:: TARGATT - Ville Quartier Vodrel :: La grande place Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Rencontre impromptue [Kouma Lust]

avatar
Hedryan Septuern
Rabatteur d'esclaves - Mage 3e ordre
Age du personnage : 600 et quelques
Race : Vampire
Pouvoirs : Pouvoirs de race + métamorphose
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 24 Sep - 12:13
Hedryan adorait son travail. Déjà la charge de travail était ridicule - un à deux esclaves dressés par mois - ce qui voulait dire qu'il pouvait prendre son temps. Qu'il s'agisse du plaisir de la traque ou celui du "dressage". Il faut dire qu'il était l'archétype du vampire tel que décrit dans les contes pour enfants : un prédateur vicieux et prêt à beaucoup de choses pour se satisfaire, ou satisfaire une envie quelconque. C'était son jeu à lui et par bonheur il y excellait tant que son clan lui avait commander de continuer en leur nom. Quoi qu'avec la condition de ne pas se faire remarquer. Après tout, Targatt avait interdit que quiconque perde sa liberté entre ses murs. Aussi il n'était pas censé prendre des personnes "libres" pour s'en faire des esclaves qu'il revendaient ensuite au marché noir. Evidemment, une bonne partie de ses prises allaient d'abord pour son clan. Sa famille n'avait en théorie pas le droit de mordre et de se nourrir au sein de la cité mais il paraissait encore plus invraisemblable qu'ils aillent chasser des animaux en dehors, sauf si il s'agissait des lycans qu'ils adoraient... taquiner.

Quoi qu'il en soit Hedryan venait de vendre une prise à un vieil homme. Le gamin s'était montré des plus dociles dès qu'on avait menacé de tuer sa mère, la seule famille qu'il lui restait. Hedryan avait sa méthode pour que les familles n'alertent pas les autorités de ces disparitions. Il ciblait principalement les personnes qui n'avaient que peu de famille voire pas du tout. C'était le cas ici. Il lui arrivait parfois de jeter son dévolu sur une proie plus éduquée et riche mais l'approche changeait dans ce cas. Dans tous les cas, il ne revêtait jamais son apparence originelle quand il travaillait. Déjà pour éviter qu'on ne le repère pour de bon et qu'on fasse le lien avec son lucratif petit trafic. Mais également pour attirer les proies à lui. Car qui se méfierait d'un homme d'aspect chétif et presque maladif ? Toutefois c'était fou le nombre de demoiselles qu'il avait attiré en feignant la faiblesse. Elles étaient si stupides parfois, à moins qu'elles ne soient trop "gentilles"... Enfin ça le servait donc il ne s'en plaindrait pas.

Actuellement, le vampire revenait de chez un de ses clients. Après tout. La démonstration qu'il lui avait faite avait été des plus appréciées et encore une fois, il avait été grassement payé. En or mais pas seulement. L'herboriste lui avait donné plusieurs herbes rares et d'autant plus précieuses qui servaient dans la concoction de potions ou de sorts. Autant dire qu'Hedryan n'en aurait pas l'usage. Il prévoyait de les revendre ou de les céder à quelque mages contre un ou deux services. Après tout, il était passé maître pour tirer profit des autres. Il faut dire qu'il avait eu plusieurs centaines d'années pour s'entrainer. Pour l'heure, il avait les poches pleines de ses herbes.

N'ayant pas encore eu son compte d'action pour la journée, il en avait profité pour passer sur la grande place, c'était l'endroit idéal pour repérer des proies potentielles vu le nombre de personnes qui y passaient chaque jour. S'asseyant sur un banc, il observa les environs. Son nez se plissa une seconde alors qu'un lycan passait non loin. Vivement que ces créatures soient exterminées, ou soient asservies. Les voir en liberté avait le don de l'agacer.

Finalement un duo de jeunes bourgeoises attira son regard. Il les évalua du regard. Bourgeoisie ou carrément noblesse ? Leurs atours étaient bien trop riches pour la petite bourgeoisie des marchands de cette ville. Restait à savoir quelles étaient leurs familles d'origine et évaluer les risques. L'une d'elles n'avait rien de particulier mais l'autre avait un sourire éclatant et de grands yeux de biche qui satisferaient n'importe quel maître. Elles passèrent devant lui sans le remarquer, riant de leurs propres plaisanteries.
Hedryan attendrait qu'elles aient atteint l'autre bout de la place avant de les prendre en filature. Avec ses sens sur développés il ne les perdrait pas même d'aussi loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Lun 25 Sep - 20:13
Invité
Une nouvelle matinée s'annonçait déjà de ses premières lueurs pénétrant peu à peu par les carreaux de la seule lucarne permettant l'éclairage naturel en mon antre. Cette lumière pénétrante éclaira la situation de ma chambre alors que je peinais à ouvrir les yeux et muni de mon pijama blanc faisais l'effort d'atteindre une position assise sur mon lit. Comme à mon habitude j'avais veillé tard afin d'avancer dans la traduction des différents livres anciens que je suivais, bouquins et notes traînaient ci-là, sur la table, le sol et même au pied de mon lit. C'était plus ou moins le chemin que j'avais suivi au fur et à mesures des recherches avant de me retrouver en état de sommeil profond, la motié du corps sur le matelas. Une nouvelle journée s'annoncait mais voilà que je ne savais trop que faire ce matin là, l'autre jour ayant rempli encore une fois mon stock un peu plus. Il fallait que je me ménage sur le vol, un peu plus et bientôt j'allais devoir acheter un appartement pour pouvoir continuer cela, pas sûr que père serait prêt à payer... Bref aujourd'hui je ne volerai pas...du moins j'éviterai...d'en prendre en de trop grandes quantités ?... On verra bien de toute manière, en tout cas pas de passage par le marché ou le quartier commercant cette journée-là. C'est par la suite, en enfilant mon manteau, qu'une idée me vint en tête, je n'y avais pas pensé jusque-là mais je pouvais faire "ça".

C'est ainsi que je me retrouvais désormais à errer dans les rues du quartier Vodrel, tentant de prévoir à l'avance quel genre de missions ils allaient pouvoir me confier cette fois-ci mais surtout, et ce qui importait le plus, quel genre de récompenses intéressantes allais-je recevoir grâce à ce que contenait ce baluchon ? Celui-ci n'était pas bien lourd mais il me paraissait d'autant plus léger lorsque je pensais à ce qu'on allait me proposer en échange de celui-ci, on pouvait dire que j'étais le plus heureux des métamorphes chaque fois que je me retrouvais avec une nouvelle merveille en mains tout droit sortie de nulle part.

Ce genre de moment était réjouissant et j'avais du mal à cacher ma joie pour le coup, je dirais même que je rayonnais. Puis comme si ma journée n'était semble-t'il pas encore parfaite, voilà qu'un autre élément vint s'ajouter à mon euphorie lorsque d'un oeil observateur, qui était celui du voleur aguerri que j'étais devenu, mon regard s'arrêta sur un élément décor qui attira mon attention. Il fallait que je m'approche un peu plus pour être sûr de ce qu'il m'avait semblé apercevoir tout en continuant ma course afin de ne pas attirer l'attention tel un bêta s'arrêtant comme un pic en plein milieu de la grande place pour aucune raison apparente.

C'était bien des brins de marjolaine qui se trouvaient à quelques pas de l'individu sur ce banc ! En avait-il plus sur lui ? Si c'était le cas c'était mon jour de chance, cette plante ne poussait pas dans la région et jamais il ne m'avait semblé la voir sur le marché !... D'accord j'allais violer le semblant de serment tenté ce matin mais c'était pour une bonne cause, de plus ce n'est pas comme si j'étais connu en tant que l'homme respectant le plus les règles sur ce territoire à vrai dire... Et comme s'il fallait deux cerises sur le gâteau au lieu d'une, au vu de l'état de santé de cet homme-là il n'aurait aucune chance de me rattraper, comme si un homme tenant à peine sur ses jambes pouvait tenir tête à la course des gardes, qu'en serait-il pour faire course égale avec moi ? Aucune chance qu'il n'y arrive. Puis ce n'était pas comme du vol à l'étalage, ici un simple mortel ne sentirait pas mes pattes de velours rapidement le substituer de ses biens. Peut-être ne se serait-il pas rendu compte qu'il n'a plus rien en poches après même que je sois rentré chez moi ? De toute manière nous avions affaire à la loi du plus fort dans la vie, gagner ou perdre à ce jeu, il était assez proche de la défaite pour ne plus pouvoir prétendre être le vainqueur à la fin à quoi bon survivre à ce moment là ?

Il avait peut-être ses raisons après tout d'ailleurs se peut-il qu'il ait encore du plaisir à certaines choses tout comme j'en ai à faire des erreurs ? C'est d'ailleurs juste après m'être fait cette remarque que je pris compte de ce qui avait semblé attirer son attention durant quelques secondes, de jeunes demoiselles passant par là, se pouvait-il qu'il se plaise à imaginer des choses obscènes ? ... Je ne sais vraiment pas pourquoi je vais au bout de mes raisonnements parfois... En tout les cas ce n'était pas le bonhomme qui m'intéressait mais bel et bien ce qu'il transportait sur lui. C'est ainsi que j'en vins à me retrouver derrière le banc sur lequel il avait pris place afin de procéder rapidement à cette petite affaire avant que certains ne remarquent le manège que j'allais mener.

Hop, hop, hop et hop, c'est donc par des mouvements rapides mais maîtrisés que je venais de récupérer ma nouvelle propriété avant de partir au plus vite en courant afin d'évacuer les lieux, on n'était jamais à l'abri d'une mauvaise surprise telle qu'un garde sortant soudainement de la foule ou encore de ceux ayant l'âme d'un justicier et qui pourchassaient les voleurs sans intérêts apparents pour eux-même à part la gratitude de la personne aidée... je ne comprenais pas réellement quel bien ils tiraient de cela mais telles étaient certaines personnes en ce monde, c'est tout ce qu'il y avait à savoir. Par ce fait je me retrouvais à jeter des coups d'oeils à droite à gauche afin de surveiller les mouvements de foules ainsi que les potentiels poursuivants pouvant émerger mais rien ne semblait sortir de l'ordinaire sur ces différents flancs. La situation semblait sécurisée comme toujours, il fallait juste que j'arrive à cette petite impasse par laquelle personne ne passait pour m'arrêter et ranger les herbes de façon plus propre que la manière dont j'avais rapidement bourré mes poches sur le coup. Après tout chaque petite brindille était importante et je ne préférais pas prendre le risque qu'il n'y en ait ne serait-ce qu'un peu qui tombe et soit perdu.

Au final voilà que je débouchais dans la dite impasse, cette affaire fut rapide et effi... Qu'est ce que ?! Je n'avais jamais appris à voler.... qu'est ce que je faisais dans les airs alors ?! Quoi que la douleur lancinant mes tibias me disait que j'avais heurter quelque chose... ou que quelque chose m'avait heurté, qu'est ce que ça pouvait bien être ? Il n'y avait pourtant rien dans le passage une demi-seconde plus tôt ! Pourquoi je me posais des questions d'ailleurs ? Ma tête n'étant plus si loin d'heurter le sol, il fallait peut-être que je reprenne mes esprits. C'est donc d'une rotation du corps plutôt acrobatique et à l'aide de l'appui d'une main au sol que j'en vins à me retrouver la tête à l'endroit, agenouillé avec le poids en avant et les jambes en position grenouille.

J'avais été balayé si puissamment que je le ressentais dans tout mon corps, ma main se posa au sol afin de rester stable sur mes appuis mais mon corps était toujours en mouvement vers l'arrière et une vive douleur vint m'annoncer que les bouts de mes doigts avaient brûlés suite au frottement avec le sol. Ma réaction ? Sûrement celle du type qui n'avais pas l'habitude de se faire déchiqueter la peau des doigts, soit celle d'ôter immédiatement la main du sol tel que si je m'étais par mégarde appuyé sur une plaque chauffante. Le problème étant désormais ce qui pouvait bien me maintenir en équilibre ? Pas besoin de chercher longtemps, la réponse était simple : rien. Encore avais-je eu l'air bête lorsqu'un gobelin m'avait sauté dessus la dernière fois mais là comment dire que mes roulades en arrière n'était pas très artistiques, voir peut-être même un brin catastrophique ?

C'est donc en m'étalant sur le sol après une suite de roulés-boulés que ma course s'arrêta tant bien que mal... quoi que sûrement avec plus de mal que de bien, mon corps me lancait des appels de détresses depuis un nombre d'endroits inimaginable au point que je me découvrais moi-même de nouveaux organes dont je ne soupçonnais jusque-là ne serait-ce que la moindre existence. Je n'avais à première vue rien de cassé or j'étais plutôt en mauvais état et légèrement sonné. Des éraflures par-ci par-là, des coupures témoignaient leurs présences au vu des teintes que prenaient mes habits à certains endroits et à la fois en regardant les parties de mon manteau qui semblait avoir été cisaillé en de nombreux lieus. Toutefois il n'y avait ici pas seulement mon état à analyser mais aussi et enfin ce qu'il s'était passé, je pris donc le temps de me relever en titubant avant de petit à petit relever une tête prônant un air amusé par la curiosité de la situation et ce qu'il allait bien pouvoir en découler, quelqu'un voulait-il jouer avec moi ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedryan Septuern
Rabatteur d'esclaves - Mage 3e ordre
Age du personnage : 600 et quelques
Race : Vampire
Pouvoirs : Pouvoirs de race + métamorphose
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Sep - 21:23
Hedryan avait été quelque peu distrait, ou plutôt, trop concentré sur les demoiselles qu'il jaugeait pour faire trop attention à ce qu'il se passait autour de lui. Même si il restait conscient de son environnement grâce à ses sens de vampire, il n'était pas non plus en train de jauger tous ceux qui passaient sur la place. Si son subconscient avait noté machinalement la présence de quelqu'un derrière lui, il n'y fit pas plus attention que ça. Ce n'était pas le premier qui passait derrière des bancs pour gagner les deux précieuses secondes nécessaires à rejoindre l'autre bout de la place ou une des rues adjacentes, bien qu'il soit sans conteste le premier à passer derrière son banc à lui. Du moins sur lequel il était installé. Il n'y avait a priori aucune hostilité qui émanait de la personne donc aucune raison d'être sur ses gardes. Et puis le vampire avait mieux à faire. Il gardait dans son champ de vision les deux jeunes femmes. Aussi doué soit-il, Hedryan ne se rendit pas compte tout de suite qu'on venait de lui subtiliser ce qu'il avait lui-même gagné un peu plus tôt bien qu'il se tourne une seconde machinalement pour apercevoir un type assez voyant s'être mis à courir. Dans la foulée, il se releva pour suivre les jeunes femmes de bonne famille et c'est là qu'il tilta.

Il se figea une seconde le temps de faire un point rapide sur l'origine de la sensation. Quelque chose était modifié. Quelque chose avait changé. Il ne ressentait plus... ou moins. Oui c'était ça, il y avait un manque. Il effleura des doigts ses poches. Il avait été délesté. Son subconscient lui rappela l'impression fugitive de la personne qui s'était glissée derrière lui, celui qui s'était mit à courir par ailleurs.

Vexé de s'être fait avoir comme un débutant, il abandonna les gamines pour se lancer à la poursuite du voleur. Utilisant certains de ses atouts tels que sa vitesse et ses réflexes, qui s'était accrue au fil des années qu'il avaient passées depuis sa renaissance, il se fraya avec aisance un chemin entre les passants et en quelques bonds, atterrit sur les toits. C'était toujours plus pratique de poursuivre quelqu'un en prenant de la hauteur. d'une ça évitait d'être repéré. De deux, ça permettait une approche plus fulgurante et une vision encore meilleure. Quelques instants plus tard, il aperçut en contrebas et un peu plus loin le dos du voleur. Un semblant de sourire germa sur ses lèvres. Une traque restait une traque et Hedryan adorait cela. Il ne s'était pas vraiment posé de questions. Ca aurait tout à fait pu être un piège, il s'y serait jeté la tête la première. C'était un peu son truc mais fort heureusement, il était assez sauvage que ça ne se soit encore jamais retourné contre lui. Certes parfois ça avait été juste mais il avait toujours trouvé le moyen pour sortir son épingle du jeu. Il n'y avait donc pas de raison que ça ne soit pas pareil cette fois encore.

Accélérant l'allure en passant le plus silencieusement possible de toit en toit, le vampire le vit bifurquer dans une impasse. C'était le moment et l'endroit idéal pour régler ses comptes. Il félicita mentalement le voleur d'avoir choisi un si bon endroit pour sa mort prochaine et sauta à quelques mètres derrière lui pour lui emboiter le pas. Il le rattrapa en une fraction de secondes et profita d'être à peu près à sa hauteur pour envoyer un coup dans ses tibias pour le faire tomber. Il n'avait pas frappé assez fort pour lui fracturer les os -ce n'était pas l'envie qui avait manqué- mais tout de même assez fort pour l'envoyer valser avec un semblant de puissance.

Le coup porta ses fruits et le voleur fut emporté dans son élan et s'envola. Il retomba toutefois presque avec adresse si l'on considérait la manière dont il finit par se rattraper avant que sa tête n'aille joliment teindre les pavés d'une couleur rouge éclatante. Malheureusement, si alu premier abord le voleur avait eu assez d'adresse pour se rattraper, son réflexe de lâcher le sol auquel il s'agrippait finit par lui faire faire une série de roulés boulés des plus déplorables. Règle numéro une : stopper sa cible. C'était fait. Règle numéro 2 : l'achever après avoir pris son pied, d'une manière ou d'une autre. Ça allait venir.

Le voleur s'avéra n'être qu'un gamin a priori. Il courait vite en tout cas il fallait l'admettre et avait la main leste et entrainée pour être parvenu à le dépouiller. C'était assez pour piquer la curiosité d'Hedryan qui voyait déjà chez lui plusieurs applications qui lui seraient profitables. Toutefois, alors que le jeune homme se redressait, c'est l'odeur du sang qui lui vint aux narines. En temps normale, ses yeux seraient immédiatement passés au rouge vif mais sous cette petite métamorphose il n'y eut qu'une étincelle d'intérêt pour son état et un sourire qui fleurit sur les lèvres fines de l'homme à l'aspect maladif. Le voleur semblait avoir écopé de quelques petites écorchures et éraflures. Toutefois, une chance pour lui, Hedryan s'était nourrit la nuit précédente. Évidemment il n'était jamais contre un encas, mais ça dépendrait de la suite.

Il laissa le gamin d'analyser la situation dans laquelle il s'était mise. Hedryan pointa du doigt les poches de l'inconnu.

"Je crois que tu as quelque chose qui m'appartiens."

Le vampire tendit la main sans cesser de sourire, paume ouverte. Il aurait évidemment pu lui révéler directement qu'il était un vampire et en profiter pour le menacer mais il préférait éviter dans la mesure du possible de révéler à tout va sa vraie nature. Il aurait pu tenter de le séduire mais il n'était pas d'humeur. Toutefois, comme une sourde menace, il se métamorphosa en gaz et réapparut l'instant suivant derrière lui, une dague à la main. Le but était simplement de lui bloquer le passage. Après tout, c'était une impasse.

L'éclat dans ses yeux montrait clairement qu'il avait de combattre, ou en tout cas de nuire et ce n'était pas qu'à cause du sang. Toutefois, il restait ouvert aux propositions. Après tout ce serait un réel gâchis de finir par tuer un jeune homme avec de si précieux talents. Le choix était sien. Et quoi qu'il finisse par piocher, Hedryan s'en satisferait d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 5 Oct - 21:16
Invité
Qu'avais-je là ? Le pervert maladif de tout à l'heure... quelle bonne blague ! Cela me donnait envie de rire à n'en plus pouvoir, quel piètre stratège faisais-je à ne pas imaginer ce genre de possibilité, que le misérable fut la bête à craindre... c'était pourtant un classique me semblait-il, les Rowcats était l'exemple parfait pour illustrer l'homme que j'avais en face de moi. Il était tel ces êtres aux petits corps, à la fourrure soyeuse et aux grands yeux manipulateurs peuplant certaines jungles du territoire et dont il ne fallait pas compter sur l'apparence pour les définir tels qu'ils étaient réellement soit des créatures dangereuses prêtes à vous déchiqueter en morceaux si vous vous approchiez de trop près. Comme quoi tout ce qui était mignon ne l'était pas tant que ça au final, non pas que ce porteur de peste fut mignon, au contraire, mais il avait ce qui était souvent associé à la représentation du mignon soit l'innocence ou encore la faiblesse.

C'était à se demander si là était bien sa vraie nature, un crevé qui courait comme les étoiles filaient dans le ciel et qui de plus semblait aller mieux quand il était l'heure de passer à l'action, comment dire que la peau ne collait pas au personnage ? Celui-ci semblait d'ailleurs afficher un sourire malgré son état déplorable qui ne semblait plus l'affecter, je n'étais pas le seul à m'amuser à ce que je vois. Voulait-il jouer avec moi ? C'était à déterminer mais l'option la plus probable était qu'il voulait effectivement jouer, lui en tant que chasseur et moi en tant que proie semblait-il. Pensait-il être le chat jouant avec la souris avant de la dévorer ? Pensait-il avoir le contrôle de ce qu'il se passerait durant les prochaines minutes sensées être les dernières de ma vie?

Après tout je ne semblais qu'être un simple gamin qui volait pour une raison ou pour une autre, cela lui importait sûrement peu j'imagine. De toute manière c'était dans un sens un peu le cas, je ne m'étais pas préparé et je semblais être un roi affrontant un reine sur un plateau d'échec. Autrement dit qu'avec ma force relevant de celle d'un canneton, le fait que je n'ai aucune invocation d'active et bien sûr le fait que je vienne de puissamment me rétamer sur des pavés en pierre, je n'étais pas réellement dans une situation très maîtrisée. Mais j'aimais ça. Je semblais être fou de faire cavalier seul ainsi mais c'est ce que j'avais choisi, la situation ne résultait non pas de mon manque de préparation mais plutôt de ma recherche continue de défi. Que faire lorsque vous avez l'impression que le jeu est trop simple pour vous ?

La réponse est simple : augmenter la difficulté d'une manière ou d'une autre. Lorsque je me baladais dans les rues j'étais constamment vulnérable ces derniers temps mais c'est parce que je voulais tenter d'arriver à ce genre d'évènement qui présidait alors mon présent, être pris au piège avec un homme dangereux sûrement prêt à vous découper en rondelles. Enfin "pris au piège" était un grand mot, il me restait toujours des options de sorties mais je ne comptais pas les utiliser du fait que je n'avais tout de même pas plannifier tout ça seulement pour mordre la poussière puis décamper loin d'ici. Non, il était l'heure de voir ce qu'il allait pouvoir advenir avec mon cher et nouvel ami.

"-Je crois que tu as quelque chose qui m'appartiens."

Ouai bon il en avait après les herbes, c'était tout de même assez prévisible. Toutefois selon mes règles celles-ci étaient désormais ma propriété, que je sache ce n'était plus lui qui les avait mais bien moi, comment pouvait-il affirmer qu'elles étaient encore siennes ? Face à sa déclaration je répondais donc par un simple haussement d'épaule, déjà était-il que la notion d'appartenance était relative mais en plus il ne semblait pas que cela était une question qui m'était adressée donc pourquoi y répondre ? C'est ainsi qu'après un court instant la main ouverte, voyant que je ne semblais pas être des plus coopératif possible, il sembla perdre patience et sembla disparaître d'un coup. C'est alors qu'il me sembla apercevoir des mouvements de matière se dirigeant dans ma direction avant d'instantanément ressentir un faible courant d'air me parcourant la peau de façon qu'instinctivement je sû qu'il était derrière. Mais quelle pouvait être la magie qu'il avait utilisé ?

C'était curieux, ça ne semblait pas être de la téléportation, ça pouvait aussi bien être une illusion qu'un tour de passe-passe à base d'élément d'air, sur le coup je ne savais trop que penser. Était-il réellement derrière au final ou attendait-il que je tourne le dos pour me poignarder ? Vu le style et l'attitude un peu franche et bourrine qu'il avait eu jusque-là je décidais donc de plutôt suivre mon instinct et penser qu'il était bel et bien derrière moi. S'il était réellement derrière c'était sûrement déjà pour pouvoir m'empêcher l'axe de fuite qui semblait évident, quoique celui-là me paraissait un peu invraisemblable au vu du fait qu'il semblait être bien plus rapide que moi et que je me serais fait rattraper en deux temps trois foulées. Chose intéressante, en se placant ainsi il avait plutôt facilité mes chances de sorties plutôt qu'autre chose, mais dans tous les cas la fuite n'était pas mon but à ce moment-là, il était plutôt temps pour moi de jouer mon tour après qu'il ait joué le sien. C'est ainsi que je m'adressa à lui sans me retourner et en prenant des pauses entre mes phrases afin d'économiser le souffle qu'il me manquait après ces quelques cabrioles :

"- Eh bien... je n'aurais jamais pensé qu'une peste ambulante me rattrape comme cela un jour..."


Pour cette première approche disons juste que je voulais voir comment il allait réagir à cette provocation, allait-il s'énerver  ? Ne comprendre que le sens premier de cette phrase ? C'était intéressant ce genre d'expérience toutefois est-il que j'éprouvais surtout un réel plaisir à envoyer des piques aux autres, ceux qui s'énervaient facilement étaient les plus faciles à manipuler et s'était un réel plaisir de diriger par les cornes ces taureaux devenus fous au point de foncer dans le premier mur venu. Je n'allais bien sûr pas rester sur cette phrase sans quoi je serais le mur avant que je n'ai eu le temps de poursuivre mes dires. C'est donc pour cela que j'enchaîna assez rapidement avant qu'il n'ait le temps de répondre :

"- Je me posais toutefois une question... que comptais-tu faire de ces plantes ? D'après ton dernier tour de passe-passe je pourrais affirmer que tu es un mage, ton secret résiderait-t'il dans la fabrication de potions de rapidité... à base de marjolaine ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Hedryan Septuern
Rabatteur d'esclaves - Mage 3e ordre
Age du personnage : 600 et quelques
Race : Vampire
Pouvoirs : Pouvoirs de race + métamorphose
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Oct - 19:32
Hedryan avait rattrapé le jeune homme qui lui avait volé ses plantes si durement gagné. Pas si durement que ça mais quoi qu'il en soit, c'était à lui et il était hors de question de les laisser. Question de principe on dira. Et en plus il l'interrompait en plein travail de repérage. Non décidément quelqu'un devait punir ce jeune fou. Et ça ne gênait pas du tout Hedryan que ce rôle lui revienne.

Il l'avait donc bloqué dans la ruelle. Ou du moins c'était ce qu'il tentait de faire en se plaçant entre lui et la sortie supposée de l'impasse. Évidemment, il préférait partir du principe qu'il avait d'autres échappatoires. Ca évitait de se faire avoir bêtement. Même si en soi ça restait plutôt amusant de se faire surprendre. Ca mettait du piquant et lui permettait, les rares fois où ça arrivait, qu'il se lâche davantage. Pourtant il ne pensais être actuellement dans l'une de ses situations. Pour le vampire, l'affaire était presque déjà close. Il lui rendait et ils se séparaient sans trop de sang.

Pourtant le voleur avait l'air presque surprise qu'il lui réclame son du. La raison de son étonnement échappait à l'entendement d'Hedryan et d'une certaine manière il n'en avait cure. Ouais, c'était ça. Il s'en moquait complètement tant que la situation avançait dans son sens.
Il ignorait si il avait repéré qu'il était derrière lui et ça aussi lui importait peu même si il y avait de grandes chances que oui puisqu'il ne semblait pas le chercher du regard. Ou en tout cas il ne tarderait pas à comprendre.

Pourtant, loin de lui rendre sa précieuses récompense, il commenta le fait de s'être fait prendre. "Peste ?" Oh... Il devait faire allusion à l'apparence qu'il avait choisi. Un sourire fleurit sur ses lèvres tendit qu'il reprenait la parole sans lui laisser le temps d'en placer une. Il était nerveux ? Ou il avait juste l'habitude de parler autant à des inconnus ? Oh, il voulait donc savoir quelle magie il utilisait et quelle utilisation il réservait à ces plantes dont il ne savait pas grand chose si ce n'était qu'elles étaient rares et par conséquent chères.

"Dans une cité pleine de magie en tout genre, il parait peu judicieux de juger sur les apparences."

Il marqua une pause l'espace d'une seconde. Après tout, pourquoi ne pas lui répondre, ça ne changerait rien du tout à leur situation ni à ce qu'il se passerait ensuite.

"Je comptais faire un échange. Cette plante contre un service assez particulier."

Autrement dit, il ne répondait qu'à moitié. Il ne faisait que sous-entendre qu'il ne l'utiliserait pas lui-même et qu'il était prêt à négocier. Du moins jusqu'à un certain point. Et finalement une autre idée germa dans son esprit. Jusqu'où était-il prêt à aller pour cette herbe ? Un voleur classique ne poserait pas ces questions. Mais un utilisateur si.

Hedryan posa une main lourde sur l'épaule du garçon et tenta de le forcer à se retourner et de le forcer à reculer, le but évident étant de la plaquer contre le mur d'un côté ou de l'autre de la ruelle. Il ramena le couteau qu'il avait tiré contre la gorge du voleur.

"A moins que tu veuilles t'acquitter d'un service bien plus risqué que de voler quelques badauds, je te conseille de me la rendre immédiatement."

Le vampire ne se départissait pas son sourire narquois bien que le ton de sa menace soit tout autre, bien plus résolu et pas vraiment engageant, car trop sérieux. A la question jusqu'où irait-il, la réponse était 'ça dépend'. A la fois il avait envie de récupérer la marchandise. d'un autre côté, il se demandait jusqu'où le voleur pouvait s'avérer intéressant. En tout cas sa manière de jouer rappelait quelques souvenirs de jeunesse à Hedryan et contribuait à lui donner envie de lui laisser une chance de l'intéresser assez pour ne pas juste lui casser un à un tous les os de son corps avant de le laisser là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: TARGATT - Ville Quartier Vodrel :: La grande place-
Sauter vers: