:: TARGATT - Ville Quartier Vodrel :: La grande place Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La vente de l'immortelle ft Drake et Luna

avatar
Mera
Esclave - Mage 5e ordre
Age du personnage : 1.5 Million d'années
Race : Homme-bête
Pouvoirs : Style de Combat Suprême et Invincibilité
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Juin - 20:07
Alors que j’avais trouvé un moyen de suicide original en sautant à plus de 10 000 mètres, j’ai vraiment cru que cette fois, j’allais mourir, j’avais même vu ma longue vie défiler devant mes yeux, mais malheureusement, j’avais survécu, les gens ne se rendait vraiment pas compte de la chance qu’ils ont d’être des mortels. Après l’échec de la tentative de suicide numéro 265 652 845 car oui je me prends à les compter, je me suis évanouie dans le cratère de l’impact causé par ma chute. Cela faisait longtemps que je n’étais pas tombée dans les pommes. Selon ma mémoire, mon dernier évanouissement devait remonter à plus de 300 000 ans lorsque j’avais été capturée et dévorée par un colosse de magma, un tyran des flammes si je me rappelle bien, le genre de créature de 100 mètre de haut que l’on ne rencontre pas souvent.


Bref quelques heures après l’impact, je me suis réveillé… dans une cage roulante avec des chaînes et un collier qui visiblement m’affaiblissait, un truc qui supprime la magie de toute évidence, je connaissais déjà cette chose mais malheureusement cela ne suffisait pas pour mettre fin à mes jours. Dommage. Même si je n’avais pas tout de suite compris ce que je faisais là, il ne me fallut que regarder les têtes de cadavres et dépressifs que faisaient mes voisins, vraiment de nos jours, on pleure pour vraiment pas grand-chose, leurs vies avaient beau radicalement changé, il y avait toujours un moyen de retomber sur ses pattes pour regagner la liberté non ?
Absolument pas du tout inquiété par ma mise en esclavage, j’ai décidée de me rendormir, ce genre de voyage pouvait être long. À mon réveil, enfin quand l’on m’a réveillé un peu violemment, saleté de trou dans la route, j’ai ouvert les yeux et aux alentours, l’on pouvait voir une grande cité circulaire qui semblait construite en étage, mais avant d’entrée nous nous arrêter accueilli par d’autres personnes. Ceux qui nous mener ici les ont salués puis nous ont fait sortir de nos cages pour une inspection. Visiblement, le comité d’accueil devait être composé de marchand d’esclaves de la ville. En rang, quasiment nu, les marchands nous inspectait comme du bétail, bon ce n’était pas la première fois que l’on me regardait comme cela, après tout nous les hommes bêtes avons un passé difficile qui explique notre rareté.


Les autres esclaves dont je me fichais éperdument eux contrastaient avec moi. Alors qu’il était tremblant, qu’il regardait leurs pieds et était résigné moi j’étais absolument calme et je regardais les marchands dans les yeux comme si de rien n’étais. Involontairement, j’ai montré mon indifférence en baillant, oui ce n’était pas la meilleure des choses à faire car un garde à tenter de me donner un coup, je l’ai évité instinctivement. En regardant sa tête, il ne semblait pas s’attendre à cela, le monde ne reposait que sur des utilisateurs de magie après tout. Alors qu’il semblait vouloir m’en donner une, j’ai brusquement parlé.


Dit donc, si tu fais ça, la marchandise va perdre de la valeur, je dis cela pour ton bien…


Il savait que j’avais raison, l’argent valait bien mieux qu’une colère passagère et ainsi, il baissa la main. C’est alors que j’entendis des applaudissements. C’était un homme qui devait avoir la cinquantaine avec des cheveux blancs et un embonpoint.


Magnifique ! Une femme bête, c’est déjà rare, mais il semblerait qu’elle ai une expérience au combat. Je l’achète !



En entendant cela, les autres marchands qui étaient aussi intéressés abandonnèrent, cet homme devait être soit très riche soit très puissant. Mais moi ça me faisait sourire et avec un air hautain, je lui répondis


Merci bien vieil homme mais j’espère que vous avez de la bonne bouffe.


Ne t’inquiète pas une esclave de cette qualité et de cette rareté, on en prend soin !


Une fois la transaction faites, je fus amené dans l’endroit où le vieux plaçait ses esclaves en attendant la vente. En tant que femme chat, j’avais le droit à un traitement de privilégiée. Et pour le remercier, car je ne suis pas totalement ingrate, je lui ai révélé quelques-unes de mes capacités personnelles pour augmenter le prix de vente. Puis une semaine plus tard, vint le jour de la vente. Tous les esclaves insignifiants et inintéressants ont d’abord été vendus puis vint ceux avec des capacités et enfin moi le clou du spectacle.


De ce qu’il m’avait dit, il avait préparé quelque chose pour faire en sorte que je sois vendu cher. Il avait fait diffuser la rumeur selon laquelle un esclave d’une très grande rareté et avec des compétences fabuleuses serait vendu ce jour-là. Bon mon ego était satisfait après avoir entendu cela et je ne pouvais m’empêcher de gonfler le torse d’orgueil.


Le jour de la vente, lorsque ce fut à mon tour et que je sortis de l’ombre, le vieux commença son petit discours.


Mesdames Messieurs, venues d’un pays lointain, je vous présente l’une des représentantes de la race des Homme Bêtes.


Mes cheveux argenté flottant au vent, mes oreilles et ma queue de chat éclairées par le soleil, je m’avançais en silence avec un regard absolument blasé et indifférent. Il y avait des cris d’exclamation, les femmes chat, c’était rare mais bon, décidément les bourges étaient vraiment excité par pas grand-chose… Comparée au autre esclaves je contrastais vraiment par le fait que je n'étais absolument pas effrayée. On pouvait lire dans mon regard une indifférence totale à ma condition même si cette fois je me retenais de faire une connerie...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luna Langevin
Professeur de magie élémentaire - Mage de 1er Ordre
Age du personnage : 38
Race : humaine
Pouvoirs : Lumoria - Contrôle du sang
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Juin - 22:22
Je n'avais pas beaucoup dormi cette nuit. j'avait commencé par fêter ma prise de poste en tant que professeur à l'académie devant quelques verres de liqueur en compagnie de mes deux esclaves favoris. Un homme de mon âge que j'avait déjà soumis à l'académie quand je n'était encore qu'une élève et une jeune femme dont je commençait à se lasser. Bichette, elle ne comprenant pas sa chance de m'avoir pour maîtresse. j'admet avoir des jeux exaltant qui ne plaise pas à tout le monde, mais bien que je n'ai pas l'habitude de parler aux autres de comment il traite leurs esclaves, il y a bien pire j'en suis certaine. Et puis bon, entre nous, ce ne sont que des esclaves, leurs avis m'importe peu. Un jour, je vais réellement arrêter d'essayer de les comprendre. Je ne suis plus quel maître m'a dit un jour, si tu comprend ton esclave, tu le materas mieux et il te le rendra bien. Si j'ai l'impression que cela fonctionne avec certain, je pense pas que ça fonctionne avec tous ou alors je suis plus conne que je ne le crois.

Pour autant, j'ai foi en ma propre méthode. Je punis salement quand j'estime cela nécessaire, trop souvent d'après mes petites choses, puis quand justement elle en arrive là ou que la peur les rends trop docile ou ennuyeux de quelques manière que ce soit, je me contente d'effacer de leurs souvenirs toutes les fois ou j'ai été violente avec eux. Quand il s me plaisent vraiment, je leur donne même l'image que l'on a un espèce de passé romantique. Je n'en ai qu'un comme ça pour l'instant...J'en ai eu une deuxième à une époque, Iris, mais suite à l’apparition d'un nouveau pouvoir elle développa une certaine résistance à Lumoria. Je n'ai pas eu d'autre choix de séparer lentement la tête du reste de son corps. Je me souviens encore de ses cris. Ce fut un supplice pour aussi vous savez! J'aimais beaucoup cette jeunette de tout juste de 20ans. Elle avait un corps de rêve. Pourtant...l'entendre crier ainsi fut aussi un réel délice. Enfin....c'est du passé tout ça!

Aujourd’hui, je me remettais donc d'une légère gueule de bois et d'une nuit agité avec des jambes en l'air , des caresses, des...en fait, je vous passe les détails, vous ne mériter pas encore que je vous parle de tout ça. Place au marché!

Les pauvres comme les bourgeois se retournait sur mon passage, une coutume dont j'avais pris l'habitude. En même temps, je prenais un malin plaisir à éveiller leur désir par un déhanché sans pareille. Ma robe de satin violette surplombée d'une épaulière d'un rouge carmin était décorée de nombreuse branche d'or blanc et d'ivoire qui faisait rêver de nombreuses femme. Ce n'était pas seulement la matière mais aussi le travail de l'artisanat d'une grande finesse.

Sous ce beau soleil qui venait lécher ma belle peau de pêche, je marchais donc en direction de la grande place publique. La grand place où se vendait les esclaves maintenant qu'ils était rendu publique. Une décision louable mais discutable. Je n'étais personnellement pas des plus ravis d'une telle loi. Les prix allait certes baissé mais cela enlevait tellement de piquant à leur simple possession où leur achat que je m'y serait opposé s'y j'en avait eu la position ou l'opportunité. Mon emploi du temps, chargé, ne donnait pas ces possibilité. Alors en bonne dame de la société, je me tairais pour l'instant et, curieuse, observait pour la première fois une vente publique et légale de ces choses qu'on appelle esclaves. L'idée que certains avait de les libérer était tout bonnement ridicule. Après tout, seul les gens trop faible se trouvait ici. Faiblesse d'esprit, faibles physique qu'importe. Il y avait bien quelques exceptions a cette dure vérité, mais elles étaient rares. Aussi, quelle ne fut ma chance en arrivant au pied du piédestal de voir une femme chat! Ce fut une telle surprise que ma pensée traversa mes lèvres en un souffle et intonation quelque peu sceptique. Pourtant alors que je croisais rapidement son regard, les souvenirs de cette esclave corrélait avec les propos du vendeur.

La réaction fut immédiate et je levait la main pour montré mon intention. Je désirait cette créature comme nouveau jouet! Je n'aurait cas me débarrasser de cette autre esclave féminine qui m'agace...ou pas. Je pourrais bien garder les trois après tout. Ô Diable! Chaque chose en son temps!

"J'en donne 200!" lança t-elle d'une voix affirmée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Seigneur de Targatt, Chef des Leckard - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Juin - 17:08
Quelques jours avaient passé depuis sa prise de pouvoir et pour le moment toutes les premières mesures étaient en place et les dernières étant en cours, comme il l'avait souhaité. Tout se passait bien. Même très bien. Il n'avait pour le moment eu à mettre à mort personne. Ou du moins aucun citoyen digne de ce nom. Malheureusement, il aurait volontiers aidé quelques traitres à parler mais pour le moment les fuyards anciennement nommés "état-major" s'étaient exilés en dehors de la cité. En fait il ne savait pas où ni comment mais ce fait était certain pour la simple raison que le réseau mis en place était 87 fois plus efficace que l'ancien système. Il y avait peu de chance qu'une centaine d'hommes et quelques personnes de leurs familles, aient pu disparaitre de la sorte ou se cacher indéfiniment dans les souterrains, surveillés également d'ailleurs puisque leur complète cartographie était en cours. Elle prendrait du temps, mais serait faite.

Quoi qu'il en soit, il avait enfin un peu de temps pour sortir. Ou plutôt, il avait enfin été appelé ailleurs et quitta donc son palais pour s'aventurer dans les rues. On s'écartait sur son chemin, on évitait de croiser son regard. On baissait les yeux d'un signe respectueux où on faisait mine de ne pas l'avoir reconnu alors que l'aura changeait pourtant naturellement du tout au tout.
C'était normal et très agréable que d'être respecté... et craint. Dans une certaine mesure du moins.
En bon paranoïaque, à moins que ça ne soit que de l'intelligence, le vieil homme avait pris soin, comme d'habitude, de se munir de quelques sortilèges qui lui permettaient que l'on ne puisse pas déterminer son alignement, de ne pas mourir en cas d'attaque qui lui couterait la vie. Enfin, de ne pas mourir la première fois qu'il serait touché mortellement du moins. Mais également un sortilège de 'barrière' qu'il coupla à un sort d'invisibilité afin que le sort ne soit pas repéré. Il pouvait ainsi se mêler à la plèbe sans perdre de temps en cas d'attaque. Mais chose étrange, aucun n'avait eu lieu pour le moment.

Si les traitres du régime précédent se préparaient aussi bien qu'ils l'avaient pour fuir... Non en fait ils pouvaient bien se préparer des années. Vu leur état d'esprit, leurs offensives seraient molles, peu suivies par les citoyens et probablement stoppées avant qu'ils n'arrivent jusqu'à lui... Malheureusement.

Profitant du bain de foule, il s'arrêta sur le grande place. N'était-ce pas aujourd'hui qu'un esclave intéressant allait être vendu ? Drake se remémora les dires de Tryana. Oui, c'était bien ça. Il avait l'air d'être dans les temps vu le monde qui continuait à s'amasser.

Croisant les bras et restant un peu en retrait, il attendit quelques instants et enfin, le "prix" arriva. Une femme-bête ? Ce n'était pas commun c'était certain. Et ce serait donc cher. D'autant qu'ils la décrivaient comme un être hors du commun aussi par son pouvoir bien qu'il ignore de quoi il s'agissait exactement, il avait assez d'expérience en matière d'esclavage pour savoir que ce n'était pas dit à la légère. Pas sur cette place en tout cas où seuls les meilleurs esclaves et maîtres parvenaient.

A peine l'espèce de chat était apparu qu'une voix féminine s'était élevée pour annoncer le prix qu'elle acceptait d'y mettre. Elle partait à un prix plutôt bon directement, c'était une stratégie qui payait le plus souvent. Ca permettait de supprimer la concurrence stupide de ceux qui n'avaient pas assez de moyens pour tenir la joute et annonçait aux plus riches qu'on y mettrait cher, très cher si nécessaire. Choses que les plus avares se refusaient et abandonnaient donc avant même d'avoir commencé.
La souverain voyait la femme de dos et seulement partiellement car elle était cachée par la foule. Vu comme ses voisins la regardaient elle devait être attirante en plus d'être intelligente et amatrice d'esclave. Que des qualités de prime abord.

Peut-être que Drake jouerait un peu, même si, bien évidemment il ne comptait pas s'encombrer d'un esclave non dressé. Il n'avait ni le temps ni l'envie et pour un début de règne ça ferait mauvais genre. En revanche, rien ne l'empêchait de se plaisir en jouant à faire monter les prix. La demoiselle perdrait de l'argent mais ce serait pour la bonne cause. Il suffirait au vieil homme de réclamer une partie des gains au maître actuel par la suite. Disons, de réclamer la différence de prix qu'il aura pu faire flamber par sa simple participation. Il lui resterait donc... les 300 pièces d'or. Une vraie fortune mine de rien pour une simple esclave, même une femme-bête.

Alors que deux autres hommes avaient successivement annoncés "310" et "330", Drake Leckard prit la parole d'une voix aussi charismatique que froide. Son timbre normal en fait.

"500."

Il avait hâte de voir si la Dame suivrait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Mera
Esclave - Mage 5e ordre
Age du personnage : 1.5 Million d'années
Race : Homme-bête
Pouvoirs : Style de Combat Suprême et Invincibilité
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Juin - 18:15
Apparue en pleine lumière et pour la première fois sur une estrade destinée à la vente d’esclave. Cette situation, qui était pourtant la première de ce type dans ma longue vie, m’indifférait totalement. En fait rester debout m’ennuyait à crever, je voulais m’asseoir, mais un petit pss derrière moi me l’interdit, je n’avais pas non plus envie de me ramasser un sermon donc je suis resté debout.


Alors que je suis arrivée au milieu de l’estrade, de multiples regards sur mon corps. En temps normal ce genre de chose ne me ferait rien, mais avoir autant de regard lubrique sur moi me dérangeait sérieusement. Cette assemblée de pervers allait vraiment croire que je devais assouvir leurs fantasmes ? Ils allaient savoir ce que l’on appelle la véritable déception. Voulant oublier leurs regards de moches et leurs yeux qui mêlaient cupidité et lubrique (Oui c’est ça, rincez-vous l’œil pendant que vous le pouvez encore) je décidais de regarder vers le ciel et les toits les oiseaux qui volaient et se posaient sur le toit en face du bâtiment. J’avais envie de les attraper pour combler le terrible ennui d’être bloqué sur cette estrade bien chiante et avec un collier attaché à la cage derrière et une chaîne d’acier trempé attaché au pied-droit sûrement par sécurité.


Être là, en regardant les oiseaux volés si librement au ciel, je me sentais partir dans mes rêves lion de son monde où je vivais sans jamais ne pouvoir mourir…


"J'en donne 200!"


Hein quoi qu’est ce qui vient de se passer ? Personnellement, je n’en savais rien 200 quoi ? 200 cailloux ? Puis je revins à la réalité. J’avais oublié que j’étais vendue, j’avais oublié ce détail. Donc c’était de l’argent. Personnellement, je ne savais pas si 200 étaient une grande somme, mais apparemment vu la réaction de certain, c’était le cas. Faut dire que je n’avais jamais rien compris aux systèmes monétaires, le troc était bien plus simple. Les pièces ? L’or ? L’argent ? Le cuivre ? C’était quoi la différence ? Juste la couleur non ? Alors pourquoi il y avait des pièces qui valaient plus que d’autre ? Je ne comprenais rien à ce système que de toute façon je n’ai jamais utilisé. Quand j’avais fin, je chassais. C’était simple non ?


Donc curieuse de cette situation dont je ne comprenais rien, je finis par regarder yeux dans les yeux la gamine visiblement qui voulait m’avoir. Il y a une chose que je pouvais dire, c’est une catin ! Ça se voit sur sa tête, c’est une catin ! Une catin avec un regard effrayant tellement il est l’incarnation d’être catin. Je ne pouvais pas imaginer ce qui allait arriver si je tombais dans les crocs de ce serpent diabolique qui me regardait comme un vampire regarde sa proie. Je serais forcé de devenir une catin ? Serais je torturer par la luxure ? Je ne pouvais imaginer toute les mauvaises choses qui allaient arriver. C’était inadmissible, je devais interférer pour que cela n’arrive pas. Je regrettais désormais d’être enchaîné, cette femme était bien trop dangereuse.

Étant dans un état de réflexion absolue, je ne prêtais pas attention aux prix qui montaient enfin jusqu’à celui.


"500."


Étant dans un état de réflexion absolue, je ne prêtais pas attention aux prix qui montaient enfin jusqu’à celui. Un nécromancien ? Ce mec avait une tête de nécromancien, un homme qui passait sa vie à jouer avec des cadavres pour le plaisir. J’avais déjà rencontré plusieurs ce type de personne et ce type avait la tête pour l’emploi. J’avais déjà rencontré plusieurs ce type de personne et ce type avait la tête pour l’emploi. Ce genre de type sont de gros sadiques, des adeptes de la torture, s'il trouvait un moyen de me tuer, ce serait cool, mais c’est impossible donc je n’avais pas envie de souffrir le martyr inutilement et pour plusieurs décennies. Vite Mera réfléchit, fait un truc qui pourrait les effrayer, ruine cette enchère !


Elle regarda l'alentour et vie les statuts des fondateurs à 50 mètres sur sa droite. La Statut la plus proche était celle d’une sorte de fondateur.


Tout d’un coup, un sourire cynique s’afficha sur mon visage, j’avais trouvé comment effrayer tous ces gamins. Je fermais donc les yeux quelques secondes pour me concentrer.


Art de l’école Suprême. Maitrise de l’art de l’air.


D’un seul coup, ma main droite se déplaça quasiment à la vitesse du son créant ainsi une lame d’air comprimée qui parcourut les 50 mètres avant de trancher en deux la statue en question.
J’avais utilisé l’un des 4 arts de l’école suprême, celui qui permettait de combattre en utilisant de l’air comprimé par mes mouvements physiques, ce n’était pas de la magie et ainsi, j’ai pu l’utiliser.


Bien sûr, cette technique avait été très voyante, c’était volontaire et beaucoup avait la bouche ouverte. Il devrait avoir peur maintenant.

La statue Alexiel !


Elle a tranché la statue de l’ancêtre des Rayem.


Mais son collier est activé, elle n’a pas pu utiliser la magie.


L’esclavagiste revérifia mon collier, il fonctionnait à merveille. Avec cela, je pense que personne n’aura plus envie de m’acheter mwahaha. Avec un peu de chance, je terminerais en prison puis je pourrais me barrer !

Avec un sourire satisfait je déclarais.

Cette statue m'indisposait !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Luna Langevin
Professeur de magie élémentaire - Mage de 1er Ordre
Age du personnage : 38
Race : humaine
Pouvoirs : Lumoria - Contrôle du sang
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Juin - 23:13
Le prix que j'avais choisi dès le départ n'était pas choisit par hasard. il permettait de démarrer tout de suite à un niveau d'enchère que les plus petits joueurs avares ou autre présent plus pour l'amusement que pour l'achat qu'il n'aurait de toute manière pas les moyens de se procurer. Ceux là était dangereux pour les produits bas de gamme et les plus pauvres des acheteurs d'esclave. Toutefois, ces joueurs s'aventuraient rarement au delà des 150 ou 200 pièces d'or. Surtout quand le jeu prenait là son point de départ. Ainsi donc, il ne devait rester que les gens sérieux et réellement désireux d'acheter cette chose merveilleuse qu'on leur proposait aujourd'hui.

Quelques bruits derrière moi captèrent mon attention et je tournais mon visage afin que mon regard porte sur l'objet de ces distractions. Bien, il semblait que même le nouveau monarque était intéressé par l'affaire. Venait-il pour le spectacle ou se procurer l'esclave? Je n'en saurais rien sur l'instant. Il n'était pas recommandé d'entrer son esprit ou même de l'effleurer pour y capter ses intentions. Les Leckard n'étaient pas réputé pour leur clémence et de plus, tout le monde savait que la magie spirituelle était la spécialité du doyen. N'étant pas suicidaire il était hors de question que je m'y frotte de la sorte. Toutefois, je ne manquait pas de poser sur lui un regard sensuel qui faisait son effet à tous les coups. Ce regard malgré les raisons qui me poussait à le lancer n'était pas hypocrites pour autant. L'homme disposait après tout d'un certain charme et je ne cracherais jamais sur une partie de jambes en l'air avec un bon parti! Bon parti au lit, je ne savait pas s'il l'était ou pas, au moins l'était-il politiquement ce qui suffisait parfois à l'expérience vaille le coup. Je lançais donc un sourire des plus charmeur alors qu'un autre noble renchérissait sur mon offre. Redirigeant mon regard sur la scène et l'objet de mon désir, un autre renchérit encore. Si le premier avait été audacieux à monter de cent, le second ne montrait pas de grande audace. Si peu que je parierais que ce soit un acolyte du marchand d'esclave payé pour faire monté les prix.

Je m'apprêtais à proposer 450 pièces mais c'est le monarque qui me devança en proposant 500. Mes yeux pétillèrent soudain d'un plaisir du jeu tandis que je le tournais vers le grand gouverneur, afin que mes yeux croisent les siens. Là! Sans crier gare, la grande statue d'alexiel fut tranché sans que je ne comprit vraiment comment. Plusieurs personnes après avoir eu l'air complètement ébahit ou terrifié, voir les deux, quittaient les lieux. Il était peu probable que la responsable que ce soit elle la coupable pourtant, quelques enfants imitant un mouvement martial et une phrase suspecte se fit entendre de la scène. Un sourire ravi et des plus intéressé barra cette fois mes lèvres rouges et pulpeuses alors que je me retournais une fois de plus vers la scène. C'était elle. Alors comme ça, elle avait des compétences martiales dignes des plus grands maîtres. J'avais déjà lu dans les archives des connaissances ancestrales certains arts martiaux capable de rivaliser avec la magie tant il permet une concentration de l'énergie cinétique ou autre mystère que je n'avais encore chercher à comprendre. C'était donc elle.

Blasé comme la pauvre avait l'air, elle avait du faire ça pour effrayer ces potentiels acheteurs. En l'occurence, moi. Et Drake. Mais je ne laisserait pas une telle rareté être achetée par quoi que ce soit d'autre. Quit à jouer avec l'acheteur. Ce ne serait pas la première fois. Une fois, j'avais du monter à bien plus cher qu'il ne m'était possible d'acheter mais une fois devant le moment venu de donner l'argent, je modifiai la mémoire du pauvre homme et effaçait toute les offres au dessus du montant que j'acceptais payé. Evidemment, j'en profitais pour faire des économies. Quoi? Vous foutez pas de moi! Je suis certaine que vous feriez pareil à ma place. Enfin bref qu'importe. Soudainement curieuse, je plongeais mon regard dans celui de ma future esclave. Peut être que je devrais l'aider à m'accepter en m'insérant dans certains de ses souvenirs, une fois repérée, je remplacerais la présence de n'importe qui par...moi. Facile et imparable. Quelques que soit ses capacités martiales, elle ne pourrait pas se défendre contre ça et n'y verrait que du feu. Je fouillait donc sa mémoire à la recherche d'un événement marquant ou pas avec des gens ces dernières semaines.

En tout cas, son plan avait raté. Au contraire mon intérêt pour son achat avait décuplé. Aussi lui sourais-je complètement sous le charme. Enfin sous le charme...Je ne la voulais plus seulement pour son corps mais aussi pour l'intérêt certain qu'elle pourrait apporter pour certaine mission...personnelle. Pour l'instant, je n'était pas très chaude pour l'impliquer dans des affaire de mon ordre.

"J'en donne sept cent ma belle" clamais-je alors que je me concentrais encore sur ma tâche magique spirituelle. Une fois finie, je lançais un regard joueur, tout sourire et lui tira la langue avant de me retourner vers ma future acquisition. De nombreuses personnes s’exclamèrent, beaucoup abandonnait mais certains d'entre eux restaient pour le spectacle ou pour nourrir une curiosité mal placée. Le deuxième cas était le plus courant mais je m'en fous royalement. Les gens sont mauvais. C'est la nature humaine qui veut cela et chacun en tire les billes qu'ils souhaitent tirer de cette triste vérité. Les bons vont à l'encontre de la nature et s'impose des conduites idiotes qui les empêchent bêtement de vivre pleinement leurs vies. Moi je vis à fond et profite de chaque instant tout servant mon seigneur.

Quant à Drake, s'il tentait de fouiller mon esprit, il trouverait un intérêt sensuel sincère sur sa personne, l'amour du jeu et le désir fort et mal placé d'obtenir cette esclave. L'idée nouvelle suite à la démonstration de s'en servir pour des missions autres resterait masqué.

Note à Drake:
J'ai limité volontairement l'accès à mes pensées. Petite sécurité mentale du jour. Si tu insiste, vu ton niveau supérieur, je suis ouverte à t'en dire plus en mp.
Note à ma future esclave :p:
Comme dit en rp, je cherche à voir tes dernières semaines de vie, en espérant que tu ai un souvenir avec des gens récemment. Je choisirait naturellement un événement marquant de préférence et quoi qu'il arrive je prendrais la place d'une personne qui te fut sympathique. Hésite pas à mp si besoin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: TARGATT - Ville Quartier Vodrel :: La grande place-
Sauter vers: