soir où il avait trouvé l’épée. Ivre comme à son habitude, il venait de quitter sa compagnie de mercenaires après avoir été forcé de se battre contre Lars et Hadjad. Il n’était plus alors que la moitié d’un homme, brisé par une vie qu’il ne considérait pas comme la sienne, ballotté toute son existence par les mauvais choix et les caprices du destin. Il s’était traîné jusque dans un tertre pour se protéger de la pluie, hurlant à la face du monde son ressentiment et sa colère. Il pensait alors qu’il n’y avait aucune justice divine, ni aucune force dans le Bien. Que seul le Mal triomphait dans le cœur des mortels par son étonnante facilité. C’était l’un de ces soirs où il aurait pu se tuer dans un accès de rage autodestructrice. Il n’en fit cependant rien.

Il était venu à elle, mais elle l’avait peut-être conduit jusqu’à elle. Il l’avait trouvée dans le tertre, accroché aux mains d’une antique statue représentant quelque vieillard inconnu. Ce fut d’abord la lumière qu’elle émettait dans l’obscurité qui avait attiré son regard. Puis le murmure lancinant qui lui traversait l’esprit alors qu’il s’approchait inexorablement d’elle. Il avait d’abord eu peur, et avait tenté de fuir. Mais le murmure s’était changé en une voix autoritaire, ni masculine ni féminine. « Je sais ce que tu as fait. »
Finnegan avait cru devenir fou. Il avait beuglé à l’épée qu’il n’y était pour rien, qu’il n’avait jamais voulu tout cela. Qu’il serait prêt à mourir si cela pouvait réparer toutes ses erreurs, arranger tous ses faux pas. Complètement saoul, il avait révélé son vrai visage. Celui que Sarakiel attendait de voir depuis des siècles déjà.

Depuis, il avait parcouru les routes, avec pour seul compagnie une lame douée de parole et de pouvoirs extraordinaires. Elle lui avait promis la rédemption, le pardon pour toutes ses fautes, s’il la menait jusqu’à l’antique cité de Targatt. Elle devait se prémunir de la corruption. Se protéger des démons hantant Hésandre et le reste du monde. Et il avait accepté sans hésiter…

Sortant de sa rêverie, Finnegan remarqua que tout le monde le regardait comme s’il était un fantôme. Il devait sans doute passer pour un fou, en conversant avec Sarakiel. Il rengaina son épée sans un bruit, et fouilla dans sa bourse. Il prit quelques pièces qu’il regarda un instant, avant de les lancer à l’aubergiste, un petit homme joufflu et grassouillet. Walsh le regarda tristement, avant de dire :

« Pour le désordre. Je vous promets de ne plus jamais revenir ici, et je vous demande humblement de me pardonner... »

Le gaillard resta sans voix, à l’instar des quelques autres clients encore présents dans l’auberge. Un murmure indigné finit par se frayer un chemin dans le silence, lorsque la porte se claqua sur le dos de Finnegan, jeté à nouveau sur les chemins. La route était sombre, mais il n’avait pas le choix. Targatt était à sept lieues d’ici. S’il s’y attelait dès à présent, peut-être y serait-il au petit matin. Il sortit à nouveau Sarakiel, qui s’illumina comme un morceau de métal dans une forge.

« Guide-moi. »

« Je ne fais que ça, mortel. »

D’un pas lourd mais déterminé, Finnegan leva son épée à l’horizontale et s’enfonça dans l’obscurité, traversant le noir pour se rapprocher de la lumière…



Physique


« The pretty one »

150 mots minimum.

Un homme bien charpenté monta sur la petite estrade arrangée devant le mur de la taverne, où un petit attroupement s’était formé pour écouter parler cet imposant personnage aux habits riches et au crâne rasé luisant au soleil. Une affiche à la main, qu’il posa sur le mur, il se saisit également d’un clou et d’un marteau, afin d’accrocher le vieux vélin sur le mur. Une fois fait, il se tourna vers la foule en s’écartant, désignant l’affiche à côté de lui d’un doigt tendu. Il s’agissait vraisemblablement d’une mise à prix.

« On recherche un homme, la taille moyenne. Il porte sans doute toujours les mêmes vêtements rapiécés qu’il avait lorsqu’il a commis ses exactions… Dont une grande veste noire qui lui recouvre la majeure partie du corps. Souvenez-vous bien bande de débiles : veste noire égal criminel ! Au niveau du visage, c’est un homme dans la trentaine, des cheveux bruns en bataille, et une barbe de la même couleur. Par-dessus cette barbe, il a une longue moustache très distinctive, alors ouvrez bien vos esgourdes les gueux : Grosse moustache et manteau noir égal criminel ! »

La roture du coin le regardait en silence avec des yeux de poisson frit, et l’homme soupira. Ça n’allait pas être facile…

« Il est armé d’une épée qui, selon les dires, serait envoûtée. Sûrement l’œuvre du démon. C’est un homme dangereux, alors si vous le voyez, prévenez tout de suite la milice et n’intervenez pas par vous-même. Si vous prévenez la milice et que le gaillard est appréhendé, vous percevrez une récompense s’élevant à dix pièces d’or... »

De l’autre côté du village, près d’un grand chêne massif, était appuyé Finnegan, qui écoutait et regardait le grand bonhomme s’agiter devant les pégus. Il soupira.

« Dix pièces d’or ? Et puis, mes vêtements sont très bien. »

Il observa sa veste noire et dut reconnaître qu’elle n’était plus de la dernière fraîcheur, le cuir vieilli et terni par le voyage, surmonté par un baudrier dont le cuir se craquelait. Ses hauts de chausse étaient tâchés de boue, mais pas encore troués, et ses bottes avaient vu des jours meilleurs. Il concéda donc le point.

Ce fut Sarakiel qui siffla cependant :

« Je ne suis pas l’œuvre du démon… Cet homme devrait payer son insolence au prix du sang. »

Finnegan sourit.

« Mais tu le feras pas, c’est ça ? »

« Je ne perds pas mon temps avec ceux qui n’en valent pas la peine. »

Finnegan frotta ses yeux bleus fatigués. Il regarda en direction du chemin, et posa une main sur le pommeau de son épée. Puis, faisant quelques pas, il disparut derrière un bâtiment, cherchant à s’éloigner de cet endroit qui ne tarderait pas à devenir… très inamical.



Caractère

« The clever one »

200 mots minimum.

Finnegan souffla sur la mousse de sa bière, faisant un trou dedans. Il ricana comme un débile devant son œuvre, avant de s’enfiler la moitié du godet, déjà bien avancé sur le chemin de la cuite. Il se mit ensuite à parler à l’homme en face de lui, posant un coude sur la table et pointant son doigt au ciel.

« Mais tu sais, avant j’étais un mercenaire moi ! Un homme d’action… J’ai servi auprès des meilleurs : Esteban, Matthew Flannagan, Lars le Laid, Hadjad ibn Hekem… Des types qui pouvaient t’prendre une forteresse avec un couteau et un grappin ! Des bons amis... »

Il baissa son bras et plongea à nouveau le nez dans sa bière.

« Et j’les ai tous trahis… Abandonnés à crever sous le soleil... »

L’image honteuse de sa fuite lui revint en mémoire. Le sol aride était jonché de blessés laissés aux bon soins des vautours, et des barbares leur scalpant la tête. Il courait à toutes jambes pour mettre de la distance entre lui et le massacre. Finnegan était empli de honte, ce depuis qu’il était devenu un homme.

« Ouaip, et chuis devenu un homme en foutant l’feu à mon village. En l’espace d’une nuit, tout a cramé. Et tu sais pas l’plus drôle ? C’est que j’ai jamais compris pourquoi j’l’ai fait ! Haha ! »

Le rire était faux. Une immense culpabilité l’animait à chaque fois qu’il se ressassait les souvenirs sporadiques et diffus de cette soirée de folie furieuse. Des visages ombragés se succédaient, des cris, des noms hurlés dans l’éther. Il n’avait pas eu l’envie de le faire, alors pourquoi l’avait-il fait ?

Torturé par cette question, et sentant que l’alcool commençait à rendre la réflexion difficile, Finnegan choisit de changer de sujet.

« Mais tout va rentrer dans l’ordre maintenant. J’ai l’épée, et j’accomplis des choses bien. ‘Fin, je crois. C’est c’qu’elle me dit en tout cas. Tu dois m’prendre pour un fou, non ? Moi-même parfois, j’ai l’impression que j’le suis. C’est… bizarre dit comme ça. »

Pour couper court, il s’enfila le reste de sa bière, essuyant sa moustache d’un revers de la main. Lorsque Finnegan était sobre, c’était un homme taciturne et sérieux. Pourtant, après avoir bu pour un régiment entier, il devenait parfois très mélancolique, laissant ses culpabilités emmurées depuis des lustres s’échapper par bribes ineptes.

Il soupira finalement, tapant sur l’épaule de son interlocuteur. Celui-ci, mort saoul, glissa de la table en allant se vautrer à terre. Il semblait avoir essayé de suivre Finnegan dans son débit de boisson. Ce dernier soupira.

« Les jeunes d’aujourd’hui tiennent vraiment pas l’alcool... »



À propos de vous

« Me, myself & I »
  • Votre prénom : Finn

  • Votre âge : 22 balais

  • Votre expérience en jeu de rôle : Longue, très looooongue

  • Votre fréquence de connexion : Au moins une fois tous les jours. Mais les réponses, ça, je sais pas :p


© Diane
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oracle
Personnages non joueurs récurrents
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Juil - 9:48
Bienvenue cher vagabond.

N'hésite pas à MP Cain ou Astoria si tu as des questions, ou à te connecter sur Discord.

Bon courage pour la constitution de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Prophétesse Zahel
Missionnaire d'Ether - Mage 4e ordre
Age du personnage : 21
Race : Humaine
Pouvoirs : Modélisation Divine et Chirurgie Divine
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Juil - 15:54
Puisse que votre lame, combatte le mal et pourfende les démons.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 27 Juil - 2:26
Bienvenue chevalier ^^

Moins qui pensait que Zazaz allait te demander d'être l'épée de sa foi...
Rolling Eyes
Vient encore de donner une méchante idée Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Prophétesse Zahel
Missionnaire d'Ether - Mage 4e ordre
Age du personnage : 21
Race : Humaine
Pouvoirs : Modélisation Divine et Chirurgie Divine
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 27 Juil - 19:02
Mais cela n'était même pas à discuter. Une épée positive ne peut être qu'une lame au service du Seigneur. Sinon ce n'est pas véritablement une sainte épée...

EDIT : En plus c'est mon 66e messages. Coïncidence ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alrost
Ex-capitaine du Protectorat - Archimage
Age du personnage : 636
Race : Hybride
Pouvoirs : Téléportation, télékinésie, feu noir et forme démon
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Juil - 16:48
Bienvenue à toi cher Finn! Al aussi a été choisi par une épée il y a fort longtemps! Bien que celle ci soit toujours avec lui, elle ne lui encore pas une fois adressé la parole ^^

Pas sûr que ce soit une chance ou un malheur ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Finnegan Walsh
De passage
Age du personnage : 33 ans
Race : Humain
Pouvoirs : Illusion d'ailleurs - Purification de l'eau
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 6 Aoû - 10:40
Merci pour vos messages de bienvenue ! Very Happy

Etant finalement rentré, je vais pouvoir m'atteler à la rédaction !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Hexes
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Aoû - 10:29
On va suivre ça avec intérêt Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Finnegan Walsh
De passage
Age du personnage : 33 ans
Race : Humain
Pouvoirs : Illusion d'ailleurs - Purification de l'eau
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 9:46
Fiche terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: TARGATT :: CREATION DE VOTRE PERSONNAGE :: Inscriptions adultes - non élèves-
Sauter vers: