:: PALAIS D'OPALE :: Trône d'Opale Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Convocation du Suzerain! [Pv Drake]

avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juin - 2:42
Comment expliquer mon état actuel ?

J'étais mort de peur. Terrifier.

Vous allez me demander pourquoi ? Vous faites bien !

J'avais été convoqué au Palais par sa nouvelle suzeraineté, j'ai nommé Drake Leckard.

Je me souviens encore de la dernière fois que je l'avais vu. C'était quand il était incarcéré dans les cachots du Palais. J'étais venu le visiter à la base pour me renseigner sur ces étranges événements que survenaient dans la cité.
Ensuite, Cain, le démon, était venu le libérer. Il s'était pris une défaite des plus cuisantes face à Alrost et moi. Il ne devait son salut qu'au prisonnier qui s'était libéré de son collier de Rada'an et qui avait téléporté son allié affaibli ailleurs.

J'avais en grande partie détruit la prison à cette occasion...

Ensuite, avec l'attaque des vampires sur le clan des De Reyem, j'avais compris que Cain n'était qu'une diversion pour attaquer le Palais en lui-même. La personne qui menait cet assaut n'était nul autre que Drake. Pour empêcher un coup d'état, j'avais déployé ma magie à son maximum afin d'appeler en renfort les Vinrod.
Afin de survivre à d'éventuelles attaques, j'avais transféré mon cœur au Parc Vodrel pour assurer ma survie. Ce qui faisait que je ne savais pas si mon appel avait fonctionné ou ce qui s'était passé depuis. J'avais même raté le crieur des rues pendant ma « Renaissance » .

Pendant le combat dans le quartier Vodrel, j'avais détruit nombre de maisons afin de prélever la magie qui y résidait pour continuer de combattre mes adversaires.

Erion-sama m'avait déjà houspillé pour cela. Mais là, j'avais été carrément convoqué par le nouveau Seigneur de la cité : Drake Leckard.
Vu les blessures que je lui avais infligées lors de sa tentative d'évasion des cachots, je ne voulais pas savoir ce qu'il voulait de moi. Ma tête peut-être ? Aurais-je le temps de transférer mon corps et mettre mon cœur à l'abri ? À moi que je puisse utiliser mon nouveau pouvoir ? Je ne l'avais pas assez expérimenté pour compter à cent-pour cent sur lui.

J'étais quand même venu au Palais. C'était un ordre du Roi. Je ne pouvais ne pas y obéir sans afficher que j'étais contre le nouveau gouvernant. En tant qu'elfe, je savais que sa famille n'était pas des meilleures réputations, pourtant en tant que Targattien, je voulais voir ce qu'allait instaurer Drake comme nouveau régime et les décisions qu'il allait effectuer.
Peut-être serait-il meilleur qu'Astoria Lane ?
Ou pas ?
Mon avis sur la question n'était pas encore tranché.
Je savais cependant qu'il avait comploté avec les démons.
Cela me suffisait à me rendre méfiant envers lui.

En parlant du loup. Le voici. Habiller comme un Roi. Sans les symboles de pouvoir de Targatt.

Autrement dit, tant qu'ils ne les récupéreraient pas, il ne pourrait vraiment réclamer au trône de la cité.

Je m'agenouillais quand même comme il se devait devant le nouveau Roi, de par respect par son statut. Ayant été convoqué, je savais qu'il savait qui j'étais. Le protocole voulait que je reste genou à terre tant que le Roi ne m'autorisait pas à parler. Je détestais les protocoles !

Le temps semblait infiniment long dans cette position de soumission. Je sus grâce à la faible empathie que je pouvais ressentir de notre Roi qu'il y prenait du plaisir.

Une fois seulement qu'il m'autorisa la parole, je me présentais devant lui toujours avec le même style qui m'incarnait. Prouvant de ce fait que j'étais bien le même elfe qui lui avait rendu visite dans les geôles.


« Professeur Cernunnos Oneiros de l'Académie
Présente à ses respects à sa Seigneurie. »


Toujours agenouillé tant que le seigneur ne me donnait pas d'ordre contraire, avec la main droite sur le cœur. Dans l'étiquette, une telle présentation équivalait à dire que l'on était de la noblesse ou que l'on connaissait les bonnes manières afin de s'attirer les bonnes grâces du Roi ou tout simplement que l'on connaissait les usages pour montrer un certain respect si l'on avait quelque chose à se faire pardonner au Seigneur en présence. L'étiquette de l’hypocrisie, parfois cela paye.

Quel allait être mon châtiment ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Seigneur de Targatt, Chef des Leckard - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juin - 11:27
Le tout nouveau souverain s'était fait incroyablement vite à ses novelles fonctions comme à son nouveau statut. Il fallait dire que des années à y réfléchir aidait pour une mise en place efficace. Les nouvelles mesures et lois avaient promulguées et la plupart étaient déjà en place, et les autres ne tarderaient pas à suivre le mouvement. La dynamique était plutôt bonne si l'on considérait qu'il n'avait pas encore eu de révolte sur les bras. Et il avait même pris le temps de rendre les corps des morts aux familles, pour celles qui n'avaient pas fui. Certes, il ne s'en était pas occupé lui-même, il avait des choses plus cruciales et intéressantes à faire, mais il savait que ça avait été apprécié. Et puis, il n'avait pas voulu laisser les cadavres empuantir son palais. Ca aurait fait mauvais genre auprès de quelques personnes qu'il avait convoqué depuis.

Si il s'était entretenu rapidement avec Corvus dont il avait fait le nouveau Capitaine, ce dernier avait d'importantes difficultés à gérer le lien télépathique qu'il lui avait imposé. Mais Drake ne se faisait aucun soucis sur le fait qu'il y parviendrait. Il avait également lancé des avis de recherches avec récompenses, concernant au moins les membres d'état-major qu'il connaissait, à savoir les deux tiers environs.

Il était important que les citoyens puissent constater qu'il savait quoi faire, où aller et comment mettre en place les choses. Ce qui n'était pas si difficile que cela compte tenu du laxisme de l'ancienne Régente maintenant en fuite. Il était temps de ramener l'ordre à Targatt. Certes, il était pour beaucoup dans les désagréments de l'ancienne régence. Mais c'était de l'ordre du détail et il n'avait pas eu grand chose à faire pour soulever les importants problèmes de communication et les tragédies qui en avaient résultées.

Maintenant que la partie la plus urgente était traitée, il devait inviter les différentes familles et clans pour régler les éventuels différents. Les vampires ayant bien œuvré, il ne restait pas énormément de De Rayem et la majorité de leurs paladins avaient été décimés. C'était parfait. Le clan Helmael d'après ce qui lui avait été rapporté, était pour le moment parvenu à maintenir une illusion, certes peu crédible, qu'ils n'avaient jamais voulu attaquer ni les De Rayem, ni leur alliés du moment, à savoir les elfes. Ils avaient par ailleurs tout mis sur le dos d'un vampire nommé Hedryan que les elfes détenaient. Là encore, Drake reconnaissait que les D'Ainval l'avait joué assez fine. Ils préservaient un semblant de rapport cordiaux avec les elfes et empêchait leur meilleur agent de mourir entre les mains des paladins tout en lui jetant la faute. Dans le pire des cas, il serait sacrifié. Un pion contre un clan, le calcul était vite fait. D'autant plus que les vampires avaient perdus presque tous les plus jeunes.

Il importait à Drake de rallier les grandes familles et clans à sa cause. Outre le fait de consolider et sécuriser son pouvoir, ça lui permettrait d'unir le reste des citoyens et évidemment, d'étendre encore davantage son réseau d'information. Ce ne serait ensuite qu'une question de temps avant qu'il ne retrouve les fuyards et leur fasse payer leur couardise.

La partie délicate serait donc celle des elfes, raison pour laquelle il avait aujourd'hui convoqué Cernunnos Oneiros. Il l'avait déjà rencontré, certes pas dans les meilleures conditions, mais ce dernier savait en partie de quoi il était capable. De plus, il semblait qu'il soit bel et bien dans les petits papiers des guides du petit peuple, il avait donc une voix importante même si il n'était pas lui-même décisionnaire des prochaines actions de ses pairs. Et sa place au sein de l'académie jouait également en sa faveur. Drake devait démontrer qu'il n'était pas prêt à faire couler le sang pour rien et, bien au contraire, qu'il pouvait récompenser le courage même s'agissant d'une personne que la logique aurait voulu qu'on éradique. Ce Cernunnos avait une puissance colossale et il était clair qu'il finirait calciné. Tôt ou tard. Mais pour le moment Drake voyait ses intérêt sur un terme plus long. La position qu'il avait au sein de l'académie lui servirait assurément à consolider sa position et à rallier quelques sceptiques.

Pour toutes ces raisons, il y avait peu de chances que cet hybride tente quoi que ce soit contre lui. Et quand bien même, le nouveau souverain n'était pas assez stupide pour se balader sans protections magiques, sorts divers et évidemment, Tryana était prête en cas de besoin, dissimulée dans ses ombres comme à son habitude.

Une fois Cernunnos arrivé, il avait eut tout le loisir d'admirer le nouveau trône, ou plutôt l'ancien métamorphosé, moins imposant que celui d'Astoria mais nettement plus finement ciselé. Les bannières des Leckard flottaient partout, dans la cité comme ici dans le palais rappelant à qui pourrait oublier qu'un ordre nouveau se mettait en place.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Finalement, le suzerain fit son entrée, vêtu plus ou moins de la même manière que d'habitude quoi que dépouillé des signes ostentatoires et traditionnels de la royauté, ce dont il se moquait éperdument puisqu'il tenait à trancher avec l'ancien régime. Aussi, même si il avait eu cet attirail, il y avait peu de chances qu'il les arbore.

Quoi qu'il en soit, il prit place sur son trône et esquissa un demi sourire en voyant l'elfe se prosterner. Malgré un petit vent de satisfaction, c'était surtout un brin d'amusement qui avait forcé son sourire à apparaitre. Cette révérence serait la première, beaucoup d'autres suivraient.

Nullement inquiet, il laissa Cernunnos se présenter officiellement et attendit quelques instants de plus avant de l'autoriser à se relever. Contrairement à Astoria, Drake mettait un point d'honneur à ce que l'étiquette, en ce qu'elle avait de plus pur évidemment, soit respectée. Ça permettait de placer les limites de chacun et que tous intègrent leur place réelle dans cette nouvelle société.

"Je vous remercie de vous présenter devant moi. Vous avez à répondre d'un certain nombre de choses et notamment de la destruction de plusieurs édifices et de la... manipulation d'un incarnat ne vous appartenant pas."

Il laissa une seconde à son hôte pour intégrer la nouvelle.
Le roi avait hésité entre trois options, le mettre aux arrêts, ce qui aurait stupide car il se serait forcément rebellé, si du moins il avait saisi son tempérament. Lui faire une violation de l'esprit afin de lui imposer une certaine forme de loyauté envers lui. C'était son option préférée... Malheureusement, mieux vaudrait attendre un peu avant de tenter un tel sort. Non pas qu'il puisse échouer, Drake sentait pleinement l'esprit de l'hybride, signe qu'il était un livre ouvert et il n'aurait donc aucun mal à y implanter quelques petites choses supplémentaires, et éradiquer celles qui ne lui étaient pas nécessaires. Toutefois, les elfes n'étaient pas stupides et remarqueraient forcément un minimum de changement. Aussi, et au moins pour ce premier entretien, Drake avait du choisir la voie diplomatique. Une plaie, mais nécessaire dans l'état actuel des choses. Fort heureusement, bientôt il n'aurait plus à s'encombrer de telles idioties. Mais pour l'heure, il s'y pliait de bonne grâce.

"Il va de soi qu'un tel comportement mériterait quelques châtiments..."

Gronda-t-il en laissant sa phrase en suspens tendit que ses yeux ocres pénétraient l'hybride du même regard sévère qu'aurait eu un père envers un fils. Si Drake avait compris de quoi résultait l'état étrange de Caelia, il avait pour cela s'introduire dans son esprit pour en voir tous les derniers souvenirs. Quelle n'avait pas été sa surprise que de voir la manière dont Cernunnos, en toute désinvolture, avait rendu instable une incarnat plusieurs fois centenaires. Drake avait été contraint de l'enfermer le temps de temps de trouver comment inverser le sort. Mais quitte à utiliser autant d'énergie et de ressources, il préférait autant créer lui-même un nouvel incarnat plutôt que de réparer Caelia qui l'avait déçu tant de fois en si peu de temps.

"...Mais, considérant la nature des évènements qui vous ont conduis à un tel débordement, au moins en ce qui concerne les destructions, je ne souhaite pas vous punir outre mesure. D'autant qu'il m'a été rapporté que vous participiez à la réhabilitation des zones sinistrées, ce que j'approuve. Non, si je vous ai fait venir aujourd’hui c'est pour une toute autre raison : J'aimerai vous demander davantage."

Drake Leckard n'était pas homme à tourner autour du pot pendant 500 ans. Il préférait être clair et concis, aller à l'essentiel. Et si il était primordial de lui faire comprendre qu'il connaissait ses bévues et qu'il était au courant de bon nombre de faits, il l'était tout autant de l'informer de la véritable raison de sa présence ici.

"Vos prouesses lors de votre intervention au quartier Vodrel, et votre... habileté à manipuler les lycans du clan Vinrod..." Il laissa échapper un sourire narquois, sans le quitter des yeux. "...ont sans doute permis de sauver de nombreuses vies. Votre courage est inspirant et je souhaite donc le mettre à disposition de nos plus jeunes esprits, non plus seulement en tant que professeur, mais aussi en tant que directeur de la maison Méridius."

Il marqua une pause, le temps pour Cernunnos d'intégrer la proposition qui venait de lui être faite. En plus de lui laisser la vie sauve, il le remerciait et venait de lui proposer une promotion qui porterait la lumière des elfes plus haut encore. Au moins au niveau de l'académie. Après tout, Drake souhaitait un état fort et réaliste. Ce n'était donc pas dans son intérêt de brimer les étudiants de l'académie en les empêchant d'apprendre, bien au contraire, il tenait à ce qu'ils développent encore bien davantage leurs pouvoirs et savoir-faire. Pour que les générations suivantes puissent prospérer, ils devraient montrer d'autant de courage que Cernunnos l'avait fait. Contrairement à l'ancienne Régence qui avait préféré fuir. Quant aux enseignements philosophiques nécessaires à l’inculcation de ses idées prépondérantes, Drake savait déjà comment procéder pour les leur inculquer sans avoir à s'attirer les foudres de qui que ce soit.

"Qu'en dites-vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 8 Juin - 3:03
J'étais convoqué par le seigneur en personne, il ne fallait pas qu'il découvre que c'était moins qui avait essayé de le tuer une deuxième fois. La première fois quand il avait essayé de s'échapper d prison. La deuxième lors de son coup d'état, où j'avais appelé, non que j'avais obligé le clan Vinrod a allé au Palais pur réduire Drake en charpie.

Pourtant, il était bel et bien devant moi. En chair et en os, bien portant.
J'avais donc échoué à arrêter le coup d'état.

Dans tous les sens que l'on pouvait regarder cette invitation, je voyais un piège. Un moyen de m'emprisonner, me tuer ou m'éliminer de quelques manières que ce soit.
Je ne pouvais pas ressentir les énergies quand je n'étais pas en mode Dryade, ni en mode Yin. Or, affichez une compétence alors que j'allais être en présence du nouveau souverain de la cité pouvait être mal perçue. Très mal.

En attendant Son Altesse, j'eus tout le temps d'admirer le trône métamorphosé ainsi que la bannière des Leckards. Elles flottaient partout comme pour dire qu'elle s'était imposée ici comme leur patriarche.

Le seigneur fit enfin son entrée. J'étais toujours à genoux. C'était étrange pour un être nomade tel que moi de poser genou à terre, mais il est vrai que si je voulais vivre quelque part, Targatt serait mon premier choix. Même si j'avais connu la ville avec plu de bas que de haut.

Le suzerain me laissa la parole et je me présentais dans les formes et toujours selon le même style qui me caractérisait.

Il m'autorisait à me relever. D'instinct, je regardais les lieux, comme je n'avais pas pu le faire en étant dans la position de soumission précédente. J'évaluais les différents moyens de sortir pour moi. En gros, je me savais suffisamment tendu pour effectuer ce geste de manière naturelle, de l'ordre de l'instinct. Ce simple geste montrait à quel point cette convocation me stressait, mon expérience de la survie et un certain sens du combat puisqu'à tout moment je serais prêt à répliquer ou m'échapper si d'aventures il se passait quelque chose.

Le patriarche des Leckards s'adressa à moi. Il commença par des remerciements d'être venu.

Ah ? Il aurait fait quoi si je ne m'étais pas présenté ? Il m'aurait chassé et mit en feu de cheminée ?

Il continuait sa lancée en lançant des accusations fondées telles que la destruction de plusieurs bâtiments. C'est, j'avoue, j'ai détruit ces édifices pour qu'ils m'assurent une énergie magique pendant le combat... Et aussi quand je m'étais... Emporté, disons cela comme ça...
La seconde partie des accusations me laissaient perplexes. Pour un elfe exprimer ses émotions n'étaient choses courantes. Mais je n'étais pas un elfe comme les autres puisque j'étais un hybride. Donc je n'avais pas le poker-face attitude typique de mon espèce. Merci, maman, je t'adore. 

C'était donc avec une expression des plus confuse que je recevais ces accusations. Je n'avais jamais rencontré d'incarnat. Malgré tous mes voyages, aucun n'avait croisé la route. Les seules choses sur les Incarnats que je savais, c'était ce qui était dans les livres. Pour mon peuple, il était aussi Tabou que les Hérétiques. Je ne comprenais vraiment pas de quoi il voulait m'accuser.
 

« Sa majesté, voudrait-elle bien me pardonner,
Mais je n'ai rencontré aucun incarnat dans cette cité. 
Aussi, je demande à Sa Majesté.
De m'expliquer comment j'ai bien pu fauter ? »


Il continua à parler en disant qu'un tel comportement mériterait quelques châtiments.
Euh... Ce qu'il disait était vrai, on pourrait m'arrêter pour la destruction de tous ces bâtiments, mais j'avais alors demandé à participer aux reconstructions. En plus, Yggdrasil était suffisamment grand et spacieux pour héberger tous les nouveaux sans abri, même plus, si je l'avais fait aussi grand que je l'avais souhaité. Le souverain, était-il plus intransigeant que l'était Astoria ? Elle ne m'avait pas fait enfermer que je sache quand j'avais détruit la prison.
Il avait laissé sa phrase en suspens, ce qui suivit me soulagea un peu, car apparemment, il avait appris que je participais aux reconstructions et du pourquoi j'avais détruit tous ces beaux édifices.
Il approuvait même mon initiative. Enfin, ce n'était pas vraiment la mienne. Disons qu'Erion-sama m'avait tellement agacé sur les victimes de mes destructions que je m'étais senti obligé de le faire. J'allais le faire, mais mon maître avait juste accéléré le temps que j'allais mettre à prendre la décision.
Drake voulait m'en demander davantage.

Là, mes yeux trahissaient une certaine suspicion. Qu'allait-il me demander ? Il n'était pas du genre à être généreux. Il y aurait forcément une contrepartie et c'est cette contrepartie-là que je redoutais.

Il m'informa qu'il était au courant de mon intervention à Vodrel et de ! QUOI ! Il était au courant ? Je sentais la sensation d'angoisse montée. J'allais définitivement avoir la tête coupée ou je finirais peut-être sur le bûcher ?
Peut-être même m'avait-il fait convoqué exprès pour cette raison bien précise ? Pour une surprise, c'était une surprise. Le fait que j'ai manipulé les lycaons du clan Vinrod était une information que je n'avais pas confiée à n'importe qui. En fait, seuls Aldaril et Erion-sama le savaient.
Cependant, contre toute attente, il me félicita d'avoir sauvé de nombreuses vies.
Avais-je bien devant moi le même individu qu'il y a une semaine à peine, j'avais rencontré dans les geôles ?
Il continua en me complimentant, car d'après lui mon courage était inspirant. Mon courage. Je ne crois pas que mon courage avait beaucoup de place dans l'affaire Vodrel. Plutôt une question de vengeance et de devoir si je devais expliquer mon geste.
Il souhaitait donc mettre à disposition mon courage et mes compétences aux plus jeunes esprits. Erion-sama avait conclu la même chose, c'est pourquoi j'étais devenu professeur. Mais Drake voulait me faire.... Il voulait me faire Directeur de Maison !
C'était un incroyable prestige ! Directeur de Maison ! Moi, l'Hérétique, rejeter par la plupart des miens.
Pas n'importe quelle Maison en plus ! La Maison Méridius !
J'avais fait un test à la bibliothèque de l'Académie. Si j'avais été élève, j'aurais pu aller à Méridius. Enfin selon mon caractère actuel, car quand j'étais plus jeune, ma place aurait été plus à Talmar.
Erion-sama pourrait enfin prouver qu'il ne m'avait pas choisi en vain.

Alors que mes yeux pétillaient de gratitude, un doute s'insinua en moi. Pourquoi m'offrait-il un tel poste ?
Il est vrai que j'étais puissant et que j'avais certaines qualités, mais me donner une promotion comme cela était terriblement suspecte. Je lui étais reconnaissant, mais je ne pouvais m'empêcher de trouver cela louche.
Voyant sans doute mon silence, il me demanda ce que j'en pensais.

Je mis ma main droite sur mon cœur afin d'adopter une posture qui selon l'étiquette montrait que l'on parlait avec son cœur.



« J'espère que sa majesté me pardonnera. 
L'effronterie que je m'apprête à dire,
Mais outre mes qualités citées, 
Je pense que vous désirez quelque chose de moi.
Et c'est pourquoi vous m'offrez cette position si élevée.
À sa majesté de me pardonner ou me démentir.  »


Même si je n'avais pas été en contact longtemps avec lui, le nouveau souverain était quelqu'un de très complexe. Très calculateur et manipulateur. Je l'avais compris lors de notre entrevue.
Si j'avais raison, c'était aussi un moyen de lui dire que je ne tomberais pas dans le premier piège politique qu'il pourrait me faire.
Afin de faire comprendre ma neutralité, si l'on pouvait dire, je décidais de parler davantage.
Avec un regard presque de défi, je m'exprimais.


«  Qu'importe qui dans la forêt règnera
La nature suivra toujours les mêmes lois. »


Cela vous dire que je ne suivrais pas les dirigeants, mais seulement les lois.
Si le souverain, le régent ou le dirigeant ne suivaient pas les lois, je serais contre lui.

S'il voulait m'utiliser efficacement, il faudrait qu'il suive les lois sans me les faire transgresser. J'étais sûr qu'en fin tacticien qu'était Drake, cela serait chose aisée. Mais je ne comptais pas obéir à tous ces ordres comme son nouveau chien. 
Pauvre Corvus...

Ma phrase laissait aussi entendre que s'il se retrouvait à nouveau de l'autre côté de la loi, je n'hésiterais pas un seul instant à l'affronter à nouveau. Cela était également valable pour Alrost. Même si d'après le combat que j'avais vu, il me semblait très improbable que je puisse tenir contre lui.

Cependant afin de lui dire que je n'étais pas contre sa promotion, je lui fis également comprendre.


« Je serais cependant heureux d'accepter une telle responsabilité.
Afin de contribuer aux élèves selon votre volonté.»
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Seigneur de Targatt, Chef des Leckard - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Juin - 10:59
L'état d'esprit de Cernunnos était perceptible sans même que Drake ait besoin de pénétrer son esprit. L'appréhension qu'il ressentait en particulier. Un fait qui amusait Drake, du moins autant qu'on puisse l'amuser vu sa faible propension à la plaisanterie. Malgré cela, l'hybride s'était bel et bien présenté. Si le souverain avait d'abord pensé qu'il avait du préparer un plan pour passer à l'assaut et tenter de le tuer, la manière dont il s'était mis à observer la salle et notamment les sorties affaibli cette hypothèse.

Jusqu'à présent, Cernunnos avait montré une ardeur incroyable à défendre les intérêts de l'Etat. Se pouvait-il qu'il soit plus loyal à ce dernier qu'aux personnes qui l'incarnaient ? C'était sa chance. Mais avant de pouvoir valider ou invalider cette supposition, il devait encore lui expliquer la raison de sa présence et voir comment il réagissait devant les fautes dont il s'était rendu coupable.

Alors qu'il venait de lui exposer une parie de ses manquements, son "invité" reprit la parole, la lui coupant presque. Drake lui adressa un regard dur et le jaugea quelques instants. Comment diable aurait-il pu ne pas se rendre compte que Caelia était un incarnat... C'était inconcevable pour Drake qui mettait un point d'honneur à connaitre la nature des choses et des "personnes". Enfin soit, il devait être moins intelligent que prévu en fin de compte. Mais son air confus avait l'air sincère.

"Caelia était à mon service et était une incarnat. Votre...'cadeau' a déstabilisée sa structure et son métabolisme si bien qu'elle n'est aujourd'hui plus rien du tout."

Il avait pris soin d'employer le passé afin d'amplifier les conséquences qu'il donnerait à ses actes. Si c'était vrai qu'aux yeux de Drake, cette Caelia n'était plus rien suite à son utilité croissante et le développement de sentiments, une chose contre nature pour un incarnat, il ne l'avait pas tuée. Du moins pas au sens où on l'entend. Pas encore du moins. Le patriarche s'était contenté de l'enfermer pour l'étudier un peu mais n'ayant ni le temps ni l'envie de perdre du temps à trouver une cure, il avait préféré récolter son essence centenaires qu'il réinjecterait dans un nouvel incarnat sous peu. Ce procédé lui permettrait de construire un incarnat sans utiliser autant d'énergie que le demande normalement un tel sort. Caelia était redevenue une coquille sans vie, incapable de se mouvoir et exclusivement faite de son matériau de base. Une jolie sculpture. Rien de plus.

Toujours sans quitter des yeux Cernunnos dont il jaugeait avec minutie chaque micro réaction, l'archimage reprit sur un ton égal.

"Je peux toujours vous rendre son corps si vous souhaitez lui rendre les derniers hommages mais il ne subsiste rien de son essence."

Donc rien pour la ramener. Le souverain se moquait éperdument que l'elfe puisse interpréter ce dernier fait comme étant une conséquence de son 'cadeau'. Tout comme Drake se moquait d'enterrer Caelia ou la pleurer.
Drake ne le ferait pas. Il n'avait aucune compassion pour une poupée brisée. Son seul intérêt avait été le service qu'elle lui rendait, à lui comme aux membres de sa lignée. Dépourvue de cette capacité à obéir aveuglément, elle n'était plus... utile et son existence n'était donc pas souhaitable non plus.

Le vieil homme avait finalement continué sur le sujet initial, continuant à détailler les actes de Cernunnos que Drake aurait pu vouloir châtier sévèrement. Toutefois, ce n'était pas là son but premier. La vision de Drake était nettement plus sophistiquée que rendre coup pour coup. D'autant plus quand il avait l'impression que ce n'était pas dirigé contre lui personnellement mais davantage contre ce qu'il incarnait avant de prendre le pouvoir.

Finalement, il en vint rapidement à la vraie raison de sa convocation : une promotion. Si la suspicion avait animée le regard de l'elfe, c'est la surprise qui la remplaça le seconde après l'énoncé. Finalement ses yeux brillèrent de... était-ce de la reconnaissance ? Ou juste de la joie ? Peu importait. L'essentiel était qu'il avait visé juste apparemment. Restait à savoir si il accepterait.
Cernunnos posa la main sur son cœur et prit la parole. Si il y avait bien une posture que Drake n'avait jamais prise sérieusement c'était celle-ci. Mais bon, venant d'en elfe ça ne l'étonnait que peu. Raison pour laquelle il l'écouta. Il était normal et même rassurant de constater que son 'invité' était assez réfléchi pour comprendre qu'il y avait autre chose dessous. Drake ne s'en cachait pas. Il esquissa même un fin sourire à peine perceptible à l'interrogation qu'il osait lui poser ouvertement. Avant que Drake ne lui réponde, Cernunnos ajouta une petite allégorie qui confirma l'hypothèse du vieil homme avait pensé à propos du fonctionnement de sa psyché. Il comprenait parfaitement l'implication d'une telle opinion.

Le souverain lui adressa un signe de tête, ses yeux ocres perçants ceux de son invité, signe qu'il avait saisi et surtout qu'il relevait avec délisse le défi de se maintenir en place. Il n'avait pas pris le pouvoir pour le perdre quelques mois plus tard. Et il était déterminé à réaliser sa vision pour la nouvelle Targatt. Il avait beau être effectivement un despote, il était loin d'être stupide et avait eu des années devant lui pour construire ses schémas et préciser ses pensées comme en étudier tous les cas de figure, qu'il avait évidemment adapté au fur et à mesure aux actualités comme l'arrivée des démons. Un élément perturbateur sur lequel il avait joué à merveilles à la fois pour renforcer son pouvoir, pour accélérer sa prise de contrôle que pour déstabiliser le pouvoir de la Régence et accentuer la grogne contre cette dernière. Du pain béni dont il n'avait plus besoin aujourd'hui, raison pour laquelle il les chassait à son tour.

Seuls les éléments utiles ou nécessaires auraient son attention. Pour le moment, Cernunnos pouvait s'avérer utile et à bien des niveaux.

"Vous avez raison, je nourris bien plusieurs buts."

Il marqua une courte pause. Toujours sur un ton dénué de la moindre émotion, quoi que cordial, il reprit.

"Votre promotion me permet à la fois de montrer à votre peuple que je ne nourris nulle haine à leur encontre et que je souhaite apaiser les choses et ramener la paix tout en permettant à nos élèves, à notre futur, de grandir dans la lumière de la raison et de la loyauté envers l'ordre établi."

Il pesait chaque mot et avait pris soin de ne pas se mentionner à la place de "l'ordre établi". Il était conscient de ne pas être éternel et parlait en terme générique. Toujours sans quitter Cernunnos des yeux, il se lissa la barbe.

"Il est primordial qu'ils grandissent en ayant des exemples à suivre tout à la fois forts et raisonnables, et emprunts de la sage connaissance. Ils doivent également comprendre que seuls les vainqueurs font l'histoire."

Drake croisa finalement les mains devant lui, les posant calmement devant lui. Il était évident à son discours qu'il valorisait la connaissance, l'étude et évidemment, le pouvoir mis à sa disposition. Cernunnos l'aiderait à orienter les jeunes esprits vers l'obéissance formelle tout en cultivant leur puissance personnelle. C'était ainsi que l'on tirerait tout un monde vers le haut.
Et cela passait par des lois dures mais justes. Cela passait par le sacrifice des générations qui avaient eu la bêtise de croire les boniments des paladins et Astoria à leur tête. Le monde n'était pas fait de sucre et de réconfort. Il est dur et seuls ceux qui en avaient conscience et se hissait malgré tout au-dessus du lot feraient quelque chose d'utile de leur vie.

Et quoi que ce soit plus diffus, Drake, pour avait côtoyé le démon Cain avait noté quelques incohérences dans le discours qu'il lui avait tenu. Ces êtres avaient pris le contrôle de plusieurs petites cités, ce n'était pas par amour du jeu. Ou pas seulement du moins. Car ça nécessitait une certaine cohérence, une coordination à plus grosse échelle, une chose que les démons détestaient et en étaient presque incapables. Or, si il y étaient parvenus et avaient tenté d'investir une cité aussi puissante que Targatt, c'était bel et bien car un plan était en marche de leur côté aussi. Drake ignorait lequel précisément mais il était hors de question de laisser la cité sans défenses. C'était une raison supplémentaire pour laquelle il mettait un point d'honneur à ouvrir l'académie de Targatt y compris aux gens de basses extractions qui avaient les aptitudes magiques requises et sans qu'ils aient à payer l'ensemble des droits d'entrée. Drake avait fait en sorte d'indexer les droits d'entrée sur un pourcentage des revenus de la famille de sorte que chacun paye selon ses moyens. Une véritable égalité en somme.
Quoi qu'il en soit, lorsque le plan des démons se mettrait en place, ils seraient bien contents de trouver davantage de personnes formées aux arts profanes et ayant un minimum d'aptitudes au combat.

Cernunnos avait finalement accepté sa proposition.

"Très bien."

Il tendit la main sur le côté et un parchemin scellé du "L" des Leckard y apparut. Dans la foulée, une ombre prit une forme partiellement humaine le temps de s'emparer de l'ordre et disparut.

"L'académie sera prévenue d'ici quelques instants. Vous le savez sans doute mais ce poste vous demandera davantage d'investissement. Vous serez responsables de la disciplines des élèves de l'académie, en son sein bien évidemment, mais également au-dehors. Tant qu'ils sont vos élèves, et avant leur diplôme de fin d'études, il sont de votre responsabilité. Après tout, les parents les confient à l'académie pour une bonne raison. Nous prenons le relai pour les éduquer. En temps normal, vous n'auriez eu qu'à vous occuper des élèves relevant de votre propre maison mais compte tenu du manque de personnel, il vous incombe de tous les prendre sous votre aile."

Drake l'aurait volontiers fait lui-même mais il n'avait pas que cela à faire et sa simple présence suffisait à les affoler et les couper de tous leurs moyens. Il marqua une pause et tendit la main vers Cernunnos pour l'inviter à s'exprimer sur ce qui venait d'être dit.

"Des questions ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Juin - 3:39
J'avais été extrêmement confus que l'on m'accuse de quelque chose dont j'ignorais la provenance. Face à cette vérité, je n'avais pas pu m'empêcher de demander à sa Majesté. Il est vrai que je lui avais pratiquement coupé la parole, ce qui en soi peut être grave, mais la Justice n'en est pas une si l'on ne sait pas de quoi on est coupable.

Je fus choqué, oui, choquer d'entendre que Caelia était en fait une Incarnat. Comme je n'en avais jamais rencontré, il faut dire que je n'avais pas pu l'identifier comme telle. Moi qui pensait qu'elle était atteinte d'une maladie très rare. Ainsi, Drake m'apprit que mon « Traitement » contre la maladie avait déstabilisé la structure et son métabolisme au point où elle n'était plus rien du tout.

Quoi ?!

Je lui avais fait ce don pour qu'elle puisse guérir, mais finalement cela lui avait été plus néfaste qu'autre chose.
Attends ! Pourquoi Drake a-t-il dit qu'elle était à son service ? Pourquoi employer le passé ? Même si mon don a été néfaste à Caelia, il ne peut absolument pas l'avoir tué. Si ?
Ma peine, d'avoir peut-être infligé un malheur à l'ange de mon cœur se transforma en un ressentiment par rapport à l'ancien prisonnier. Alors que mon regard le tuait d'une dizaine de manières différentes, le nouveau seigneur reprit pour me proposer de me donner le corps de la femme pour laquelle je suis tombé sous le charme afin de lui rendre les derniers hommages.
À travers ses mots, je pouvais sentir une vague de mépris. Peu m'importait son mépris puisqu'il me rendait celle qui a fait battre mon cœur à nouveau. Cela me suffisait. Malgré son mépris, faire cette proposition était ce qui était le plus « humain ».

J'inclinais ma tête afin de montrer ma gratitude. 

« Je tiens à remercier mon nouveau suzerain.
Pour se montrer si miséricordieux et humain. »


S'il me laissait le corps de Caelia, peut-être que je pourrais la sauver qui sais ?

Nous passâmes alors à la véritable raison de ma convocation. Drake voulait faire de moi le Directeur de la Maison Mérédius. C'était un grand honneur.
Cependant, je n'étais pas dupe. Bien que cela soit prestigieux d'occuper ce poste, je doute que le seigneur Drake le fasse pour mes beaux yeux.
Le fait que je m'en rende compte fit sourire mon interlocuteur. Mon allégorie ne passa pas inaperçu non plus. Je lui lançais un défi à travers le regard pour le prouver que s'il allait contre la loi ne serait-ce qu'une seule seconde en ma présence, je l'attaquerais aussi violemment que je l'avais fait alors qu'il était en prison.
En réponse au défi lancé muettement, il me fixa de ses yeux ocre et fit un signe de tête pour dire qu'il avait compris.
Le despote me révéla alors ses buts. Il comptait sur mon intronisation au poste de Directeur de Maison afin de montrer au Elfes qu'il n'avait pas d'animosité, ni de haine à leur égard pour apaiser les choses et ramener la paix. De plus, il continua en me complimentant sur le fait que je pouvais éclairer les élèves vers la raison, la loyauté envers l'ordre établi.
Ses mots ne tombèrent pas dans l'oreille d'un sourd. Il voulait que je conditionne mes élèves afin qu'ils suivent son régime, qu'ils deviennent ses pantins. Je ne pense pas que cela se fera comme cela. J'enseigne à mes élèves à contrôler leur pouvoir et qu'ils ne soient pas contrôlés par eux. Alors, je ne pense pas qu'il était judicieux de les faire suivre un régime qu'ils n'aiment pas. S'il voulait être maître, il fallait qu'ils deviennent plus fort. Seul le fort écrit l'histoire et impose sa Justice.
Il continua les éloges en disant que j'étais un exemple à la fois fort et raisonnable ainsi qu'empli de connaissances. Si Aldaril écoutait ses arguments, il serait littéralement en train de rire. Je n'ai jamais vu Aldaril rire, c'était dire à quel point cela pouvait me ressembler.

Fort ? Oui, on pouvait concéder que j'étais fort. Mais j'étais plus faible que des monstres comme Cain, Alrost ou même le seigneur Drake en face de moi.
Raisonnable ? Oui, c'était vrai à présent. Mais à l'époque, cet adjectif ne me convenait pas du tout. Il ne me convenait toujours pas dans les situations critiques ; comme par exemple, si des vampires attaquent un clan ou un village, ou si ma fille est prise pour cible.
Savant ? Oui, grâce au Père Druide, j'ai pu m'instruire. Je me suis intéressé aux autres, aux manières d'employer mes pouvoirs ainsi que d'innombrables choses.

J'étais tout à fait d'accord avec sa dernière phrase. Seuls les vainqueurs font l'histoire. C'était une vérité immuable.

Je répondis favorablement à l'invitation du poste à promouvoir.
Drake fit apparaître un parchemin et m'expliqua le contenu de cet ordre. Il m'informa que l'académie sera prévenue dans quelques instants, que ce poste de directeur m'obligerait à d'avantage d'investissement. Le point important était qu'au lieu de m'occuper uniquement des élèves de Mérédius, j'allais devoir également veiller à tous les élèves à l'intérieur de l'école, mais aussi à l'extérieur des murs.
Quoi !
Le manque de personnel aidant ma situation, je me retrouvait avec tous les élèves à surveiller. Il devait bien avoir plusieurs centaines d'élèves dans l'Académie. 
J'allais devoir mettre les bouchées doubles si je voulais réaliser l'impossible. En plus avec la directrice absente, on pouvait dire que j'étais devenu l'autorité hiérarchique la plus haute de l'Académie.
Pourquoi en ce moment, j'ai l'impression de pleurer des larmes de sang à l'intérieur de moi ?
Moi qui déteste la paperasse.
Après cette déclaration, Drake me demanda si j'avais des questions.


« Effectivement, j'en ai plusieurs.
Je suis honoré d'être un des Directeurs.
Cependant comme vous l'avez souligné
Nous manquons affreusement d'employés
La Directrice et plusieurs professeurs
Sont porté disparus à cette heure.
Puis-je utiliser toute autorité ?
Afin d'assurer aux élèves la meilleure sécurité. »


Vu que la directrice était introuvable, le commandement de l'Académie relevait donc de la Régence ou du plus haut employé hiérarchique, c'est-à-dire moi, avec le Seigneur en vigueur.

Cependant, il y avait un autre sujet qui me trottait dans la tête et cette fois Drake était directement lié à l'un d'eux.


« J'aurais également une autre question.
Vous rappelez vous ce que je vous ai dit en prison ?
L'ouverture de portails permettant aux démons d'entrer
Plus le fait qu'un archange ait été invoqué
Quelles mesures comptez-vous prendre ?
Contre une Guerre Sainte approchante
Afin que Targatt ne devienne pas cendres
Et que le plus de vies soient survivantes. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Seigneur de Targatt, Chef des Leckard - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Juin - 14:15
Drake ne s' était que peu formalisé de l'attitude de Cernunnos, notamment en ce qui concernait Caelia. Toutefois il avait du mal à croire qu'il ait pu s’épandre d'un outil, d'un golem. Certes elle était jolie, une sorte de poupée, mais pour le souverain c'était son utilité qui était valorisante et sans elle, peu importait qu'elle ait un joli minois. Quoi qu'il en soit, si Cernunnos avait l'habitude de tomber facilement sous le charme des jeunes femmes, peut-être devrait-il lui proposer quelqu'un en remplacement ? Non qu'il ne se préoccupe de réparer son pauvre petit cœur, mais ça aurait été une manière de plus pour l'avoir à l’œil et le contrôler dans une certaine mesure. Toutefois, la perspective de vicier leur sang avec celui d'un hybride lui faisait trop horreur pour qu'il ose demander un tel sacrifice à l'une ou l'autre de ses descendantes. Hors de question.

Quoi qu'il en soit, il avait malgré tout proposé à l'elfe de récupérer le corps de sa dulcinée. Un vulgaire morceau de métal. Quel était l'intérêt au juste ? Il n'avait jamais compris le culte que l'on vouait à la mort et aux morts. Ils n'étaient plus et ne devaient donc plus avoir la moindre emprise. Pourtant, il avait vu tant de gens se détruire ou du moins mal supporter la "séparation" qu'il avait tout naturellement utilisé ce type de faille à de très nombreuses reprises.
Drake avait fou de rage de constater que sa servante n'avait pas daigné l'informer d'une part de ce qu'il s'était passé entre eux. Et d'autre part qu'elle ait pu potentiellement se compromettre, elle et tous les secrets qu'elle avait alors à propos de leur lignée, sans mettre elle-même fin à ses jours par "honneur" et "raison". Après tout, n'avait-elle pas été conçue pour servir et protéger ? Qu'elle ne le fasse pas, ou en tout cas moins bien l'avait condamnée. Sans parler du fait que sa structure était bel et bien altérée.

L'homme n'avait eu aucun mal à s'en débarrasser, comme on se débarrasse d'un outil cassé. Mais Cernunnos ne pensait pas ainsi et visiblement il attribuait de véritables sentiments aux incarnats. Une erreur classique.
A en juger par la manière meurtrière dont il le fixait, il devait être des plus émotifs. Quel dommage, c'était une faille de plus dans son écorce. Mais Drake saurait utiliser ce défaut en cas de besoin.
Finalement il le remercia de son geste en insistant sur le fait que ça renvoyait de lui une image "miséricordieuse et humaine". Un fin sourire fleurit sur les lèvres fines et en parti dissimulées par sa barbe.
Il ne renchérit pas malgré l'envie. Il allait de soi que Drake mettait un point d'honneur à ne pas être "humain". Les humains étaient des êtres faibles et corruptibles par nature et c'était bien là tout ce qu'il ne voulait pas être. Si une telle image pouvait hypothétiquement aider son pouvoir à s'asseoir, ça ne lui était pas bénéfique de l'être réellement sur le long terme. Et quoi qu'il en soit, Cernunnos était apparemment assez alerte pour avoir compris qu'il s'était forcé à l'être sur le coup. Peu lui importait.

Finalement, le souverain embraya sur la vraie raison de la venue de l'elfe en ce haut lieu du pouvoir : sa nomination à la direction de la maison Méridius et de manière plus insidieuse, à la tête de l'école, dans une certaine mesure évidemment.

Cernunnos accepta mais non sans d'abord lui demander quel était le but d'une telle manœuvre. Pour l'achimage la réponse coulait de source. Tant d'ailleurs qu'il se plut à lui révéler la vérité. Il n'avait pas d'intérêt à lui mentir, sur ce point du moins. Finalement, Drake lui expliqua les raisons de ce choix et acheva en demandant à l'intéressé si il avait des questions. C'était le cas. Ne pouvait-il pas simplement obéir comme tout le monde ? S'armant de patience car après tout, le vieil homme n'était pas connu pour être loquace, il écouta les questions et déductions de l'hybride sans rien laisser paraitre.

"Il va de soi que vous aurez l'autorité la plus haute de l'établissement, ainsi, la plupart des mécanismes de protections et de défenses vous sont acquis d'office."

Par la "plupart" il entendait la très grosse majorité. Mais puisque Lisana avant abandonné les lieux sans transmettre sa fonction par contrat magique, une partie des secrets de l'académie s'étaient perdus, notamment sur quelques artéfacts qu'elle abritait, ou la manière de sceller l'académie pour se dissocier totalement du trône, qui n'était plus faisable et laissait ainsi à Drake l'opportunité d'y agir à sa guise à partir du moment où il y mettrait les pieds simplement de par son statut de maître de Targatt. Mais seule Astoria connaissait les attributs magiques du trône, et maintenant Drake également. Et il comptait bien en profiter. C'était d'ailleurs notamment pour ces raisons et l'empêcher d'y accéder que l'ex-régente avait tant voulu combattre. Peut-être aurait-elle du en faire part à son état-major, ça leur aurait évité de commettre de si graves erreurs... Comme leur abandon du palais par exemple. Mais c'était une autre histoire.

Cernunnos ayant une seconde question, il lui demanda si il se souvenait des propos qu'il lui avait tenu lors de leur première rencontre, dans les geôles. Drake acquiesça, ses yeux ocres étincelants dans une expression indéfinissable.
Donc il voulait parler politique intérieure et extérieure ? Soit.

"Comme je l'ai dit lors de mon intronisation, tout est mis en place pour repérer plus rapidement et traquer efficacement chaque démon errant encore dans nos rues. Il va de soi que ces mêmes mesures sont également efficaces dans la prévention de telles ouvertures de portail."

Il ne comptait pas refaire l'historique de toutes ces mesures. Déjà car il n'aimait pas se répéter, ensuite car il ne faisait nullement confiance à Cernunnos pour lui permettre de partager ses plans réels avec lui. Toutefois sa demande était presque légitime. C'était en tout cas une inquiétude que partageaient la plupart des citoyens de cette grande cité.

"Le but est évidemment de vaincre les démons qui foulent notre sol. Nous ne voulons pas d'un deuxième Cain et j'ai pu expérimenter que les alliances qu'ils proposaient étaient à sens unique et donc inévitablement vouées à l'échec. Ainsi il n'y a aucune raison de les laisser en vie."

Après tout, si il avait protégé le palais contre l'irruption des extraplanaires ce n'était pas seulement contre Alrost mais bel et bien aussi contre Cain qui, possédé, était hors de son contrôle et qui voulait le tuer après le coup d'état, soit dit en passant. Drake avait alors déjà fomenter un plan pour supprimer le démon dans son petit fils mais malheureusement un archange s'en était chargé à sa place, l'empêchant par là même de récupérer le corps de son "enfant".
Un fait des plus agaçants.

Et puisqu'on pouvait lui reprocher son alliance avec des êtres démoniaques, autant montrer que ce temps était révolu.

"Il faut que vous soyez conscients que notre cité est celle de la région qui s'en sort le mieux. Fort heureusement, les autres cités-états de puissance similaires tiennent le coup elles aussi, mais les démons ont envahis et pris les rênes des deux cités, certes plus modestes, les plus proches de nous... Rationnellement parlant, il faut supposé que ce n'est que la partie visible de leur manœuvre. Détruire les démons de notre cité est primordial, mais ce n'est que le premier acte. Si nous voulons éviter une guerre céleste de se produire il nous appartient d'aider nos anciens alliés à récupérer la gouvernance de leurs cités respectives."

Ca sous-entendait partir en guerre contre les autres cités avec des démons embastionnés. Dans l'esprit de Drake évidemment, c'était tout à la fois parce qu'ils étaient les seuls à pouvoir agir pour libérer un peuple que par plaisir de laisser voir aux anges qu'ils étaient assez "grands" pour s’occuper eux-mêmes d'êtres extraplanaires, tels que les célestes l'étaient eux-mêmes. Ca servirait d'avertissement pour tous. Et fait tout aussi important, ça étendrait l'influence de Targatt qui ferait de ces deux cités des protectorats.

Le vieil homme passa la main sur sa barbe tout en considérant longuement Cernunnos, l'évaluant, le jaugeant plus intensément que précédemment.

"Je ne dis pas que ce sera facile ni sans risques mais que c'est nécessaire à échelle globale. La dernière guerre céleste n'a pas détruite que Kelsha mais également une partie de Targatt qui n'était alors qu'une académie. Mais sur l'ensemble de notre monde c'est la plupart des cités les plus peuplées, qu'il s'agisse de cité humaines dénuées de magie et donc de capacité de défense, comme des cités-mages d'antan qui ont été rasées. Ce fut aussi le cas si je ne m'abuse de la cité elfique de Livenör."

Il n'avait cessé de fixer l'hybride et tendit qu'il parlait, avait déployé ses compétences en magie spirituelle afin d'effleurer l'esprit de l'elfe, s'y introduisant avec minutie, mesure et en progressant avec précaution de sorte à ne pas être détectée. Aucune manipulation dans ce fait, juste une prise éventuelle d'informations disons, complémentaire, et seule une maitrise quasi similaire à celle de Drake pourrait remarquer une intrusion aussi fine qu'élégante. La manipulation viendrait plus tard sans aucune doute.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Juil - 14:34
Une fois le sujet de Caelia terminé ainsi que la nomination au poste de Directeur de maison, j'enchaînais sur la politique intérieure et extérieure.

Comme Drake m'avait promu Directeur de maison, j'étais donc au sein de l'Académie la personne la plus haut gradé hiérarchiquement. Ce qui sous-entendait que j'étais un peu le Directeur intérimaire. Je bénéficiais cependant seulement des privilèges des Directeurs de maisons.

Je venais d'avoir l'aval de Drake pour faire bon me semblait pour la protection des étudiants. Une exquise de plan se formait dans ma tête.
J'avais besoin de puissance magique pour cela. D'énormément de puissance magique. Avec la totalité du personnel académique, cela devrait être possible. Même si j'étais Directeur de Maison et avais la plus haute fonction de l'école, je ne pouvais pas obliger les autres de participer à mon idée. Je connaissais l'extrême puissance de notre nouveau seigneur. S'il participait également, les chances de réussite seraient énormément augmentées. De plus, étant ignorant dans la magie spirituelle, je pense que notre nouveau seigneur sera plus à même de réaliser ce dont j'espérais.
Il fallait que je me renseigne sur les nouveaux privilèges que j'avais acquis. Je ne devais pas avoir toutes les applications qu'obtient le directeur, mais à mon niveau je devrais avoir deux ou trois possibilités supplémentaires.


« J'aimerais demander à sa suzeraineté de m'aider.
Dans mon projet afin d'aider
Tous les étudiants de la cité
En faisant un décret
Obligeant le personnel académique de participer
J'aimerais également votre participation demandé.
Du fait de votre puissance inégalée. »


Oui, je lui cirais les pompes. Y-a-t-il du mal à faire ça si c'est pour protéger mes adorables élèves ?

Après avoir demandé cette requête, je lui expliquais le contenu. À savoir, tous les élèves ont un lien avec l'Académie. Avec une puissance faramineuse, il allait être possible de repérer les élèves grâce à un sortilège de traque ainsi que les protéger en fournissant un sortilège de bouclier en cas d'attaque surprise. Cela diminuerait les conflits internes à l'établissement et si jamais l'Académie se verrait attaquer, de faire bénéficier des élèves un minimum de protection.
Le plan voulait que la protection des élèves. En cas d'attaque sur l'un des étudiants, le bouclier enverrait un signal pour dire que cet élève était attaqué. Cela assurerait une protection suffisante contre ce qui allait devenir le Futur de Targatt.

Ensuite, je demandais s'il se souvenait de ce que je lui avais dit en prison et s'il avait fait les mesures qu'il fallait pour éviter une guerre céleste. Drake me répondit que dès son intronisation tout avait été mise en place pour traquer les démons. Juste les démons ? Certes, il en restait dans nos rues. Mais ne craignait-il pas l'intervention des anges ? 

Le nouveau Roi continua en disant que Targatt n'était pas la seule cible des démons. Les deux citées-états, mais contrairement à notre ville sont envahis par les démons. Ainsi, les motivations de Drake étaient d'aider les villes voisines. J'avais du mal à le croire qu'il puisse être d'une telle bonté. Il veut sans doute quelque chose en retour. Il avait pactisé avec les démons pour mieux les détruire. Quitte à vendre son propre petit-fils. Certains diraient que c'était à la limite de la Sainteté. Sacrifier son enfant pour une plus noble cause. Mais je le savais différent de l'avis que l'on disait de lui. J'avais aussi obtenu un témoignage confirmant qu'il ne semblait pas si blanc que neige que cela.


Drake me fixait longuement. Il était dur de tenir en joug des yeux révélant d'une telle force de caractère, mais je m'y employais le mieux du monde.
Il m'expliqua que la dernière guerre n'avait pas détruit que Kelsha, mais aussi une partie de Targatt. Beaucoup de cités humaines avaient été détruites par la guerre céleste, mais pas seulement. D'autres citées-mages qui étaient encore plus impressionnantes que Targatt avaient été rasées de la surface de la Terre. Réduites en cendres. Comme Livenor.

Le nom de Livenor me fit penser à la fiancée que j'avais jadis aimée avant qu'elle ne se suicide parce que ces parents avaient interdit que nous nous voyions. Le talisman que je portais toujours autour du cou était un souvenir d'elle. Les ancêtres d'Hélidiore venaient de là-bas. Ce bracelet venait de ses ancêtres. Un héritage familial qu'elle m'avait légué avant notre « séparation ». Un objet magique qui transformait l'énergie solaire en magie, blanche généralement. J'y stockais une partie de ma propre énergie blanche que j'avais accumulée au fil de mes voyages. Quand je retournerais voir le père d'Hélidore, je voudrais lui redonner et lui prouver ce qu'en cent ans, j'ai pu penser à sa fille.

Brusquement, un carreau se brisa. Cet événement provoqua un ramdam général. On attaquait la salle du trône !
Oui, un faucon avec des ailes de métal avait réussi à traverser le carreau et les protections du château. Pourquoi ? Comment ?
Je peux expliquer le comment, ce faucon s'était introduit dans la salle du trône sans subir d'effets des protections. Le lien qui m'unissait à lui rendait cela possible. Si j'étais invité dans un endroit comme c'était le cas en ce moment, mon familier pourrait m'y rejoindre à n'importe quel moment sans subir d'effets néfastes. Horus allait attaquer Drake. D'un ordre, je le rappelais à moi. Il continuait de piailler sur Drake. Je le regardais d'un air mauvais. Si mon familier était venu ici allant jusqu'à casser un carreau de la salle royale et à se mettre à piailler contre le Roi. C'était que ce dernier avait tenté quelque chose contre moi sans que je le sache.


« Avant, plus loin, de continuer
J'aimerais savoir ce que vous tentez.
De faire sur moi
Sans que je ne le remarque pas ? »


J'étais faible en magie spirituelle, c'est vrai. C'est un fait. Une faiblesse béante pour le seigneur. Seulement, comme j'avais des liens psychiques avec un autre être. Cette entité, elle, pouvait sentir la moindre chose qui arrivait à mon esprit. Il n'y avait rien de mieux que les animaux pour sentir un danger. L'instinct animal. J'ordonnais à Horus de se taire pour le moment.

Il était question de politique et de protection.



« J'aimerais vous suggérer.
Pour la ville d'ériger un bouclier
Contre les démons ET les anges entiers
Repoussant ainsi les éventuels possédés
Comme vous avez repoussé
L'ex-capitaine Alrost, diable à moitié. »


Peu de gens étaient au courant de ce fait. Je l'étais parce que le volatile ici présent avait rencontré le semi-diable et l'avait guidé vers Vodrel où il avait affronté le démon.
J'avais fait taire Horus pour une autre raison, beaucoup plus compliqué que prévu. Drake était en partie ou en totalité liée à la tentative presque aboutie de l'anéantissement des De Reyem.


« J'aimerai également si vous voulez répondre.
À quelques rumeurs supplémentaires...
Veuillez s'il vous plaît à ne pas me confondre.
Par une sanction militaire
J'ai eu ouïe dire une certaine... Implication
De votre souveraine personne 
À propos d'un génocide qui sonne
Des De Reyem comme simple diversion.. »


Aïe ! Je misais gros là-dessus. J'accusais PRESQUE le nouveau roi d'un génocide sur les De Reyem et qu'il ne les avait utilisés que comme diversion, le temps pour lui de s'emparer du trône et du palais.
Ce n'était qu'une hypothèse, mais si l'information était correcte, cela allait mettre en défaveur le nouveau régime de sa Majesté.
L'attaque vampire avait été conclus comme Hedryan en coupable avec le démon Cain en complice et tête pensante. Personne n'avait fait de lien entre l'attaque de Vodrel et la prise du palais. Personne, sauf moi et peut-être Alrost.
C'était également pour cela que j'avais envoyé les lycaons au palais. Même si je savais que je les obligeais peut-être à mourir pour cela.

J'entendis à côté de Drake quelqu'un qui criait.


« Blasphème ! »

à cette situation tendue, j'actionnais mon Yin-Yang au-dessus de moi, m'attendant à contrer toutes attaques. Les cinq sphères de couleur entourant le symbole d'harmonie oriental. Mon corps s'était changé en écorce, seul mon visage, en dehors de mes oreilles, n'avait pas changé. 
Si on m'attaquait, j'étais prêt à faire tout mon possible pour emporter autant de personnes avec moi. Horus partit selon mes ordres. Si je devais mourir, il préviendrait au moins les elfes de la complicité de Drake.
Cette information valait au moins ma vie.

J'étais résolu à découvrir la vérité. Pour la Justice.

Si jamais, Drake me répondait sans que son service m'attaque, je resterais alerte tout en l'écoutant.
Je n'attaquerais certainement pas en premier ! Mais je ne me laisserais pas attaquer sans rien faire !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Seigneur de Targatt, Chef des Leckard - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Juil - 17:32
On ne pouvait pas nier que Cernnunos prenait très à cœur son nouveau poste. Tant d'ailleurs qu'il proposait déjà une... coopération. Il avait beau faire des ronds de jambes au Roi, ce dernier n'était que peu intéressé par lui apporter son aide. Il était sur et certain que sa participation, quelle qu'en soit la raison, serait appréciée mais il était peu enclin à faire montre trop régulièrement de sa puissance ou à l'utiliser pour d'autres causes nettement moins urgentes ou nécessaires.

Toutefois, selon ce que l'elfe souhaitait faire, ou obtenir, mieux vaudrait peut-être y mettre son grain de sel. Aussi, et n'en ayant aucune idée Drake laissa passer quelques secondes avant de répondre, toujours d'un ton relativement neutre, voir froid. Ce n'était en rien de l'animosité, simplement de manière d'être.

"Et pour quel usage exactement souhaitez-vous mon concours ?"

Sa répondre définitive dépendrait de celle de l'hybride. Ce dernier entreprit de lui exposer son "plan". Un uniforme lié à l'école, aux élèves et intégrant des magies de défense et de localisation. Avisé, mais peu utile, hormis à l'intérieur de l'enceinte de l'école. Drake secoua la tête lentement.

"Votre idée m'est sympathique, toutefois je n'utiliserai pas mes ressources personnelles, et donc mes pouvoirs pour vous y aider. Je consens à encourager les autres professeurs à coopérer. Nul doute que vous y parviendrez, en tout cas pour les sortilèges à y apposer. Pour la confection d'autant d'uniformes, je vous invite à vous tourner vers les artisans de Targatt et à utiliser une partie du budget, certes restreint, que vous est alloué pour que vous puissiez notamment régler seul ce type de questions."

Il n'était ni tailleur ni marchand de charmes. Et ne comptait pas le devenir. De plus, il se moquait bien de plaire à tout le monde. D'autant plus à Cernunnos qui avait tout de même cherché à la tuer au moins une fois. De même, les élèves étaient libres de retirer leurs uniformes quand ils sortaient de l'enceinte, ça réduirait l'efficacité d'une telle mesure, une autre raison pour laquelle Drake ne comptait pas y mettre davantage du sien. Déjà il autorisait tout cela, c'était sans doute déjà bien.

La conversation dériva sur une des paroles que l'elfe lui avait tenue une fois à propos d'une guerre céleste. Visiblement il s'en inquiétait grandement. L'archimage se permit un sourire pourtant peu rassurant.

"Ne vous en faites pas pour les anges. Ils ne viendront pas sans provocation des démons. Et si ce devait être le cas, des mesures ont été prises."


Pour celles-ci en revanche il resterait vague et n'en révélerait pas davantage. Dans l'imaginaire collectif, les anges étaient bons et bienfaisants, incapables de génocides. Et ça risquait de ne pas plaire, y compris aux religieux. Or ce n'était pas le moment idéal pour se les mettre à dos.

Cernunnos ne fit d'ailleurs pas le moindre commentaire lorsque Drake mentionna d'aller libérer les autres cités. Il ne devait pourtant pas être dupe. Le Roi ne faisait jamais rien sans quelque chose à pouvoir retirer. Pour son compte personnel pour la cité. C'était son crédo et jusqu'à présent il s'y était tenu et ne comptait pas changer. Il faut dire que cette manière de fonctionner et d'agir était payante.

Tendit que Drake pénétrait l'esprit de l'elfe et l'arpentait doucement, un oiseau s'engouffra dans la salle en brisant les carreaux, effrayant une partie de la "cours" présente. Drake réprima un soupire. L'oiseau n'émettait que faiblement de la magie, il s'agissait visiblement d'un familier. Ce qui voulait dire qu'il recelait tout de même certains pouvoirs. Sans chercher à en savoir davantage, il releva de quelques centimètres son avant-bras de l’accoudoir sur lequel il reposait et tourna son poignet. Simultanément, c'est la tête de l'oiseau qui pivota subitement jusqu'à émettre un craquement sonore, l'animal se raidit une seconde en retombant au sol, mort.

Cernunnos avait reprit la parole. Bien, il confirmait qu'il s'agissait de son oiseau. Loin de se préoccuper des états-d'âme du tut nouveau directeur de maison, le Leckard le toisa d'un regard intense mais glacial.

"J'arpentais librement votre esprit. Je compte y apporter quelques améliorations."

Finalement, Cernunnos lui conseilla de mettre en place un bouclier. L'archimage commençait à perdre patience.

"Croyez-vous sincèrement que je n'y ai pas songé ? Je n'ai pas pris le trône sans être un tant soit peu réfléchi et cohérent."

Le ton était sévère comme on réprimerait un enfant qui a dit une énormité.

"Un bouclier de cette ampleur et tenu sur un terme si long nécessiterait d'une une puissance magique que Targatt ne possède pas. Deuxièmement, ça exclurait sans doute l'ex-capitaine mais également d'autres hybrides qui eux, n'ont rien à se reprocher. C'est le cas je crois aussi de certains de vos élèves, notamment celui d'une certaine Jeliel je crois. Cette cité est et restera cosmopolite."

Il l'avait déjà rencontrée. Mais n'était pas la seule de cette cité dans ce cas. Son regard dur s'était fait plus mauvais. Drake n'était pas homme à parler pour ne rien dire et encore moins pour se justifier. Et à fortiori devant lui. Finalement, il s'était mis à parler de "rumeurs". Quelqu'un semblait avoir un peu trop parlé. Une sanction militaire ? Il n'y en avait qu'une qui aurait pu le lui révéler, le vampire, enfant de Raphaël aujourd’hui enchainé chez les elfes. Peut-être devrait-il aller lui rendre visite. Mais d'abord il devait se débarrasser de ça. Par "ça" il pensait à Cernnunos et ses questions dérangeantes.

Un de ses loyaux sujet de la cours cria au blasphème. Drake se leva de son trône et descendit les marches pour rejoindre l'hybride. Parfaitement calme et a priori serein, il se faisait violence pour ne pas simplement l'écraser sous sa botte comme le vulgaire insecte qu'il était. Un gamin un peu trop gâté par la nature. Fort heureusement, il en allait rarement de pair avec la vie.

"Les rumeurs vont bon train. Ca a toujours été et ça le sera toujours. Mieux vaudrait pour vous, que vous soyez moins à l'écoute de ces choses là."

Un demi-sourire germa sur ses lèvres bien que ses yeux ne soient en rien rieurs.

"Certains sont morts pour moins que ça."

Mais le patriarche des Leckard ne comptait pas le tuer. Il déploya sa zone d'abjuration pour priver Cernnunos de magie tout en faisant en sorte que lui puisse l'utiliser à souhait. Ce qu'il fit.
Il emprisonna l'elfe dans un étaux télékinétique et le contraignit à s'agenouiller devant lui. Une fois que ce fut fait, il plaça simplement sa main sur front de l'hybride. Pénétrant son esprit au sus et à la vue de tous, il s'employa, et n'eut d'ailleurs aucune difficulté à le faire, à changer quelques détails de la psyché de Cernnunos. Rien de bien méchant. Plutôt que d'être enclin à faire un maximum d'efforts pour conserver sa Lumière, il n'en verrait plus l'intérêt. Il incrémenta la graine d'une farouche loyauté qu'il finirait par vouer à Drake. Elle grandirait d'elle-même dans son esprit de sorte à ce qu'il finisse forcément à se révéler, progressivement, comme un allié des plus utiles. Quand au fait qu'il n'ait plus de scrupules à utiliser l'énergie négative, l'archimage savait pertinemment que ça provoquerait sa déchéance. Et c'était justement là-dessus qu'il comptait. Elle ne serait pas effective tout de suite bien sur. Sa transformation prendrait quelques jours, semaines ou mois, selon sa propension naturelle déjà présente à suivre une pente plus savonneuse. Mais il finirait par chuter. Et les elfes le désavoueront. Alors il lui serait entièrement acquis.

Drake en profita pour lire dans l'esprit de l'elfe les plus grands évènements de sa vie. Bien. En cas de besoin, il y aurait donc plusieurs leviers à actionner pour qu'il obtempère. Mais il y avait peu de chances qu'il lui cause trop de problèmes.

Quelques minutes plus tard, il retira sa main et libéra Cernnunos de son emprise télékinétique.

"J'ignorais que tu avais une fille. Ni que tu avais fait un pacte avec les vampires. Tu m'accuses de trahir les De Rayem alors que tu pactises avec ceux-là même qui les ont assassinés... ?"

Le sourire de Drake s'agrandit. Pour toute l'assemblée, Cernnunos y compris, Drake 'n’avait fait que lire l'ensemble des pensées de l'hybride. Rien de plus. Et c'était là bel et bien ce qu'il comptait laisser croire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Juil - 13:03
Le Roi venait à peine de me nommer Directeur de Méridius que j'essayais déjà d'avoir son concours pour obtenir une meilleure sécurité pour mes élèves.
J'avais de prime pensé à un uniforme avec une magie défensive et de traque en cas de danger. La réponse a ma proposition fut avorté aussi facilement que feuilles au vent. Il m'orienta vers les artisans de la cité. À quoi bon demandé aux artisans quand c'était la puissance gargantuesque du suzerain que je souhaitais mettre à profit. 
Il me vint alors l'évidence que les uniformes étaient portés uniquement dans l'Académie. En dehors d'elle, il serait inutile...
Ne pouvait-on pas lier les élèves à l'école afin qu'ils bénéficient d'une protection autrement plus rassurante qu'une barrière en mode « anti-démon ».
Le souverain me redirigea à en parler avec mes collègues professeurs afin de pallier ce manque de puissance.
J'étais persuadé pour l'avoir affronté moi-même au plus bas de sa puissance que même si la moitié des cadres étudiants s'y mettaient, ils n'auraient pas une once de chance contre lui...
Je n'avais pas pour projet une rébellion, mais de m'acquitter de ma tâche.

Je hochais la tête légèrement. Sans un bruit. Sans commentaires. Pour dire que ce sujet n'allait plus être abordé pour le moment et que je lui concédais qu'il avait raison.


Je demandais ensuite au Roi à propos de la Guerre Sainte. Ce n'était tant pas les démons et les diables qui m'effrayaient, mais davantage les Anges.
Oui, ces magnifiques personnages qui se disent combattre le mal et exterminer tous les péchés du monde.
Ne rigolez pas ! Ils exterminent aussi facilement - Voire même plus facilement - que leurs homonymes infernals. POUR LE PLUS GRAND BIEN. C'était ce qui avait été écrit au sang des elfes sur un mur d'une ruine de la ville.
J'y avais déjà fait un tour pour voir le carnage et l'horreur que pouvait causer une guerre sainte. Même si à l'origine, j'étais venu m'endeuiller sur mon ancienne fiancé dont ces ancêtres - ses grands-parents - avaient vécu dans cet endroit.

Le Leckard sourit, bien que ce signe n'était jamais vraiment bon, surtout venant de lui. D'après lui des mesures avaient été prises. Je laissais le laissait continuer, mais le silence se pesa. Je me doutais qu'il cachât des stratagèmes pour parer ce genre de possibilités. Après tout, il avait fomenté depuis des années cette attaque de ce que j'en savais. Alors, il devait être au moins capable de cela.
Lorsque Drake évoqua les autres cités, je ne fis aucun commentaire. Je n'allais certainement pas me laisser leurrer comme quoi, il était humain. Certes, c'était sa race, mais rien au monde ne pouvait être plus différent entre lui et un humain. En tout cas, pas ceux que j'avais appris à apprécier et aimer.
Il voulait certainement conquérir les villes pour avoir mains-basse sur ces cités afin d'élargir son territoire comme un Empereur. J'espérais pour lui qu'il n'allait pas aller trop loin. L'Impératrice Pourpre n'était personne à déranger. L'une des cités n'était pas très loin de son domaine. Tous les elfes ayant vécu ne serait-ce qu'un moment dans la capitale des Hauts-Elfes avaient entendu cette histoire. Certains prétendaient que c'était des contes pour enfants. Erion-sama et même Aldaril-dono prenaient cette menace au sérieux.

Tant que Drake libérerait le peuple des cités sous le joug des démons, je ne voyais rien à redire, même si c'était par ambition.


Horus débarqua sans crier gare en brisant une fenêtre de la salle du trône. Si mon familier avait pris le soin de débarquer comme un éléphant dans un magasin de porcelaine dans ce lieu s'était qu'il se passait quelque chose.
Je me savais extrêmement faible, voire très nul dans cette matière de la magie. La magie spirituelle était une des magies que je maîtrisais le moins dans son ensemble. Bien que j'ai des pouvoirs psychiques ; utiliser la magie différemment m'était impossible. Mon familier avait donc comme rôle de garder mon esprit en sécurité via notre lien magique.

À peine rentrer dans la pièce que je sentis la douleur d'Horus. De son cou qui se tordait. De la vision de la main de Drake faisant le même geste que le cou de mon animal.
À travers notre lien, c'était comme si mon propre cou s'était tordu, brisé. En même temps que le rapace s'écrasait contre le sol, mes genoux percutèrent également le même endroit que mon ami : le sol. Celui qui gisait devant moi était mon confident, mon compagnon, mon ami. Je l'avais vu oisillon. Je l'avais recueilli, endurci, élevé. Il avait voyagé à travers mille routes à mes côtés. Il n'avait jamais regretté ma présence. Il était extrêmement loyal, même sans le lien de familier. Il y a encore quelques instants, il s'était précipité à ma rescousse pour m'avertir d'un danger.

Le Leckard me toisa en dévoilant tout haut qu'il arpentaient librement mon esprit et qu'il souhaitait y apporter quelques améliorations. Je ne pouvais pas réfléchir convenablement. Je ne le pouvais pas. Pas après une section si brutale d'un lien psychique aussi fort.
Si je ne le savais pas. Drake pouvait peut-être le savoir. Lorsqu'un lien psychique se brise, à fortiori magique, comme celui de familier, l'esprit du survivant reçoit une décharge de magie assez conséquente pour remplir l'espace qu'occupait jadis le lien. Tous mages spirituels voulant à ce moment saisir l'opportunité d'une éventuelle faille, verraient son esprit recevoir des dommages similaires à des brûlures corporelles.


Je me relevais et repris comme je le pouvais la conversation en omettant le terrible mal de crâne tandis que la magie remplissait l'espace du lien mort. Cependant, je pouvais ressentir de la haine. La haine de perdre mon camarade. Quelques cheveux virèrent au gris, accentuant davantage ma transformation plus que je ne le voulais.

Drake s'adressa à moi comme si j'étais un enfant. C'était étrange de se faire enguirlander par une personne ayant trop fois moins que notre âge. Je restais dans la position soumise de la tête baissée tout en parlant d'une voix neutre faisant fi du ton employé par le Roi.


« Je ne remettais en aucun cas en cause vos capacités.
Je pointais du doigt seulement une bonne idée.

Sous-estimez-vous donc les habitants de cette cité ?
Dont la plupart utilise la magie toute l'année.
Un bouclier de la sorte serait possible grâce à de la magie enchantée.
Pierres et gemmes accumulant ce don comme impôt à payer. »


Bon, c'est vrai. C'était presque tyrannique d'ordonner cela. Mais la plupart des personnes ne savaient pas utilisée la magie. Le peu qu'il le pouvait était envoyé à l'académie s'ils avaient l'âge. Donner un peu de magie tous les jours, par habitants et les réserves de magie des gemmes allaient être saturés. Il suffirait alors de continuer à contribuer à sa stabilité par un apport constant.
Si les habitants ne payaient plus cette taxe. Ils verraient alors inévitablement et immanquablement le malheur s'abattre sur eux par les silhouettes des anges, des démons et des diables voulant réduire Targatt en poussière.
Par contre, le Roi semblait n'avoir pas compris mon discours. Je parlais de mettre en place un bouclier contre les êtres ENTIERS tels que les anges et les démons. Cela ne comprenait pas les semi-démons et semi-anges.


« Je crains que sa souveraineté ne m'ait pas compris...
Je parlais uniquement contre les Entiers, pas les demis. »



Puis vint les questions gênantes. Celles que j'avais posées et qui allaient sans aucun doute me mettre dans une situation très délicate.
Le Roi s'était levé de son trône pour se diriger vers moi. Vu, de la manière dont il me fixait, j'allais passer un très mauvais moment. Sa démarche semblait imposante et lourde comme quelqu'un blesser ou qui est soumis à une fureur bestiale.
J'avais déployé tout mon arsenal dans le fait d'une éventuelle attaque. Je n'étais pas à mon maximum du fait de la perte du lien de mon familier qui diminuait ma puissance.
Le Roi était à présent devant moi. Il m'adressa quelques mots. Ceux-là disaient qu'il ne fallait pas être à l'écoute des rumeurs et qu'il valait mieux pour moi que j'arrête de les écouter.
C'était une menace ? Une mise en garde ?
Un sourire naquit comme une expression cruel, farouche et avide de vengeance sur son visage.
Il soutenait que certains étaient morts pour moins que cela.
Il allait m'exécuter ? Devant autant de gens ?
Je sentis alors mon pouvoir être subjugué. Comme si ma nature magique première m'avait été retiré. Comme si on m'avait privé de source vitale.

Ma magie ne se déployant plus. J'allais subir une humiliation psychique des plus effroyables.
Je m'apprêtais à ressentir une pénétration des plus violente. Mais...
Mais je ne sentis rien. Dans la poche intérieure de ma veste en cuir, je pouvais sentir contre mon cœur un objet que j'avais oublié d'enlever. J'avais été inspecté et comme il n'avait pas été considéré comme dangereux, les gardes me l'avaient laissé.
J'ignorais quels étaient tous ces pouvoirs. Ce que je savais, c'est que la pierre du corbeau démoniaque qu'Horus avait vaincu pouvait annuler ou ne pas se faire toucher par la magie des autres.
Je pense qu'il s'est activé parce que ma magie avait été elle-même supprimé. Puisqu'il n'y avait plus de magie m'appartenant, mais au contraire de la magie qui m'attaquait, alors son activation s'était faite.

Contre toute attente, Drake Leckard ne put lire un esprit à sa guise, mieux, il ne pouvait rien lire du tout de cet esprit.

J'avais obtenu une réponse à ma question au vu de ce qu'il avait voulu m'infliger. Je préférais clarifier la situation.


« Je ne fais que vous transmettre les  '' on dit '' vous désignant.
Il m'est impensable que de tels faits.
aient une trace de vérité et qu'ils soient vrais.
Et accusent notre nouveau dirigeant. »


Bon, il était temps de partir. Après tout, j'avais poussé le bouchon un peu loin. Il fallait que je mette à l'abri dans l'académie avec un triple enchantement de verrouillage. 
Je demandais à ma façon poliment si sa nouvelle suzeraineté voulait bien me laisser vaquer à mes occupations pour que je puisse remplir mes nouvelles fonctions.
S'il acceptait que je parte, j'irais me verrouiller dans mes appartements afin de peaufiner mon projet de protection des élèves.
S'il ne voulait pas, j'allais être dans une sacrée panade !

Cependant, comme je l'ignorais, le lien mort allait pourrir et pourrait m'être potentiellement nuisible.

Voir mortel...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Seigneur de Targatt, Chef des Leckard - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 28 Juil - 10:11
Cernnunos avait de la suite dans les idées. A peine l'avait-il nommé à un poste plus prestigieux qu'il avait déjà émis quelques demandes parmi lesquelles le concours du souverain lui-même pour parvenir à ses fins. Si l'idée des uniformes étaient limitées, celle de lier les élèves à l'académie, au moins jusqu'à ce qu'ils aient atteint un certain âge était plutôt le bienvenue il fallait l'admettre. Drake avait été tenté d'accepter mais il ne pouvait se le permettre pour le moment et lui avait demandé de se tourner vers les autres professeurs. A trois ou quatre ils pourraient peut-être pallier la nécessité de puissance.

Toutefois, le souverain était conscient qu'il y avait de grandes chances que leurs tentatives échouent. Après tout, Drake était un des rares experts pour ce type de magie.

"Si dans un mois vous n'y étiez pas parvenu, j'offrirai mon concours dans l'entreprise afin de lier les élèves à l'académie et leur faire profiter de ses défenses."

D'un geste autoritaire, il fit comprendre que le sujet était définitivement clôt. Vint ensuite le sujet de la guerre sainte. Bien que le souverain ait pris des mesures contre les extrapalanaires, en particulier les démons et les anges, en tout cas pour ceux qui voudraient pénétrer dans la cité, Cernnunos là aussi voulait compléter un dispositif dont il ignorait tout par le renvoi automatique des personnes issues de ces espèces. Drake y avait déjà pensé et avait été contraint d'écarter l'idée, faute d'une puissance suffisante pour qu'un tel sort englobe toute la cité. L'hybride fit comprendre à Drake qu'il n'avait pas compris sa requête et qu'il considérait que le sort pouvait cibler les "entiers". Le regard du Roi se durcit.

C'est à ce moment, alors que le Roi avait pénétré l'esprit de l'elfe, que son familier fit une entrée fracassante dans la salle du trône. Drake ne se posa guère de question et lui tordit le cou. Il laissa l'oiseau retomber sous les yeux de son plus proche ami. Peut-être que ça aurait eu le mérite de lui rappeler la réalité des choses. L'elfe semblait choqué. Le roi ne lui laissa pas vraiment le temps d'encaisser le choc. Pourquoi faire ? Avoir un familier c'était avoir une faille de plus. Comme tout attachement l'était d'ailleurs. Drake était intransigeant en toute circonstance. Il venait de le prouver à ceux qui pouvaient en douter. Il savait ce qu'il acceptait, ou pas, ce qu'il voulait, ou pas.
Drake connaissait très bien la douleur que l'on éprouvait à la mort d'un familier pour l'avoir lui-même vécu étant jeune. Toutefois la différence venait du fait qu'il avait lui-même mis fin aux jours de son familier. Une nécessité pour ne souffrir d'aucune faiblesse, d'aucune faille. Un endurcissement nécessaire qui ferait le plus grand bien à l'elfe, quand bien même il devait se mettre à le haïr. Peu lui importait ses affects.

L'elfe qui était tombé à genoux, se releva et tenta tant bien que mal de reprendre le fil de la conversation. Bien. Le Roi poursuivit donc en lâchant un bref ricanement clairement moqueur.

"Une bonne idée ?"

Ah, un signe d'agacement.

"Tu sembles penser qu'il serait plus simple de se focaliser sur les "entiers" que sur les hybrides. La magie se façonne certes mais a tout de même ses règles. Si je voulais faire la distinction entre les abominations issues d'hybridation et les êtres purs, il faudrait inclure dans les bases de la magie à l’œuvre d'autres conditions, ce qui signifie d'une part, une dépense trois à quatre fois supérieure pour une cité telle que la nôtre, même avec le concours hypothétique de la population mais également la possibilité de créer des failles par ce biais."

Il s'expliqua, entrant dans le détail de composition et d'exécution du sortilège. Bien sur, il pourrait aussi recréer totalement un sortilège mais ça demandait au mieux des mois de recherche et clairement, il aurait été le seul à pouvoir s'y atteler et n'avait tout simplement pas le temps. D'autant qu'il avait confiance en ses systèmes de sécurité pour faire un travail nettement plus précis qu'un tel sort.

"Le sort de... base si j'ose dire, exclura toute personne présentant les signes d'appartenance à l'espèce visée. En ajoutant des conditions pour exclure les personnes ayant un degré moindre de telle ou telle espèce, on exclut aussi les anges assez doués en métamorphose pour se faire passer pour autre chose. Première faille. A moins là encore d'ajouter une détection des métamorphose et de dissipation pour les éviter. Inutile de dire que la dépense en énergie pour combler des failles que nous aurions nous-mêmes générées ne vaut pas de tels efforts. Pour ces raisons, entre autres, il est hors de question d'émettre un champ d'énergie de cette puissance. C'est donc possible, mais pas viable."

Visiblement pour lui, tout cela tombait sous le sens et il avait clairement l’impression de perdre son temps à expliquer le détail des choses, d'autant plus à un professeur d'académie. Peut-être devrait-il nommer un directeur d'académie plus rapidement que prévu. Cernnunos était plus naïf qu'escompté.

"Quand à drainer... pardon, prélever la magie telle un impôt."

Il marqua une courte pause en songeant que si il disait la vérité ça allait faire un drôle d'effet à l'assemblée. Il émit un champ d'illusions. Pour toutes les personnes de sa cours, il aurait ainsi éluder sa question sans y répondre. Drake se permit toutefois de répondre à Cernnunos qui de toute façon, ne se rendrait pas compte qu'il agissait sur l'assemblée entière pour leur faire entendre autre chose.

"Ce n'est pas mis en place sous la forme d'un impôt. Et pour des raisons évidentes de sécurité, je n'en dirai pas davantage."

Les seuls dans la confidence étaient sa propre famille. Même son tout jeune capitaine du protectorat n'était pas au courant. Pourquoi faire ? La magie noire était à l’œuvre derrière cette mesure, il ne pouvait pas se permettre qu'il y ait des fuites. Et puisque Cernnunos serait le seul extérieur à le savoir, si ça s'ébruitait, il saurait quel sort réserver à l'arbuste.

Finalement la conversation dériva sur les rumeurs à son sujet. Il aurait ou ordonner ou au moins profiter du génocide des De Rayem comme d'une diversion. Drake lui conseilla de s’occuper de choses plus importantes que des rumeurs et tenta de pénétrer son esprit dans le but de semer chez lui une graine de ténèbres qui le pousserait à sombrer vers le "drow".

Il se rendit compte que ça lui était impossible. En tant qu'abjurateur, Drake pour avait clairement déduire et dans une certaine mesure ressentir qu'un objet d'anti magie était à l’œuvre. Voilà que l'elfe tentait finalement d'arrondir les angles et qu'il souhaitait prendre congé. Drake déploya son aura, toisant avec mauvaise humeur l'elfe. Les portes se refermèrent à la volée.

"Vous n'allez pas nous quitter si tôt."


Drake tendit la main sur le côté, paume vers le ciel. De l'ombre du trône, Tryana en sortit, révélant sa présence et déposa une petit pierre dans le creux de sa paume.
Il la contempla une seconde avant de la lancer vers Cernunnos, précisément, juste au-dessus de lui. Lorsque celle-ci, en redescendant vers le sol, pénétra dans la petite zone d'anti magie émise par l'artéfact qu'il portait sur lui, la magie de la pierre fut annulée, la forçant à reprendre sa forme originelle : un rocher de trois tonnes qui lui tombait dessus et l'écraserait si ses réflexes n'étaient suffisants, vu que sa magie à lui était désactivée par l'objet même qu'il portait.

C'était un tour que les Leckard apprenait très tôt. la leçon derrière cela ? Tout a une faille, une faiblesse. Il y a toujours un moyen de profiter d'une situation si on a assez d'intelligence et d'imagination. Et la manière la plus simple, c'est d'utiliser l'effet même générer et se l'approprier.
C'était précisément ce qu'il venait de faire avec la zone d'anti magie dont Cernnunos avait cru qu'elle serait une protection. Drake pouvait encore attaquer, et pas seulement en utilisant des objets réduits.

Oui, Drake venait de tenter de le tuer devant l'assistance. Ah oui ? L'assemblée était étrangement calme, les yeux vides, sans aucune réaction, il ressemblaient à des poupées qui attendraient qu'on les autorise à reprendre vie. Ils étaient comme en stase. De simples marionnettes aux yeux du leur souverain.

Un sourire malsain déforma ses lèvres alors que son aura s'étendait encore. Bien qu'elle soit différente de celle d'un démon, il n'avait, d'après les dires d'Astoria, pas grand chose à lui envier. Si Cernnunos avait survécu, Drake s'approchait de lui, le toisant de haut, espérant presque qu'il répliquerait et tenterait de le combattre. Après tout, régner était sympa, mais ne lui permettait pas de laisser libre court à sa brutalité naturelle aussi facilement qu'avant. Mais l'occasion était belle et lui tombait toute crue dans le bec. Comment résister. D'habitude il se défoulait sur Cain mais, pas de chance pour Cernnunos, il ne lui avait pas encore remis la main dessus.

"Pour ta survie comme celle de tes peuples, je te conseille d'éviter de générer des heurts en alimentant des rumeurs bénignes."

Après tout, et bien que seuls Antoine et Raphael d'Ainval soient au courant, c'était bel et bien Drake qui avait commande le bain de sang. En faire couler un peu plus ne serait pas un vrai problème.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Juil - 3:20
Le roi avait refusé mon offre de participer à mon projet. Étrange... Je lui offrais un moyen énorme pour qu'il puisse repérer n'importe quel étudiant et il refusait. Ce n'était le Drake avide de puissance et de pouvoir que je connaissais. À moins qu'il pensait à autre chose. Le chef de clan des Leckard avait beau être ce qu'il est, il restait le meilleur dans le domaine de la magie spirituelle.
Cependant, il compléta sa réponse. Il refusait de participer, mais si dans un mois, mes collègues et moi n'y étions pas parvenu alors il offrirait son assistance au projet. Bien, le temps que je demande aux professeurs et que je fasse l'ébauche théorique du cercle, cela devrait me prendre deux semaines, voire trois...
Il fit clore le sujet d'un geste autoritaire. Bien que je comprenne qu'il ne veuille pas continuer plus longtemps sur le sujet, m'ordonner de me taire ainsi est un peu trop... Tyrannique.

Le sujet que j'abordais ensuite avec lui fut sur l'arrivée imminente d'une guerre sainte. Si une guerre sainte devait se produire alors les diables, les démons ET les anges seront de la partie.
La plupart des gens pensent qu'il n'y a que les deux premiers que l'on doit redouter. Pour ma part, je considérais les derniers comme les plus dangereux.
J'exposais ainsi mon autre idée d'un bouclier entourant la cité. Le roi se méprenait sur ce que je voulais dire. 

C'est à ce moment que Horus fit son entrée fracassante. C'est à ce moment-là qu'il mourut. Mon compagnon était mort. J'étais tombé à genoux suite à la rupture soudaine de notre lien.
Je continuais ma conversation avec le roi. Elle était très importante. Mon familier en était même mort pour ça ! Aussi, je me devais de me relever. Ce que je fis malgré le terrible mal de tête que j'avais à présent.
Le roi lâcha un ricanement moqueur à mon encontre. Il allait le payer ! C'était certains. Mais pas tout de suite. La vengeance est un plan qui se mange froid.
Il semblait agacer que je défende mon point de vue comme si je ne savais rien. Il était peut-être plus puissant que moi, mais certainement pas plus expérimenté...
Au cours de mes voyages, j'avais vu beaucoup de choses.
De plus ce que je ne comprenais pas pourquoi il disait que ce n'était pas possible ?
L'académie est pourtant pourvue d'un bouclier comme tel.
Je le laissais donc m'expliquer selon lui les détails techniques. Je connaissais déjà tout cela. Je faisais en sorte de limiter ma douleur au minimum grâce à la respiration. J'encaisserais plus tard le trop... Il fallait que je finisse cette discussion.
La deuxième partie de son discours était plus intéressante. Mais le bouclier de l'académie faisait déjà tout cela. À part la quantité de puissance nécessaire qu'est-ce qui changeait ? 
On pouvait pallier ce fait en empruntant la magie des gens, comme un impôt. Je proposais d'ailleurs à Drake cette idée.
Je pouvais sentir une fluctuation de la magie autour de moi. J'avais cependant retenu l'hésitation que le souverain avait eue. Mais je ne savais pas ce qui avait été fait.
J'avais parlé de faire participer la population en prélevant leur magie donner de plein gré. Alors que Drake avait utilisé le mot Drainer. Tout le monde peut stocker son énergie dans des gemmes. Le fait que peu de personnes le faisait était parce que les gemmes étaient horriblement chères. Drainer la magie n'avait rien d'anodin et ce type de sort était relié à la magie noire.
Le Roi me fit la confidence que prélever la magie ne sera pas mis en place sous la forme d'un impôt et qu'il n'en dira pas plus pour des raisons de sécurité. Très bien. Au moins, il ne m'avait pas menti.
J'acquiesçais de la tête pour faire signe que je comprenais. Puisque certaines conditions étaient classifiées et n'allaient pas pouvoir être faite, je ne pouvais pas continuer à lui parler du bouclier anti-guerre sainte.

Je décidais de parler des « rumeurs » que j'avais eu vent sur lui. Plus des hypothèses que j'avais glané un peu partout.
Alors que Drake avait annulé toutes les magies profanes que j'invoquais, la gemme du démon annula le pouvoir du Leckard. 
Je n'allais pas faire long feu si je ne partais pas tout de suite. Je tentais d'arrondir les angles afin de m'échapper plus vite.
Cela n'a pas fonctionné comme je l'avais espéré, même pire.
Je pouvais ressentir l'aura de Drake se déployer. Pourquoi avais-je un karma aussi pourri ?
Les portes se fermèrent à la volée. J'ai comme l'impression que partir la queue entre les jambes à la manière anglaise n'était pas possible.
Cela fut confirmé quand le suzerain me le dit.
Une personne sortit de l'ombre du trône pour déposer quelque chose dans la paume de Drake. Ce dernier me lançait l'objet en question. Ma vision d'elfe me permit de voir qu'il s'agissait d'une pierre. À quelques mètres de moi, la magie de la gemme fit son effet et la pierre retrouva sa taille d'origine. J'allais me faire écraser si je ne bougeais pas et vite.
Grâce à ma vitesse, je pus esquiver, même si se fut juste, vu le temps que j'avais pour éviter l'attaque.
Je ne rêvais pas ? Il avait voulu m'assassiner devant sa cour ?
L'étrange fluctuation de magie de tout à l'heure. Le fait qu'il tente de me tuer devant témoins. Il devait avoir mis une illusion pour que les témoins ne soient pas choqués par ce procédé.

Je ne pouvais pas attaquer. Cela aurait été considéré comme une vraie trahison à la couronne et le meilleur moyen pour moi de mourir. Si je répliquais, cela donnait une excuse en acier pour me liquider.
De même répliquer avec la magie m'enlèverait la protection de la gemme. Je n'aimais pas dire cela, mais sa protection était plus efficace que la plupart de mes sorts ou magies.

Le roi me disait que pour ma survie, il me conseillait d'éviter de générer des problèmes en alimentant des rumeurs.
Très bien. Reçu cinq sur cinq ! Ne plus rien dire.

Il allait me jeter des pierres sinon... pas envie de mourir de façon si simple.

Ce que je fis allait sans doute étonner Drake puisque mon regard trahissait mes émotions. Mais je fis une révérence pour demander à nouveau si je pouvais partir.
Je me savais en désavantage. Je n'allais pas insister outre mesure si cela me menait à ma mort. Mais je ne pardonerrais pas à Drake ce qu'il avait fait et s'il tentait d'entrer dans ma psyché à ce moment. Il ne verrait que l'image de sa mort. S'il restait assez longtemps pour ne pas souffrir de la cassure du lien de mon familier. Ah oui, pardon, j'avais oublié qu'il ne pouvait pas y accéder grâce à la gemme du démon.


« Puis-je me retirer à présent ?
Puisque nos conversations sont closes maintenant. »


Contre un adversaire tel que lui, je pouvais recourir à quelques-uns de mes tours, mais s'il agissait plus vite que moi, j'allais sans doute mourir pour de bons.
Durant ma révérence, si le roi y faisait gaffe, il pouvait voir que certains cheveux se blanchissaient.

Il ne m'avait peut-être pas basculé du côté Drow, mais il avait augmenté mes symptômes. Quand la totalité de mes cheveux seront devenus blancs, je deviendrais totalement un Drow. La peau de ma main que j'employais pour saluer en révérence devint noire.

Les symptômes de ce que les elfes appelaient l' « Hérésie » étaient :
-le blanchiment des cheveux en premier lieu.
-l'assombrissement de la couleur de peau, cela commençait par les extrémités comme les oreilles, les pieds ou les mains.
-dans de rares cas, les yeux pouvaient changer de couleur lors de la transformation.
-l'énergie noire remplissait de façon douloureuse et éprouvante le corps de l'Hérétique.

C'est donc en demandant à Drake de partir que le souverain pouvait voire que mes yeux bleus au début de l'entrevue étaient devenus hétérochromes. L'un était bleu, l'autre était devenu d'un vert aussi intense la couleur des chloroplastes. 
On pouvait dire ce qu'il voulait, il n'avait peut-être pas fait basculé en Drow complètement, mais il avait gagné.
Mon Hérésie avait atteint un point de non-retour. La seule chose que je pouvais faire, c'était de garder un statu quo.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Seigneur de Targatt, Chef des Leckard - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Hier à 19:46
Décidément, l'hybride était suicidaire. Intelligent d'une certaine manière mais pas des plus avisés et encore moins des plus sages. N'importe qui à sa place aurait pressenti qu'il ne fallait pas trop jouer avec le feu. Littéralement. Et c'était encore moins à faire lorsqu'on se trouvait devant le souverain d'une cité et doublé d'un tyran qui le revendiquait sans soucis et ne faisait que peu de cas des méthodes qu'il employait, ne cherchait pas à dissimuler les actions qu'il mettait en œuvre. A une ou deux exceptions près : la manière dont il était parvenu au pouvoir.

Cernnunos visait juste mais Drake n'était pas stupide. Il rendrait visite à ce Hedryan qui faisait tant parler de lui. Mais tout d'abord il lui fallait régler les choses ici.
D'abord, et bien que ce ne fut pas prévu de prime abord, il se débarrassa du familier. L'elfe tomba à genoux. Il reprit pourtant rapidement contenance et continua leur conversation.

Drake trouvait pénible de base de devoir se justifier et le faire devant un tiers qu'il considérait aussi peu l'était encore davantage. Et il était très têtu visiblement puisqu'il avait remis une fois de plus sur le terrain l'idée d'un bouclier pour alimenter la cité contre les anges.
Oui. C'était possible. Mais Drake drainait déjà la puissance magique des citoyens qui en possédaient, il était donc hors de question de leur demander davantage sans danger réel. Mais il y avait une autre raison à son refus. Il savait déjà comment se débarrasser d'un ange et avec de la chance peut-être même d'une légion sans que ça ne coute la vie aux citoyens. Et si il y avait un bouclier, les anges se méfieraient d'autant plus. Or, il était hors de question de perdre le bénéfice de la surprise en laissant entendre que l'on savait la cité en danger et sous le coup hypothétique d'une frappe céleste.

Et c'était là toute la beauté du plan pensé par Drake, détourner l'essence des anges pour faire en sorte que leur propre magie ne les piège. Du moins dans un premier temps. Il avait effectuer un test sur une invocation et cela avait toutes les chances de fonctionner. Toutefois, il faudrait pour que ça fonctionne à grande échelle, que les anges pénètrent dans la cité. Or de question de mettre un bouclier qui ne ferait que les retarder sans régler le problème : eux.

Quoi qu'il en soit, ce n'était pas avec cet hybride qu'il parlerait des détails de ses préparatifs. Qu'il se contente donc de penser à la sécurité de ses élèves plutôt que de l'ennuyer avec ses questions hors de propos et ses considérations qui arrivaient trop tard pour la majorité. Mais soit, il était préférable qu'il le sous-estime lui aussi. Bon sang ils faisaient tous cette erreur.

Finalement la conversation dériva sur son implication dans l'éradication des De Rayem. Avait-il donné l'ordre ? Non. Il n'avait fait que suggérer la chose à certains de ses alliés. En plus de débarrasser les vampires de certains de leurs meilleurs ennemis, ça réduirait le nombre de personnes capables de réellement nuire à Drake lui-même ou à sa lignée. Et l'attaque avait le mérité d'attirer l'attention des elfes, leurs voisins et de tous les occuper là-bas. Enfin, pour sécuriser le tout, il avait aussi demander le concours de Cain, du démon du moins qui avait envoyé ses subordonnés occuper de leur côté le protectorat.

Cernnunos n'était pas assez bête pour croire qu'il se laisserait attaquer de la sorte. Certes, tout était vrai mais l'admettre devant une assemblée aussi disparate n'était pas à son avantage. Pas encore en tout cas.
Seul un vampire ou un démon aurait pu le trahir. Or, les démons qui n'avaient pas été tués étaient trop occupés à fuir pour répondre à des questions et Drake contrôlait ses troupes d'une poigne de fer. C'était donc un vampire. Il n'avait pas besoin d'être un génie pour deviner de qui ça pouvait émaner. Les frère d'Ainval ne s'étaient jamais cachés de leur difficulté à gérer la génération d'Hedryan. Or, il était le seul survivant de cette époque et puisqu'il avait été allègrement trahi par son clan, il devait être assez amer pour parler facilement. Il était dans l'impossibilité de trahir son clan car toujours lié à lui par la magie du sang et du don obscur. Pour autant, il ne l'était pas envers Drake. Ce dernier irait donc lui rendre une petit visite. A moins qu'il aille tout droit voir les elfes pour leur proposer une... alternative à sa détention. Il y réfléchirait.

Pour autant, le sujet qui l'intéressait, enfin c'était un bien grand mot, demeurait l'elfe présent devant lui. Sir Oneiros commencerait presque à l'agacer. Il tenta donc d'agir sur lui mentalement mais ne le put. En tant qu'abjurateur confirmé, il reconnaissait sans trop de mal la zone d'anti magie personnelle que portait Cernnunos. Ca ne l'aiderait pas. Si Drake voulait tuer, les zone d'anti magie pouvait tout aussi bien lui être favorable. Ce qu'il prouva avec une certaine nonchalance en lançant un gravier qui s'avéra être un roc.

Cernnunos l'évita de peu et après un instant, finit par lui faire une révérence en demandant à se retirer. La manœuvre arracha un sourire à Drake. La satisfaction grandit un peu plus lorsqu'il aperçut quelques cheveux blancs parmi la tignasse de l'hybride.
Son intuition sur la dégradation de l'état de Cernnunos se vit confirmer lorsqu'il croisa son regard, et plus particulièrement lorsqu'il put contempler la couleur des yeux de son... invité.

En réponse, le Roi acquiesça. Il l'autorisait à quitter les lieux. Comme si ça avait été le signal attendu par l'assemblée, celle-ci retrouva ses couleurs, ses mouvements, ses murmures. Elle avait reprit vie, Drake l'avait libérée de son joug.

"Veillez à ne pas outrepasser les prérogatives que je daigne vous octroyer."

En d'autres termes, si il avait voulu qu'il meure, ce serait fait. Si il souhaitait vivre plus longtemps, mieux vaudrait qu'il fasse profil bas et qu'il ne provoque pas les foudres, ou plutôt les feux du tyrans. Ce dernier n'aimait pas faire perdre son temps à sa garde personnelle tout comme il détestait perdre son temps personnel. Mieux vaudrait donc pour le directeur de maison qu'il ne recroise pas de si tôt le tyran, ce serait sans aucun doute de mauvais augure pour sa personne.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: PALAIS D'OPALE :: Trône d'Opale-
Sauter vers: