:: TARGATT - Ville Quartier Vodrel :: Résidences :: Demeures Elfiques :: Pilori Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Comdamnation et entrevue [Pv Hedryan]

avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 2 Juin - 21:01
Aujourd'hui était une journée bien remplie.

J'avais dû gérer l'espiègle et infatigable élève nommée Ayo.

Le soir, au crépuscule, je me rendis dans les geôles elfiques. En tant que citoyen elfe je pouvais avoir une entrevue avec un criminel afin de faire comprendre au détenu sa faute.

J'entrais dans la prison réservé aux criminels liés au petit peuple. Contrairement aux autres prisons, celle-ci était ouverte. Les détenus étant enchaînés au Pilori devaient faire face à la honte d'être exposé aux yeux des autres. C'est d'ailleurs le seul coin du Parc qui était interdit aux autres espèces. Aussi, c'est le seul endroit dans le parc que l'on peut trouver de la pierre. Pour ma part, je n'aimais pas passer par là. Ayant moi-même subi ce châtiment... Je n'éprouvais aucun plaisir d'être en ce lieu.

Je voyais des piloris sentence de notre peuple, mais les chaînes qui entravaient le prisonnier semblaient avoir été enchantées avec des sorts d'élément lumière ou de magie blanche. Tout ce qu'un vampire puisse détester comme sensation.
D'après ce que j'avais entendu, la condamnation du responsable était de trois siècles avant de subir u châtiment par son propre peuple.

Le prisonnier était pieds et poings liés aux chaînes. Un Rada'an accroché à son cou. Le collier semblait avoir été renforcé par d'autres sorts.

Le responsable accusé par son clan d'avoir essayé de proférer un génocide n'était nul autre qu'une vieille connaissance à moi : Hedryan.

Je l'avais d'abord rencontré lors d'un échange diplomatique afin de rallier les vampires à la Régente avec l'appui du Conseil du petit peuple. J'avais été le héraut de ces derniers.

Nous avions réussi à faire deux marchés. Le premier entre nos clans. Bien qu'il ait eu un léger litige, les elfes avaient gagné la localisation d'un ancien sanctuaire elfe alors que les vampires avaient récupéré une pierre d'âme du plus fort vampire. Le parchemin écrit par Erion-sama en personne avait été imposé du sceau divin de la Vérité. Les mots écrits ainsi ne pouvaient être défaits facilement. Tout manquement à l'écriture de Vérité divine avait de sérieuses conséquences. La même chose avait été faite sur la Pierre d'âme, afin que les vampires ne trahissent pas l'ancienne régente : Astoria, actuellement en fuite.

Avec beaucoup d'argumentation, nous réussîmes à ne pas nous entretuer.

Le second marché avait été personnel. J'avais marchandé mes fruits, une nourriture riche et renforçant les vampires contre la protection de toutes sortes pour ma fille hybride elfe-dryade semi-vampire. Mon seul problème était la nocivité de mon sang. Autant que celui d'un loup-garou, les vampires n'allaient pas durer longtemps s'ils buvaient sans que je trouve d'antidote.
Or, je connaissais l'antidote... Mais je devais expérimenter un peu sous peine de finir en dîner moi-même.
Je leur avais donné ma parole que la première livraison sera prête quand ma fille serait en ville. Puisque je la savais proche de la ville à tout le moins d'une dizaine de kilomètres. Je savais qu'elle n'allait pas tarder à venir à Targatt.

La seconde fois, c'était sur-le-champs de bataille. Hedryan menait un grand groupe de nosferatu contre les Paladins De Reyem. J'avais en premier lieu limité les adversaires, ensuite, j'avais entamé un duel féroce avec le vampire. J'ai préféré faire une retraite stratégique pour appeler les Vinrod à la rescousse du Palais une fois que j'avais compris que Cain n'était qu'une diversion.

Maintenant, c'était notre troisième rencontre et il faisait pitié à voir.


« Alors cher Nosferatu,
Est-ce ainsi que tu finis ?
Condamné pour avoir obéi.
Je peux peut-être soulager ta peine si tu m'aides un peu... »


Il va sans dire que je le taquinais. Nous nous étions affronté si férocement que je commençais à avoir pour lui de l'estime en tant que combattant. Certes, il restait mon ennemi, mais je savais de quoi il était capable.
Cela ne voulait pas dire que je ne le détestais plus, j'avais de l'estime certes, mais son engeance m'horripilait toujours autant. Enfin, presque, plus depuis que mon nouveau pouvoir avait été réveillé. Aussi, je n'avais plus aucune énergie négative autour de moi. M'étant concentré sur l'Yin. On pouvait dire que mon aura était presque aussi pure qu'un Paladin. Ce nouveau pouvoir me guérissait aussi de mon « Hérésie ».

C'était l'estime du combattant. Cela pouvait se sentir dans ma voix.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedryan Septuern
Rabatteur d'esclaves - Mage 3e ordre
Age du personnage : 600 et quelques
Race : Vampire
Pouvoirs : Pouvoirs de race + métamorphose
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 3 Juin - 17:52
Le vampire qu'était Hedryan avait plutôt mal vécu la "fin" du conflit durant lequel il avait mené l'assaut contre les de Rayem. Sous le couvert de la nuit, il avait attaqué les paladins et fait des ravages dans leurs rangs. Inutile de dire qu'il en avait profité, comme les rares survivants de son côté, pour se gorger de leur sang. Leur attrait pour la lumière changeait le gout. C'était délicat mais tout vampire digne de ce nom savait faire la distinction. Et Hedryan faisait parti de ceux dont l’appétit pour les "lumineux" n'avait aucune borne.

Mais passons. Comme le lui avait ordonné son créateur, il avait pris les plus jeune et était parti à l'assaut. l'idée de faire un carnage de ces bien-pensants lui avait certes fait plaisir, mais mener la barque beaucoup moins. Il était trop égoïste pour ça et n'avait rien d'un meneur d'hommes. D'ailleurs son métier était de les briser pas de les guider.
Bref, il l'avait tout de même fait, et était même allé en premières lignes pour pénétrer leur défense avant que ces satanés elfes n'arrivent. Et Cernunnos.

Il le connaissait plutôt mal mais savait que la quasi haine qu'il lui vouait était réciproque. Ca avait été des plus perceptibles quand ils s'étaient vus pour parlementer les termes d'un traité stupide entre leurs deux peuples. Une hérésie selon Hedryan mais les d'Ainval avaient insisté et avaient même fini par la ratifier.

Lorsqu'ils l'avaient envoyé tuer impunément les De Rayem, Hedryan avait eu l'espoir que leurs "pères" soient enfin redevenus les vampires d'antan, craints et cessant de faire de la politique à tout bout de champ. Et peut-être que ça aurait été le cas si ces pu**** d'elfes n'étaient pas intervenus. Ils avaient rapidement eu fait de balayer ce qui restait de son escouade. De son côté, Hedryan avait voulu suivre l'emprunte de Cernunnos qu'il avait senti s'éloigner du combat mais avait at stoppé une première fois par Alrost.

Lorsqu'il avait repris ses esprits, un archange venait de sceller la puissance de ce dernier. Ca avait été le moment idéal pour le frapper. Lui mettre le coup de grâce et en finir avec le seul archimage a priori capable de barrer la route de n'importe qui. Alors qu'il avait été sur le point de porter le coup au capitaine de protectorat, son corps avait refusé d'obéir et il était resté figé, incapable de faire le moindre mouvement.
Son créateur venait d'intervenir en personne pour sauver ce furoncle diabolique qu'était Alrost. Impensable ?! Impossible !

Pourtant c'était bel et bien le cas. Ce qu'Hedryan prit pour la pire des traitrises ne fut pourtant rien à côté de ce que Raphaël et Antoine lui avaient réservé. Pour le remercier de ses bons et loyaux services, ils lui indiquèrent par télépathie qu'ils le sacrifiaient pour que le clan survive et qu'il devrait endosser toute la responsabilité de ce qui avait été fait cette nuit.
De rage Hedryan avait tenté de s'en prendre à son créateur, qui s'était fait un plaisir de le rouer de coups avant de le "confier" aux elfes, non sans d'abord lui donner ses ordres, s'assurant par là qu'il ne les trahirait pendant son "séjour".

Ca faisait quelques jours qu'il avait été mis au pilori et bien qu'il ait une régénération de base, les différentes entraves et sortilèges de renfort censés le couper de sa magie, avaient également eu pour effet de ralentir cet effet. Si bien que des bleus parsemaient encore son corps par endroit. Au moins ses cotes brisées avaient été réparées.

Hedryan n'avait pas relevé la tête tendit que Cernunnos l'avait approché. Pourquoi l'aurait-il fait. Ce n'était pas le premier elfe qui venait le narguer. Il avait eu droit à une moralisatrice qui s'était fait un devoir de lui annoncer le compte final des morts côté De Rayem. Le vampire n'avait pas réussi à s'empêcher de sourire à l'énoncé de son score. Il avait fait fort il n'y avait pas rien à dire. Et finalement l'elfe était repartie furieuse. A quoi s'attendait-elle ? A ce qu'il réalise la hauteur de son crime lui qui se nourrissait des autres formes de vie ? Sérieusement ? Elle était décidément bien stupide. Ou bien jeune. Typiquement le type qu'il choisissait pour en faire des esclaves dociles, facilement brisables et fortement baisa... Bref.

Bref, ce n'est qu'en entendant la voix de Cernunnos qu'il réalisa qui était en train de lui parler. Il ne répondit pas tout de suite mais un sourire narquois étira ses lèvres, dévoilant ses crocs. Il daigna enfin relever la tête et croiser le regard de son ennemi. Son regard en disait long sur l'animosité qu'il lui portait, tout autant que sur la faim qui commençait à l'étreindre. Certes les vampires n'avaient pas besoin de se nourrir tous les jours mais ça en faisait déjà quelques uns qu'il était là et ça commençait à revenir. A moins que ce soit là dessus que comptent les elfes... l'affamer. Ils étaient assez fourbes pour cela.

"On ne te l'a pas dit ? J'ai désobéi."

Aucun non vampire ne pouvait prouver qu'il y avait bien encore un lien entre son créateur et lui et donc qu'il n'était pas libre de passer outre un ordre. Et puisqu'on lui avait ordonné de ne pas nuire ni trahir le clan, autant rendre un peu crédible sa "transgression".
Il ne se voyait pas passer trois siècles ici en tout cas. Le temps serait vraiment long.

"Ils t'ont envoyé me tenir compagnie ? C'est très aimable à eux mais j'aurai préféré quelqu'un de plus... à mon gout."

Le vampire n'avait pas fait le moindre geste pour se lever. Il avait bien essayé de tordre le cou à la moralisatrice et il s'était fait électrocuter. Il avait donc fini par éviter de trop gigoter. Pour le moment du moins. Quant à l'aura purifiée de son interlocuteur, si il constatait bien qu'il y avait un détail de changer, dénué de magie tel qu'il l'était, il ne pouvait pas en savoir plus. Il avait l'air d'aller bien et rien que ce fait l'énervait au plus haut point. Toutefois, il avait piqué sa curiosité et après un instant d'hésitation, il reprit la parole d'un ton méfiant.

"Pourquoi voudrais-tu mon aide ?"

Déjà il était enchainé et il voyait mal qui que ce soit venir le libérer. Et encore moins Cernunnos, et pas sans une contrepartie qu'il doutait de pouvoir offrir. Toutefois, si il y avait une chance qu'il ne soit plus enchainé comme un chien, il ferait peut-être un effort et écouterait au moins sa proposition. On ne savait jamais... Heryan était connu pour savoir saisir les...opportunités.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Juin - 22:04
J'étais dans les geôles elfiques. Elles n'étaient pas rempli, mais quelques personnes s'y trouvaient. Certaines étaient elfiques, d'autres de races autres. Les elfes prisonniers étaient ceux qui étaient devant les autres, les premiers à pouvoir être vu, car leur honte devait être la première à être vue. Les autres étaient derrière. Hedryan, le seul vampire présent dans cette masse, avait eu droit à une place spécifique. À l'ombre pour éviter qu'il meure de la lumière du soleil, mais assez près de la lumière pour y ressentir la chaleur solaire. Les chaînes qui entravaient le nosferatu au pilori

Juste avant que j'aille voir mon ennemi, j'avais vu Daphné, une jeune haute-elfe, partir des geôles e colère. Avait-elle rendu visite au vampire ? Le chemin correspondait. C'était curieux. Mais après tout, elle était sous la tutelle directe d'Erion-sama sur le chemin des Vertus Divines.


Quand Hedryan daigna m'accorder un regard, c'était un regard lourd de sens. Il voulait ma mort. Au même moment, l'estomac du vampire criait famine. Apparemment, notre '' invité '' ne s'était pas nourri dernièrement.

Le prisonnier me répondit qu'il avait désobéi.
Vraiment ? Lui avait désobéi.
Alors que son '' père '' avait été présent tout le temps de notre entretien. Raphael n'avait pas senti que son enfant proférait un massacre ? J'ai de légers doutes. Très légers.
Non, pour dire vrai, je ne croyais pas un instant à ces mensonges.

Il continua en me demandant si on m'avait envoyé lui tenir compagnie et que si c'était vrai, c'était très aimable, mais il aurait préféré quelqu'un plus à son goût. Je ne savais pas s'il parlait de goût charnel ou de goût alimentaire. Si c'était le deuxième, j'étais certain du contraire. Mon sang attirait tous les buveurs de sang à la ronde.


« Si tu veux, je peux rappeler
La pupille d'Erion, Daphné ? »



Après que Hedryan l'ait regardé de manière étrange, voire suspecte, le nosferatu posa lui aussi la question. Pourquoi voulais-je de son aide ? Vous vous demandez aussi avouez ! Non ?


« Te souviens-tu du petit accord que j'ai fait
Avec les dirigeants de ton clan, celui qui est personnel ?
En vérité, l'antidote, déjà, je connais.
Même contre des détestés, de force, le procédé reste cruel.

Ce que je propose est simple, du sang pour du sang.
Je t'en prélève régulièrement une dose.
Contre de la viande en meilleur agrément
Que la simple salade qu'ici, on t'impose.

Je pourrais aussi glisser un mot.
Pour que l'on te relâche un peu plus tôt... »


Ce n'était le meilleur arrangement qu'il pouvait avoir. Mais cela restait correct. Comment un carnivore pourrait supporter de manger que de la laitue, des tiges, des fleurs ou des racines ?
Je demanderais à ce qu'on le nourrisse de viande, en échange, il m'autorisait à prélever régulièrement de son sang pour créer des fruits non empoisonnés afin de satisfaire ma part du contrat avec les Helmael.

Je pourrais demander aussi un traitement de quelques années si j'expliquais correctement à Erion-sama la participation qu'effectuait Hedryan pour ma fille. Nous n'allons pas nous leurrer, il n'allait certainement pas être acquitté pour cela, mais réduire sa peine d'une dizaine d'années au maximum restait respectable.

S'il ne voulait pas me le donner de son plein gré. Je ferais de sa vie un enfer. Je ferais de ses trois siècles un supplice si douloureux qu'il préférera que je le tue.

Je me devais à tout prix protéger ma fille !
Elle allait bientôt arriver. Quitte à employer la pire méthode.


Mais je n'en étais pas encore là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedryan Septuern
Rabatteur d'esclaves - Mage 3e ordre
Age du personnage : 600 et quelques
Race : Vampire
Pouvoirs : Pouvoirs de race + métamorphose
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 6 Juin - 21:01
A en juger par l'expression sur le visage de son ennemi, il n'avait pas cru un traitre mot quant il avait dit avoir désobéi. Il fallait dire qu'il était le mieux placé pour comprendre et même savoir qu'encore quelques semaines plus tôt Hedryan n'aurait pas pu désobéir.  Il y avait donc peu de chances que ça ait changé en si "peu" de temps... Qu'à cela ne tienne, déjà il ne pourrait pas dire la vérité même si il en avait eu envie, ce qui n'était pas le cas, et si il voulait gagner sa vraie liberté, sans doute mieux valait-il qu'il fasse de son...mieux.

Il ne fit donc aucun commentaire annexe et ne relança pas le sujet, préférant le détourner sur la faim qui commençait à le tenailler. De toute façon, il ne pourrait pas le cacher bien longtemps. Cernunnos lui demanda si il devait rappeler Daphné. Hedryan esquissa un sourire carnassier.

"Oh oui..." Fit-il en lançant un regard vers l'endroit où elle était sortie de son champ de vision. "Surtout si elle est la pupille d'Erion." murmura-t-il davantage pour lui-même que pour Cernunnos.

Finalement Hedryan reporta son attention sur la raison de la venue de longues-oreilles ici présent auquel il demanda en quoi est ce qu'il pourrait bien l'aider vu sa condition. Il s'attendait... Non en fait il ne s'attendait à rien du tout. Il hocha la tête. Il se rappelait du marché personnel qu'il avait demandé au clan Helmael pour l'avoir lui-même relayé.

Hedryan plissa les yeux alors qu'il lui annonçait connaitre l'antidote mais expliquait que le procédé était "cruel". Ah enfin, il en venait au fait. Mais ce qu'il proposait était... mesquin. Déjà, il buvait du sang de créatures en vie. Il n'avait rien d'un carnassier. La viande était certes meilleure que la salade et les... autres plantes. Mais ça restait mauvais sur le long terme. Et trois siècles c'était un terme assez long. Les autres aliments, en dehors du sang étaient mangeables, mais finissaient par empoisonner leurs organismes. Bien entendu, ça ne le tuerait pas... Mais c'était tout à fait hors de question de négocier ça.

Et il n'y avait pas que ça... Jamais les elfes ne le laisseraient partir assez tôt qu'un marché en vaille la peine. Ou du moins pas celui là puisqu'il ne profitait qu'à Cernunnos, et à un clan qu'Hedryan avait supposément trahi. Bien entendu il pourrait faire semblant de faire amende honorable. Mais....

A peine Cernunnos avait-il fini de faire sa proposition que le vampire précédemment assis au sol se tenait maintenant tout juste devant lui, les yeux luisant de haine, les chaines qui le retenaient tendues au maximum de leur capacité. Une partie du pilori avait été arraché. Il faut dire que même privé de ses pouvoirs, il était parmi les vampires avec la plus grande force physique. Une force naturelle qui malheureusement, lui permettait de se libérer d'un vieux morceau de bois mais pas de chaines finement forgées et ensorcellées.
Si il avait eu la portée, nul doute qu'Hedryan aurait arraché la jugulaire de cette asperge avec ses crocs même quitte à risquer d'en mourir à son tour. Quelques éclairs d'énergie positive secouaient les chaines comme il en avait fait l'expérience plus tôt, mais la haine le fit tenir bon. Il semblait hors de lui.

Pourquoi devrait-il aider un clan qui l'avait trahis et jeté en pâture à ces sales elfes ?! Pourquoi devrait-il rendre service à son ennemi ?! Si il trouvait sa fille il comptait la tuer sous ses yeux et rendre caduc l'accord. Le rictus qui déformait ses traits laissait transparaitre sans mal sa profonde colère tout comme un sentiment d'injustice qu'il ne put contenir davantage.
Il se reprit pourtant l'instant suivant et adressa un sourire narquois, visiblement forcé à la fois compte tenu des décharges de magie qu'il subissait et qui le faisaient de plus en plus souffrir que de par son état d'esprit du moment. Il se sentait presque insulté par une telle offre.

"Non." Finit-il pas dire, simplement de manière abrupte et sèche.

La magie blanche qui l'affaiblissait un peu plus à chaque seconde finit par avoir raison de lui et incapable de résister davantage, il s'écroula à demi. Il rageait intérieurement en se doutant que ce sale elfe devait prendre un plaisir certain à le voie dans une telle situation.

Sans le quitter des yeux et maintenant que la magie blanche s'était amoindrie, il reprit sur un ton froid et chargé de menaces.

"Comment vas-tu faire maintenant ? Ton cher Erion ne t'autorisera jamais à faire tes petites expériences pour nourrir un clan de vampires dans un but égoïste."

Hedryan avait beau être enchainé, avait beau commencer à avoir faim, pour le moment il n'avait rien de brisé. Bien au contraire, il semblait que les chaines l'avaient rendu encore plus sauvage. Et il n'était pas désespéré au point d'accepter ça... de rendre service à ceux qu'il haïssait le plus. Sa relation avec le clan avait toujours était houleuse mais elle était demeurée neutre jusque là. Mais de toute évidence, ce temps était révolu. Il s'y ferait. Les elfes ne le tueraient pas, ce n'était pas leur genre, à eux qui respectaient la vie. Et d'autant plus lorsqu'ils doutaient de la réelle responsabilité d'un de leur prisonniers.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Directeur de la maison Méridius & Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk, Yin-Yang
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Juin - 6:36
Je n'avais pas cru un traître mot de ce que le vampire me disait sur son insubordination. Pour cause, il avait été obligé de jouer les toutous messagers pour ses supérieurs. J'avais pu voir de mes propres yeux à quel point cela lui était déplaisant de jouer ce rôle-ci.

À mon allusion de rappeler Daphné qui venait de lui rendre visite, le Nosferatu acquiesça vivement. Il accentuait même sa précédente affirmation s'il s'agit vraiment de la pupille d'Erion. Il n'avait pas compris que je le taquinais. Les oreilles d'elfes permettaient d'entendre des murmures, il était donc normal que j'entende ceux d'Hedryan.
Je secouais ma main devant moi comme si je chassais les mauvaises odeurs.


« J'espère que tu n'as pas pris au sérieux cette plaisanterie.
Ne t'en fais pas, elle reviendra te faire la morale un autre jour en I. »

Dommage pour lui, demain, c'était dimanche.

J'expliquais ensuite la raison de ma venue au prisonnier, mais à peine que j'eus fini ma proposition que le vampire se tenait juste devant moi. Les chaînes qui le retenaient étaient tendues et ensuite fissurées la pierre. Comme je l'avais soupçonné lors de notre affrontement, il était une force de la nature.
La magie s'enclencha au moment même où le Nosferatu essayait de se déchaîner. Pour ma part, je renforçais davantage le Piloris afin que d'aventures cela ne se reproduise pas.
Cependant, la magie de rétention ne semblait pas avoir l'effet escompté. Le prisonnier semblait être devenu encore plus sauvage qu'avant.

Il répondit alors à ma proposition par un non, simple, brut et sec.
Juste après, il me demanda comment j'allais faire maintenant sans lui. D'après lui Erion-sama ne m'autorisera jamais à faire mes petites expériences pour nourrir le clan vampire. Si Aldaril venait à l'apprendre, sûr que j'allais avoir une sérieuse conversation avec lui. Il était beaucoup moins compréhensif et tolérant qu'Erion. Pourtant, sur ce coup-là, je ne parierais pas ma vie sur le fait que mon seigneur me protège. Le vampire avait raison, je ne pouvais pas l'utiliser contre sa volonté ici. Les représailles de mon peuple seraient immenses. Ce n'était certainement pas le Piloris que l'on allait m'accorder.

Alors que je pensais lui arracher son sang de façon brute et cruel, un symbole apparu au-dessus de moi. Il montrait le symbole de l'harmonie chinois : le Yin-Yang. On pouvait voir que la partie mal était plus prononcé que la partie blanche, signe que l'énergie négative commençait à être absorbé.

Et merde !
Manquait plus que ça !
Cette capacité était pratique quand je n'utilisais que le côté Yin, puisqu'elle me permettait des supports non-négligeable, mais surtout, il empêchait les effets de l' « Hérésie » de s'accroître.
Le seul revers de la médaille, c'était que les effets Yang eux ne me plaisaient pas du tout. J'ai pu expérimenter un peu, ce n'était que des compétences d'attaques sournoises ou maléfiques. Les effets de ma maladie s'accentuaient. J'avais donc décidé de n'utiliser uniquement que le côté Yin de ce pouvoir.
Il semble que j'aie perdu le contrôle un instant. Le fait qu'il y ait un vampire en face de moi et que la sécurité de ma fille soit compromise, me fasse penser à faire des choses mauvaises.

Alors que j'avais un fou furieux devant moi, je fermais les yeux et essayais de méditer. Ce n'était pas facile surtout avec ce gorille, mais j'avais quand même réussi à me calmer.

Il allait falloir que je prélève des échantillons de sang sans être remarqué et surtout sans faire crier quiconque. Voilà un défi qui s'annonçait particulièrement éprouvant.

Je le repoussais vers le Piloris avec une légère brise de vent. Avec toutes l'énergie positive et magie de lumière qu'il venait de se prendre son corps semblait voler comme une feuille.


« Si tu ne voulais pas, inutile de t'énerver
Il suffisait de dire non et laisser couler. 
Par contre de suite, il faut te calmer,
Tu ne voudrais pas me donner prétexte pour te réprimander ?»



Nous étions dans le parc. Ainsi, nous étions entourés par la flore. Il se trouve qu'il y avait peu de moyens que je perde un combat dans un tel environnement favorable à mes capacités. Les branches des arbres et l'herbe au sol poussèrent. Cela pouvait donner la chair de poule à quiconque me voyait dans cet état. Bon, ce n'était que du bluff. Je ne pouvais pas lui faire de mal. En tout cas pas sans l'accord d'Erion ou d'Aldaril. Sauf, s'il tentait de s'évader. Comme il venait à l'instant de le faire, on pouvait dire que l'utilisation de mon pouvoir n'était qu'un simple avertissement.
Je sortais de ma poche intérieure de mon manteau un morceau de papier.
Ce n'était pas n'importe quel morceau de papier. Puisqu'il s'agissait d'une convocation du nouveau seigneur avec les armoiries des Leckards.


« Maintenant fais moi part de tes pensées
De notre nouvelle suzeraineté. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedryan Septuern
Rabatteur d'esclaves - Mage 3e ordre
Age du personnage : 600 et quelques
Race : Vampire
Pouvoirs : Pouvoirs de race + métamorphose
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Juin - 14:45
Hedryan avait bel et bien pris au pieds de la lettre sa plaisanterie sans comprendre qu'il en s'agissait d'une. A la limite de la vexation, il préféra pas ne pas répondre et détourna la tête. Toutefois ça avait suffit pour lui mettre l'eau à la bouche et il désespérait de pouvoir se délecter d'elle. Ou de n'importe qui d'autre en fait, il ne serait pas le plus regardant pour ces prochains temps... Au moins avait-il l'assurance qu'elle reviendrait dans quelques jours au plus pour tenter de le moraliser. Avec un peu de chance, il parviendrait à l'amadouer ou la persuader qu'il regrettait son geste, assez du moins pour que dans quelques semaines, ou mois, elle devienne un instrument intéressant pour le reste de sa captivité, qui serait peut-être écourtée.

Mais pour cela, elle devrait voir une réelle amélioration, un vrai changement et il était nécessaire qu'elle croit que c'était "grâce" à elle et à sa... moralisation. Fort heureusement, Hedryan avait toujours été un très bon menteur quand il le voulait bien, aussi il ne doutait pas de pouvoir parvenir à ses fins. Tôt ou tard. C'était aussi pour cette raison qu'il avait le choix d'une agressivité exacerbée. C'était nécessaire dans un premier temps qu'on rapporte à Erion et Aldaril son attitude. Même en étant pessimiste, si tout se déroulait comme il l'imaginait, il pourrait renégocier sérieusement sa peine dans un siècle. Et il comptait bien, en attendant, pousser son clan à la faute par d'autres biais ce qui jouerait en sa faveur par la suite. Il ne restait qu'à trouver le bon levier et la jeune elfe qui venait de partir en était un.

Malheureusement, en ce moment c'était à la Calamité qu'il parlait. Un fait autrement plus pénible que ce dernier malgré toutes ces destructions étaient toujours libre, contrairement à lui. Il y avait vraiment deux poids deux mesures, d'autant qu'il avait tué énormément de vampires cette nuit-là.

Finalement, le presque déchu lui fit sa proposition, à laquelle Hedryan répondit par la négative et en prenant soin d'essayer de briser le pilori au passage. Il aurait tant aimé réussir à se libérer davantage. La magie blanche était certes efficace mais il aurait peut-être ainsi pu arracher la tête de celui qui le narguait.
Les chaines résistèrent, tout comme une partie du pilori et il se retrouva bloqué avant d'atteindre son but. Dommage. Ce serait donc pour une autre fois.
Plutôt hors de lui, Hedryan résista en partie aux sorts de contrôle mais finit par retomber, à bout de force. Ce qui ne l'empêcha pas de provoquer son interlocuteur en lui montrant qu'il connaissait assez bien sa situation pour pouvoir se le permettre.

Pour le moment, Hedryan n'avait pas parlé du petit secret qui liait Cernunnos et le clan Helmael. Mais c'était une information utile qu'il négocierait sans aucun doute quand le besoin s'en ferait sentir, et afin de donner plus de crédibilité à sa rédemption. En attenant, il lui suffisait de ne pas permettre à cette asperge de lui prélever de sang.

Tendit qu'Hedryan continuait de le fixer de ses yeux rouges, un symbole apparut au-dessus de l'elfe. Le vampire arqua un sourcil. Tiens, c'était nouveau ça... Intéressant. Et à creuser aussi. Il n'en pas le temps car la calamité étant redevenue un gentil chiot, se contenta de repousser Hedryan par l'utilisation de l'air, non sans d'abord pris quelques instants pour se calmer. C'était amusant. Hedryan était le prisonnier mais c'était Cernunnos qui était entravé, même si sa prison n'était pas de la même sorte.

La bouche du vampire se fendit en un sourire narquois. Il le perdit finalement alors que l'elfe lui demandait de se calmer. Il était clair qu'il se servirait du moindre prétexte pour lui arracher du sang, et ce serait une merveilleuse excuse que d'expliquer qu'Hedryan tentait de fuir. Évidemment le vampire comptait bien s'y essayer et aussi souvent que possible. Mais... pas quand Cernunnos serait là. Pour autant, le ton qu'il avait employé continuait d'agacer Hedryan.

"Me réprimander ? Je ne suis pas un nouveau-né."
Lâcha-t-il froidement. Il aurait sans doute ajouté quelques paroles acerbes de plus si il n'avait pas vu l'herbe croitre, de même que toutes les plantes présentes, branchages également.
Ok, ça faisait son petit effet c'était certain... Même si il était clair que c'était du bluff. Enfin... en partie.

Hedryan avait pensé que leur... entretien était terminé mais Cernunnos sortit de sa poche intérieure de son manteau un morceau de papier frappé du sceau des Leckards. Le vampire se fendit en un sourire alors que l'hybride lui annonçait que Drake Leckard avait réussi à prendre le pouvoir. Bon, au moins tout le monde n'avait pas été inutile durant cette nuit fatidique ! Et l'elfe voulait son point de vue ? Sérieusement ? Allé soit. Il pouvait bien lui donner ses impressions, ça ne coutait rien. Au contraire, peut-être pourrait-il gagner des points...

"Alors il l'a vraiment fait..." Furent ces premiers mots. Il était en fait impressionné par le courage comme par les compétences certaines que Drake prouvait avoir encore malgré son âge avancé.

Il prit une seconde pour jauger Cernunnos avant de reprendre.

"Chaque parole, chaque mouvement, tout semble être millimétré et orchestré dans un but précis. Il avance ses pions et les déplace à sa guise. Du peu que j'ai pu découvrir par moi-même, il n'y a chez lui aucune place pour la compassion."

Il marqua une pause en se remémorant la nuit où il avait agressé Cain, et déshabillé accessoirement, ce qui avait révélé les nombreux mauvais traitements endurés de la main même de son grand père.

"Je le vois comme l'incarnation de l'ordre et il sait le faire respecter, par la peur, mais pas seulement... Tout comme il respecte les engagements qu'il prend, mais pas pour le meilleur et pour le pire. Pour ce que j'ai pu en voir en tout cas, il semble d'abord être gouverné par sa raison."

Il haussa les épaules, n'ayant que son propre cas, du moins celui de son ancien clan à l'esprit. Les Leckard étaient très secrets, dans leurs affects comme dans leurs alliances. Ses yeux se perdirent dans le vague alors qu'une vieille affaire lui revenait en mémoire. D'une voix plus lente, plus trainante, il reprit doucement, comme si il se parlait d'abord à lui-même.

"La cruauté est sans doute son amante la plus fidèle et pour autant, il ne semble pas prendre particulièrement plaisir à y recourir, sauf peut-être sur sa propre famille... Sa détermination et sa volonté en tout ce qu'il entreprend m'ont toujours laissé admiratif. Il sait ce qu'il veut. Et son... obsession pour le trône m'incite à penser qu'il a un dessein très précis à réaliser pour la cité et qu'il mettra tout en œuvre pour le réaliser."

Hedryan redressa la tête pour croiser de nouveau le regard de Cernunnos qu'il dévisagea.

"Si tu dois aller le voir, c'est soit parce tu es un pion intéressant pour lui soit parce qu'il souhaite te tuer."

Le vampire sourit de nouveau, découvrant ses dents. Il était visiblement plus calme que quelques instants plus tôt. L'idée qu'il rencontre Drake l'enchantait. Parce que d'un côté il deviendrait un pion comme un autre et serait utilisé à son insu pour... ce que le souverain jugerait bon. Soit parce qu'il le débarrasserait la Calamité d'argent. Les deux avaient du bon. Évidemment, Hedryan préférait tuer lui-même Cernunnos mais il se contenterait d'apprendre sa mort de la bouche de sa future... conquête.

"As-tu quoi que ce soit à te reprocher et pour lequel il t'en voudrait ?"

Il s'amusait follement finalement et ne sa cachait pas pour le montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: TARGATT - Ville Quartier Vodrel :: Résidences :: Demeures Elfiques :: Pilori-
Sauter vers: