:: TARGATT :: CREATION DE VOTRE PERSONNAGE :: Inscriptions élèves :: Fiches Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un Lapin dans la bergerie...

avatar
Amélia Légitimus
Apprenti 3e sphère - Talmar
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Juil - 4:32

Amélia Légitimus

«L'information est la chose la plus chère au monde»

Identité

  • Espèce : Homme-bête (humain)

  • Âge : 20 ans

  • Orientation sexuelle : Bisexuelle

  • Originaire de Targatt ? Oui
    • Si oui, êtes-vous affiliés à une des familles régnantes ? Laquelle ? : Plus ou moins. Disons que les Légitimus sont dans la sphère d’influence des Xelcius.

    • Métier : Espion-Assassin

    • Alignement : Neutre-Chaotique

    • Voulez-vous un rôle important dans la trame en cours ? Si oui, côté défenseurs ou "méchants" ? : Je serai honoré de pouvoir jouer un rôle important. Et par nature, je dirai que je suivrai le plus offrant
Pouvoirs

  • Énergie magique canalisée : Neutre

  • Aura Illusoire. : Créé une fausse aura autour du lanceur de sort, détectable par tous.

  • Présence d'espion : Le lanceur permet d’altérer magiquement la perception physique ou magique de sa présence dans le temps et dans l’espace en fonction de la quantité de magie qu’il met en œuvre dans son sort.

  • Type de magie préférée : MÉTAMORPHOSE

  • Type de magie inconnue : INVOCATION


Caratéristiques


  • Force : 4

  • Consitution : 3

  • Dextérité : 7

  • Intelligence : 7

  • Sagesse : 6

  • Charisme : 3




Histoire

« The chosen one »


Dans le monde brutal de notre temps, il faut savoir se contenter de ce que l’on sait faire de mieux. Ou, bien il faut savoir mettre à profit ses atouts pour devenir une personne qui compte plus qu’un poids et prétendre à une vie plus stable que celle d’une personne perdue, sans attache et dont les qualités peuvent aussi être les chaînes.

Pour Amélia, le problème avait rapidement était celui-là : les hommes bêtes comme les hommes du nord et les Germains étaient depuis des lustres les proies préférées des esclavagistes de la Méditerranée mais aussi des grandes cités de Mages. Toutes les cités de Mages. Même Targatt était de ces cités où porter un collier ne choquait personne malgré sa grande érudition. Ainsi pour un individu cherchant à survivre il n’existait pas énormément de solutions si ce n’est suivre la voie que ses parents lui offraient : avoir la protection toute relative d’une grande famille, celle des Xelcius. Toute relative car selon les envies de leur chef, la petite lignée des Légitimus pouvait se voir réduit en esclavage ou bien simplement perdre la protection de cette famille et ainsi se voir livrée aux appétits débordants des populations de Targatt. Il leur fallait donc savoir user de leurs avantages pour se rendre utile pour ne pas dire indispensables. Or, pour des homme-lapins, l’avantage était rapidement visible : furtivité, ouïe surdéveloppée et rapidité. Ils pouvaient servir dans des situations diverses et variées et dans tous les cas à l’avantage de la famille Xelcius.

A sa naissance, Amélia n’allait donc pas échapper à la règle qui dirigeait l’existence de sa famille depuis plusieurs générations. Ses parents, notamment sa mère, insista longuement sur l’utilité d’une jeune femme formée aux arts de l’espionnage et des pratiques un peu plus sanglante que celles de simplement voler les biens d’autrui. Elle serait une membre de cette famille de “gentleman cambrioleur” qu’était les Légitimus et serait le point de départ de l’élargissement des activités de la famille. Car en dehors des vols, parfois d’objets aux valeurs inestimables, les Légitimus ne s’étaient pas vraiment penchés sur la question de la valeur de l’information jusqu’à ce que la mère d’Amélia, vendant une information dégotée par hasard au cours de ses larcins, en découvre l’immense valeur. Cependant, on ne se faisait guère et les parents d’Amélia, trop longtemps habitués à voler dans les hautes sphères n’étaient plus en âge d’envisager une reconversion en espion. Car l’information était l’une des chose ayant le plus de valeur au monde et par là même, la mieux protéger. Voler une parure autour du cou d’une dame n’était donc pas aussi risqué que voler un secret et il fallait donc savoir protéger sa vie ou bien en prendre certaine.

Les années précédant son entrée à l’Académie furent donc consacrées à la préparation physique d’Amélia. Avant ses huit ans il n’y avait aucune utilité à insister sur le physique à proprement parlé. La force d’une enfant était inutile et il faudrait attendre quelques années encore. Les Légitimus le savaient bien. Toutefois, insister sur le physique de l’espèce d’Amélia pour lui  donner dès son plus jeune âge les clefs nécessaires à l’usage optimal de ses oreilles qui étaient de loin son outils le plus utile et le plus précieux était à propos. Ainsi elle fut entraînée avec rigueur mais sans excès à les laisser traîner partout et à retenir tout ce qu’elle entendait sans perdre la moindre information. C’était donc un long travail pour exercer son ouïe et sa mémoire car il était hors de question de prendre de quoi noter ou utiliser un objet permettant de conserver la conversation. Cela retirerait de la valeur aux qualités d’Amélia et par là même, toute raison pour les Xelcius de conserver les Légitimus sous leur aile.

L’apprentissage était dur et long car malgré leur bienveillance les parents d’Amélia n’avaient pas l’intention de perdre du temps avec elle. Elle devait être en mesure de servir à quelque chose le plus vite possible. Ce fut le cas à partir de ses dix ans où elle commença à servir dans son futur rôle d’espion sans attache. Utilisant son ouïe et alors sa petite taille pour remplir quelques contrats acceptés par ses parents et ne risquant pas outre mesure la vie de leur enfant. Les résultats ne furent pas toujours convaincants au début, mais peu de temps avant son entrée à l’Académie, les réussites successives d’Amélia laissait entrevoir une belle « carrière ».

La vie d’Amélia à l’Académie fut studieuse et entrecoupée par quelques contrats prit par ses parents et visant des personnes dans l’enceintes dans l’Académie et parfois à l’extérieure. Il s’agissait là des premières mises en oeuvre de la mobilité et de la furtivité d’Amélia car elle devait passer outre la surveillance des directeurs de maisons, des élèves en charge de la sécurité et des professeurs. La plupart du temps elle parvenait à sortir et à rentrer sans se faire prendre. Mais les autres fois, elle devait user de quelques mensonges et fausses vérités pour convaincre.

Il m’empêche que tous ces contrats, qui montaient en importance, faisaient grimper l’intérêt d’Amélia pour les missions qu’on lui donnait. Par la même, ses compétences s'amélioraient. Elles n’ont cessé de le faire depuis son entrée dans l’Académie avant de connaître un ralentissement principalement dû à son ennui en cours et dans l’exécution de contrats devenus banals pour elle : écouter, suivre, subtiliser, dans un sens ou dans un autre. Il y eut une nouvelle progression, aussi rapide que les précédentes quand elle reçut ses premiers contrats en direct. Ô évidemment, ils n’avaient au début rien de bien extraordinaire : c’était des affaires de maison au sein de l’Académie, des volontés de connaître en avance certains examens, des souhaits de connaître les petits secrets de certains membres de grandes familles. Les demandes venaient de toute part. Peu, voir presque jamais, des Sélionn. Trop attachés à leur honneur pour user de pratiques comme l’espionnage. Ces petits contrats n’avaient rien à voir avec ceux que ses parents pouvaient trouver pour elle, et par là même la même valeur. Mais Amélia faisait un pari  : ceux qui n’étaient que des étudiants aujourd’hui allaient devenir des personnes avec plus ou moins d’importance et les petits contrats allaient devenir des contrats importants et ainsi allaient grossir leurs valeurs une fois qu'ils seraient adultes.

L’autre pari qu’elle fit fut de ne jamais être très loin des héritiers du père Xelcius.  D’abord le moins utile à ses activités futures, l’actuel apprenti guérisseur qui était son aîné. Elle l’appréciait dans sa volonté de remettre sa famille sur le bon chemin mais ne pouvait s’empêcher de le rembarrer dès qu’il venait lui dire d’arrêter avec ses activités. Elle approchait de ses huit ans d'exercice et elle avait pris goût à cette vie. Elle se voyait mal en commencer une autre même s’il insistait. Pire encore, son premier “incident de mission” qui amena à la suppression pur et simple d’un témoin lui avait procuré un tel sentiment d’excitation qu’elle se voyait mal se priver de toutes les sensations que son rôle impliquait : la concentration, le calme couvrant la légère pointe de peur d’être repérée, la satisfaction d’avoir fait un bon travail et parfois, parfois comme une douce sucrerie que l’on ne s’autorise qu’une fois par siècle, la suppression en finesse et tout en cachette d’un témoin ou d’une cible. Amélia n’avait donc pas l’intention de raccrocher en dépit des demandes incessantes de ce premier Xelcius. Ensuite venaient ceux qui étaient ses contemporains, les jumeaux Xelcius. De bonnes compagnies et agréables à regarder. Ils étaient bien des Xelcius ces deux là. Très tôt elle travailla avec eux. Enfin, et surtout, la petite dernière. Là il s’agissait surtout pour Amélia d’avoir un œil sur elle et lui éviter des ennuis inutiles en faisant correctement pression sur les personnes cherchant à faire exclure la jeune Xelcius de l’Académie. Elle n’avait aucun autre intérêt à prévenir une telle exclusion que celui d’être certaine que cette jeune femme soi compétente une fois sortie de l’Académie et qu’elle puisse obtenir d’elle de quoi travailler. Rien d’autre. Car après tout, à vivre sous l’aile des Xelcius, Amélia finit par assimiler leur mode de vie : elle était libre et n’avait de comptes à rendre à personne. Enfin, il y avait le plus dangereux des Xelcius : Lomac. Elle n'aimait pas rester près de lui même si elle avait déjà au affaire avec lui. Il était imprévisible et dangereux, même pour elle qui était censée être une sorte "d'alliée". Elle restait donc assez distante du jeune homme.

Ce fut en grande partie à cause de lui qu’une rupture importante se fit avec ses parents. Ceux-ci, qui reproduisaient avec ardeur la pratique familiale d’être les obligés des Xelcius, se firent récemment opposer une fin de non-recevoir de la part d'Amélia. La jeune fille-bête refusa catégoriquement de se lier à un des héritiers Xelcius à la suite du patriarche et indiqua clairement que même si elle leur restait redevable, elle refusait de se soumettre au jugement de l’un d’eux. Les parents d’Amélia n’eurent pas le temps de vivre assez longtemps pour pallier à leur inquiétudes. Cette disparition soudaine au cours de la réalisation d’un contrat en dehors de Targatt eut très peu d’effets sur la jeune fille. Elle savait que cela pouvait arriver. C’était le risque du métier. Amélia put toutefois montrer à ses défunts parents sa réussite, car ces dernières années à l'Académie, en plus des contrats habituels des Xelcius, elle avait surtout une activité tournée vers le grand monde et sans maître, elle officiait pour les uns et pour les autres, contre ses anciens clients parfois dès que leur contrat était terminé.

Les contrats s’enchaînaient et en fonction de leur importance, leur prix aussi. Il était évident qu’allait soutirer des informations à un petit commerçant de la part de son concurrent n’avait pas la même valeur qu’aller à le recherches de quelques informations gênantes d’une grande famille demandée par une autre. Et qui pouvaient demander de telles informations ? Les parents de ceux-là même qui trichaient aux examens et alimentaient leurs commérages grâce aux perles trouvées par Amélia. La relation était donc établie. Mais les clients d’Amélia n’avaient jamais diminué en nombre. Tous connaissaient les avantages de ses services : sécurité, certitude des informations, prix. Petit à petit, Amélia avait fait son nid dans le grand monde sans jamais mettre de côté ceux qui lui servait encore de bouclier dans les cas où sa sécurité personnelle en dehors d’une opération était engagée.


Depuis l'Académie, son nom n’était connus que de quelques uns et elle faisait plus qu’attention pour le dissimuler, elle menait une vie de plaisirs et surtout d’actions et de secrets. Entre les contrats d’espionnages et les rares demandes de suppressions de quelques cibles gênantes pour ses clients les plus fidèles, elle se laissait de temps à autre au corps de métier de sa famille : le vol dans le grand monde. Tout ceci finançait son train de vie.  Et les derniers développements politiques de la Cité lui laissaient entrevoir de nouvelles perspectives de profits et de nouvelles sources d’excitations. Après tout, les Leckard avaient déjà pu user de ses services ainsi que leurs opposants et quand un tyran monte sur le trône, les conspirateurs veulent des informations sur le souverain et le souverain veut débusquer les conspirateurs.



Physique

« The pretty one »


Homo Oryctolagi, « Homme-Lapin ». Voilà ce qu’est Amélia, du moins voilà son espèce générale. Il existe biensûr une quantité immense de variété d’Homme-Lapin dans Hésandre mais Amélia faisait partie des communs, ceux dont les traits humains étaient bien plus dominants que les traits animaux.

D’un point de vue purement physique, Amélia mesure un mètre soixante-quinze et pèse environ cinquante-cinq kilogrammes. Ses cheveux les poils colonisant ses bras et ses jambes sont roux, ce qui assez peu courant chez les Légitimus mais là couleur reste courante dans la masse de Targatt. Seule sa queue tendant vers le blanc dénote du reste de l’homogénéité de sa couleur de fourrure.

Musculairement, elle est assez développée. Formée à prendre la vie quand un contrat le lui demandait, elle sait se battre et faire l’usage d’une arme blanche. Toutefois, elle reste fine à l’exception de ses hanches qui, ressortant du fait de la finesse de son tour de ventre, lui vaut assez fréquemment le passage d’une main.

Quant à ses vêtements, Amélia partage son temps entre des vêtements citadins très normaux et sa tenue d’opération qu’elle tient de la tradition familiale et qu’elle n’a jamais voulu modifier. La seule chose qu’elle changea c’est la qualité des tissus. Mais Amélia étant une espionne jouant sur tous les tableaux, elle sait aussi s’habiller pour s’infiltrer : de l’uniforme de l’Académie aux grandes tenues des réceptions en passant par les loques des habitants du Cercle.



Caractère

« The clever one »


Amélia dispose du caractère qui permet à un espion d’être efficace. Elle est vive, réfléchit, patiente, à l’écoute, adaptable et d’un calme olympien. Mais surtout, elle était un secret vivant.

Tous ces traits de caractères, elle les tient directement de ses parents qui les lui ont inculqués dès le plus jeune âge. Ainsi elle apprit très vite à adapter ses expressions, ses humeurs et ses mimiques en fonction de sa cible, du milieu où elle évolue, des personnes qui l’entourent. Ceci sans pour autant jamais passer la ligne rouge des sentiments personnels qui pourraient compromettre la mission. La mission, le contrat, étant le plus important. Le personnel, amourette, jeu et autre, ne débordaient jamais sur la vie professionnelle si bien que le secret de son identité, de son lieu de vie, de ses origines et tout le reste restait bien gardé. Parfois au prix de la mort de quelques curieux s’étant cru plus malins qu’elle.

En dehors du travail, quand elle est elle-même, c’est une jeune femme douce, agréable et gentille. A l'Académie, elle est surtout connue en plus de sa gentillesse pour sa timidité et ses tendances solitaires. Un masque qui lui permet d'éviter de nombreux regards et la préserve.



À propos de vous

« Me, myself & I »
  • Votre prénom : Allez, va pour Loïck

  • Votre âge : Réponse ici Regardez Wilhelmine~

  • Votre expérience en jeu de rôle : Who knows

  • Votre fréquence de connexion : Who knows


© Diane
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Oracle
Personnages non joueurs récurrents
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Juil - 19:28
Bien le bonsoir Demoiselle,

J'ai le plaisir de t'annoncer que ta fiche est en règle (même si ce n'est pas une grande surprise XD).


J'avais hésité à te mettre dans le groupe des hors la loi compte tenu de ton activité mais comme -contrairement à d'autres- elle n'est pas notoire, tu restes citoyenne pour le moment.

Dernier détail mais qui a son importance : l'avatar. Je te laisse l'ajouter à de commencer à poster.

Bon jeu Razz
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: TARGATT :: CREATION DE VOTRE PERSONNAGE :: Inscriptions élèves :: Fiches Validées-
Sauter vers: