:: PALAIS D'OPALE :: Cachots Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Drake - La Libération [PV Drake+Cernunnos+Alrost+Cain]

avatar
Cernunnos Oneiros
Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Déc - 12:02
Targatt, la cité que j'avais tant espéré voir. Là où les peuples devaient se rassembler et vivre en harmonie. Quelqu'un avait osé bafouer la tranquillité de cette cité !

Je ne savais pas ce qu'il avait fait, mais il était bien fautif de quelque chose s'il était emprisonné dans la deuxième partie de la prison. On obligeait ses détenus à porter des colliers restrictifs. J'avais moi-même porter un de ceux-là, mais apparemment, ils étaient bien plus efficaces que mon limitateur d'antan.

D'après ce que j'avais entendu, le personnage que je m'apprêtais à rencontrer avait attenté à la vie de la Régente. Ce qui me mortifiait le plus, c'était que cet individu était humain. De surcroît, il était professeur dans l'académie. Mon mentor et le représentant du petit peuple m'avait autorisé à venir lui parler quelques minutes. Il n'y a pas à dire, avoir quelqu'un de puissant derrière soi était rudement bien pratique.

En ce moment, on m'amenait à ce criminel tant redouté. Les cachots n'étaient pas un endroit où je me sentais à l'aise, loin de là. Mon organisme était à demi-végétal, je n'appréciais pas les endroits souterrains. Moi ce que j'aimais, s'était le soleil, les arbres, les sourires des enfants, les femmes, surtout les jolies. Mais me voilà en train de bénéficier de tous les avantages de cet endroit, si jamais ils y en avaient... Si en plus on devait m'enchaîner ici en me privant de ma magie, je ne pense pas que je puisse garder la volonté de vivre.

L'homme à qui j'allais avoir affaire n'était pas un amateur, d'après ce que l'on m'a dit. Sa famille était puissante et par horreur, certains membres de cette lignée avait le pouvoir du feu. Je ne sais pas pour vous, mais je sais une chose. Le feu ça brûle ! Surtout le bois !
Les consignes du personnel carcéral étaient claires et limpides. S'il sentait ou voyait que j'utilisais la magie, il me mettrait derrière les barreaux. On pouvait dire qu'il avait l'âme professionnelle pour être si rigoureux. Je suppose qu'une telle discipline est nécessaire pour être en ces lieux.
Nous arrivâmes devant le prisonnier. L'homme dans la geôle avait une cinquantaine d'années humaines un peu près. Un sixième de mon existence cela dit. Cependant, j'étais suffisamment sage pour admettre que ce n'était le nombre d'années qui était important même si cela me donnait un avantage en expérience. Si l'homme en face de moi était plus malin, ce n'est pas mes trois cent vingt ans qui allait jouer en ma faveur. Il pourrait retourner contre moi tout ce que je pourrais préparer. Heureusement, je n'étais pas là pour me battre où quoique ce soit.
Drake Leckard était un homme impressionnant, même dans un environnement si insalubre et pourrissant, il dégageait une prestance que je n'avais connu que chez peu d'hommes. En cela, je ne pouvais qu'être admiratif.
Je venais dans un tout autre but.
Je regardais les gardes. Ils hochèrent la tête. Que ce soit un ennemi pour sa trahison ou un allié professeur repenti, je me devais d'être aimable et faire preuve de respect pour lui. Aussi, j'avais pris avec moi un souvenir du nord d'Hésandre : de la frênette. Peut-être mon invité allait-il mieux parler sous alcool ? Dans le cas contraire, il pourrait goûter quelque chose de nouveau.

Le sol de mon côté était plutôt sec, même si comme déjà mentionné, pas des plus propres.
Un des geôliers fit transmettre un récipient en bois, je crois, contenant le breuvage.


« Bonjour et enchanté cher confrère,
Je vous amène ceci qui devrait vous plaire.
Je ne vous connais pas et c'est réciproque.
Je sais cependant votre identité,
je ne vous cache pas mon choc,
D'avoir trahi la Régente, vous, son Conseiller.
Je suis là ni pour juger, ni pour condamner,
J'aimerais savoir le pourquoi et que vous me l'expliquiez.
Amis comme ennemis sont liés sur un étroit chemin
Pas de mensonges, la vérité doit faire front commun.
Ceci est un échange, non un interrogatoire,
Questions et réponses chacun à faire valoir,
Tout en savourant ce délicieux breuvage.
Datant plus que votre âge.
Acceptez-vous ce compromis?
ou dois-je considérer cette conversation fini? »


J'avais dans ma main un calice en bois, le mien. Il était orné de gravures montrant des fées dans des forêts d'une contrée lointaine. Je levais mon verre pour saluer notre rencontre.
Peut-être avais-je trop d'espoir de vouloir ramener l'ancien professeur et conseiller dans le droit chemin ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Chef des Leckard, Maître de magie spirituelle - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 12 Déc - 22:42
Drake avait plus ou moins perdu la notion du temps depuis qu'il était emprisonné. Il se doutait que plusieurs semaines s'était écoulées mais n'en savait guère plus, les gardes mettant un point d'honneur à ne pas lui adresser la parole. Ce qui lui allait. Il avait toujours été la meilleure compagnie dont il ait besoin et que ses pensées ne soient pas interrompues par n'importe qui était presque une bénédiction, bien que le temps commence à être long. Toutefois, il savait être patient. Il avait semer assez de graines et depuis assez longtemps pour ne pas douter que les plantes qui se seront développées lui seront... redevables et enclines à l'aider.

Toutefois il y avait toujours des imprévus. Alrost en faisait parti. Cela faisait quelques jours que le capitaine du protectorat était passé lui rendre visite. Cette dernière n'avait rien eu de courtois. Drake avait certes quelques peu insulté et malmené le semi-démon avant de se faire enfermer, mais il n'y pouvait rien, c'était dans sa nature. Toutefois, comme il fallait s'y attendre, la patience d'un démon, même qui n'en n'était qu'une moitié, avait ses limites. Le protecteur s'était donc octroyé le droit de brutaliser un peu le patriarche des Leckard, profitant du collier que le prisonnier pourrait pour ne pas craindre une riposte éventuelle. Le but d'une telle manœuvre ? Collecter des informations :
Quel est le nom du démon qui allait l'aider ? Comment et où allait-il se manifester ? Où étaient les autres cristaux d'âme et ainsi de suite.

Au cours de l'interrogatoire, Drake avait donné un faux nom à Alrost et l'avait persuadé qu'il ignorait le reste. La seule information réelle avait été l'identité de celui qui était à l'origine de la lignée : Belial.

Depuis il n'avait reçu aucune visite et s'était contenté de revérifier les éléments en sa possession. Il devrait être prêt quand son petit-fils, ou plutôt l'entité qui prendrait possession de lui, viendrait le libérer. Il avait perdu assez de temps et il savait exactement comment faire payer à Astoria, Alrost et leurs alliés leur manque de jugement : ils auraient mieux fait de le tuer plutôt que de l'emprisonner. Une erreur de plus à leur actif et dont il leur était gré.

Drake était persuadé qu'il n'aurait pas d'autres visites, pourtant, la lourde porte grinça, puis s'ouvrit, laissant apparaitre une silhouette qu'il ne connaissait pas. Elle était encadrée par plusieurs gardes qui s'écartèrent légèrement pour le laisser s'approcher de la grille.

Le prisonnier ne bougea pas, se contentant d'observer alors qu'il demeurait assis sur ce qui lui servait de paillasse. Finalement, les yeux dorés du vieil homme se posèrent avec une certaine froideur sur l'inconnu et le détaillèrent tendit qu'il prenait la parole en lui proposant ? Un verre ? Drake attendit en silence que l'inconnu se taise enfin.

Entre son apparence et sa tirade ou son attitude corporelle, il y avait peu de chances qu'il soit un allié. Ca ressemblait davantage à Astoria comme méthode. Envoyer quelqu'un d'autre pour avoir plus de détails, ou pour revérifier certains éléments qu'il avait faussement cédé à Alrost. Cela voulait-il dire qu'ils avaient découverts sa supercherie ? Peu probable car Alros lui avait assuré qu'il viendrait le tuer. Et c'était un homme de parole. Et puis sinon pourquoi diable qui que ce soit viendrait-il le voir ? Le vieil homme avait à l'esprit plusieurs autres options mais elles lui paraissaient peu plausibles.

Finalement, Drake se redressa, toisant sévèrement l'espèce d'elfe qui lui avait adressé la parole. Il refit rapidement le tour de ce qui l'avait interpellé. D'abord la manière dont il avait engagé la conversation : "Confrère". Pas à sa connaissance. Et si il était bien bel et bien devenu professeur depuis son emprisonnement, cela signifiait simplement qu'il maitrisait au moins une magie parmi les "majeurs". Comme d'habitude, il lui faudrait prendre quelques précautions, du moins, autant que possible dans cet endroit qui limitait fortement son... potentiel.

Il avait été "choqué" par sa trahison. Drake n'avait pu empêcher un sourire un brin narquois d'étirer ses lèvres à cette idée saugrenue. Après tout, on ne trahit que ceux à qui on donne sa loyauté. Or, Drake n'avait jamais prêté serment à la Régente. Ou peut-être que si, mais qu'importe de le faire si l'on n'y accorde aucune importance ?

Il souhaitait connaitre la raison de son attaque contre la Régente ou le chien qui lui servait de capitaine du protectorat et proposait que chacun pose une question à l'autre. Un jeu. Pourquoi pas. Après tout, il commençait à s'ennuyer et ne comptait pas révéler quoi que ce soit donc autant faire passer le temps un peu plus vite.

Drake tendit finalement la main quelques secondes après la fin de la tirade de l'inconnu et saisit la coupelle. Pour autant, il ne gouta pas ce qu'elle contenait, se contentant par là de faire savoir qu'il acceptait l'entretien. Toutefois, n'en sachant pas plus sur l'intrus, il paraissait évident qu'il n'allait pas fourrer dans sa bouche quoi que ce soit. Il était si simple d'y ajouter quelques gouttes d'un sérum de vérité ou d'un poison inodore... Surtout pour... une sorte d'elfe tel que lui. Il fallait parier que comme ceux de son engeance il devait avoir quelques connaissances en matière de plantes et de leurs propriétés.
Le patriarche reposa la coupe sur le côté sans se départir de son sourire.

"J'accepte."

Drake croisa les mains derrière son dos, ses yeux ocres continuant de dévisager l'inconnu.

"Vous connaissez mon identité, à vous de me donner la vôtre. Mais pour vous féliciter d'avoir eu l'audace de venir jusqu'à moi -bien que ça ne réclame aucun courage compte tenu de ma condition-, je consens à répondre en premier."

Le vieil homme fit mine de réfléchir un instant au propos qu'il allait tenir bien qu'en fait ce soit déjà tout vu. Il souhaitait savoir la raison de sa traitrise envers la Régence. Soit. Ce n'était un secret pour personne et au contraire c'était même sa marque de fabrique. De la propagande. Et elle fonctionnait bien, très bien bien. Il était encore en vie grâce à la pression que sa propagande avait générée après tout. Une bonne partie du peuple le soutenait.

"Je ne souhaite pas voir cette cité aux mains d'une personne incapable de maintenir ou ramener l'ordre, incapable de faire des choix difficile quand ça s'avère nécessaire sous le feux prétexte de faire le bien. Un chef doit être au-delà de ces conceptions duales pour veiller à faire le choix le plus logique et qui profitera au plus grand nombre. Quand je dis profiter, je veux dire par là : rendre meilleur et dans tous les domaines."

Il avait parlé d'un ton profond mais calme, digne mais qui laissait clairement percevoir sa conviction. Sa voix résonnait doucement contre les murs de la prison, et les rares autres prisonniers ne faisaient pas le moindre bruit. On se serait presque cru dans un silence quasi religieux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 13 Déc - 3:18

Lorsque je suis arrivé devant la grille, les yeux dorés de l'occupant m'inspectèrent froidement comme un loup traque sa proie. C'était très déstabilisant, pour quelqu'un de normal. Aussi, je ne fais pas parti de la norme. 
Je venais de finir de lui proposer un échange d'informations tout en lui offrant de quoi boire. J'étais venu le voir pour avoir sa version des faits. La vérité dépendant du point de vue de chacun, chacun avait donc une vérité qui lui était propre. Lors d'un de mes voyages, j'avais bien aperçu un - ancien - marchands d'esclaves en train d ' "éduquer" l'un de ses articles pour lui apprendre que le rouge est vert et inversement. Sous les coups de fouet répétés, l'esclave s'en était convaincu, ou alors il était daltonien... La vérité peut être encore plus changeante du fait de la magie, car cette dernière permet de modifier la réalité. Avec la magie, on peut changer un innocent serpent en monstre. 

Venant d'arriver récemment à Targatt, je n'avais que peu d'éléments sur cette affaire. Interroger le suspect me semblait une des choses primordiales à faire. Je ne nie pas les efforts, ni les recherches de la régente et du capitaine du protectorat, mais un avis extérieur peut s'avérer être bénéfique. 


Je regardais le prisonnier. Il semblait réfléchir. Je sentais de la prudence, beaucoup. N'aimant pas utiliser l'empathie, je ne faisais que voir les sentiments à la surface les plus grands. N'étant pas quelqu'un de connu de la cité-mage, sa prudence devant un nouveau pion sur l'échiquier devait être au plus haut point. Même s'il était un professeur de la magie spirituelle, le collier qu'il portait l'empêchait d'utiliser tous les types de magies, même sa spécialité. Cependant, je mettrais ma main au feu - pardon, elle l'a déjà été - qu'il contrôlait assez bien son mental pour ressentir mon approche. Enfin, je le supposais.

Il prit la coupelle contenant la frênette, mais ne la but pas. Cet homme était vraiment trop prudent. À ce point-là, ce n'est plus de la prudence, mais de la paranoïa. Qu'importe, cet homme avait peut-être ses raisons pour craindre à sa vie. Quoiqu'il fût déjà emprisonné, il ne nuirait pas tant qu'il restera ici.
Enfin, il accepta mon petit jeu de questions réponses. Lui poser des questions de manière unilatérale ne marcherait pas et le froisserait plus que nécessaire, le but était de converser de manière équitable tout en prélevant des informations. J'étais un inconnu, il ne savait rien de moi et avait tout à apprendre. Là était ma force.

Il me demanda de décliner mon identité. Cependant, il me devança en répondant à ma première question. Par ce fait, il venait d'imposer son rythme. Qu'importe, seul m'importait les faits, la vérité.

Il m'exposa ainsi qu'il ne voulait pas voir cette cité dans les mains d'une personne incompétente, autrement dit, la Régente. De ce que je comprenais, cette dernière était incapable de faire les choix qu'il s'imposait et qu'elle se cachait derrière l'étendard de la justice et du bien. Pour lui, un chef devait ignorer le bien et le mal et se fier uniquement à la logique du plus grand nombre. Cela se tenait sur certains points. Il avait parlé avec conviction. En l'écoutant parler, je pouvais m'apercevoir que sa véritable force n'était pas son pouvoir magique, ni ses capacités, c'était sa voix. La voix de cet homme pourrait s'avérer dangereuse. Très dangereuse.
Le silence s'installa après sa déclaration.


« Je me nomme Cernunnos Oneiros.
Ne vous inquiétez pas pour le liquide,
Il s'agit uniquement de frênette,
Il est inutile qu'il vous inquiète.
J'apprécie beaucoup votre éloquence fluide,
Vous m'avez l'air d'une personne forte et féroce. »


Je bus l'alcool qui était dans mon calice pour prouver ma bonne foi. J'avais demandé à ce qu'on serve le breuvage devant lui. Les gardes ou autres pouvaient l'avoir empoisonné, on ne sait jamais. Il m'en restait un peu, aussi, je le proposais aux gardes m'ayant acompagné. Cela permettait de lui donner une assurance que rien ne pouvait lui arriver s'il buvait. Ce qui était vrai.

« Allons messieurs,
Je vous donne un peu d'alcool à boire,
Détendez-vous un peu en ces lieux,
Cela ne vous empêchera pas de faire votre devoir. »


Les gardes se regardèrent, l'un avait l'air complètement terrorisé en regardant un deuxième. Le garde terrorisé but et finalement rien ne lui arriva. Il osa même m'en redemander encore un peu. Je lui répondis en rime que tout ce qui faisait du bien avait toujours une fin. Je me concentrais à nouveau sur Drake.

« J'aimerais connaître les choix
Auxquels la Régente a dû faire face
Et ceux que vous auriez fait à sa place.
Du bien, du mal ; tout être penche d'un côté
Le devoir est l'unique donnée
Qu'importe le dogme que l'on croit.
La justice, toujours, punira
Ceux, qui la brave, qui enfreignent les lois.
Celles-là même qui protègent le plus grand nombre
Celles-là même qui vous envoient dans cette pénombre. »


L'argumentation de Drake était excellente, mais j'utilisais ces propres propos pour lui faire comprendre une autre approche. J'espérais cependant n'avoir pas été trop direct. Il risquerait de se frustrer et ne pas dévoiler ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Chef des Leckard, Maître de magie spirituelle - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Déc - 22:40
L'inconnu qu'il avait devant lui était resté silencieux durant son "explication" à propos de sa pseudo trahison. De son propre point de vue, il n'avait aucunement trahis la cité mais tenté d'écarter un chef indigne d'elle. C'était en fait un acte de charité et de bonté pour l'avenir de Targatt que de lui ôter cette épine : Astoria. Et il lui avait bien fallut faire en sorte de guider le peuple jusqu'à lui. Il avait donc profité des troubles pour renforcer sa position auprès des citoyens et gagner en popularité. Fort heureusement, Targatt n'était pas une démocratie. Toutefois, puisqu'Astoria souhaitait respecter son peuple et le consultait régulièrement, en procédant de la sorte, Drake s'était assuré qu'il ne lui arriverait que bien peu de choses quels que soient ses agissements. La trahison dont parlait son mystérieux interlocuteur était davantage un test qu'un véritable acte de sédition. Ils s'en rendraient tous bientôt compte et auraient l'occaison de voir la différence.

Toutefois, bien qu'il s'agisse effectivement d'un test grandeur nature, il s'était plié à l'exercice bien trop tôt. Il faut dire qu'il y avait un élément que Drake n'avait pas prévu. Ou plutôt, qu'il n'avait pas jugé à sa juste valeur : son petit-fils. C'était en grande parti à cause de lui que les grands pontes, à savoir Alrost et Astoria, avaient décidé si vite de l'emprisonner. Toutefois, même en s'y prenant aussi prématurément il avait pu constater l'emprise qu'il avait sur la cité.

Le fait qu'il n'ait pas eu de procès ni de tentative d'assassinat digne de ce nom tendait à lui prouver chaque jour un peu plus à quel point la Régente avaient les mains liées. Certes le capitaine du protectorat lui avait promis la mort de sa main mais... le vieil homme avait beau avoir quelques années de moins que le semi-démon il savait encore compter ou estimer le temps qui passait. Et tout lui disait qu'il ne tarderait plus à sortir. Les démons avaient du atteindre leur but maintenant sinon Alrost serait déjà revenu le "voir". Or, puisque ce n'était pas le cas, c'est qu'encore une fois, le plan initial continuait à fonctionner.

Et quelques détails de plus lui avaient mis la puce à l'oreille : d'habitude les gardes ne lui jetaient pas de regards, ou ils étaient plutôt condescendants. Cela faisait deux jours que ce n'était plus le cas. Déjà, ils étaient nettement moins nombreux pendant leurs gardes de la prison, et il semblait régner une ambiance des plus inquiétante "en haut". De petits détails, des impressions. Au final, la certitude qu'il sortirait bel et bien. Sous peu. Et pas pour se rendre au gibet. Plutôt pour avoir la chance d'y escorter une certaine demoiselle.

Mais pour l'instant, c'était autre chose que le futur qui l'intéressait, ou du moins, qui retenait son attention. C'était l'elfe qui avait eu l'audace de venir jusqu'à lui pour... satisfaire sa curiosité ? Obtenir des réponses ? Qu'importait. C'était une occasion plutôt amusante et peut-être qu'il serait plus "ouvert" d'esprit que ses derniers interlocuteurs.

Ce dernier prit d'ailleurs la parole une fois que Drake eut fini sa phrase. Il lui indiqua ce qui semblait être un nom bien qu'il soit peu commun. Il poursuivit en l'informant qu'il pouvait boire sans crainte le liquide alcoolisé. Sans doute. Mais Drake ne croyait personne sur parole. C'était une dogme auquel il se conformait de bonne grâce puisque jusque là, ça l'avait maintenu en vie. Le vieil homme jeta un coup d'oeil à la coupelle qu'il avait posé plus loin. Non décidément, il ne boirait rien qui vienne de là. En attendant, l'elfe énonça une évidence : il était fort et puissant. Dans son genre en tout cas puisqu'en puissance brute il n'égalait malheureusement pas encore les êtres extraplanaires.

Cernunnos avait du comprendre le dilemme avec la boisson puisqu'il fit en sorte que les gardes goutent le breuvage. L'inconnu tendit cette fois-ci à Drake son propre calice. Le patriarche lui adressa un bref signe de tête en remerciements et consentit à tremper ses lèvres dans la potion, non sans d'abord avoir attendu quelques instants de voir si les gardes ne tombaient pas raides ou ne subissaient pas un effet étrange.
Redressant la tête après avoir pris une gorgée, il rendit le calice à son propriétaire.

"Je dois admettre qu'il est parmi les meilleurs que j'ai gouté jusque là."

Toutefois, les boissons alcoolisées n'étaient pas son fort. Il savait apprécier un bon millésime comme tout bon gentilhomme mais considérait qu'au-delà c'était prendre le risque de voir ses sens se brouiller. Un erreur commune et communément stupide.
Il s'arrêta donc là.

Alors qu'il lui rendait la coupe, son hôte reprit la parole pour lui énoncer ce qu'il souhaitait entendre et donnait déjà son opinion du moins en ce qu'elle concernait la neutralité pure attenante à la loi. Un infime sourire germa sur ses lèvres. Évidemment, il en faisait les frais, tout être normalement constitué le jugerait "coupable", ne serait-ce que parce qu'il s'était arrêter. Après tout, si l'Ordre s'intéressait à vous c'est que vous n'étiez pas innocent de tout.

"Une simple erreur judiciaire qui sera rectifiée sous peu."

Contrairement à ce qu'il laissait entendre, ce n'était pas son emprisonnement qu'il considérait comme "erreur judiciaire" mais surtout le fais qu'elle l'ait laissé en vie. Elle le paierait de la sienne. Il soupira ironiquement - mentalement - en songeant que les récidives étaient toujours un problème récurent.

Drake se laissa la luxe de demeurer dans le vague et prit la parti de poursuivre la conversation. Il voulait en savoir plus sur les choix auxquels elle avait du faire face ? Comme lui expliquer sans lui révéler que la majorité des épreuves que la régente avait traversé émanaient directement ou indirectement de lui ou de ses alliés.

"Il y a quelques mois des disparitions de civils ont eu lieues Une trentaine en tout à hauteur d'un ou deux par mois et sur la fin, par semaine. L'incompétence du protectorat à enquêter sérieusement à déboucher sur leur incapacité à tirer les bonnes conclusions de l'arrêt brutal d'une telle manœuvre."

Drake marqua une pause, comme pour bien faire sentir sa désapprobation à l'égard de leur manque de jugeote. Il reprit tout de même l'instant suivant, toujours aussi calmement.

"Malgré mes avertissements répétés, les hybrides qui étaient à l'origine de ces troubles ont réussi à ouvrir un seuil démoniaque en opérant le plus simplement possible : les âmes leur ont servi d'énergie et ils ont détourna l'attention des "défenseurs" avec une simple diversion."

Le regard de Drake laissait clairement transparaitre son agacement à l'idée qu'une manœuvre aussi équivoque ait fait mouche. En réalité, il était clairement satisfait que leur idiotie latente lui ait permis de passer inaperçu quelques messages mentaux aux démons sur le seuil.

"A l'heure actuelle les diablotins ont été éradiqué pour la plupart mais nous avons encore quelques hors de chiens de l'enfer qui rodent dans les rues et ce n'est pas tout. On estime à 4 à 8 le nombre de démons intermédiaires et plus puissants encore qui auraient pu se frayer un chemin par le portail pour élire domicile ici. Par ici, j'entends, dans notre plan. J'ose toutefois espéré qu'ils ont quitté la cité. Mais rien n'est moins sur."

Le regard du patriarche s'ancra dans ceux de son interlocuteur.

"Nous aurions du les traquer et les abattre, ou en cas d'impossibilité, de les renvoyer aux enfers. Mais Astoria a choisi d'attendre. Attendre qu'ils commettent quelques atrocité avant de bouger. Pourtant, il me semble que l'instinct de survivre voudrait que lorsqu'un monstre se faufile jusque chez vous, vous vous chargiez de l'éradiquer, mais le mieux étant encore l'action préventive."

Il parlait également pour lui dans ce cas puisqu'elle l'avait déjà qualifié de monstre elle-même. C'était plutôt valorisant de son point de vue, considérant sa naïveté latente.
Il continua sur le même ton.

"Elle préfère les laisser errer pour se mêler d'affaires privées : les miennes."


C'était vrai et faux. Vrai qu'elle s'était mêlée de ses affaires, faux en partie car ses affaires concernaient il fallait l'avouer, l'avenir de la cité, et la durée qu'aurait l'avenir de quelques personnes. Drake fit mine d'être déçu.

"Pourtant, j'étais sa meilleure chance de trouver les démons et de les stopper."

Notamment car il était plus ou moins celui qui leur avait permis de passer en premier lieu et qu'ils lui devaient en quelques sortes une faveur. Mais aussi car un puissant démon était son allié et se chargerait sans doute de faire appliquer ce qu'il souhaitait. Au moins le temps de faire illusion et de régler les "choses" les plus urgentes : la vie de la régente et d'Alrost en premier lieu. En d'autres circonstances, il aurait pu avoir envie de se venger de son petit fils mais d'un certain point de vue il était assez fier de lui. Il avait osé le défier une fois de plus et cette fois-ci avait fait mouche. Mais là encore, le problème du gamin serait vite résolu, si ce n'était pas déjà fait, puisqu'il serait remplacé par un démon : leur ancêtre commun qui d'ailleurs portait à l'origine le même nom que lui. Bref. En attendant d'en être là, Drake jouait son rôle et comme souvent, il le faisait à la perfection, le mensonge et la subversion étant chez lui une seconde nature.

"Elle vous confirmera que je l'ai aidée à résoudre ces cas et qu'en considérant mon utilité pour la cité en cette période sombre, j'aurai été son meilleur atout. Si elle ne m'avait pas enfermé ici évidemment. Maintenant il est trop tard."

Sciemment, toujours par gout d'une certaine forme de... jeu, Drake avait laissé filtrer quelques informations. Des mises en garde qu'un simple d'esprit mettrait sur le compte de le rancune, de la déception, de l'agacement du à sa condition. Il fallait voire au-delà. Drake était un marionnettiste de talent. Et jusqu'à présent, tous ses pions s'étaient comporté presque exactement comme il l'avait souhaité. Peut-être était-il temps que quelqu'un d'autre que son petit-fils ne s'en rende compte. Et si l'elfe qu'il avait en face était bel et bien aussi intelligent qu'il tentait de le montrer en venant le voir, alors peut-être qu'il saurait mettre en garde Astoria. Et ce faisant, resserrerait encore davantage l’étau qu'il avait conçu. Le léger sourire qu'il avait arboré plus tôt était revenu et si une certaine forme d'amusement était bien visible dans son regard ocre, il n'avait pourtant rien d'engageant. Le Rada'an ne le privait que de ses pouvoirs après tout. Pas de tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Déc - 5:57
Cette conversation était des plus enrichissantes. Je sentais mon esprit s'embraser rien qu'en lui parlant. Une telle conversation était des plus subtiles et chacun défendait son territoire par la force de ses paroles. Il était puissant pour argumenter, bataillant avec éloquence et demi-vérité. Mon empathie ne servait pas à grand chose ici. Il fallait que je me serve de mon intellect pour surpasser sa langue de dragon.

Dragon, c'était le meilleur terme que je puisse utiliser pour caractériser quelqu'un. Ces reptiles étaient des plus puissants, leurs crocs étaient des épées, leurs griffes des lances, leurs ailes un ouragan, leurs souffles la mort. Ces lézards n'étaient que feu, ils n'étaient que mort. Je n'ai pas eu la chance, ou la malchance, ni de voir, ni d'affronter un tel être, pourtant, tout en cet homme m'incitait à le comparer à de tels êtres supérieurs, car les dragons n'étaient pas que forts physiquement, ils avaient aussi la plus grande des armes, leurs voix. Pire que les drows, ces cracheurs de feu étaient l'un des fléau qui frappait mon peuple : les elfes.

Je ressentis quand même une once de surprise. Je l'avais surpris. Je ne savais pas comment, mais c'était déjà une bonne chose pour moi. J'avais gagné une petite victoire. Il ne me restait plus que la guerre à gagner.

Ma plus grande réussite fut que le prisonnier goûte à ma frênette. Il ne but malheureusement qu'une seule gorgée. Ainsi, malgré l'honnêteté que j'avais pu déployer pour satisfaire son besoin de sécurité, il restait vigilant et prudent en toutes circonstances. Cet homme aurait été admirable s'il n'avait pas été jeté en prison. D'ailleurs, Drake me révélait pourquoi il avait atterri en prison. Une simple erreur judiciaire. Ce n'était pas possible. Une simple erreur judiciaire ne pouvait pas l'avoir emmené ici, à moins que.... Une théorie se forma dans ma tête, mais je voulais d'abord l'entendre jusqu'au bout. Peut-être un indice me mènera sur le bon sentier.

La personne aux yeux d'or me dévoila ce que la Régente avait dû subir. Je m'attendais à beaucoup de choses, mais certainement pas à cela ! Qu'il y ait eu des disparitions, ça, j'étais au courant, qu'elle était du nombre de trente en tout, non. Le plus impressionnant, c'était que les disparitions s'étaient sur plusieurs mois. Elles n'avaient cessé d'augmenter sur la fin. Erion m'avait écrit pour que je l'aide dans cette enquête, cependant, il n'avait pas mentionné qu'elle était si sérieuse, le temps que j'arrive à la cité-mage, soit quelques semaines de là où j'étais, la situation était devenue catastrophique.

Selon Drake, c'était la faute au protectorat de n'avoir pas su enquêter sérieusement. Ainsi, les protecteurs n'avaient pas pu arrêter la manœuvre. Une manœuvre ? Quelle manœuvre ? Quelle manœuvre avait-elle eu pour but de faire disparaître des personnes ?

Le prisonnier marqua une pause dans son explication. Mon cerveau était en train d'élaborer milles et une possibilités sur le pourquoi. Alors que mon cerveau était en effervescence, il continua. Le laisser parler. Il fallait qu'il continue. Déjà, pour que l'interrogatoire soit utile et enrichissant, mais en plus pour qu'il puisse agir en conséquence. Plus j'avais d'informations utiles, plus je pouvais rassembler les pièces du puzzle.


Toujours selon le prisonnier ce qui était à l'origine des troubles, ou plutôt les personnes responsables en amont de ce résultat inquiétant de disparitions étaient les hybrides. Les hybrides ? De quels hybrides parlaient-ils ? Au fil des siècles, les mélanges entre race s'étaient accentués, donc pour définir un hybride, il fallait déclarer ses liens sanguins de race. Moi-même, j'étais un hybride, alors quand il mentionna le terme hybride su un tel ton et sur une telle accusation, je ne pus que le regarder légèrement méchamment. Mes pupilles s'étaient contractées et mes cils rapprochés, signe démonstratif de la colère pour ceux qui savait observés les visages et en lire les émotions et la vérité. Regrettant ce relâchement dans la garde, je me ressaisis. J'avais loupé un passage important. Les deux mots résonnèrent ensuite dans mes oreilles en écho. Comme le cri d'un alpiniste avant le déclenchement d'une avalanche. Mon teint de peau, bien que déjà pâle dû à ma nature d'elfe, blanchit à la signification de ces mots : seuil démoniaque. Il avait dit démoniaque ! Pas diabolique. Mais bel et bien démoniaque !

Me réflexes prirent le dessus sur le calme que je m'étais imposé. Toute personne a ces habitudes quand il leur arrive de perdre leur calme, ou de s'énerver, ou tout simplement de perdre le contrôle. J'étais en train de me perdre dans mon anxiété. Aussi, mes vieilles habitudes reprirent le dessus sur moi. Une fois encore, je relâchais ma garde devant cet homme si envoûtant. Quand je suis inquiet et qu'il s'agit d'une question où je ne suis pas en danger, je mets mon pouce et mon index de façon à ce qu'il épouse la forme de mon menton. Dans ces moments-là, mes yeux naviguent lentement à travers la pièce ou devant moi, comme pour chercher des solutions à ce qu'il venait d'arriver. 

Tandis que je perdais le contrôle de ma garde, normalement stoïque, j'appris le comment sur l'ouverture du portail. Les disparus n'avaient rien été d'autres que de l'énergie. Le coupable s'était servi des âmes pour ouvrir un portail vers le monde des démons. 

C'est juste après cette révélation que le regard de Drake se planta en moi et je ne pus m'y dérober, remettant mes gardes et mon attitude debout par le danger que m'exposaient ses yeux. Il me conta ainsi les actions qu'il aurait lui-même accompli dans ce cas-là. Il aurait dû traquer et abattre tous les démons ou si c'était impossible de les renvoyer en enfers. Cependant, Astoria, la régente avait choisi d'attendre. L'argument qu'il plaça derrière sur la survie ne fit pas mouche pour autant sur moi. Il était vrai, que l'extermination des démons aurait dû être prise, cependant, il pouvait être aussi un piège. Si les démons avaient prévu d'entrer dans la cité, ils auraient pu aussi prévoir qu'ils seraient peut-être accueillis à bras armé. La bataille aurait fait beaucoup de morts. Attendre avait été la décision de la régente, une décision parmi d'autres. La régente projetait peut-être de les éliminer en guérilla, comme je l'avais fait jadis avec les vampires. De plus, une fois dans les murs, les démons pouvaient avoir possédé n'importe qui. C'était un de leur pouvoir et le plus démoniaque à mes yeux. Ainsi tuer les démons revenait à tuer les citoyens innocents qui n'auraient été que des dégâts collatéraux. La survie survient au moment de l'attaque pas lorsque la chasse commence. Si un serpent venimeux entre dans une maison habité, que l'homme voit le serpent entré, mais qu'il ne sait pas où il s'est caché, l'homme va-t-il attendre le moment de l'attaque pour contre-attaquer et échanger les rôles ou l'homme va-t-il fouiller et retourner sa maison au risque de se faire mordre par le serpent par tant d'imprudence ? Cela dépendait de quel individu l'homme de la maison était.

Seconde révélation important, Astoria avait donc préférer enquêter sur cet homme plutôt que sur les démons. Cela voulait-il dire qu'elle suspectait son conseiller de l'avoir trahi à cette raison ? Cela expliquerait bien des choses, le fait qu'il soit encore en vie également. Il affirma ensuite être le mieux placé pour trouver et stopper les démons. Pourquoi ? Était-il un maître en magie noire ou blanche pour cela ? Je ne m'étais pas assez renseigné sur cet homme avant de le trouver. J'aurais d'abord dû écouter le récit complet du capitaine du protectorat, sûr qu'il allait m'en vouloir. 

Je ressentis quand même son mensonge derrière cette phrase. Il y avait anguille sous roche. La phrase qu'il dit par la suite était vraie. Il racontait que même Astoria aurait reconnu son utilité si elle ne l'avait pas enfermé.


Une fois qu'il eut fini de parler, je réfléchissais ardemment. Il m'avait donné beaucoup de matière à méditer. 
Les disparitions n'étaient qu'un acte préméditant l'ouverture d'un portail démoniaque. Hors, on n'ouvre pas une porte toute seule. Pas dans ce sens-là. J'avais lu dans des livres que certains démons avaient pu déchirer le voile entre les mondes pour arriver dans le nôtre, mais il ne s'agissait que de démons majeurs. J'avais également lu que certaines personnes avaient pu invoquer des diables, des démons ou des anges. Qu'est-ce que Drake avait dit déjà ? Qu'il était son '' meilleur atout '' pour résoudre ce genre de problème. Qu'il aurait été sa '' meilleure chance '' pour les trouver et les stopper. L'investigation sur sa personne et non sur les démons d'Astoria me disait qu'elle suspectait cet homme d'en être le complice.... Ou même l'auteur.

Mais ce n'était pas le plus préoccupant ! Le plus inquiétant était que des démons avaient fait surface dans notre monde. L'équilibre, déjà fragile entre différentes races vivant dans ce plan, venait d'être chamboulé. Si les démons débarquaient, nul doute que les autres forces des plans viendraient mettre leurs grains de sel. Les diables se montreraient et ne montraient aucune pitié aucune sur les innocents posséder, tant qu'il pouvait punir les vrais méchants. Ce qui me laissait perplexe était la complexité du plan. Les démons n'étaient pas connus pour les organisations, plutôt pour leurs actions chaotiques et tentatrices, qu'ils aient formé un plan pareil était du jamais-vu. Il n'y aurait pas que les diables qui se montreraient.... Mais également les anges. Ces fanatiques croisés exterminateurs du mal n'auraient aussi aucune pitié aucune quant à l'identité de l'individu innocent se tenant devant lui et étant possédé. 
En conclusion, la cité-mage de Targatt allait voir le début d'une guerre sainte et allait finir en champs de bataille rasé.
 

« Votre récit est fort émoi.
Des démons dans la ville,
Voilà un sujet intéressant,
S'il n'était pas aussi inquiétant.
Votre parole est bien habile
Pour celui qui ne se méfie pas.


Vous dîtes erreur judiciaire,
Pour un cas de trahison ?
La mort est la sentence ordinaire
Pour un pacte avec des démons.
Hypothèse, tout du moins, est-elle vraie ?
Vous vous êtes engagé à ce que vos paroles ne mentiraient.
Un voleur ne vole pas si on lui a ouvert la porte.
Je suppose que pour cela qu'on vous enferme de la sorte.

Tout cela n'est rien si l'on connaît le dénouement,
D'avoir osé perturber l'équilibre à présent,
Les démons ont donc infiltré nos rues
On peut donc s'attendre à biens d'autres venues
Pour punir les démons vont venir les diables,
Infligeant d'autres victimes et répandre ce mal,
Les anges eux non plus ne seront pas en reste,
Car ces croisés détruisent tout ce que le mal empeste.

Cette cité finira en un champ de bataille,
Au final ce qu'on sait, c'est que personne ne gagne.

Je n'ose espérer que c'est réalité,
Veuillez, maintenant, s'il vous plaît avouez,
Si un de ces crimes est le vôtre ou tous à la fois
Les faits sont écrits et tous vous désignent du doigt.

Vous avez capacité et savoir,
Je pourrais plaider votre rachat auprès de mon mentor,
Avez-vous questions ou explications à faire falloir ?
Tout cela n'est que conjecture, ais-je raison ou tort ? »


J'avais dit que je ne le jugerais pas. Je n'ai pas tenu parole. Mais qui ne pourrait pas juger quelqu'un sur un tel acte.
J'avais réfléchi sur comment on pouvait arrêter les démons avant que cela soit la parade du paradis et de l'enfer. J'avais trouvé une possibilité, mince, mais faisable.
Il y avait un pouvoir qui pouvait supplanter les démons, les diables et les anges réunis. Lors de moments comme celui-là, les hommes ne se tournent que vers de telles entités. Si puissant qu'elles ne peuvent entrer dans notre monde. Seuls leurs représentants, des pouvoirs, pouvaient en avoir le contrôle. Tout le monde sait que les dieux existent. Je devais donc aller prier pour notre salut. Mais avant de partir, je voulais connaître si ma supposition était juste. Ainsi, donc j'attendais sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Chef des Leckard, Maître de magie spirituelle - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Déc - 12:58
Drake durant son discours avait pris le parti de se livrer un peu plus. Il n'en était pas au point de faire des confidences mais pour que ses demies vérités passent mieux il fallait quand même qu'il fasse croire à un minimum d'honnêteté de sa part. Il s'évertuait donc à démontrer que son point de vue sur la régente, notamment, était tout à fait défendable et au-delà, qu'il était même valable. En soi, il savait qu'il y avait peu de chances que cet elfe ne finisse parmi ses alliés mais il n'avait rien à craindre de lui. Il avait déployé assez d'efforts pour le lui faire comprendre. Par ailleurs, si Drake avait dénoté une quelconque surprise, il n'était pas le seul à avoir perdu un semblant de contrôle.

D'après les réactions corporelles de son interlocuteur, ce dernier n'avait pas été au courant de toute l'histoire. Ou si ça avait été le cas, certains détails avaient semble-t-il du lui sauter aux yeux. Mais ce fut lorsqu'il avait évoqué les hybrides que la réaction avait été la plus visible. Le regard avait changé du tout au tout, passant de l'attention à l'agacement pour qu'un semblant de colère obscurcisse même son regard. Drake savait les déceler comme il savait décrypter les gens. Soit l'elfe détestait que l'on parle ainsi d'une minorité, car il fallait l'avouer, quelles que soient les races qui étaient concernées par l'hybridation, dans tous les cas en plus d'être assez mal perçu par le commun, ils étaient et resteraient une minorité de la population. Soit son auditoire était lui-même un hybride. Il serait intéressant de lui en faire dire plus sur lui.

Toutefois, il poursuivit sans laisser paraitre ses réflexions, révélant le seuil démoniaque comme le petit contingent de démons de toute sorte qui étaient parvenus à fouler le sol du plan matériel. Ca avait l'air de l'inquiéter. Il y avait sans doute de quoi en effet. En tout cas il était évident que l'ampleur de la tâche à venir, pour les bien-pensant du style d'Astoria en tout cas, était trop immense pour leurs frêles épaules. Le vieil homme comptait bien s'en assurer. Que l’elfe s'inquiète était une bonne chose. Il ferait en sorte que la pression monte, qu'il aille ensuite contaminer les autres de ces sentiments en leur confiant ses craintes. Avec un petit coup de pouce, ils laisseraient leurs émotions les détourner de l'essentiel, ce qui lui faciliterait la tâche, à lui et à ses alliés.

Dans tous les cas, c'était une bonne chose qu'il lui en dise davantage et même qu'il s'expose un peu. Il avait même presque envie d'avouer mais ce serait faire preuve de trop « d'enthousiasme » et ce faisant, se rendrait moins crédible. Non, mieux valait qu'il continue à y aller par pallier. Quoi qu'il en soit son interlocuteur avait l'air en pleine réflexion. Drake aurait adoré pouvoir lire ses pensées à cet instant mais il se contenterait de décrypter son attitude corporelle pour lui donner du sens.

Le patriarche des Leckard poursuivit son explication en donnant davantage de grains à moudre à son visiteur. Après tout, lui aussi était curieux de l'autre. Il n'y avait pas de raison que ça soit à sens unique. Par ailleurs, Drake jugeait qu'il y avait déjà mis du sien dans ce marché qu'ils avaient conclus. Peut-être était-il temps que ce Cernunnos remplisse sa part du contrat.

Ce qu'il semblait peu enclin à faire puisqu'il réclama davantage d'informations en plus de le juger, coupable a priori. Contrairement à ce qu'il avait promis, il lui posait encore davantage de questions. Drake ne pouvait lui en vouloir, quand on a un semblant d'emprise il était plutôt difficile de s'en défaire, surtout quand les réponses soulèvent plus de questions qu'elles n'y répondent. Mais les interrogations révélaient plusieurs choses parmi lesquelles, la plus importante était qu'il n'avait pas fait ses devoirs correctement à son sujet. Sinon, il aurait déjà eu les éléments en mains.

Il lui révéla toutefois ses craintes en ce qui concernait la présence des démons sur ce plan. Selon lui, les diables suivraient forcément de près, les anges y compris et Targatt deviendrait les ruines d’un champ de bataille entre créatures extraplanaires. Effectivement, c’était une possibilité, d’autant que la patriarche devait admettre ne pas connaitre les plans réels des démons qui avaient réussi à se faufiler. Et puisque la cité voisine était déjà sous leur emprise, le problème pouvait sembler général. Drake était quelque peu taraudé par ses deux allégeances. Il se savait mortel bien qu’il ait un lointain ancêtre qui soit un démon. Et bien qu’il exècre l’humanité et la plupart des espèces qui vivaient dans ce plan, il n’était pas encore tout à fait certain de vouloir gouverner un monde de cendres. Le mieux aurait été que son ancêtre décide de lui rendre honneur pour l’avoir aidé et ne fasse de lui un démon à part entière mais il n’était pas assez naïf pour croire que ça arriverait. Il préférait donc laisser de côté le jugement de ces questions tant qu’il n’avait pas eu l’occasion de parler face à face avec Caïn et de connaître ses plans pour le futur de la cité et du monde, à long terme.

Pour l’instant tout ce qui l’intéressait c’était d’être libéré, le reste viendrait plus tard. Il avait assez d’expérience pour savoir et avoir compris qu’il était important de noter tous les éléments en sa possession mais ne pas s’inquiéter en vain. Concrètement, factuellement, il ne pourrait pas en savoir plus tant qu’il resterait en fermé. Drake se préoccuperait donc de ces questions à sa sortie. Malgré tout, il était forcé d’admettre que Cernunnos avait fait mouche en avançant ces éléments car c’était effectivement un risque probable voire même concret.

Drake se rendit compte qu’il avait gardé le silence plusieurs secondes après la fin de la tirade de l’elfe. D’ailleurs il n’avait que peu fait attention à ses derniers mots et il dut faire un effort pour se les remémorer. Il proposait de racheter sa liberté ? En échange de son savoir ? Il pensait donc sincèrement que le patriarche avait de tels liens que les démons lui auraient révélé leurs plans. C’était amusant comme la psyché était forte. On lui attribuait toujours plus de pouvoirs qu’il n’en avait. Ce qui lui allait tout à fait. Toutefois… Un sourire avait fleurit sur ses lèvres, amusé.

« Allons, il me semble que c’est à mon tour. »

Oui, c’était la règle du jeu mise en place au début de cet entretien. L’elfe devrait donc s’y plier au risque de voir l’entrevue se finir prématurément sans aucune réponse concrète.

« Quelle est votre hybridation ? Le côté elfe est très présent chez vous et j’admets ne pas avoir su trancher. De plus je suis assez intrigué il faut l’admettre par votre capacité d’analyse. Votre réactivité est remarquable. Pourtant je doute qu'elle soit la résultante d'un quelconque pouvoirs. Ce qui amène ma question suivante : quelle est votre fonction exacte, votre rôle au sein de la cité ? »

Après tout il avait su déceler qu’une part de mensonges était présente, ou plutôt un large part de « non –dit ». Il avait également compris directement que Drake avait une forte propension à la manipulation et tentait même d’en tirer profit en lui offrant un espoir de liberté. Certes il ne s’en était pas caché mais nombreux étaient ceux qui se faisaient avoir bien plus facilement. L’elfe était tout aussi habile que lui quoi que d’une manière et d’une nature tout à fait opposées aux siennes.

Les yeux ocres du vieil homme avaient fini par lâcher leur proie tendit qu’il faisait le pas qui jusque-là l’avait séparé des barreaux contre lesquels il posa une main.

« Sachez cependant que je ne vois dans vos propos nulle raison de vous venir en aide. Pourquoi irais-je sauver mes bourreaux alors que ma libération est certaine et sans que je sois redevable à un ennemi ? »

Si il souhaitait vraiment des réponses, il devrait faire mieux que cela. Marchander était également un art après tout. Et Drake était un prix assez élevé quand on souhaitait acquérir ce qu’il pouvait offrir. La question qu’il posait était réelle et son aplomb aurait prouvé à quiconque que pour lui sa sortie était réellement « prévue », en quelque sorte. Ca trahissait toutefois une vraie confiance en ses alliés ou en lui. Voire les deux. Une confiance qui aurait pu paraitre aveugle et donc très étrange considérant qu’elle venait de lui, un être un brin paranoïaque.

D’un autre côté, il était encore en vie. Alrost n’était pas revenu le voir. C’était donc que les pions qu’il avait mis en place avant son emprisonnement et qu’il manipulait depuis des années pour certains, étaient bien tous en place ou du moins que le plan initial n’était toujours pas tombé à l’eau. Dans de telles conditions, comment ne pas être confiant. L’enfermement jouait évidemment avec ses nerfs mais il avait assez de self contrôle et était trop rationnel pour perdre espoir après seulement quelques semaines, ou mois d’attente.

Comme pour confirmer son sentiment, ce qui ressembla à un tremblement de terre, lointain, secoua légèrement la pièce alors que le bruit lointain d’une déflagration retentissait jusqu’à eux quoi que bien étouffé par les couches épaisses de murs et autres protections qui les séparaient de l’extérieur.

(HRP : Si Caïn n'intervient pas avec nous, je supprimerai le dernier paragraphe ^^)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Déc - 20:05
Plus j'en apprenais, plus j'étais inquiet, c'était vrai, mais face à une telle situation, qui n'aurait pas été inquiet ?
Cependant, plus j'en apprenais, plus je posais des questions. Comme je ne m'étais pas entretenu au préalable avec le capitaine du protectorat sur les antécédents du prisonnier, beaucoup de questions que je lui posais devaient déjà être dans le dossier.
Ma soif de savoir auprès de lui n'était plus un échange, mais un interrogatoire comme je l'avais redouté. Pour la défense, je dirais que Drake ne m'a posé qu'une seule question : « Comment je m'appelais ? »
Drake donna plus d'informations que je ne l'avais espéré. J'avais oublié les règles que j'avais moi-même imposées et pourquoi il faisait cela. 

Lorsque j'avais parlé des conséquences catastrophiques sur le fait d'une guerre sainte se passe à Targatt. J'avais senti le doute l'espace d'un instant. Il venait peut-être de déstabiliser mes forces dans cette joute verbale, mais ce que je venais de lui asséner était beaucoup plus important dans une guerre. Le doute qui grandit dans le cœur est le poison le plus puissant pour faire tomber un homme, une armée, un pays. 

La preuve était qu'il avait gardé le silence plus que raison et plus longtemps qu'il n'en a fait pour répondre que précédemment.

Cependant, au lieu de répondre aux questions que je lui avais posées, il retourna sa veste comme je le craignais. Le fait que je pose des questions à tort et à travers lui avait octroyé le droit de m'en poser. J'eus la mimique de vouloir protester un instant. Avant de me raisonner qu'étant celui qui avait instauré les règles, je devais y obéir et y être contraint. J'avais posé beaucoup de questions, trois d'entre elles avaient eux une réponse. Nous étions donc à trois contre un dans les résultats entre moi et Drake.

La première question qu'il me posait était celle de mon hybridation. Aïe ! Comme la plupart des hybrides, je tiens partie d'un de mes pouvoirs de la génétique. Donc lui révéler mes origines revenaient à lui servir sur un plateau ma faiblesse et la nature de mon pouvoir. Bien, je n'aimais mentir. Ou plus. Mon code moral m'incitait à y répondre qu'importe ce qui arriverait plus tard. Il me complimenta sur ma réactivité, mais il doutait qu'elle soit due à mes pouvoirs, il avait à moitié raison. Il me demanda enfin sa question la plus importante selon lui. Quelle était la fonction exacte que j'occupais ? Quel était mon rôle au sein de la cité ? Intéressante question. Même si j'avais déjà répondu à celle-ci en me présentant comme son collègue.

Je tendis la main droite, paume ouverte vers le ciel. Mon visage prit les rides de l'écorce d'un arbre. Mes oreilles se transformèrent en branches feuillues. Mes cheveux ne changeaient pas tant, mais de tant en tant des fleurs de Charme avaient poussé à leurs extrémités. Sur ma paume, une jeune plante poussait dans ma main. C'était un spectacle assez fascinant si l'on savait le voir. J'avais contrôlé mon pouvoir génétique afin de me transformer qu'au tiers de ce que j'aurais dû puisque quand je le faisais complètement, j'étais certes beaucoup plus puissant sur la flore, mais je ne tenais pas à me changer en arbre pour autant. L'effet serait certes spectaculaire, mais je ne pourrais ni parler, ni bouger, je serais juste un arbre. 


« L'autre partie de moi vient de ma mère,
Qui tient son pouvoir de celui de la terre,
Ma très chère mère ayant été Dryade,
Je suis le fruit de cette union incroyable
Quant à votre question sur ma fonction
Je vous ai répondu en étant entré
Je suis professeur de contrôle de pouvoirs dans cette cité
Ma réactivité étant les pouvoirs de ma race
Celui de l'empathie, vos émotions je suis la trace.
Mon expérience y est ajoutée
Car elle est de seulement trois cent vingt années.
Votre vraie question est cachée
Elle est comment je peux suggérer votre liberté.
La raison n'a pas de liens avec mon rôle sur ma fonction,
Mais plutôt de ceux avec mes relations... »


Il s'avança vers les barreaux puis Drake affirma qu'il ne voyait aucune raison de m'aider. Il termina en me posant une question. Pourquoi devrait-il sauver ceux qui l'ont enfermé alors que sa liberté était apparemment certaine sans qu'il soit redevable à un ennemi ?
Mes yeux se plissèrent en comprenant qu'il me considérait comme un ennemi et qu'il était certain de sortir. Il ne pouvait sortir seul de cette geôle. Si la raison de son enfermement était vérifiée, il avait les démons comme alliés. Les démons avaient-ils prévu d'aider cet humain à le libérer sous conditions ?
Les démons ont toujours été des êtres doués dans la tromperie. Ils faisaient des pactes afin de gagner du pouvoir. Ils devaient cependant respecter cruellement les pactes signés. Pour cela, il fallait bien lire les lignes en petits caractères.
Je retirais le gant que je portais toujours afin de cacher la brûlure qu'un humain avait osé me faire, il y a déjà de très nombreuses années en voulant détruire la forêt dans laquelle je m'étais cachée, après quelques meurtres de lycans. Le feu m'avait brûlé sur tout le bras, c'est ainsi que je dévoilais cette blessure en relevant la manche de ma tunique. Comme je m'étais transformée en Dryade, ma peau d'écorce était noire à l'endroit de ma brûlure.

« Comme vous pouvez le constater, 
Jadis, j'ai été sévèrement brûlé.
Mais ce n'est pas moins la faute du coupable
Que la mienne et de mes actions inavouables
On récolte toujours ce que l'on a semé,
Si c'est de vent, une tempête va se lever,
La haine en vous ne peut que brûler
Blesser les autres et vous-même, ce feu va frapper
Pourrez-vous supporter de perdre ce qui vous tient à cœur ?
Tout cela à cause de vos erreurs. »


Soudain, je sentis un pouvoir négatif impressionnant. Il ne venait pas de Drake, bien qu'il soit sombre lui aussi, mais moins. Ce pouvoir-là était impressionnant, noir comme les ténèbres. Quelque chose venait. Un tremblement de terre secoua la pièce légèrement. Un bruit lointain de déflagration put être entendu malgré l'épaisseur des murs. Je regardais d'un œil nouveau Drake. Toutes mes hypothèses devaient être vraies. Cet homme avait ouvert la porte aux malheurs de son peuple.

« Je suppose que se sont vos alliés,
Qui sont venus vous libérer.
Je ne tiens pas à vous laisser ainsi partir,
Je suis désolé d'avance si cela vous fait un peu souffrir... »


Je concentrais mon pouvoir magique dans ma main, je visualisais le collier qui empêchait l'utilisation de son pouvoir. Il fallait que j'enchante le collier pour y ajouter un sort. Ce sort était assez puissant compte tenu que la magie blanche n'était pas ma spécialité. Si les démons étaient véritablement les alliés de Drake. Si j'imposais un sort sur le collier restrictif, le collier allait devenir encore plus restrictif. Il scellerait les pouvoirs et activera le sort que j'étais en train d'implanter dedans.
Emprisonnement du mal était un sort intermédiaire de la magie blanche. Ainsi, quand les démons arriveraient, ils activeront l'objet enchanté pour les enchaîner avec des liens d'or. 
J'espérais juste que les liens dorés du sort ne restreindront personne d'autre....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Hexes
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Déc - 11:58
La présence s'accentua, se rapprocha. Quelques bribes et bruits de lutte parvinrent jusqu'à ceux qui demeuraient dans les sous-sols suivit par un silence de plomb uniquement troublé par leurs propres respirations et mouvements. Un crépitement semblable à celui d'une flammes consumant l'air finit tout de même par leur arriver alors que la lourde porte qui séparait les geôles sécurisées du reste de la prison se mettait à rougir, puis à fondre sous une chaleur qui se propagea rapidement dans la pièce où se trouvaient le reste des protagonistes. La porte se mit à fondre, révélant progressivement une silhouette au travers des effluves métallique qui contaminaient l'air.

Si Cernunnos ne pouvait probablement pas reconnaitre la silhouette pour ne l'avoir jamais vue auparavant, ce n'était pas le cas de Drake qui, malgré le changement de carrure et le gain de quelques années, physiquement en tout cas, un grand père aussi attentionné qu'il l'avait été n'aurait pas eu grand peine à reconnaître en cet homme le petit fils dont il s’était occupé toute sa vie et qu'il avait voué au démon. Le reste de son apparence n'avait pas ou peu changée, ses cheveux noirs toujours en bataille et des vêtements simples d'un noir de jais. Un collier d'aspect un peu vieillot venait se ceindre autour de son cou et sur ses épaules. Le bijou principal représentait le crâne d'un oiseau fait d'or et était sertit de rubis. Les gardes sortirent leurs armes et se préparèrent au combat à venir. Si l'un d'eux paraissait étrangement calme, l'autre en revanche paraissait consumé par la peur.

Tendit qu'il finissait de détruire la porte, a priori sans grands efforts puisqu'il paraissait n'avoir eu qu'à la toucher pour ce faire, les yeux de Caïn tombèrent un à un sur les protagonistes présents : les deux gardes, l'espèce de plante et enfin Drake Leckard. Ils n'avaient rien perdu de leur couleur dorée mais semblaient animés de bien plus de pouvoir et surtout d'une conscience nouvelle signe qu'il avait bel et bien ou détruit l'esprit de son jeune hôte ou qu'il l'avait assez amoché pour le laisser choir dans un coin reculé de sa tête.

Quoi qu'il en soit, son apparence globale et nouvelle rendait l'homme à la fois inquiétant et attirant, presque magnétique et il semblait se dégager son corps une incroyable chaleur. Une épée un peu plus épaisse qu'une rapière lui battait le flanc, celle-là même avec laquelle il avait auparavant tranchée le bouclier d'Astoria.

Spoiler:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Une fois la porte liquéfiée, le jeune "homme" pénétra dans la zone sécurisée. Le garde le plus apeuré, sans doute sous le coup de la pression, fit un pas vers lui, pointe de l'épée dirigée vers la gorge du démon qui ne lui accorda qu'un bref regard, aussi glacial que la chaleur qu'il émettait.

D'un geste qui aurait pu paraitre négligent, il lui mit le feu. Ce dernier, en poussant des cris de détresse se jeta au sol pour tenter d'étouffer les flammes qui prirent de plus belle, empêchant toute aide, exception faite d'une manipulation du feu qui aurait surpassée la sienne. Quelques secondes plus tard, le garde s'était tut et une odeur de grillé empuantissait l’atmosphère d'un mélange de chair calcinée et de métal refroidissant.

Un battement d'ailes à quelques mètres de lui informa le démon que son familier le suivait comme il le lui avait ordonné après son entrevue avec Antoine d'Ainval. Finalement il semblerait que Caïn ait prie trop de précautions. Tout s'était déroulé jusque là très parfaitement et en considérant qu'il ne lui restait qu'un garde à passer et... un intrus, quelle que soit sa position, il y avait peu de chance que la roue tourne en sa défaveur.

Confiant, le démon fit quelques pas de plus vers Cernunnos et Drake, intrigué par le premier et son apparence mi-arbre mi-elfique et visant le second qu'il était venu libérer après tout et qui semblait étrangement préoccupé. Ce faisant, il déclencha le sortilège et s'en rendit compte trop tard.

Des liens d'or se matérialisèrent autour de lui. Il reconnaissait ce sort pour l'avoir déjà expérimenté par le passé. Le démon tenta de s'y soustraire en utilisant sa téléportation dans les ombres mais n'en eut pas le temps de sorte que les filaments dorés l'enserrèrent et le maintinrent à l'endroit même où il se trouvait. Les ombres auxquelles il en avait appelé parurent s'évaporer alors que le démon grimaçait de douleur. Entravé comme il l'était, Caïn tenta de déployer son aura et bien qu'il y parvienne sans mal, elle ne fit que resserrer ses liens et l'entraver davantage sans parler de la douleur qui grandit encore, lui arrachant une plaine de douleur. Lui qui jouait d'habitude avec le feu sans ressentir aucune chaleur avait l'impression que les fils d'or étaient en train de consumer sa chair, un comble.

Un éclat de colère passa dans son regard mais un bref coup d’œil aux personnes présentes lui confirma que Drake n'avait a priori rien à voir avec cette supercherie bien qu'il soit au centre de la zone, puisqu'il était lui-même entravé par des liens dorés. Contrairement au garde encore indemne et à l'inconnu recouvert d'écorce et de feuilles. C'était donc l'un d'eux qui était coupable. Peu lui importait qui exactement.

Caïn ne comptait pas attendre qu'on l'achève. Ses mouvements étaient peut-être entravés, mais pas sa magie. Même si il lui était difficile de se concentrer tant la douleur qui l'assaillait était forte, il avait plusieurs atouts. Se forçant à retrouver son calme et à faire "bonne figure", il tempéra comme il pouvait la douleur.

"Qui dois-je remercier pour cet accueil déplorable ?"

Autant demander qui il tenterait de tuer en premier. Ça revenait au même. Quoi qu'il en soit, il souhaitait juste gagner quelques secondes de relative tranquillité qui lui permettrait sans doute de se concentrer suffisamment pour rompre le sortilège.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alrost
Capitaine du Protectorat - Archimage
Age du personnage : 636
Race : Hybride
Pouvoirs : Téléportation, télékinésie, feu noir et forme démon
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 20 Déc - 20:28
Le capitaine n'acceptait pas que Drake reçoive des visites ou soit autorisé à sortir. A la limite pour ces cours, c'était compréhensible. Mais il avait eu une ou deux autres autorisations qui ne tenait pas debout. Autant il respectait Astoria, autant elle lui semblait trop..."gentille" dans un cas comme Drake. Lui ne pardonnait pas au mal. Il le détruisait. S'il s'était accordé à faire des concessions pour le laisser en vie dans les geôles le temps d'avoir des preuves irréfutables, il ne s'attendait pas à ce qu'on lui laisse autant de "liberté". Bref, aujourd'hui, une visite de plus. Un elfe envoyé par les hautes sphères elfique de la cité. Ni plus ni moins que le plus haut de ses représentant au sein de la cité. Rien que ça...

Mais Al n'entendait pas laisser Drake sans surveillance. Aussi l'avait-il escorté lui même à son insu et à de nombreuses reprises. En général, en prenant la forme d'un garde. De cette manière, il s'assurait que le doyen ne prenne pas la liberté de communiquer tacitement à qui que ce soit de suspect. Il lui était arrivé d'avoir des doutes sur la question notamment lors de son entretien avec Diane. Celle ci n'étant suspecte ni prise pour innocente car inconnu ne méritait d'inquiétude outre mesure mais pas de laxisme non plus. Il faudrait donc enquêter un peu de ce coté là.

Depuis le temps avait coulé et pas mal de choses s'étaient passés. Notamment le combat avec Cain ou plutôt "les". Mais le plus important ici était le second. Les démons possédant le cristal étaient finalement parvenu à leur fins permettant au Cain d'antan de prendre possession du réceptacle humain qu'il s'était préparé quelques siècle auparavant. Le petit Cain était encore quelques part, mais n'aurait pas la puissance de faire quoi que ce soit. Et s'il par chance il revient un jour, ce ne serait pas sans séquelle.

Malgré la situation, il ne comptait pas laisser une autre visite de Drake sans en être témoin. La dernière fois qu'ils s'étaient vu, Drake avait morflé. Aujourd'hui, ce serait peut être l'inverse...Mais ça Al l'ignorait encore.

C'est donc sous la forme d'un protecteur que Drake pourrait potentiellement reconnaître qu'il accompagna Cernunnos jusqu'à Drake. Alrost comme d'habitude et comme n'importe quel protecteur avait tout bonnement refusé l'offre à boire du visiteur. Comprenant l'enjeu tacite il l'aurait accepté au second tour si le collègue ne l'avait pas accepté lui même. En tout cas, la conversation s'était avéré intéressante. Si Drake n'avait rien révélé de vraiment nouveau, il était amusant en même temps que rageant de voir la manière dont il détournait la vérité. Al savait déjà cela mais cette fois ci, il connaissait mieux les faits derrière l'histoire. De plus, Al n'était ici qu'un observateur passif et avait donc réel loisir d'observer la manière dont il tissait sa vérité aux mensonges qui l'arrangeait.

Aux premiers sons d'explosions. Du moins tout portait à croire que ça en était, Al avait naturellement pris une posture de combat. Il sentait au fur et à mesure des fluctuations magiques s'approcher et tristement...mais sans surprise, il n'eut pas de mal à reconnaître l'aura de Cain. Une bonne raison de plus pour laquelle ils auraient du crever Drake sur place plutôt que de le capturer. Ils le savaient coupable et corrompu jusqu'à la moelle, même son aura rendaient mal à l'aise certain paladin un peu trop pur sans doute.

Avant que Cain apparaissent au travers de la porte, le capitaine jeta un regard sombre au prisonnier. Il ne s'agissait pas ici de colère, mais une haine d'une froideur sans nom. Pourtant, ce sentiment ne dominait pas son auteur, seul les yeux reflétaient ce sentiment hostile.

Portant de nouveau son attention là où elle devait être plutôt que sur un prisonnier privé de pouvoir, Il maintint sa position de combat qui lui était propre. Mais n'en eu pas l'usage de suite. A son insu, sa métamorphose lui avait permis de leurrer l'intrus qui autrement n'aurait pas agit de la sorte. Si sa prétention n'avait sans doute pas d'égal, Cain nourrissait néanmoins une certaine forme de rivalité avec Alrost. Après tout, il étaient tout deux le fruit d'une hybridation avec un être plans infernaux et leur personnalité combative mais foncièrement différente ne pouvait que les amener à être rivaux.

Cain s'était donc approché sans plus de considération pour le soldat qu'il était , pas plus que pour l'elfe qui leur était à tout deux inconnus. Une belle erreur s'il en est puisqu'il se retrouva pris au piège par le sort lancé plus tôt par le professeur.

En temps normal Al aurait réagit au quart de tour, mais le fait qu'il ne le reconnaisse pas sous son "masque" s'avérait un gain de temps crucial.
Malheureusement le soldat apeuré lui en avait fait perdre une bonne partie. En s'approchant aussi témérairement et sans plan précis, il avait prit un énorme risque. Plutôt que de préparer une attaque. Al avait dû s'efforcer de protéger le protecteur manquant d'expérience. D'un doigté discret, il avait entreprit de générer un bouclier mais celui ci manquait de puissance et fut vite briser alors que le fou hurlait de douleur. D'un autre doigté d'autant plus discret, il téléporta le soldat en flamme en laissant là vêtements et armure. Ceux ci laissait éventuellement croire que le corps était toujours là. Il aurait sans doute une expérience honteuse, des marques brûlures à vie, mais moins pourrait-il vivre un certain nombre d'année. Evidemment, l'hybride n'avait pas été assez bête pour user de son pouvoir de téléportation que Cain aurait reconnu directement. Puisqu'il ne l'avait pas vu , autant en profiter.

Enfin bon, Cain avait bel et bien fait l'erreur d'avancer dans un piège et sous la douleur intense il parvint à retrouver un certain calme emprunt d'une colère froide qui lui permirent de parler distinctement.

Qui était responsable pour ce cadeau de bienvenue? Ce n'était pas lui et si Al aurait pu en prendre la responsabilité pour un faible ou une personne d'affection, il n'en ferait rien. De toute manière, cela importait peu, une fois qu'il aurait repris sa forme, ce serait sans doute suffisant pour que Cain décide de qui sera sa première cible.

Le capitaine fixa finalement son éternel rival avant de reprendre sa forme originelle en même qu'il lui assénait un coup violent. L'attaque sans équivoque, visait clairement à lui trancher la tête. Al préférait récupérer le gamin. Le problème étant qu'on ne bat un être tel que lui sans lui montrer que son hôte peut être sacrifié. Il s'en servirait pour gagner et n'aurait aucun mal à cela. Hors en lui montrant qu'on est prêt à lacéré, trancher ou broyer à mort ce corps d'emprunt, c'est une tout autre stratégie qui est adopté.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Drake Leckard
Chef des Leckard, Maître de magie spirituelle - Archimage
Age du personnage : 56
Race : Humain
Pouvoirs : Abjuration et absoption
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 22 Déc - 17:50
C'est avec une délectation non dissimulée que Drake écouta et observa avec attention les révélations que Cernunnos lui faisaient concernant ses origines et du même coup concernant ses pouvoirs. Des éléments forts utiles. Toutefois, l'hybride semblait être un peu trop intelligent pour son bien-être. Du moins, Drake commençait-il à percevoir la menace que constituait l'arriver d'une personne telle que lui au sein de la cité. Si il avait compris qu'il était professeur il voulait avoir davantage de détails et cela, le presque-elfe l'avait vite déduit. Trop vite sans doute. Toujours était-il que savoir qu'il était professeur de contrôle des pouvoirs en disait long sur son envie d'aider, mais également sur sa capacité d'adaptation ou son expérience, ce qui fut confirmé lorsqu'il lui confia son âge. Rien que ça...

Quant à ces "relations" dont il parlait, il y avait plusieurs hypothèses parmi lesquelles : Astoria, le capitaine du protectorat, la capitaine de la garde royale ou encore les elfes. Dans tous les cas c'était pénible et il faudrait l'écarter. On ne faisait pas venir quelqu'un pour aider une cité en péril si ce dernier n'avait pas plus d'un tour dans son sac. Donc, il faudrait l'écarter. Peu importait la manière d'ailleurs tant que quelqu'un s'arrangeait pour qu'il n'interfère plus. Peut-être que quelques pressions pourraient le convaincre de se cantonner à son rôle de professeur ? Ce serait encore le mieux.

Toutefois, il ne s'en inquiétait pas plus que cela. Après tout, la trace de brûlure qu'il portait encore témoignait bien de sa faiblesse. Si ce n'était pas Drake qui lui mettait le feu ce serait Caïn qui le calcinerait. Du moins si tant est que le démon ait enfin pu s'approprier le corps de son petit-fils chéri. Là non plus, il ne s'en faisait que peu, d'autant qu'une déflagration venait de retentir et qu'à l'attitude de tous les présents, il était clair que ce qui approchait n'était en rien amical. Envers eux du moins.

Un petit sourire aux lèvres, Drake reprit doucement la parole en réponse aux derniers mots de l'hybride qui lui faisait toujours face.

"En effet, je pense que l'on vient pour moi."

Il ignorait toutefois qui venait exactement : démons, vampires ou sa propre lignée ? Aucune idée. Il avait considéré comme trop dangereux de connaitre ses modalités de sortie justement au cas où il viendrait à être interrogé. Trop d'informations peuvent vraiment gâcher une surprise de surcroit.

Toutefois sa confiance en ses alliés s'effrita légèrement lorsque l'elfe se mit à ensorceler son collier davantage qu'il ne l'était déjà. Toutefois, il ne sentit aucun effet particulier. Était-ce une bonne chose ? Il n'en avait aucune idée mais ne le pensait pas. Décidément, ses pouvoirs lui manquaient.

Finalement des cris et bruits de lutte leur parvinrent suivi d'un silence de plomb. La porte qui barrait la route à son ou ses sauveurs se mit à fondre. Plus de doute. C'était signé Caïn. Le démon Caïn. Bien.

Une fois la porte presque entièrement fondue, et les sorts qu'il y avait dessus avec, il pénétra enfin dans l'enceinte sécurisée. C'est là que ça lui sauta aux yeux. La personne qui leur faisait face n'avait plus rien d'un gamin mais était un homme qui avait de toute évidence finie ou presque sa croissance. Ses traits étaient également plus mature, en plus des centimètres qu'il avait pris. Toutefois, il n'y avait pas l'ombre d'un doute concernant l'identité du démon. Du moins, celle de son hôte. Il avait bel et bien pris le corps de son petit-fils. C'était parfait. Ils étaient prédestinés l'un à l'autre de toute façon et ça n'avait rien de sentimental.

Un des soldats tenta d'attaquer Caïn ou du moins de lui barrer la route. Ce dernier s'embrasa presque instantanément alors qu'un gros corbeau étrange observait la scène en s'étant posé sur les restes de la porte.

Les cris du soldat ne l'incommodèrent que peu de temps. Il tomba bien vite et finalement tout bruit cessa. Sauf que quelque chose clochait. Il n'aurait su dire quoi mais de là où il était il pouvait assez clairement comprendre que le soldat avait disparu. Une partie en tout cas. En vie? Un sort de téléportation ? Sans doute. Non décidément, quelque chose clochait vraiment.

Le démon fit un nouveau pas en direction de Drake et de l'elfe. Le collier de Drake libéra le sort que Cernunnos lui avait apposé. Aussi surpris que Caïn, il vit des liens d'or se matérialiser et le contraindre à ne plus faire le moindre mouvement. La douleur qu'il ressentait était conséquente mais il imaginait que ça devait faire l'effet d'une piqure d'insecte à côté de celle que devait ressentir Caïn. Est ce qu'il pourrait s'en libérer ?

La réponse lui vite assez vite. Oui. C'était évident. Le sort était puissant mais il dépendait aussi partiellement de l'ancrage dans le bien de la personne qui l'utilisait. De sorte que celui que Cernunnos venait de lancer demeurait plus faibles que celui d'Astoria, paladine de surcroit.
Pour autant ça lui demanderait de la concentration et de l'énergie. *Rien d'impossible* songea-t-il avant de constater avec une certaine appréhension que le 2e garde se révéla en fait être Alrost.

Et ce dernier ne comptait visiblement pas lui laisser la moindre chance puisque d'un geste rapide, il dégaina sa lame pour tenter de décapiter le démon encore prisonnier du sort. Drake était privé de ses pouvoirs mais pas de sa voix. Il lui suffisait de réussir à déstabiliser une fraction de seconde le capitaine du protectorat. Avec de la chance, ce serait suffisant pour permettre à Caïn de s'en sortir bien qu'il ne sache pas exactement comment.

Alors que le coup partait, la voix puissante de Drake retentit comme l'aurait fait un coup de marteau sur une enclume.

"Alrost !"

Juste de quoi accaparer un temps minime son attention. Mais le vrai soucis allait aussi venir de Cernunnos. Comme déduit précédemment, les pontes de la cité n'auraient pas fait appel à lui si il n'était pas valable, et même bon dans son domaine. Caïn pourrait-il faire face à Alrost et Cernunnos à la fois ? Il l'espérait. Pour sa propre tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cernunnos Oneiros
Professeur de contrôle des pouvoirs - Mage 2nd ordre
Age du personnage : 320
Race : elfe-dryade
Pouvoirs : Dryade, Ratatosk
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Déc - 3:52
La magie. Une énergie qui est partout autour de nous et en nous. Elle se trouve dans la moindre parcelle de cellule, dans le moindre recoin de la terre, à quelques exceptions près. La magie est un phénomène permettant de modifier la réalité.

La magie est divisée soit en nature, soit en types. Un exemple, la magie blanche est une des natures de la magie, comme la magie noire ou élémentaire. Alors que l'enchantement est un type de magie qui peut être doté de nature. 

L'enchantement. C'est l'un des types de magies le plus connus et pourtant le moins employé. Pourquoi ? Enchanter un objet ou tout autre chose nécessite ce qui manque à la plupart des races mortelles : le temps.
Les elfes, immortels, ont fait des recherches poussées dans tous les domaines de la magie, sauf la magie noire qu'ils répugnent.
Un enchantement, c'est-à-dire, posé sur un objet ou tout autre chose un sort de n'importe quel type, requiert d'implanter de la magie dans cette chose.
Les différents sceaux pouvaient être activés séparément ou simultanément, dans le dernier cas, pour éviter tous dommages internes, il fallait que ces sorts ne soient pas antagonistes ; exemple : un sort de protection mêlé à un sort d'attaque n'aboutirait à rien sinon la dysfonction du cercle magique imposé.

Revenons au présent. Je venais d'enchanter un objet. Le temps que j'y avais accordé avait été très court. Habituellement pour un objet avec un sort intermédiaire, pour que le sort imprègne l'objet, il me fallait implanter ma magie pendant plusieurs jours. Là, je n'avais même pas eu cinq minutes. Aussi, le sortilège sur l'objet n'allait pas tenir très longtemps. Sauf si je l'alimentais en permanence ce qui je l'avoue laisserait une grande ouverture pour celui qui venait d'entrer.


D'ailleurs, celui qui venait de faire son entrée de manière magistrale émettait une aura malsaine puissante et lugubre. Si épaisse de malfaisance que j'avais du mal à respirer. Le suspect venait de faire fondre la porte comme neige au soleil. Intérieurement, je ne pensais qu'une seule chose : AU SECOURS DU FEU !!!!
J'analysais l'apparence de notre fauteur de troubles. Les éléments les plus marquants pour moi étaient son collier dont le noyau représentait le crâne d'un oiseau avec des rubis. Les gemmes étaient très souvent utilisées en magie pour stocker de l'énergie magique. Nombre d'instruments magiques comportait cette spécificité. L'inconnu avait également une épée, un peu près de la taille d'une rapière.

Je n'aimais pas beaucoup les armes blanches, préférant de loin la magie. Ce qui ne voulait pas dire que je n'en possédais pas ; deux dagues étaient d'ailleurs mes compagnes de combat. Malheureusement, celles-ci avaient été laissées au poste de la prison. Pas d'armes pour les visiteurs.

Un des gardes prit de panique se rua vers l'inconnu et se fit brûler vif. Cette attaque avait été si rapide et foudroyante que je n'avais pas pu bouger. Aucun signe distinctif d'attaque, aucune envie de tuer, rien de tout cela.

L'attaquant des lieux s'approcha sans aucune considération pour l'autre garde ou pour moi-même. C'est comme si nous faisions partie du décor. Ce n'était pas très sympa de sa part d'ignorer de potentiels menaces pour la libération de son complice.


Après cela, un animal vint se voler autour du jeune homme à l'aura néfaste. Un corbeau. Intéressant. Étant nouveau dans la cité, les personnes ne devaient pas connaître mes pouvoirs. Mon pouvoir de la dryade avait été révélé par mon propre fait et si mes ennemis ne voyaient pas un arbre dangereux, il ne m'avait jamais affronté. Ils ne tarderaient pas à se rendre compte de leur erreur. Mais mon second pouvoir était toujours un mystère pour tous.

Je ne pensais pas que mon adversaire était si confiant qu'il ne prendrait aucune mesure contre des sortilèges d'entraves potentiellement disposés contre des personnes comme lui qui tenteraient de libérer le prisonnier. Mon enchantement jeté à la va-vite fit effet plus que je ne pouvais espérer. 

Mon emprisonnement du mal le lia des pieds à la tête tel un saucisson. J'étais moi-même étonné que cela puisse avoir fonctionné. Cependant, ce qui faisait plaisir à quelqu'un ne pouvait que rendre furieux une autre personne. Autrement, le criminel qui venait libérer Drake était dans une colère noire. Le trouble-fête posa une question, il voulait savoir qui était l'auteur de ce désastreux accueil. Un mince sourire se fit sur mon visage. Il trouvait l'accueil désastreux ? Comment pouvait-on qualifier son entrée alors ?


« Je suis l'auteur de cette œuvre,
Mon accueil n'a d'égal que votre entrée,
Vous qui êtes venu tuer, libérer le prisonnier,
Je ne m'excuserais pas de cette manœuvre.
Confiance, oui, non à la témérité,
Pour votre crime, je vous ferais châtier. »


Je n'avais aucun inconvénient à révéler qui avait enchanté le collier. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'une fois implanter le sort ne dépendait plus totalement de moi. Même si je devais mourir, dans le pire des cas, l'enchantement ne s'annulerait peut-être pas, dans de très rares cas, l'enchantement devenait plus puissant.

Ce que je n'avais pas prévu, c'était que le garde qui avait suivi ma conversation avec Drake soit en fait le présumé capitaine du protectorat : Alrost. 

Je ne sais pas si je devais être reconnaissant de sa présence ou apeuré. Si toutes les rumeurs que j'ai entendues sur sa personne étaient vraies... Je ne donnais pas chère de ma peau, ni celles de mes ennemis.

Le capitaine chargea l'inconnu de manière violente. Apparemment, il voulait en finir au plus vite avec l'ennemi. 

Bon, ce n'es pas que je n'aimais pas rien faire, mais être inutile dans une telle situation n'est pas envisageable !

Je décidais de siffler fort. Les gens qui ne me connaissaient pas pourraient croire soit que je sois fou, soit que j'essayais de distraire l'attention de mes adversaires. La réponse n'était ni l'un ni l'autre. En tant qu'elfe, j'avais un familier. J'en changeais généralement tous les dix à cinquante ans selon la durée de vie de l'animal m'accompagnant. Horus possède de nombreuses qualités ; il est vif, il vole, il est petit. Ce qui fait de lui un parfait espion. Sa petite taille lui permettant d'échapper aux sorts. En tant que familier, je pouvais partager sa vision. Mais, je l'ai doté de plus de particularités qu'un simple familier. Je lui ai imposé des sceaux d'enchantements, lui donnant certains pouvoirs particuliers. Dont le mien. Mon second pouvoir. Celui de commander les bêtes. 

Le faucon arriva par le même endroit que le démon. J'activais ainsi ce sceau afin que mon faucon prenne commandement du corbeau de l'ennemi. Horus me connaissait assez pour savoir ce qu'il fallait faire. Étant toujours à mes côtés, j'avais alimenté l'enchantement jour après jour. Sa puissance n'était pas à prendre à la légère.  Le corbeau ne tarderait pas à trahir son maître, cela ne faisait aucun doute.


De plus, pour ne pas que le démon ne tue Horus, il fallait réagir. Le capitaine s'occupait de l'intrus. Sauf que mon emprisonnement du mal avait été enchanté en très peu de temps. À moins de l'alimenter continuellement, le sort que je venais de jeter n'allait pas durer très longtemps. Surtout contre un si puissant adversaire. Ce sort empêchant juste la mobilité et pas l'usage des pouvoirs ou de la magie, l'adversaire pouvait me brûler aussi facilement qu'il a fondu la porte... J'allais devoir augmenter ma puissance et mon arsenal.
J'allais démontrer pourquoi j'avais été promu Professeur de contrôle de pouvoir à l'académie de magie de la cité-mage de Targatt !
J'augmentais de manière drastique mon énergie magique. Je laissais mon pouvoir de dryade se développer. Mes jambes prirent la forme de racines. Elles s'enfoncèrent profondément dans le sol. Une partie vint enserrer Drake par leur étreinte. Afin d'assurer l'immobilité complète du prisonnier. Ce pouvoir est fort utile pour plusieurs raisons. La première : je pouvais commander aux végétaux. La seconde : je pouvais ressentir si la personne était bonne ou mauvaise. La troisième : j'étais un arbre. C'est cela qui sera ma plus grande force ! Mes racines allaient plus profondément dans la terre. Ma transformation était à quatre-dix pour-cent. Si lui avait le feu, moi, j'avais la terre pour allié. Comme les arbres pouvaient absorber les nutriments profondément ancrés dans la terre, moi, je pouvais faire de même avec la magie. La magie dans la terre était gigantesque, il fallait que je la filtre avant qu'elle ne me fasse exploser. Je concentrais ce pouvoir en deux points. Le premier dans mes racines afin de ne pas être coupé de magie. Le deuxième dans mes mains, enfin dans mes branches. Chacune de mes branches était mes mains. Chacune allait jeter un sort. Le même sort. Le sort que l'on doit posséder pour contrôler les pouvoirs. Ce sort qui est appelé comme cela. Le sort '' contrôle de pouvoir ''.
Formant comme une cage de sphère de magie. L'emprisonnement du mal n'allait plus tenir très longtemps, voir allait s'effacer. Ma cage de sphère entourait Alrost et Cain. Si le démon se libérait de ses chaînes et touchait une des sphères de magie, j'utiliserais la magie dans la terre pour bloquer son pouvoir et le restreindre magiquement. Ainsi, le capitaine du protectorat pourrait s'en charger sans problème. Si c'était Alrost qui était touché par une des sphères, j'allais le doper d'une énergie considérable, le pouvoir de la terre. Maintenir un tel sortilège ne me coûtait pas vraiment d'énergie puisque je pompais un peu du pouvoir de la terre pour l'alimenter. Je n'étais que le fil conducteur, seulement l'interrupteur permettant à cette énergie d'être véhiculé. 

Il fallait que cette stratégie marche... Qu'Alrost comprenne ce que j'étais en train de faire. Et vite. J'étais en train de détruire la prison en absorbant la magie de la terre. De plus comme tout circuit, il fallait que je mette une résistance pour ne pas être écrasé par cet immense pouvoir. Plus le courant est intense, plus la résistance doit être forte, au risque de griller. L'ennemi pouvait utiliser le feu ? Si je devais finir griller, alors autant que ce soit de ma propre main pour défendre ce que en quoi je crois.

HRP:
Me MP si quelque chose ne convient pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Hexes
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Déc - 15:26
Caïn était terriblement exaspéré par la tournure de la situation. Lui qui avait fait tout une tirade à Lisana la veille en lui "expliquant" qu'il était certes arrogant mais que cette prétention ne lui faisait pas pour autant commettre d'erreurs et voilà que c'était justement le cas. Sans aucune précaution il s'était fourré dans un sacré pétrin. "Rien de bien méchant" avait-il pensé de prime abord. Rien qui ne puisse être défait en tout cas. Et le démon s'était donc même payé le luxe de demander à qui il devait son accueil.

Mais contre toute attente c'est un individu qu'il ne connaissait pas et n'avait jusque là pas considéré autrement que comme un meuble mouvant qui prit la parole. Un coup d’œil rapide à l'être en question lui permit de poser quelques hypothèses quant à sa nature bien que dans les faits il s'en moque pas mal. Dans son esprit peu importait, ça ne le sauverait sans doute pas. Au mieux ça donnait à Caïn quelques indications sur d'éventuelles failles et moyens de pression.
Un rictus à demi-amusé à demi-douloureux fleurit sur ses lèvres (le sortilège était encore actif après tout) et les yeux ocres rappelant ceux de Drake se posèrent sur Cernunnos.

"Une œuvre ? Me châtier ?"

Il paraissait évident à Caïn que l'elfe présumait de ses forces. Le sort était peut-être actif mais il vacillerait bientôt. Que ce soit parce qu'il l'aurait brisé ou parce ce dernier avait vraisemblablement été lancé à la va-vite et qu'il se consumerait bientôt de lui-même.
Le démon n'eut toutefois pas le temps de sa gausser davantage puisqu'il vit et ressentit, non sans une certaine appréhension compte tenu de sa posture, Alrost se dévoiler. Voilà qui corsait la chose et pas qu'un peu. Son rival de toujours l'attaqua sans sommation et en visant apparemment le cou dans le but évident de séparer la tête du reste de son corps signe qu'il était sérieux ou tout du moins rationnel. Il abandonnait momentanément l'idée de sauver le gamin pour avoir davantage de chances de terrasser Caïn. Si il n'avait pas été piégé de la sorte, le démon aurait prit tout le temps nécessaire pour savourer l'instant que de le voir céder. L'attaquer aussi franchement en omettant de sauver son hôte (bien qu'il n'en reste quasiment rien) ne faisait que mettre en exergue sa volonté de le terrasser rapidement.

Caïn toutefois n'avait pas le temps, ni de penser à tout ça, ni de se moquer puisque la lame filait rapidement vers lui.
Bien que moins à l'aise qu'Alrost dans ce domaine, le démon utilisa la télékinésie pour sortir son arme de son fourreau juste à temps pour non pas arrêter mais dévier le coup du capitaine du protectorat. Il ne maitrisait pas assez bien la télékinésie pour bloquer un coup aussi rapide que puissant et avait donc prit le partit de place sa lame de sorte à dévier le coup, ce qui lui demandait moins de force.

D'une pensée et donc toujours en utilisant la télékinésie quoi qu'à bas niveau, il envoya la lame droit vers le collier de Drake dans le but de le lui briser, ou au moins de lui fournir une arme. Mais Caïn avait bon espoir que ce dernier comprendrait la manœuvre en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Par ailleurs, il saluait la manœuvre du vieil homme qui avait tenté de déconcentrer un tant soit peu Alrost en prononçant son nom de manière claire et forte. Si ça n'avait pas eu un grand effet en tout cas, il avait les idées, même diminué tel qu'il l'était.

Quand aux familiers, le gros corbeau était toujours immobile, posé sur la porte refroidissante, les yeus rouges rivés sur son maître. Il avait à peine prête attention à l'arrivée du faucon et les choses continuèrent de la sorte puisque le corbeau portait, caché dans ses plumes noires, une petit pierre d'anti magie. A la base Caïn la lui avait confiée pour qu'il lui vienne en aide en cas de besoin sans guère penser que ce même petit objet aurait vocation à le protéger d'une vile intrusion mentale.
Spoiler:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Sans même s'en rendre compte, le corbeau infernal venait de passer à côté d'une pratique des plus vicieuses et contre laquelle il n'aurait pas pu faire grand chose. Pour le moment, il continuait donc à observer tranquillement, guère inquiet quand à la suite des évènements et sans vraiment se rendre compte à quoi il venait d'échapper.

La considération de Caïn par contre était toute autre. Il se demandait comment il pourrait bien échapper à l'elfe et à Alrost. Quand à l'oiseau... Il ferait parti des victimes collatérales.
En sentant l'elfe augmenter drastiquement sa puissance magique Caïn fut contraint de reconsidérer sa position à propos de l'elfe qui se transformait en arbre et qui déployait une puissance jusqu'alors insoupçonnée. Ou en tout cas rarement voire jamais atteinte chez un mortel.

Caïn n'était pas fou il comprenait tout à fait les enjeux et ce que ça voulait dire. Si il le laissait faire, bientôt il ne serait plus, ou ne serait rien d'autre que mort, et Drake avec, bien qu'actuellement ce soit le cadet de ses soucis. Mais considérant l'hypothèse de son échec et pire, de sa propre mort, le démon se devait de trouver des solutions pour tout gérer. C'est donc le plus naturellement du monde qu'il déploya à son tour son aura bien au-delà de ce qu'elle était lorsqu'il était arrivé. C'était toutefois nécessaire. Si quelques filaments d'or cherchèrent à l'enserrer davantage comme pour tenter de le contenir, Caïn sentit le sort fluctuer et faiblir. Se moquant de réduire à néant la caserne, il matérialisa une colonne de feu sur et autour de lui. Un tourbillon de flammes qui fit considérablement augmenter la température et au sein duquel fut convié un élémentaire de feu que Caïn envoya sur l'arbre pour le calciner.

De son côté, le démon n'était pas encore assez stupide pour rester sur place alors que sa colonne de feu disparaissait et il en appela aux ténèbres pour plonger la zone d'Alrost et lui-même dans l'obscurité la plus totale. Faisant un avec les ombres, Caïn se mouvait ainsi bien plus rapidement dans la zone et dans le silence le plus total. Ne sachant pas ce qu'étaient les bulles qui flottaient autour d'eux, Caïn avait prit le parti de... les éviter. Et une ombre étant parfaitement intangible, quoique relativement faible quant à certaines formes de manifestations magiques, il avait tout de même pris la peine de ce risque préférant s'exposer à de la lumière qu'à un sortilège inconnu lancé par un arbre surpuissant.
Spoiler:
Pareil que pour Cernunnos, si je vais trop loin ou si mes actions ne sont pas claires n'hésitez pas à dire et je modifierai. De même si j'ai mal compris certaines actions antérieures Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alrost
Capitaine du Protectorat - Archimage
Age du personnage : 636
Race : Hybride
Pouvoirs : Téléportation, télékinésie, feu noir et forme démon
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 6 Jan - 20:34
[ En retard par rapport au délai annoncé. Désolé ]


Un combat magique de cette intensité et dans un lieu aussi exiguë pouvait avoir quelques avantages mais comportait de nombreux risques quant à l'état des bâtiments environnant. Et c'était exactement le cas ici. Il ne s'agissait pas des souterrains de la ville comme la dernière fois ou quelques folies peuvent être permises tant que les fondations ne cèdent pas. Il s'agissait de la prison, et si aux yeux du capitaine, la majeure partie des prisonniers importait peu, celui qui s'impatientait derrière lui était important. Il ne devait s'échapper sous aucun prétexte. Al préférait clairement le voir mourir plutôt qu'il s'échappe. D'autant qu'il avait les preuves à présent : Un démon venait le libérer. Bon...Certes, le démon en question pouvait se faire passer pour celui dont il avait prit le corps, mais à ses yeux à lui, peu de monde serait dupe. Sauf que...Peu de monde le connaissait et la plupart d'entre eux ne serait sans doute pas entendu comme témoin "objectif" durant le tribunal. EN d'autres termes, si l'on s'en tenait aux bonnes convictions D'Astoria, on ne pouvait le tuer maintenant. Allons bon...un accident est si vite arrivé.

Mais revenons à nos moutons égarés dans les geôles. L'hybride elfe avait répondu à sa manière à Cain qui y répondit avec cet orgueil qui le caractérisait tant, lui et tant d'autres parmi les leurs. Aussi ne lui avait-il pas laissé le temps de tergiverser ou de faire son "malin" et avait envoyer un coup de biais pour lui trancher la tête. Bien que ce fut peu probable, si Cain manquait son esquive, Al aurait stopper le mouvement et changer la forme de son épée de sorte qu'elle enserres la gorge de sa victime, non sans quelques attribut magique histoire de paralysé l’ennemi le plus possible.

Comme prévu Cain esquiva habilement. Il ne fallait pas espérer que le démon ne soit battu si facilement, si rapidement. Cain devait être battu à l'usure. Et ici, c'était un réel problème. Un combat qui dure risquait d'effondrer cette section des geôles. La caserne ne se trouvait néanmoins pas au-dessus. En effet, cette section s'éloignait quelque peu de la caserne. Il n'y avait pas de plan ou de repère précis qu'Al ait pu observer néanmoins, le combat devait se dérouler aux abords des murs de l'académie; qui à la surface se trouvait non loin de la caserne. [ Libre à chacun le moment opportun de préciser cette info relative]

Alrost vit donc son épée déviée par celle de Cain. Si Drake ne l'avait pas distrait à cet instant précis, il aurait pu envoyer valser l'arme adverse à temps. Il se savait supérieur à Cain en terme de télékinésie.  A cet appel, l'hybride, reconnaissant la voix de Drake n'avait pas cillé ni détourné le regard, mais son attention fut amoindrie une fraction de seconde de trop, permettant ainsi à la parade de s’exécuter avec succès.

Pendant ce temps Cernunnos faisait des siennes et si la puissance dégagée promettait une efficacité certaine, la promesse de dégât architecturaux majeur était déjà tenue. S'il continuait, il risquait de détruire toute la zone. Une des branche de l'arbre s'était également faîte un chemin aux travers des barreaux pour ligoter le prisonnier.

A peine le cou dévié, l'épée adverse semblait viser une toute autre cible. D'un mouvement habile, Al pivota sur ses appuis pour attraper l'arme de sa main libre. Bien qu'il connaissent l'art de combattre à deux lames, il n'excellait pas dans ce style, toutefois, plutôt que de lâcher cette arme nouvelle, il rangea la sienne dans son fourreau dorsal. Il n'était pas certain mais elle ressemblait quelque peu à celle utilisé quelques jours plus tôt pour le bouclier d'Astoria. A cet instant, il n'était pas en état d'analyser au mieux. Toutefois, la facilité déconcertante avec laquelle le démon avait briser cette bulle protectrice de haut niveau suggérait l'usage d'une magie de dissipation. Une magie qu'il valait mieux écarter de Drake. Un risque qu'il ne prendrait pas donc pas. De plus, cette épée pourrait être utile durant le combat.

Toute se passait très rapidement, comme dans n'importe quel champ de bataille. Al aurait bien téléporter tout le monde et laisser Drake en plan mais c'était aussi ouvrir la porte à des renforts possible pour son évasion. Encore risque qu'il ne prendrait pas. Du moins, pas aujourd'hui.

C'est surprise que Cain en appela à son élément fétiche invoquant un élémentaire de feu pour s'occuper de l'arbre pendant que lui s'occuperait de son rival au sein d'une zone de ténèbres. Un choix qui le rendit aveugle quelques instants...Le temps de se parer d'une paire d'yeux elfiques et le tour était joué. Durant ce laps de temps, Cain était devenu invisible. Aimant jouer avec les ombres il se mêlait sans  à elles. Une situation désagréable pour plusieurs raisons évidentes mais impossible pour autant. Un peu de lumières et de brume rendrait Cain visible dans une certaine mesure.

Mais avant de tenter quoi que ce soit il décida de trancher le vif la zone d'ombre avec la ferme intention de dissipé cette magie. Histoire de vérifié ses suspicion.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: PALAIS D'OPALE :: Cachots-
Sauter vers: