:: TARGATT :: CREATION DE VOTRE PERSONNAGE :: Inscriptions adultes - non élèves :: Fiches Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contessina - Le charme & la Luxure au service des jeunes

avatar
Contessina Altius
Professeur de magie noire - Mage 2nd ordre
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 8 Jan - 22:17

Contessina Altius

«Charme & luxure.»

Identité

  • Espèce : Vampire

  • Âge : 230 ans

  • Orientation sexuelle : bisexuelle ?

  • Originaire de Targatt ? Oui
    • Si oui, êtes-vous affiliés à une des familles régnantes ? Laquelle ? : Fille perdue des Bones

    • Métier : Professeur de magie noire

    • Alignement : Neutre mauvaise

    • Voulez-vous un rôle important dans la trame en cours ? Si oui, côté défenseurs ou "méchants" ? :  Pourquoi pas un rôle important ? Mais elle ne fait pas encore partie de Genesis, bien qu'elle se destine à être un personnage plus révolutionnaire/machiavélique que gentil.

Pouvoirs

  • Énergie magique canalisée : Négative

  • Pouvoir personnel familial : Séduction : Il s'agit du pouvoir de subjuguer la cible par un toucher au début, puis, avec de la maîtrise par un simple regard (homme et femme confondus) à tel point que ça s'apparente à de l'hypnose. La cible se sentira irrémédiablement attirée par le vampire et aura tendance à être bien plus réceptif à la suggestion, acceptant un peu tout et n'importe quoi tant que ça n'attente pas à sa vie. La cible une fois le pouvoir dissipé ne se souviendra presque de rien. Quelques flash peuvent lui revenir mais rien de plus.

  • Pouvoir personnel : Télékinésie : Ce pouvoir permet de déplacer des objets par la pensée. Bien utilisé il peut également projeter des individus, les empêcher de bouger en appliquant une pression équivalente partout et faire bien d'autres choses que la décences répugne à me faire marquer.

  • Type de magie préférée : Magie noire, métamorphose

  • Type de magie inconnue : Magie blanche, pyromancie


Caratéristiques

Vous disposez de 70 points à répartir comme vous le souhaitez. Si vous êtes un directeur ou un personnage spécial pour la trame, vous pouvez avoir jusqu'à 80 points à répartir. Les caractéristiques ne sont là que pour aider au jeu à voir quels sont vos points forts et faibles.
  • Force : 8

  • Consitution : 8

  • Dextérité : 12

  • Intelligence : 15

  • Sagesse : 12

  • Charisme : 15




Histoire

« „Qu’y a-t-il dans un nom ? Ce que nous appelons rose, par n’importe quel autre nom sentirait aussi bon. »

350 mots minimum.

*Ma malédiction fut de n’être pas assez fort. Alors que je me dirigeais tambour ballant vers les portes de la ville, un appel me fit ralentir mon cheval. J’aurais dû percevoir pourtant mon ombre qui s’allongeait lentement sur le sol, représentation du soleil qui finissait d’éteindre son feu dans les collines dans mon dos. J’aurais dû me douter qu’un appel, qu’une jeune femme qui plus est ne serait pas sortie seule à la nuit tombée, mais un seul regard suffit pour me faire déraisonner. De la suite je ne garde que peu de souvenirs, de notre voyage jusqu’à un domaine terrien reculé et à présent de notre situation.

Je sens son doigt glisser délicatement le long de mes épaules, me procurant des frissons de plaisir que je n’oserais décrire, mais chaque inattention de ma part, chaque erreur, chaque oubli, se voyait violemment sanctionné. Ce mélange de douleur et de plaisir mêlés participait à mon maintien dans un état second, incapable de saisir pleinement ce que ma délicate inconnue attendait de moi, si ce n’est le récit de son passé ténébreux.*

„Voyez-vous, la nuit a un goût particulier, ce moment où les sons du marché disparaissent, que chacun rentre chez-soi avec au coeur la saveur d’une journée achevée, du travail bien fait ou pour certains… Une nuit de rapine qui débute. Je prends encore plaisir à parcourir ces nuits, l’un de mes derniers plaisirs authentiques.

Je fus une fleur coupée trop tôt, encore jeune, je ne comprenais pas ce que serait véritablement mon destin, je ne pensais qu’à cette opportunité, ma vanité me dictant que jamais je ne fânerais, mais l’on ne m’avait pas avertie que je resterais également à jamais la même.

Jeune je l’étais, tout autant de corps que d’esprit, mon père me fit venir un jour dans son bureau et m’expliqua ce qu’il attendait de moi. Je sortais de l’académie pour l’occasion, à peine apprentie de la 3e sphère, mon avenir s’étendait encore devant moi et depuis peu encore, la perspective de mes fiançailles avec  Alexandre Leckard, futur patriarche de sa famille. Je ne m’attendais pas à découvrir que le patriarche des Bones avait découvert un partenariat bien plus avantageux…

Depuis peu, de nouveaux êtres s’étaient mis à hanter nos nuits, des créatures de mythes et de cauchemars, supérieurs aux mortels et suffisamment puissants pour menacer même le règne des mages. De mon père était alors venu une idée, une idée reprise et acceptée par les principaux intéressés. Ces créatures au sein des murs ne devraient chasser, pour à jamais au sein de ces mêmes murs être respectés.

Et si ma personne ne présentait que peu d’intérêt dans l’accord qui se concluait, il s’agissait avant tout pour mon père d’un symbole de ce qu’il était prêt à sacrifier.

L’accord fut conclut et jusque-là en majeure partie respecté.

On annonça à tous mon décès, mais jamais le prix que j’avais payé. Disparue, cachée, je ne pû qu’observer de loin la réussite de ma famille à jamais abandonnée. Emus par son sacrifice sans connaître ma damnation, l’influence de mon père gagna le coeur de beaucoup, asseyant son influence pour un long moment sur la cité.

Il ne me restait alors plus qu’à découvrir ce nouveau monde, cet étrange royaume de sensation et de perceptions. Je passais de longues années en dehors de la cité, la jeunesse de vampire se faisant dans le sang, la soif et la chasse, cela ne convenait pas aux accords que mon cher Antoine avait passé. Pendant longtemps il devait rester mon sire, mon maître, je n’évoluais que pour lui, dansant t-elle une étrange marionette au gré de fils dont je ne percevais pas.

Il fit de moi son esclave, son jouet et pour cela je l’adorais, inconsciente de ma perte, je découvrirais ce nouveau monde en déchirant la toile de l’ancien à coup de dents. Ainsi passèrent mes premières années, mes premières décennies dans le monde de la nuit. Mais il me restait alors une grande leçon à apprendre, dans le monde de l’immobilité, rien pour autant n’est éternel et bientôt l’intérêt de mon sire pour son petit animal devait s’effacer.

Cela coïncida à quelques années près avec mon retour dans les murs de Targatt. Je découvrais alors combien la ville avait changé dans ce qui n’avait été pour moi qu’un battement de coeur. Mes proches étaient morts, mon fiancé vieux et avec enfants. Lors du jour de la fin de mon enfance, je ne demandais qu’une chose à mon père-en-ténèbre, la tête de celle qui avait pris ma place à ses côtés.

A ce moment je découvris la fracture qu’il existait alors entre ce que j’avais été et ce que je me trouvais être aujourd’hui.

Mon sire ne l’accepta pas et préféra me promettre avec un sourire qu’il ne s’opposerait pas à mes tentatives à conditions qu’elles respectent les termes qu’il avait passé avec mon père. Cet ignoble salaud s’amusait de la situation alors que le deuxième jeu commençait véritablement. Je devais me rendre par la suite que cette relation de haine-amour opposait nombre de nos frères et soeurs au sein du clan, il s’agissait avant d’un moyen de maintenir les puissants au pouvoir en attisant la haine des dominés, mais il bénéficiait d’un but secret, celui de tromper l’ennui.

L’immortalité est éternelle, c’est ce qui fait sa beauté, mais également son innomable durée et s’il m’arrive de me tromper les sens avec tout ce que les mortels ont découverts de narcotiques, ma position à l’académie ne représente guère plus que d’une occupation pour moi. Pourtant… cela fut mon objectif un long moment durant, me créer une nouvelle identité, la quatrième depuis ma mort, avancer mes pions, apprendre ce qu’il me fallait savoir pour faire illusion et surtout faire disparaître les témoignages de mon passage parmi les vivants. Il me fallut conspirer, séduire, influencer pour profiter d’une chance d’enseigner, mais à présent que le gâteau est servi, il ne présente déjà plus guère d’intérêts. Il me faut trouver un nouveau but, une nouvelle cible ou alors laisser la folie qui me guette prendre possession de mon être.

Mais visiblement, le vent du changement semble vouloir souffler sur la ville, les mortels avancent de nouveau dans la nuit la peur au ventre, aussi peut-être est-il temps de revenir sur les vieux accords et de faire parvenir ce changement jusque chez les éternels…"



Physique

« The pretty one »

200 mots minimum.

Le portrait d‘Astrid Bones aurait pu trôner avant sa mort dans l’antichambre de bien des jeunes hommes de l’aristocratie, un portrait qu’ils auraient payés à prix d’or et peut-être même rubis sur l’ongle à l’artiste dont elle aurait fait la fortune. Mais la mort est venue l’étreindre bien avant qu’il ne soit question pour elle de paraître dans le monde en femme mariée.

Figée à jamais dans les jeunes années de sa vingtaine, celle qui se fait de nos jours nommée Contessina ne dispose pas du charme affriolant et des courbes magnifiques qui font les créatures de rêves de ces messieurs. Pâle, même avant son étreinte, le port altier, la démarche grâcieuse, le toucher délicat, elle se trouvait de ses femmes évanescentes dont on douterait de la présence si elles ne se trouvaient près de vous, mais dont le charme tenait tout autant de leur fragilité apparente que de ce qu’elle permettait d’évoquer dans l’esprit masculin.

D’une taille moyenne pour son époque révolue, elle doit bien souvent lever ses yeux d’un gris hypnotique vers ses interlocuteurs masculins, mais n’en impose pas moins sa présence sur eux. Il se dégage en effet de l’éternelle jeune femme un parfum capiteux, étrange, aux relents de sensualités qui semble une invitation à oublier le code moral pour s’oublier dans un hédonisme destructeur. Loin des beautés angéliques, elle représente la face sombre de l’attirance, celle dans laquelle on se complait, on s’abandonne, mais dont on ne revient pas indemne.



Caractère

« The clever one »

250 mots minimum.

Pour comprendre pleinement la psychée d’une créature de la nuit il faudrait s’en trouver être une et alors cette question perdrait tout sens.

L’humaine de jadis partageait les qualités que l’on souhaitait d’une jeune femme de la famille Bones. Bien éduquée, discrète, précise et grâcieuse, elle ne dépareillait pas vraiment dans l’environnement familial. Docile et obéissante, elle ne s’opposa pas au marché dont elle se trouva l’objet, mais non pas par envie, tout simplement par compréhension de sa position. En jeune femme privilégiée elle avait bénéficiait de nombreux avantages, il était alors temps pour elle de jeter un coup d’oeil du côté de ses devoirs.

Nul besoin de mentionner que cette jeune femme obéissante a depuis longtemps disparue dans les limbes…

La créature qui s’affiche aujourd’hui est passée par un long exercice de maturation, plus long que plusieurs existences humaines. En découvrant la mort progressive de ceux qui avaient été jadis ses proches son coeur c’est endurci. En fréquentant le sommet et l’ennui, sa morale s’est obscurcie. Car tel est le lot de l’immortalité, le fardeau d’à jamais vivre. Si attirant cela puisse être pour les mortels de prime abord Astrid découvrit que l’éternité et l’immobilité dans un monde en changement recelait quelque chose d’impie, quelque chose pour laquelle son humanité ne l’avait pas préparée. Elle dû avec le temps s’ouvrir aux occupations de ses pairs, apprendre à vivre de ses sens, puis plus tard de ses manigances.

Car tout s’efface, même le temps et l’être qui hante aujourd’hui les couloirs de l’académie ne vit véritablement que pour le plaisir. Les limites morales ont disparues et si elle s’enjoint à respecter pour l’instant les règles d’Antoine, ses machinations visent à enfoncer si loin les racines de son influence qu’elle puisse un jour supplanter leur chef tant redouté.



À propos de vous

« Me, myself & I »
  • Votre prénom : Angélique

  • Votre âge :
  • On approche des 25 ans...
  • Votre expérience en jeu de rôle : J’ai fait un peu de jeu de rôle sur forum et sur papier, notamment Vampire la mascarade qui me rappelle un peu le fonctionnement du forum ♥

  • Votre fréquence de connexion : 3/4 fois par semaine


© Diane
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Astoria Lane
Régente de Targatt et directrice de l'académie - Mage 1er ordre
Age du personnage : 34
Race : Humaine
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Jan - 10:16
[center]En Régente d'une infinie bonté (  Rolling Eyes ) je ne devrais sans doute pas, mais je trouve ta fiche hyper classe !

Merci de la partager avec nous, tu es évidemment activée !  cheers

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Hexes
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Jan - 11:14
Waw ça va être intéressant à suivre tout ça ! Razz

Bienvenue ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Contessina Altius
Professeur de magie noire - Mage 2nd ordre
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Jan - 20:37
Votre profil est intéressant, vous pourrez bénéficier de ... cours particuliers si vous le souhaitez monsieur Hexes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cain Hexes
Apprenti de 2nde Sphère - Talmar
Age du personnage : 19
Race : Humain
Pouvoirs : Pyrokinésie et aura de terreur
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 9 Jan - 20:53
Ce serait avec un indicible plaisir. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Cité profane :: TARGATT :: CREATION DE VOTRE PERSONNAGE :: Inscriptions adultes - non élèves :: Fiches Validées-
Sauter vers: